La transition vers l’électricité durable accélère nettement en Europe

Tableau des principaux indices boursiers au 10/02/2023

La guerre en Ukraine, déclenchée il y a près d’un an, a notamment eu pour conséquence d’exacerber la crise énergétique en Europe, le gaz et le pétrole russe étant progressivement boycottés. Si le pétrole ne représentait "que" 25% des importations européennes en 2021, par contre environ 45% des importations du gaz naturel provenaient de Russie, c’est-à-dire 155 milliards de m3.

En octobre 2022, la Commission européenne a présenté un plan, baptisé REPowerEU, pour en finir dès que possible avec la dépendance envers les combustibles fossiles russes. Ce plan est basé sur trois piliers: diversifier l’approvisionnement en gaz, accélérer massivement le déploiement des énergies renouvelables et faire d’importantes économies d’énergie. La mise en œuvre intégrale des propositions de la Commission "Ajustement à l'objectif 55" réduirait notre consommation annuelle de combustibles fossiles de 30%, soit 116 milliards de mètres cubes, d'ici à 2030. Grâce aux mesures prévues dans le plan REPowerEU, nous pourrions progressivement réduire d'au moins 155 milliards de mètres cubes notre utilisation de combustibles fossiles, soit le volume importé de Russie en 2021. L’Europe peut-elle se passer du gaz russe? (europa.eu). Pour financer ses réformes ambitieuses et soutenir la mise en œuvre du Plan REPowerEUl’Union Européenne mobilisera près de 300 milliards d’euros!

Le Plan RePowerEU prévoit donc d’accélérer nettement la transition vers les énergies renouvelables, la Commission européenne proposant d’augmenter de 40% à 45% l’objectif de ce type d’énergies pour 2030. Cela porterait les capacités totales de production issue d'énergies renouvelable à 1236 GW d'ici 2030, contre seulement 511 aujourd'hui.

Et justement, à propos d’énergies renouvelables, nous avons pu lire le très intéressant rapport d’Ember, publié le 31 janvier dernier. Ember, anciennement Sandbag (ou Sandbag Climate Campaign), est un "think tank", un groupe de réflexion environnemental à but non lucratif, faisant campagne pour réduire l'utilisation du charbon. Basée au Royaume-Uni, l'organisation a été lancée en 2008 par Bryony Worthington et a été le premier membre du Guardian's Environment Network. Ce dernier rassemble les meilleurs sites Web du monde consacrés aux sujets écologiques.

Le rapport d’Ember (Report-European-Electricity-Review-2023.pdf (ember-climate.org) démontre que la transition électrique européenne sort de la crise énergétique plus forte que jamais. En Europe, l'accent est désormais mis sur la réduction rapide de la demande de gaz, tout en éliminant progressivement le charbon. Corollairement une montée en puissance massive des énergies propres est en route.

Ainsi, comme on le voit sur le tableau ci-dessous, les énergies éolienne et solaire – proches de 0% en l’an 2000 - ont généré plus d’un cinquième de l'électricité de l'Union Européenne en 2022 (22.28%), dépassant pour la première fois le gaz fossile (19.91%)! Et si le charbon est quelque peu reparti à la hausse – la crise énergétique ayant rendu nécessaire dans un 1er temps la relance des centrales au charbon - il ne représente malgré tout qu’environ 16% de l’électricité produite. A noter que le recours aux centrales à charbon a diminué durant le 2e semestre 2022 grâce notamment à la forte chute de la demande d’électricité durant cette période. Ce recul de la demande s’explique par une conjonction d’éléments positifs: la flambée des prix a, d’une part, incité les industries et les ménages à modérer leur consommation d’électricité et, d’autre part, un début d’hiver particulièrement doux a fait le reste.

Tableau d'illustration

Mais on notera aussi que la production d’électricité européenne a été perturbée par une sécheresse inédite sur les 500 dernières années ce qui a entraîné le plus faible niveau de production hydroélectrique depuis au moins l’année 2000, alors que par ailleurs la France connaissait de nombreuses pannes nucléaires inattendues au moment même où les unités nucléaires allemandes fermaient. Au total, l’électricité produite par les centrales nucléaires et hydroélectriques a donc ainsi baissé à 32%.

En 2023, la demande d’électricité en Europe, déjà en baisse en 2022, devrait encore diminuer d’environ 84 TWh, les sociétés et les ménages étant plus sobres dans leur consommation. Coté production (voir le tableau suivant)  Ember prévoit que l’éolien et le solaire en tant que source d’électricité devraient encore progresser en 2023 (+86 TWh), tout comme l’hydroélectricité (+40 TWh) alors que la production nucléaire s’améliorerait aussi nettement. Par contre, la production d’électricité à base d’énergies fossiles (gaz et charbon) chuterait lourdement (-211 TWh).

Selon Ember, l'Europe avance donc à grands pas vers une économie propre et électrifiée, et cela sera pleinement visible en 2023!

Tableau d'illustration

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.