Les jeux vidéo, rois incontestés de l’industrie florissante du divertissement!

Tableau des principaux indices boursiers au 25/08/2023

L’irrésistible ascension des jeux vidéo!

Dans le passé, hors la presse écrite, au niveau des media, on n’avait d’abord que la radio, puis il y a eu le cinéma et la télévision. Puis sont arrivés, bien après, internet et les réseaux sociaux, les sites de streaming et les jeux vidéo. Et l’importance des uns et des autres a incroyablement évolué. Ainsi, en avril dernier, dans sa 17e enquête annuelle sur les tendances des médias numériques ("Deloitte digital media trends 2023"),  la firme internationale de consultance Deloitte démontre que les jeunes se tournent davantage vers le contenu généré par des utilisateurs et les jeux vidéo pour y trouver "de la valeur, un sens et de l'accomplissement personnel"Le rapport indique ainsi que regarder des émissions de télévision et des films à la maison n'est plus l'activité prépondérante pour les Millenials (de 27 ans à 40 ans) et la génération Z (de 14 à 26 ans), qui partagent plutôt équitablement leur temps entre les réseaux sociaux, les sites de streaming et les jeux vidéo.

Par ailleurs, en 2021 déjà, le cabinet de conseil Accenture estimait dans une étude ("Gaming is the next Super Platform") que l’industrie vidéoludique pesait plus lourd que celles de la musique et du cinéma combinées. Enfin une étude du cabinet d’audit et consultance PwC ("Perspectives from the Global Entertainment & Media Outlook 2022-2026") estime que les recettes en jeux vidéo devraient dépasser – sans compter l’e-sport - les 300 milliards de dollars d’ici 2026-2027! Et à ce chiffre de 300 milliards, on pourrait encore rajouter une centaine de milliards de revenus indirects (matériel informatique, accessoires divers,…). A noter que, selon Newzoo, 3.38 milliards de personnes s’adonneraient actuellement aux jeux vidéo dans le monde, le nombre de joueurs ayant particulièrement progressé durant la pandémie à cause des confinements…

Mais comment expliquer cet engouement croissant pour les jeux vidéo?

Il faut d’abord savoir que c’est d’abord une question de support. En 2012 les consoles fixes représentaient encore 45% du marché contre 37% pour les PC et seulement 18% pour les plateformes mobiles. Mais comme le démontre PwC, si le chiffre d’affaires via PC et consoles de jeux a progressé continuellement ces dernières années, passant de 49.3 milliards USD en 2017 à 62 milliards en 2021 (+25.8%), c’est via les appareils mobiles (smartphones et tablettes), parallèlement au développement d’internet plus rapide et abordable - que les revenus ont explosé. Entre 2017 et 2021, le chiffre d’affaires des jeux via mobiles est passé de 67.7 milliards à 148 milliards, soit un chiffre plus que doublé! Et cette croissance via appareils mobiles devrait perdurer, le chiffre d’affaires approchant les 250 milliards d’ici 2026 comme le montre le tableau suivant:

Graphique d'illustration

A noter que les jeux décentralisés, via le cloud ("en nuage"), et en réalité virtuelle ou augmentée se développent aussi – avec un important potentiel - mais restent des marchés de niche pour l’instant. Par ailleurs, l’intelligence artificielle générative fait déjà partie du développement des jeux, bien que les fans se soient déjà opposés à l'utilisation de l'IA dans certains jeux…

Les jeux "free-to-play" expliquent aussi la forte croissance du secteur des jeux vidéo…

En effet, la plupart des jeux vidéo sont maintenant vendus en ligne ou disponibles en "free-to-play" c’est-à-dire "gratuits" mais en réalité pour lesquels beaucoup de joueurs achètent des options supplémentaires ou des extensions – via des achats dits "intégrés" - pour progresser.

Ce business modèle est très rentable. Ainsi selon un rapport de Slice Intelligence, spécialiste de l’analyse du commerce numérique, aux États-Unis les personnes qui ont dépensé de l'argent dans leurs jeux mobiles l'année dernière ont dépensé en moyenne 87 dollars pour des achats "in-app" dans des jeux mobiles "gratuits"… Mais selon la même étude, certains jeux très populaires ont enregistré des dépenses moyennes par joueur allant de 230 à 550 dollars!!! Et pour certains jeux très connus, l’achat de toutes les extensions peuvent dépasser les 1.000 dollars… C’est beaucoup élevé que les jeux classiques, à prix fixe, coûtant entre 30 et 60 dollars…

Concrètement 85% des revenus des jeux proviennent actuellement des jeux "gratuits", revenus auxquels il faut rajouter une hausse croissante des publicités, les annonceurs plébiscitant de plus en plus ce média…

Géographiquement, les Etats-Unis sont toujours le paradis des joueurs mais…

Les USA représentent toujours le principal marché mondial pour les jeux vidéo (environ 25% des recettes mondiales) mais la Chine talonne de plus en plus le marché américain. Et si on considère l’Asie-Pacifique, cette région représentera 46% des recettes mondiales cette année…

En bourse, ascenseur émotionnel pour le secteur des jeux vidéo

L’indice Solactive Video Games & eSports Index représente une cinquantaine d’actions mondiales actives dans le secteur des jeux vidéo. Le graphe ci-dessous montre clairement que ce secteur (en blanc) a très largement surperformé et profité des "années Covid". Depuis, l’indice est rentré dans le rang, les prises de bénéfices ayant dominé dans le secteur. Mais la pénurie, notamment en 2022, de composants électroniques, le report de certains jeux et l’inflation des coûts de production a également joué défavorablement. La performance cumulée de l’indice S&P 500 (en orange) est ainsi meilleure, ces dernières années, comparée à l’indice Solactive Video Games, par contre l’indice "jeux" performe toujours mieux que l’indice européen Stoxx 600 Europe (en jaune).

Toutefois, de récentes transactions, où des géants technologiques mondiaux sont ainsi prêts à dépenser des dizaines de milliards de dollars pour acquérir un acteur majeur du secteur des jeux vidéo semblent indiquer que le potentiel de croissance est bien là et qu’il faudra tenir compte de ce business à l’avenir!

Graphique d'illustration

Nos centres CBC Private Banking

Notre approche CBC Private Banking - Des solutions sur mesure

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.