Le rachat d’actions propres, une option intéressante tant pour les actionnaires que pour l’entreprise

Il existe plusieurs manières pour une entreprise de distribuer de l’argent à ses actionnaires:

  • Vendre la société et distribuer le produit de cette vente en parts égales à ses actionnaires (en cash, en actions de la société acheteuse,…)
  • Verser un dividende (le plus souvent annuel en Europe et trimestriel aux Etats-Unis) qui témoigne d’une confiance dans le management de l’entreprise quant à ses résultats futurs
  • Le rachat d’actions propres (et leur éventuelle destruction)

Coup de projecteur sur cette dernière technique, plus particulière, mais qui peut s’avérer très intéressante, tant pour les actionnaires que pour l’entreprise:

  • Le rachat d’actions et la destruction de celles-ci permet d’augmenter la valeur des actions restantes: le capital est à diviser en moins de parts
  • Il permet de distribuer un moindre montant total en dividendes: moins d’actions à rémunérer
  • Le rachat d’actions et la distribution de celles-ci, en organisant des plans de stocks options (forme de rémunération en actions) ou des offres d’achats préférentiels à l’intention du management et du personnel de l’entreprise, permet de développer des incitants motivants: si le personnel est actionnaire de l’entreprise dans laquelle il travaille, il sera d’autant plus motivé à être performant 
  • Le rachat d’actions et la conservation de celles-ci permet à une entreprise d’augmenter son "auto-contrôle": atteindre, par exemple, un nombre d’actions majoritaire qui permettra de prendre des décisions favorables pour l’évolution de l’entreprise
  • Il s’agit encore aujourd’hui d’une technique permettant d’augmenter la valeur d’un actif avec un "frottement" fiscal moindre, à la fois pour l’actionnaire et pour l’entreprise: les rachats sont le plus souvent moins fortement taxés (variable selon le pays où la société est basée) en regard aux taxes prélevées lors du paiement de dividendes
  • Il permet d’augmenter le volume d’actions traitées sur un marché déterminé et ainsi provoquer une hausse momentanée des cours
  • Et il permet de donner un signal positif aux marchés boursiers et aux investisseurs

Aujourd’hui, cette technique du Buyback est beaucoup plus utilisée aux Etats-Unis qu’en Europe (où l’on privilégie encore le versement de dividendes "taxés") et les secteurs les plus actifs sont ceux de la technologie, de la pharmacie, de la finance et du pétrole, au contraire des secteurs de l’immobilier et des utilities (eau, gaz, électricité) qui privilégient encore le versement de dividendes.

De nombreux investisseurs, tel Warren Buffet, dirigeant de la société Berkshire Hathaway, une des plus grandes sociétés d’investissement au monde, sont totalement convaincus par la valeur ajoutée de la technique du Buyback par rapport aux autres techniques possibles de rémunérations des actionnaires. Lors de sa dernière lettre aux actionnaires, datée du 25 février 2023, il cite: "le calcul n’est pas compliqué: lorsque le nombre d’actions diminue, votre participation dans nos nombreuses activités augmente". Il citait encore précédemment: "si vous le faites au juste prix, il n’y a pas mieux que de racheter sa propre entreprise".      

Certes, les différents gouvernements, américains et européens notamment, envisagent de taxer de façon plus importante cette technique, mais rien n’indique aujourd’hui que ces modifications dans la fiscalité seront actées.

Il faut toutefois noter que si, sur le marché public, un rachat augmentera toujours la valeur de l'action au profit des actionnaires, il existe un risque de voir ensuite le cours de l'action chuter. Dépenser des liquidités pour acheter des actions peut réduire le montant de cash disponible pour d'autres investissements ou des situations d'urgence.

De plus, les investisseurs devront toujours se demander si une société n'utilise pas simplement les rachats pour soutenir ses ratios, apporter un soulagement à court terme à un cours boursier en difficulté ou se soustraire à une dilution excessive.

Mais le point le plus important à mentionner, et c’est ce qui intéresse tous les investisseurs, c’est que sur un long terme, les indices qui regroupent les valeurs "buyback" montrent des possibilités de surperformance par rapport aux différents indices globaux, comme en témoigne ce graphique.   

Graphique d'illustration
Chiffres arrêtés au 10/05/23

Envie d’en savoir plus? N’hésitez pas à contacter votre Private Banking Officer.

Disclaimer

La présente publication est une interprétation générale de la situation économique actuelle et ne peut être considérée comme un conseil en investissement, une recommandation d’investissement dans les instruments financiers décrits ou une proposition de stratégie d’investissement. 

Les informations contenues dans cette publication peuvent être réutilisées à condition d’en faire la demande et que CBC donne son accord explicite. La réutilisation doit dans tous les cas se limiter aux informations textuelles. Les informations contenues dans cette publication sont fondées sur des sources jugées fiables par CBC Banque. Leur exactitude, leur exhaustivité et leur caractère actuel ne sont toutefois pas garantis. Il ne peut être garanti que les scénarios, risques et prévisions présentés reflètent les perspectives du marché, ni qu’ils seront corroborés par la réalité.  CBC Banque (en ce compris tous leurs préposés) ne peuvent être tenus responsables des conséquences dommageables résultant directement ou indirectement de l’accès, de la consultation ou de l’utilisation des informations et données figurant dans la présente publication ou sur le site www.cbc.be 

CBC Banque SA – entreprise placée sous la surveillance de la FSMA – www.cbc.be

KBC et CBC Private Banking à nouveau élues 'Best Private Bank Belgium 2024' par Euromoney

KBC et CBC Private Banking à nouveau élues 'Best Private Bank Belgium 2024' par Euromoney

De nouveaux acheteurs sur le marché de l'art en 2023

De nouveaux acheteurs sur le marché de l'art en 2023

Acheter un immeuble français via votre société belge… on en parle?

Acheter un immeuble français via votre société belge… on en parle?

Un contact 100% à distance avec votre Private Banker: place à CBC Digital Private Banking

Un contact 100% à distance avec votre Private Banker: place à CBC Digital Private Banking