Interview: CBC et UCM renouvellent leur partenariat!

L’UCM et CBC continueront ensemble à soutenir la Wallonie et ses acteurs professionnels. Cette volonté commune s’est récemment traduite par le renouvellement de leur partenariat entamé il y a neuf ans afin de mieux accompagner les PME wallonnes.

C’est à cette occasion que Pierre-Frédéric Nyst, Président de l’UCM et Clemens Scholzen, CEO de CBC Banque et Assurance, se sont rencontrés pour une interview croisée à Namur. Il y est question, notamment, de la santé de la Wallonie.

Clemens Scholzen, quels sont les domaines prioritaires du plan d'expansion de CBC pour la Wallonie?

Clemens Scholzen: "Là où le besoin est présent, CBC intervient en soutien. Notre approche est à 360 degrés et s'adresse à plusieurs cibles. CBC, aujourd'hui, ce sont quatre agriculteurs sur dix, une asbl sur trois, plus de 5.000 PME, 80.000 TPE et plus de 20.000 titulaires de profession libérale. C'est dans notre ADN, nous avons la même clientèle qu'UCM."

Pierre-Frédéric Nyst, quels sont les secteurs à soutenir prioritairement?

Pierre-Frédéric Nyst: "La période reste difficile après les crises. Nos vocations, c'est de ne laisser personne au bord du chemin. Si CBC investit financièrement pour soutenir les entreprises, UCM investit du temps pour ces entreprises."

Clemens Scholzen, la banque que vous pilotez a-t-elle senti le changement de comportement des entreprises?

Clemens Scholzen: "Oui. Je pense que chaque crise engendre des changements. La crise énergétique a changé la donne en matière de durabilité. Auparavant considérée comme un problème lointain, la durabilité d'une entreprise est passée au premier rang, quand on a mesuré les dégâts causés par la hausse des prix de l'énergie. Nous sommes aujourd'hui beaucoup plus sollicités pour cet aspect entrepreneurial."

Le rôle d'une banque a-t-il changé face à ces crises-là?

Clemens Scholzen: "Je pense que le rôle d'une banque n'a pas changé mais il est peut-être perçu différemment. CBC compte environ 80 agences et 8 centres d'expertise où nos collaborateurs accompagnent et conseillent la clientèle. Nous avons mis en place un plan de formation continue de nos collaborateurs. Aujourd'hui, le banquier doit être capable d'accompagner une entreprise de manière globale et pas juste de la financer. Le plus gros défi aujourd'hui, c'est de former nos équipes en matière de durabilité."

Impossible de travailler comme avant les crises

Durant la crise, on a beaucoup décrié les banques, jugées peu à l'écoute des besoins de leurs clients. Pierre-Frédéric Nyst, qu'en pensez-vous, avec le recul?

Pierre-Frédéric Nyst: "La relation avec les banques a été difficile au début de la crise. Et puis elles se sont adaptées, certaines plus vite que d'autres. Nous disons que la PME ne va pas s'en sortir seule mais la banque ne prendra pas le risque toute seule non plus. Nous sommes devant un ensemble de solutions, où tout le monde doit réfléchir, en réinventant aussi sa manière de travailler. À toutes les étapes de la vie d'une entreprise, une banque et une organisation comme UCM doivent proposer le service adéquat, du démarrage à l'atterrissage en douceur. Si nous sommes dans une logique de développement de l'entreprise, on doit passer par une banque, partenaire de l'affaire, sans pieds de plomb. UCM et CBC Banque & Assurance ont le même langage mais le business est différent."

Clemens Scholzen, vous partagez l'avis du président UCM?

Clemens Scholzen: "Il nous arrive bien sûr de refuser du crédit et cela crée des frustrations mais nous n'avons jamais eu un taux de satisfaction aussi élevé que pendant la crise Covid, parce qu'on a très rapidement réagi. Nous avons reporté plus de 6.000 crédits de PME, en leur laissant un peu d'oxygène pendant un ou deux ans. Ça coûte très cher à la banque et nous met en porte-à-faux avec la Banque centrale européenne. Mais si le dossier est bien ficelé, il a toutes les chances d'être accepté."

Parlons des critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) si vous le voulez bien. C'est une épine dans le pied des banques?

Clemens Scholzen: "Le pouvoir a mis dans les mains des banques une responsabilité qu'elles n'ont pas demandée. On nous impose cette exigence. Mais nous jouons notre rôle et proposons un scan gratuit qui permet d'évaluer la durabilité de nos entreprises clientes. Trois cents scans ont déjà été réalisés depuis la crise Covid. S'il faut aller plus loin, nous faisons appel à un partenaire externe. La responsabilité sociétale des entreprises est d'ailleurs l'un des quatre piliers de la collaboration entre UCM et CBC. Par ailleurs, CBC octroie des taux de crédits "verts" avantageux pour ses clients."

