La révolution IT a-t-elle atteint l'essentiel de son impact sur la productivité du travail ou subsiste-t-il une marge de croissance?

"L’ère de l’informatique est partout, sauf dans les statistiques de la productivité." Cette boutade de 1987 de l'économiste Robert Solow est plus pertinente que jamais. Le rapport pour le 2ème trimestre du BLS sur la productivité et les coûts aux États-Unis a de nouveau livré des nouvelles peu réjouissantes. La productivité du travail a baissé de 1,10% par rapport au trimestre précédent et de 2,50% sur une base annuelle.

La croissance de la productivité du travail observée depuis 2011 a été exceptionnellement faible (voir graphique).

Cette faible croissance de la productivité surprend compte tenu des progrès réalisés par les technologies IT au cours des dernières décennies.

Les fruits faciles de l'innovation auraient-ils déjà été cueillis?

L'importance de la révolution IT dans les statistiques de la productivité suscite un débat animé parmi les économistes. Les techno-pessimistes tels que Robert Gordon, professeur à Harvard, affirment que la croissance élevée de la productivité américaine des XIXe et XXe siècles ne se répétera probablement pas au cours de ce siècle.

Robert Gordon affirme que les fruits faciles de l'innovation ont déjà été cueillis et que les nouvelles technologies auront moins d'impact. Ainsi, l'invention des voitures à conduite autonome augmentera certainement la productivité américaine, mais son effet sera plus faible que celui de l'invention de la voiture elle-même.

Selon Robert Gordon, l'effet de la révolution IT sur la productivité américaine dans les années 1990 s'est en outre estompé. Il affirme que nous verrons bientôt la fin de la loi de Moore, selon laquelle le nombre de transistors sur une puce double tous les deux ans. Robert Gordon estime que la croissance de la production horaire ralentira pour atteindre une moyenne de 1,2% dans les années 2015 à 2040, contre une moyenne de 2,26% entre 1920 et 2014.

Les ordinateurs sont responsables d'une baisse de 30% de la productivité

L'économiste Seda Basihos va même plus loin. Selon elle, l'innovation IT se distingue des autres types d'innovation par son cycle de vie beaucoup plus court que celui des autres produits. Seda Basihos affirme que le temps nécessaire pour s'adapter à une nouvelle technologie IT est plus court que son cycle de vie.

Cette actualisation constante des technologies entraînerait donc une érosion des compétences sur le marché du travail. Selon les estimations de Seda Basihos, les ordinateurs sont responsables de 30% de la baisse de productivité enregistrée aux États-Unis au cours des dernières décennies.

Techno-optimistes contre techno-pessimistes

Selon les techno-optimistes, la méthode actuelle de calcul du PIB sous-estime la richesse générée par les nouvelles technologies. Grâce à la révolution IT, de nombreux produits tels que des encyclopédies, des dictionnaires, des articles de journaux, des vidéos musicales et des cours en ligne sont disponibles gratuitement sur Internet. Ils ne sont donc pas repris dans les chiffres du PIB, mais l’on peut difficilement affirmer qu'ils ne génèrent pas de valeur ou de richesse.

Ainsi, un smartphone figure dans les chiffres du PIB en tant que produit distinct et non comme la somme d'un téléphone portable, d'un mp3, d'un GPS, d'une calculatrice, d'une montre, d'un minuteur, d'une console de jeux, etc.

Les économistes Charles Hulten et Leonard Nakamura ont calculé à partir de la littérature économique que le bénéfice de l'innovation pour les consommateurs américains était sous-estimé d'un milliard ou plus de dollars US (environ 4% du PIB actuel).

Plusieurs techno-optimistes contestent également l'affirmation selon laquelle la productivité liée à l’IT a déjà atteint la majeure partie de son potentiel. Les innovations technologiques de grande envergure mettent généralement des décennies à atteindre leur plein potentiel. Avant l'invention de l'électricité, les usines étaient des bâtiments à plusieurs étages qui dépendaient d'une seule machine à vapeur. Lorsque l'électricité a été inventée, la plupart des entreprises ont simplement remplacé leurs moteurs à vapeur par des moteurs électriques sans modifier leurs usines.

