À y regarder de plus près,

grâce à la digitalisation, fini les complexes pour nos PME.

À y regarder de plus près,

grâce à la digitalisation, fini les complexes pour nos PME.

Publié le 1er mars 2018 

La grande exportation serait-elle encore l’exclusivité des grandes entreprises? Bien sûr que non! L’époque où les PME n’avaient ni les moyens financiers, ni les ressources, ni l’expertise nécessaires pour se lancer dans une aventure internationale est révolue grâce à la digitalisation. Et, à y regarder de plus près, maintenant que ce n’est plus la taille qui compte, fini les complexes et place à l’ambition, aux idées et surtout à un bon réseau.

Le bout du monde dans une app

Grâce à la nouvelle technologie Blockchain, il sera bientôt possible pour nos entrepreneurs de suivre digitalement l’ensemble du processus d’une transaction commerciale, allant de la signature du contrat jusqu’à la réception du paiement via une app. 7 banques européennes travaillent actuellement à ce projet qui permettra à toutes les parties intervenantes d’avoir accès à une plateforme commune: le fournisseur, son client, le banquier de l’exportateur et de l’importateur, les transporteurs.

Concrètement, dès l’expédition des marchandises, le client recevra une notification immédiate. Plus besoin non plus d’envoyer des documents papier à l’étranger, ce qui permettra de diminuer considérablement le délai de paiement. Ainsi, les besoins de financement diminueront pour les PME qui seront alors plus libres de leurs mouvements.

La digitalisation dont la technologie blockchain est en train de révolutionner le commerce extérieur; Trouver de nouveaux débouchés ou sources d’approvisionnement à l’étranger peut se faire de nos jours sans voyager constamment à l’autre bout du monde. Les petites et moyennes entreprises de talent, et chacun sait qu’elles sont nombreuses en Wallonie, sont désormais sur un pied d’égalité avec les entreprises de grande taille. Ce qui compte désormais c’est l’ambition et le talent de chaque entrepreneur.

Christine Deleye - Responsable Commerce Extérieur et Paiements

Moins de risques, plus de débouchés pour tous

Dans le commerce extérieur, ce qui importe, c’est de couvrir les principaux risques liés à la transaction, dont le risque de non-paiement. Il s’agit donc de couvrir ce risque, le meilleur levier étant de disposer d’une série de moyens de paiement diversifiés et adaptés, mais aussi d’un réseau bancaire international suffisamment étendu afin de sécuriser les transactions. Ici aussi le digital offre de nouvelles perspectives aux entreprises de plus petites tailles qui n’ont ni les ressources ni l’expertise nécessaires pour travailler avec les solutions classiques telles que les lettres de crédit.

CBC Banque et le commerce extérieur: 3 recommandations

Utilisez les compétences mises à votre disposition

Plusieurs acteurs tels que l’AWEX, les chambres de commerce et les banques disposent d’une grande expertise et sont prêts à vous conseiller ou à former vos collaborateurs avant de vous lancer à l’exportation. Souvent cette expertise est partagée sans frais (substantiels).

Impliquez votre banquier dès le début de votre projet d’exportation

Une fois que le contrat commercial a été conclu et que les conditions de paiement entre fournisseur et client ont été convenues, le banquier ne sait plus faire grande chose en cas de non-paiement. Si dès l’origine de votre projet vous nous en faites part, CBC vous aidera à trouver la technique de paiement la plus adaptée en fonction du pays, de la banque de votre client, de votre expertise interne, de votre pouvoir de négociation, du montant, de la durée du contrat…

Suivez les innovations digitales

De nouvelles opportunités s’annoncent pour les PME qui veulent augmenter leur volume de vente, grâce à la digitalisation et à la technologie Blockchain. CBC lancera prochainement deux solutions innovatrices.

Cette page est-elle utile pour vous? Oui Non

D'autres regards d'experts

2017 aura été l’année de tous les superlatifs.

2017 aura été l’année de tous les superlatifs.

    
Derrière la volatilité des matières premières, c’est le salaire de nos agriculteurs qui fluctue.

Derrière la volatilité des matières premières, c’est le salaire de nos agriculteurs qui fluctue.

    
La faillite est parfois une seconde chance pour les asbl!

La faillite est parfois une seconde chance pour les asbl!

  
La famille reste un investissement gagnant… aussi en bourse!

La famille reste un investissement gagnant… aussi en bourse!