Clemens Scholzen (CBC) et Pierre-Frédéric Nyst (UCM)
Clemens Scholzen et Pierre-Frédéric Nyst

Et chez UCM, Pierre-Frédéric Nyst?

Pierre-Frédéric Nyst: "Nous faisons du conseil sur mesure, de la sensibilisation jusqu'à l'individuel. Si on peut le faire ensemble, tant mieux! Le volet "green" d'une entreprise est essentiel mais il faut un peu de souplesse pour les starters. Si la transition écologique n'est pas économique, c'est une voie de garage. On doit travailler sur les deux. Très clairement, je pense que l'État est beaucoup plus en retard que le privé et les PME qui ont reçu un coup de pouce parfois de l'entourage, plus jeune, pour moderniser la structure."

Parlons de digitalisation. Où en êtes-vous chez CBC, Clemens Scholzen?

Clemens Scholzen: "Je suis un fervent défenseur du digital. Je trouve même que le digital est plus sécurisé que d'avoir du cash dans ses poches. Depuis plusieurs années, nous constatons un engouement de nos clients, qui nous pousse à aller plus loin. Les gens n'ont plus envie d'appeler la banque pour renouveler un crédit ou faire signer un mandataire. C'est une perte de temps. Le conseil humain reste primordial en agence, mais pas pour signer un virement. Notre application mobile a été élue meilleure au monde (en 2021-2022, ndlr) et Kate, notre assistant digital, répond aujourd'hui à près de 60% des questions de nos clients. Nous écoutons les entrepreneurs pour encore développer notre offre digitale et souvent, c'est dans notre intérêt commun."

Quid des agences bancaires?

Clemens Scholzen: "L'agence bancaire garde toute sa raison d'être car elle reste le carrefour d'activation de compétences bancaires. Les métiers d'agence sont foncièrement différents d'il y a vingt ans. Le fait d'avoir une banque conseillère et proche de ses clients, ça pour moi, ça ne disparaîtra jamais."

Formation continue pour répondre aux besoins des clients

Pierre-Frédéric Nyst, la digitalisation, c'est l'avenir des PME?

Pierre-Frédéric Nyst: "La digitalisation, soit on entre dedans et on agit de façon positive, soit on subit. Je pense que la deuxième solution n'est pas la bonne. Les réseaux sociaux ont sauvé des entreprises pendant la crise Covid. La digitalisation fait gagner du temps. Cela dit, il y a aussi le débat autour du cash et là, je voudrais nuancer. C'est un vrai débat de société et de génération qui recouvre un réel problème: celui de la fiscalité. Le souci dans les paiements électroniques reste le coût que ça engendre pour le commerçant."

Clemens Scholzen, ça coûte des sous à une banque de compter les sous de ses clients?

Clemens Scholzen: "Pas pour le dépôt à la machine mais si le client demande l'intervention d'une entreprise externe (de sécurité), là oui. Cela coûte seulement quelques euros pour un dépôt de plusieurs milliers. Le cash coûte par contre de l'argent à la banque. Un terminal cash tout compris coûte environ 50.000 euros par an. Le nombre de transactions électroniques dans les grandes surfaces est si élevé qu'il pose la question de conserver un système de paiement en cash. Donnez-moi une bonne justification de garder du cash…"

Pierre-Frédéric Nyst, je passe la frontière linguistique avec vous, nous sommes en Flandre. Sommes-nous le parent pauvre, le petit Poucet?

Pierre-Frédéric Nyst: "Non et non. Mais si toutes les PME wallonnes avaient le même taux d'emploi qu'en Flandre, on aurait déjà fait un grand pas dans la lutte contre le chômage. Il y a un problème de mentalité, c'est vrai aussi. Mais que diable, il y a des pépites en Wallonie. Nous devons avoir la mentalité des Flamands, être fiers de ce qu'on fait et le montrer. Et ça, c'est important. J'ai pris la présidence du Conseil économique, social et environnemental de Wallonie (Cese) il y a quelques semaines, pour deux ans. Je n'ai pas l'ambition de révolutionner tout mais nous avons des choses à dire."

Un pays fonctionne quand tout le monde travaille

Clemens Scholzen, y a-t-il des cultures d'entreprise différentes des deux côtés de la frontière linguistique?

Clemens Scholzen: "L'histoire fait qu'aujourd'hui, la taille et l'internationalisation des entreprises flamandes n'ont rien à voir avec les wallonnes, je le vois clairement avec mes collègues de chez KBC. Mais les entrepreneurs que je rencontre ne sont pas différents des entrepreneurs flamands. Ils veulent travailler et faire grandir leur société. Le vrai problème de la Wallonie, c'est le taux d'emploi."

Quelles sont vos solutions?

Clemens Scholzen: "Je ne suis pas homme politique mais une économie qui fonctionne est une économie où on travaille. Si on pense que le système est payable alors qu'il y a de moins en moins de gens qui travaillent, on se trompe. Aller chercher dans les entreprises ou les revenus dans la moyenne supérieure n'est pas la solution. À un moment, la source est tarie. Si on veut sauver la sécurité sociale, c'est par l'emploi et pas par la fiscalité."

