Après le Covid-19, le business des salles de cinéma reprend vie!

Tableau des principaux indices boursiers au 20/01/2023

Durant la pandémie de Covid-19, les cinémas ont fait partie des activités professionnelles qui ont le plus souffert. Et si cette industrie n’est pas encore totalement rétablie, elle va beaucoup mieux. En 2020 les complexes de cinéma ont vu leur chiffre d’affaires s’effondrer, les salles étant soit fermées soit soumises à de strictes contraintes sanitaires limitant leur accès durant de longues périodes. En 2021, la situation a commencé à quelque peu s’améliorer. Ainsi le principal groupe belge - qui exploite plus de 100 cinémas en Europe et au Canada - a vu son nombre de visiteurs chuter de 40,3 millions en 2019 à seulement 12,1 millions en 2020 avant d’un peu remonter en 2021 (17,2 millions) et de poursuivre cette tendance haussière en 2022 (21,1 millions après 9 mois).

Plus globalement, selon les estimations de Gower Street Analytics et Comscore – spécialisées dans l’analyse de l’industrie cinématographique - le total des recettes des entrées au cinéma dans le monde (appelé aussi "box-office") a atteint 25,9 milliards USD en 2022. Cela représente un gain de 27% par rapport à 2021, poursuivant ainsi la reprise du box-office mondial. Cependant, il reste encore du chemin à parcourir pour retrouver les niveaux d’avant la pandémie, avec un retard de 35% environ sur la moyenne des trois dernières années pré-pandémiques (soit 2017 à 2019), correspondant à une perte d'environ 14 milliards USD aux taux de change actuels. Gower Street Estimates 2022 Global Box Office Hit $25.9 Billion - Gower Street Analytics

Hors des effets négatifs exceptionnels comme ceux résultant de la pandémie, les salles de cinéma sont par ailleurs ordinairement soumises à 2 facteurs très importants, mais difficilement prévisibles:

  • La météo: s’il fait beau, les gens ont tendance à moins privilégier les activités de loisirs d’intérieur; si le temps est maussade, c’est l’inverse…
  • Le lancement et le succès ou non de super-productions ou « blockbusters », soit des films en général à grande audience. En 2022, plusieurs blockbusters comme "Jurassic World: le Monde d'après", "Top Gun: Maverick" et "Avatar 2" ont notamment permis une continuation de la reprise de la fréquentation des salles de cinéma.

Pour contrer le caractère aléatoire de la météo et de l’offre de films à succès, les complexes de cinémas cherchent sans cesse à faire évoluer leur offre, en "plus" et en "mieux". En "mieux", les grands multiplex de cinéma proposent par exemple:

  • des salles HFR (High Frame Rate): au lieu de 24 images/seconde, le film est projeté en 48 images/seconde, donnant une impression de meilleure fluidité, notamment dans les films d’action;
  • des salles Dolby Cinema: salles luxueuses équipées de technologies de projection de pointe;
  • des salles IMAX: écrans géants à haute définition;
  • des salles 4DX: les sièges peuvent bouger au moment de scènes d’action et les salles 4DX diffusent aussi des odeurs, de la vapeur d’eau, des effets de lumière,…;
  • des salles ScreenX: grâce à 3 écrans, on étend l'image sur les murs latéraux. Un dispositif qui permet de profiter ainsi d'une projection panoramique immersive à 270 degrés;
  • ou encore des salles Onyx LED: le film est directement projeté sur un écran LED. Couleurs et luminosité sont meilleures et l’image est belle même dans les coins. (Dolby Cinema, IMAX, 4DX ou 3D: quelle est la meilleure technologie au cinéma? - Numerama:

En  "plus", donc pour augmenter et lisser leurs revenus, les cinémas ont aussi développé des activités connexes comme par exemple les "Ladies Nights", les soirées Opéra (retransmission, en direct, sur grand écran et avec une sonorité exceptionnelle, d’une œuvre jouée à l’Opéra de Milan par exemple), des soirées "foot" lors de matchs de l’équipe nationale ou encore des journées réservées aux "events" internes de sociétés.

Il est important aussi de signaler qu’au niveau géographique, le secteur des salles de cinéma ne fonctionne pas de manière uniforme. Différents éléments peuvent expliquer cette différentiation:

  • Pendant la crise sanitaire par exemple, les contraintes imposées au milieu de la culture (dont font partie les cinémas) étaient différentes selon les pays;
  • Des films à connotation locale peuvent aussi favoriser la fréquentation des salles dans certains pays. Au Japon par exemple, grâce à l’incroyable succès du film "One Piece Film Red" tiré d’un célèbre Manga, les recettes des salles y ont presque rattrapé leur niveau antérieur à la crise, soit - 9,4% par rapport à 2017-2019.
  • La plus forte dépendance de certains pays à une programmation d’autres pays. Par exemple il y a une forte dépendance du marché espagnol au cinéma américain et selon la dynamique plus ou moins forte d’Hollywood, les recettes des cinémas seront plus ou moins importantes. Cinéma: les salles françaises tirent leur épingle du jeu en Europe | Les Echos

Ainsi, comme on le voit sur le tableau ci-dessous, certains pays ont mieux progressé en 2022 par rapport à 2021, comme les pays germaniques (Allemagne, Autriche), l’Italie… ou la Belgique. Plus en retrait, on trouve les pays anglo-saxons (Royaume-Uni, USA), la France et surtout l’Espagne.

Tableau d'illustration

Le retour progressif à la normale devrait se poursuivre cette année. Ainsi dans une autre étude parue mi-décembre 2022, Gower Street Analytics estime que le box-office mondial pourrait atteindre 29 milliards USD en 2023. Forecast 2023: Gower Street Announces $29 Billion Early Global Box Office Estimate - Gower Street Analytics. Toutefois ce chiffre pourrait encore évoluer, à la baisse ou à la hausse, dépendant, comme on l’a vu ci-dessus, des aléas de la météo et du succès (ou non) des « blockbusters » annoncés cette année. En 2023 devraient ainsi être diffusés « Indiana Jones et le Cadran de la destinée », 3 films des super héros Marvel ("Ant-Man et la Guêpe: Quantumania", "Les Gardiens de la Galaxie 3" et "The Marvels"), "Aquaman" ou "Dune 2" par exemple.

Il sera aussi intéressant de voir en 2023 comment le public réagira par rapport à un pouvoir d’achat sérieusement écorné par une inflation élevée, les dépenses consacrées aux loisirs n’étant pas prioritaires (contrairement à l’alimentation ou la santé par exemple) pour une certaine partie de la population… Il faut d’ailleurs rappeler que l’industrie du cinéma fait partie, en bourse, du secteur de la consommation cyclique.

Et si l’industrie du cinéma reprend vie après les effets négatifs du Covid-19, il reste encore une marge par rapport aux 42,3 milliards USD de recettes atteints en 2019 - un record historique – comme on le voit sur le tableau ci-dessous…

Tableau d'illustration

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.