À y regarder de plus près,

la faillite est parfois une seconde chance pour les asbl!

À y regarder de plus près,

la faillite est parfois une seconde chance pour les asbl!

Publié le 20 février 2018 

Les asbl sont-elles en passe de devenir des entreprises comme les autres? C’est du moins ce que laissent présager deux réformes importantes: l’une dite du «Code des sociétés» à l’étude au Parlement actuellement, la seconde intitulée «Livre XX, insolvabilité des entreprises» d’application le 1er mai prochain. Cette dernière a comme conséquence qu’une asbl pourra désormais être mise en faillite au même titre que toute autre entreprise. Entre risques et opportunités, 2018 s’annonce en tous les cas comme une année charnière pour le non-marchand!

Un Livre XX à voir comme une seconde chance

Votée en août 2017 et programmée pour entrer en vigueur le 1er mai 2018, la Réforme du code Economique relative à l’insolvabilité des entreprises donne ni plus ni moins accès à la faillite aux asbl. Avec plus de 60.000 associations actives recensées en Belgique, doit-on s’attendre à une augmentation significative du nombre de faillites? Compte tenu de la prudence avec laquelle elles sont gérées et malgré les tensions sur le financement du secteur, on peut penser que non. Et, à y regarder de plus près, la faillite serait peut-être même une opportunité pour les associations.

En effet, si hier, une asbl en prise à des difficultés financières n’avait d’autre alternative que d’opter pour la dissolution et la liquidation pure et simple, demain grâce à la procédure de faillite, elle pourra mettre en œuvre un plan de sauvetage et accéder à une deuxième chance. 

Nous constatons dans le secteur une certaine forme de frilosité à entreprendre alors que les besoins sociétaux auxquels les associations répondent sont en forte croissance. Nous voyons cette réforme comme une opportunité pour les asbl d’être plus entreprenantes et créatives dans l’intérêt de tous.

Bruno Menu - Directeur Commercial Public et Non-Marchand

CBC Banque et le secteur associatif: 4 recommandations

Dans ce nouvel environnement de risque et face à des défis sociétaux croissants, le secteur doit envisager plusieurs pistes de développement.

Innover: la digitalisation ouvre de nouvelles perspectives pour transformer et développer vos activités quotidiennes et aussi faciliter la communication avec vos stakeholders. Mais innover c’est aussi mettre en commun des ressources, repenser sa logistique, sa distribution,…

Professionnaliser: tant dans votre Conseil d’Administration que dans vos équipes de terrain, recrutez des talents et spécialistes aux compétences variées comme le juridique, le digital, la communication, le financier, etc.

Investir: il ne faut pas avoir peur de grandir et d’investir, et donc parfois de s’endetter. Cela doit se faire de manière professionnelle avec l’encadrement adéquat, celui de votre banquier notamment.

Communiquer: il faut être transparent sur l’impact sociétal et financier vis-à-vis de vos partenaires, de vos créanciers, des pouvoirs publics et surtout de vos bénéficiaires. Les bonnes et les mauvaises nouvelles doivent être partagées et surtout pas à la dernière minute.

Cette page est-elle utile pour vous? Oui Non

D'autres regards d'experts

Ce qui compte dans les circuits courts, c’est prendre soin de sa santé et son environnement, à un juste prix!

Ce qui compte dans les circuits courts, c’est prendre soin de sa santé et son environnement, à un juste prix!

   
Dans quelques mois, transmettre son entreprise à ses enfants, ce sera plus de souplesse mais quelques pièges.

Dans quelques mois, transmettre son entreprise à ses enfants, ce sera plus de souplesse mais quelques pièges.


  
Derrière la volatilité des matières premières, c’est le salaire de nos agriculteurs qui fluctue.

Derrière la volatilité des matières premières, c’est le salaire de nos agriculteurs qui fluctue.

    
25 millions de poulets abattus chaque mois… et moi et moi et moi?

25 millions de poulets abattus chaque mois… et moi et moi et moi?