Pierre-Frédéric Nyst: "Je partage le point de vue de Clemens Scholzen. Nous disons depuis longtemps que c'est une question de mentalité et de valeur travail. D'éducation et d'incitation. On avait proposé qu'il y ait un statut fiscal particulier pour le jeune formé dans un métier en pénurie et qui se lance dans la vie active. Moi, je trouve que ce ne serait pas mal que pendant cinq ans, il ne paie pas d'impôts, ça l'aiderait à acheter une maison ou fonder une famille. C'est peut-être à ce moment-là qu'il aura besoin d'un peu plus de cash. Il faut changer les mentalités, on va y arriver, ça prendra du temps. Il faut mettre en place un nouveau contrat social!"

Clemens Scholzen: "J'aime beaucoup cette notion de contrat social car je pense qu'il y a des droits lorsque je suis en difficulté mais aussi des devoirs. Aujourd'hui, l'écart de revenu entre travailler ou pas est trop étroit. La situation est toxique."

Clemens Scholzen, le gouvernement De Croo n'aura finalement pas fait de réforme fiscale. Bonne ou mauvaise nouvelle?

Clemens Scholzen: "En tant que banquier, je ne peux pas me mêler de politique et ne ferai pas de commentaire mais il est clair que la première réforme faisait état de 6 milliards d'euros pour décharger un peu le coût du travail et le financer autrement. Puis, on a réduit la voilure à 2 milliards… ça devenait une "réformeke". Peu importe ce qui se fait : en Belgique aujourd'hui, le coût de l'emploi est trop élevé. L'an passé, certains de nos clients ont été tenaillés par les factures d'énergie et l'indexation des salaires. Je crois que tout ça manque de flexibilité. Une réforme fiscale doit se financer par la croissance et pas par des nouvelles taxes. Il faut que la dépense totale diminue et le seul moyen d'y parvenir, c'est d'augmenter l'emploi. Je n'ai jamais vu un client s'en sortir en travaillant moins. Jamais. Aujourd'hui, notre système de pension n'est plus payable."

Pierre-Frédéric Nyst: "UCM nourrissait beaucoup d'attentes, après nos rendez-vous avec le ministre des Finances. On s'attendait à une vraie réforme fiscale, en diminuant les prélèvements sur le travail. Notre second souhait était d'insuffler une véritable culture d'entreprise à l'administration fiscale. On attendait beaucoup de choses et on a été très vite très déçus. Finalement, mieux vaut "rien" que "pire". Parce que si la réforme et toutes ses horreurs passaient, on risquait d'avoir les mauvaises mesures dans un premier temps, pour des raisons budgétaires, et les bonnes mesures renvoyées à beaucoup plus tard. Donc, nous sommes obligés d'être contents."


Interview: Isabelle Morgante (UCM) & Fabien Tyteca (CBC)

Disclaimer

La présente publication est une interprétation générale de la situation économique actuelle et ne peut être considérée comme un conseil en investissement, une recommandation d’investissement dans les instruments financiers décrits ou une proposition de stratégie d’investissement. 

Les informations contenues dans cette publication peuvent être réutilisées à condition d’en faire la demande et que CBC donne son accord explicite. La réutilisation doit dans tous les cas se limiter aux informations textuelles. Les informations contenues dans cette publication sont fondées sur des sources jugées fiables par CBC Banque. Leur exactitude, leur exhaustivité et leur caractère actuel ne sont toutefois pas garantis. Il ne peut être garanti que les scénarios, risques et prévisions présentés reflètent les perspectives du marché, ni qu’ils seront corroborés par la réalité.  CBC Banque (en ce compris tous leurs préposés) ne peuvent être tenus responsables des conséquences dommageables résultant directement ou indirectement de l’accès, de la consultation ou de l’utilisation des informations et données figurant dans la présente publication ou sur le site www.cbc.be 

CBC Banque SA – entreprise placée sous la surveillance de la FSMA – www.cbc.be

Quels impacts a la durabilité sur la pérennité et le développement des entreprises wallonnes?

Quels impacts a la durabilité sur la pérennité et le développement des entreprises wallonnes?

Entrepreneurs? Découvrez cette solution d’accompagnement et amplifiez votre impact!

Entrepreneurs? Découvrez cette solution d’accompagnement et amplifiez votre impact!

Un moyen de conserver son patrimoine dans la famille tout en bénéficiant d’une fiscalité avantageuse?

Un moyen de conserver son patrimoine dans la famille tout en bénéficiant d’une fiscalité avantageuse?

KBC et CBC Private Banking à nouveau élues 'Best Private Bank Belgium 2024' par Euromoney

KBC et CBC Private Banking à nouveau élues 'Best Private Bank Belgium 2024' par Euromoney