Ce n'est que des décennies plus tard que des entrepreneurs comme Henri Ford ont exploité le véritable potentiel de l'électricité en optimisant leurs processus de production. Aujourd'hui encore, de nombreuses entreprises se sont contentées d'intégrer des solutions IT dans leurs processus actuels, plutôt que de repenser l'ensemble de leur mode de fonctionnement. Les entreprises qui ont réussi à redessiner leurs processus ont obtenu de meilleurs résultats que leurs concurrents.

Que dit l'OCDE?

Selon l'OCDE, les entreprises pionnières ont généré en moyenne une croissance annuelle de la productivité supérieure de 3% à celle de leurs consœurs non pionnières au cours de la première décennie de ce siècle. Si la destruction créatrice s'accélère, la productivité globale pourrait toutefois augmenter.

En outre, de nombreuses innovations basées sur l’IT n'ont pas encore atteint leur plein potentiel. L'IA, l'informatique quantique, la blockchain, la robotique, l'impression 3D et les voitures à conduite autonome n'en sont qu'à leurs balbutiements et chacune de ces technologies a le potentiel de déstabiliser d’importantes industries.

Dans une étude de 2013, Carl Benedikt Frey et Michael Osborne (2013) ont conclu que 47% de l'emploi total aux États-Unis présentait un 'risque élevé' d'automatisation (c'est-à-dire des professions dont la probabilité d'automatisation est d'au moins 70%) dans les 10 à 20 prochaines années. Dans la même tendance, une étude de 2017 du McKinsey Global Institute estime que 51% du travail américain est susceptible d'être automatisé. McKinsey a identifié une croissance potentielle de la productivité d'au moins 2% par an au cours des dix prochaines années, dont environ 60% proviendraient de la numérisation.

La croissance de la productivité du travail est le moteur principal de la croissance économique

En 1994, Paul Krugman a déclaré: "La productivité n'est pas tout, mais à long terme, elle est presque tout". Il a tout à fait raison. Étant donné que les taux de dépendance augmentent régulièrement en raison du vieillissement de notre population (voir graphique), la croissance de la productivité du travail sera le moteur principal de la croissance économique.

Dans un scénario de faible productivité, les systèmes de sécurité sociale seront mis sous pression et les gouvernements seront confrontés à des arbitrages budgétaires difficiles, tandis que les salaires nets réels stagneront probablement. Dans un scénario de productivité élevée, l'augmentation de la croissance économique fera baisser le ratio d'endettement et fournira une marge de manœuvre budgétaire suffisante pour relever des défis tels que le changement climatique. Espérons que les techno-optimistes aient raison!

Que pouvez-vous attendre d'un premier rendez-vous?
Nos services Private Banking sont accessibles à toute personne disposant d’un patrimoine de plus de 250.000 euros.

Disclaimer

La présente publication est une interprétation générale de la situation économique actuelle et ne peut être considérée comme un conseil en investissement, une recommandation d’investissement dans les instruments financiers décrits ou une proposition de stratégie d’investissement. 

Les informations contenues dans cette publication peuvent être réutilisées à condition d’en faire la demande et que CBC donne son accord explicite. La réutilisation doit dans tous les cas se limiter aux informations textuelles. Les informations contenues dans cette publication sont fondées sur des sources jugées fiables par CBC Banque. Leur exactitude, leur exhaustivité et leur caractère actuel ne sont toutefois pas garantis. Il ne peut être garanti que les scénarios, risques et prévisions présentés reflètent les perspectives du marché, ni qu’ils seront corroborés par la réalité.  CBC Banque (en ce compris tous leurs préposés) ne peuvent être tenus responsables des conséquences dommageables résultant directement ou indirectement de l’accès, de la consultation ou de l’utilisation des informations et données figurant dans la présente publication ou sur le site www.cbc.be 

CBC SA – entreprise placée sous la surveillance de la FSMA – www.cbc.be

Le testament, un outil bien souvent incontournable

Le testament, un outil bien souvent incontournable

Hausse du coût de la vie: un défi supplémentaire pour l'investissement responsable?

Hausse du coût de la vie: un défi supplémentaire pour l'investissement responsable?

Le monde en images: Prévisions d'investissement pour 2023

Le monde en images: Prévisions d'investissement pour 2023

Podcast: Les 10 prévisions de notre Chief Economist pour 2023

Podcast: Les 10 prévisions de notre Chief Economist pour 2023