2023, année record pour les dividendes mondiaux! Quid en 2024?

Tableau des principaux indices boursiers au 24/11/2023

2023, nouvelle année record pour les dividendes mondiaux…

Dans une chronique récente, nous avons démontré que, selon une étude américaine publiée le 30 août dernier, la stratégie de loin la plus populaire auprès des investisseurs particuliers est l’investissement en dividendes. 50% des personnes interrogées ont choisi cette stratégie d’investissement en priorité devant l’intelligence artificielle (36%), l’indexation boursière (36%), les énergies renouvelables (33%) ou encore les "big tech" (31%)!

Pour aller plus loin dans cette thématique privilégiée par les investisseurs, nous avons consulté le 40e rapport de Janus Henderson, publié ce mois de novembre 2023, qui est une étude à long terme visant à dégager les tendances en matière de dividendes au niveau mondial. Celle-ci mesure l’évolution des dividendes versés par 1.200 multinationales, les plus importantes au monde en terme de capitalisation boursière, à leurs investisseurs depuis 2009. A noter que hors ces 1.200 sociétés, les autres sociétés cotées dans le monde ne comptent que pour une dizaine de% des dividendes mondiaux…

Et selon les prévisions de Janus Henderson, 2023 sera une nouvelle année record en terme de dividendes mondiaux versés aux actionnaires soit 1.630 milliards USD, une hausse de 4.4% par rapport à 2022. Constat intéressant, 89% des entreprises ont augmenté ou maintenu leurs dividendes. Aux Etats-Unis ce pourcentage atteint même 98%!

Graphique d'illustration

…Pourtant les dividendes mondiaux ont très légèrement baissé au 3e trimestre 2023

Les dividendes mondiaux affichent en effet une légère baisse de 0,9% sur cette période, pour atteindre 421,9 milliards USD contre 425,8 milliards USD lors du 3e trimestre 2022. Mais ce léger recul masque 2 réalités très différentes (voir tableau ci-dessous):

  • Secteurs en baisse
    Les baisses de dividendes dans le secteur minier (matériaux de base) sont très importantes, plus de la moitié des sociétés minières réduisant leurs distributions. On remarque par ailleurs le recul des dividendes versés par le secteur du pétrole, du gaz et de l’énergie, dont les versements avaient été dopés en 2022 en raison de la flambée des prix de l’énergie qui avaient "boosté" leurs bénéfices. A noter que Selon Janus Henderson, les secteurs de la chimie et de l’immobilier s’affichent également en fort retrait, principalement en Asie Pacifique hors Japon et notoirement les sociétés immobilières hongkongaises.
  • Secteurs en hausse
    Les banques (services financiers) ont continué à se montrer généreuses et ont affiché le montant de dividendes le plus important au 3e trimestre 2023 soit 104,4 milliards USD. Les banques du monde entier bénéficient en effet de l’augmentation de leurs marges d’intérêt nettes en raison des fortes hausses des taux d’intérêt décidées par les banques centrales. Remarquons par ailleurs que parmi les autres secteurs qui ont payé davantage de dividendes en 2023 par rapport à 2022 (consommation, technologie, services aux collectivités), le secteur de la santé se distingue par une croissance sur plusieurs années à l’instar du secteur financier.
Tableau d'illustration

Géographiquement l’Europe (hors Royaume-Uni) continue d’afficher une croissance très forte des dividendes (+34% au 3e trimestre 2023 en glissement annuel) pour atteindre près de 25 milliards USD. Si les USA distribuent beaucoup plus de dividendes (162 milliards au T3 2023), les versements n’ont par contre quasi pas évolué par rapport à la même période 2022 (+0.3%). En Asie-Pacifique (hors Japon) et au Royaume-Uni, les versements de dividendes ont par contre reculé de respectivement 10 et 5%.

Qu’attendre en 2024 après les dividendes records en 2023?

Selon les économistes de KBC, "les indicateurs de confiance aux Etats-Unis et dans la zone euro laissent entrevoir de faibles perspectives de croissance, en particulier en  Europe". On constate aussi que certaines régions du monde sont ou pourraient entrer en récession. Les flux de trésorerie des entreprises seront donc mis sous pression avec la baisse de la demande et l’augmentation du coût de la dette (à cause de la hausse des taux), ce qui pourrait limiter les possibilités de croissance des dividendes.

Sans avoir une boule de cristal, les secteurs les plus impactés seraient probablement les plus cycliques comme ceux des matériaux de base, la consommation cyclique, les sociétés industrielles et celles appartenant au secteur de l’énergie.

Toutefois, de manière globale, les flux de dividendes devraient rester importants en 2024, nombre de sociétés ayant une structure bilantaire solide et pouvant donc se permettre, s’il le fallait, de puiser dans leurs réserves pour, au moins, maintenir leur dividende, dans l’attente d’une amélioration du contexte économique.

Prendre rendez-vous

Notre approche CBC Private Banking - Des solutions sur mesure

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Beaucoup de sociétés avec des bénéfices élevés et qui distribuent alors des dividendes importants sont des entreprises capables d’augmenter les prix qu’elles facturent à leurs clients pour compenser la hausse de leurs propres coûts d’exploitation selon le fameux principe du "pricing power". Voir à ce titre notre chronique d’avril 2022: Le "pricing power", l’arme anti-inflation de certaines sociétés - Private Banking CBC0

Selon JP Morgan, un autre gestionnaire mondial d’actifs, il a été démontré que les dividendes sont plus stables que les bénéfices en cas de récession. Les dividendes résistent bien car les sociétés qui en distribuent ne veulent [généralement] pas les réduire, même en cas de baisse de leurs bénéfices, préférant si nécessaire puiser dans leurs réserves pour maintenir les versements. Les taux de distribution (la part des dividendes dans les bénéfices) ont donc tendance à augmenter en période de récession. Les entreprises qui parviennent à maintenir un dividende stable (voire croissant) en toutes circonstances (les fameux "aristocrates du dividende") ont tendance à surperformer en période de récession. Les avantages des actions versant des dividendes élevés dans un environnement stagflationniste | J.P. Morgan Asset Management (jpmorgan.com)

Selon une étude du gestionnaire mondial d’actifs Fidelity, publiée fin mai 2023, « Une façon de bénéficier des avantages des actions dans la lutte contre l’inflation peut être de rechercher des types d’actions qui ont historiquement surperformé lorsque l’inflation était élevée. ». Une caractéristique clé à rechercher est de savoir si elles versent ou non des dividendes et, surtout, des dividendes en croissance.

Et selon Fidelity, les dividendes ont contribué à environ 40% du rendement total de l’indice boursier américain S&P 500 depuis 1930. Mais au cours des années 1940, 1970 et 1980, lorsque l'inflation était en moyenne de 5% ou plus, les dividendes ont produit 54% de ce rendement total, comme on le voit sur tableau ci-dessous. Inflation and dividend-paying stocks | Fidelity