«Aujourd’hui, il doit être facile et simple d’acheter ou vendre une entreprise aux 4 coins du monde»

Philippe Desomberg, Responsable Fusions et Acquisitions chez CBC Banque

«Aujourd’hui, il doit être facile et simple d’acheter ou vendre une entreprise aux 4 coins du monde»

Philippe Desomberg, Responsable Fusions et Acquisitions chez CBC Banque

80% du PIB belge est destiné à l’exportation, un constat qui donne le ton à tout entrepreneur nourrissant une ambition de croissance. Bien qu’il soit difficile d’identifier et chiffrer le moment exact à partir duquel il est judicieux de passer à l’international, dépasser nos frontières s’impose tôt ou tard à une majorité d’entrepreneurs belges que ce soit au travers d’une croissance organique ou d’une croissance externe (acquisition). Mais cela ne s’improvise pas et une chose est certaine: au moment de passer à l’acte, une main locale à l’autre bout du monde s’avère être un fameux atout et ce même en matière de Fusions et Acquisitions (M&A pour Mergers et Acquisitions en anglais).

Les fusions et acquisitions n’ont plus de frontière

Dans le monde du M&A, il y a ceux qui vendent et ceux qui achètent. Les conseillers des premiers ont la tâche souvent plus aisée, certains confiant parfois à leur expert M&A une mission simple dans leur chef, même si souvent complexe à réaliser; «obtenez-moi le meilleur prix»! Il s’agit alors de mettre l’entreprise en question en vente sur le marché belge et étranger, de négocier la meilleure offre en souhaitant que les acquéreurs soient également nombreux à faire le déplacement jusque dans nos contrées. A l’horizon 2020-2025, les dirigeants de près de 10.000 entreprises wallonnes seront concernés par la transmission de leur entreprise. Dénicher les acquéreurs potentiels en toute discrétion et négocier l’achat, entre considérations financières et juridiques, seront les défis des experts M&A pour la plupart de ces entrepreneurs.

Grandir à l’étranger, une autre paire de manches

Philippe Desomberg, Responsable Fusions et Acquisitions chez CBC Banque

Les entrepreneurs qui choisissent de grandir en absorbant concurrents ou fournisseurs et clients sont par contre plus vite démunis face à l’ampleur de la tâche. D’autant qu’une entreprise qui a atteint par elle-même sa croissance maximale, dite alors «organique», n’a tôt ou tard pas d’autres choix que de tourner les yeux vers l’étranger. Or le monde est vaste. Faire ses valises et réserver un billet d’avion, est une chose. Mais une fois sur place s’imposent les contraintes du réseau, de la langue, de la culture et des coutumes. Négocier une acquisition soi-même à l’étranger s’avère donc par expérience peu réaliste et en tous les cas très compliquée.                                                                                           

Même pour un connaisseur M&A, cette opération à l’international est plus compliquée qu’une opération nationale. D’où l’intérêt de pouvoir compter sur son expert belge qui pourra vous accompagner dans cette opération internationale par le biais d’une main locale étrangère.

Main dans la main ici et là-bas…

«Lorsqu’une entreprise a fait le choix de mener une stratégie internationale, elle souhaite idéalement que son banquier Corporate  Banking l’accompagne dans son développement. Il en est de même pour son banquier Corporate Finance en matière de M&A, elle souhaite que celui-ci ait accès à l’univers des acheteurs et vendeurs internationaux issus de divers secteurs d’activités», explique Philippe Desomberg.

L’objectif est d’apporter d’une part aux actionnaires vendeurs le confort d’accéder au marché le plus étendu d'acheteurs potentiels ici et là-bas dans la continuité de la relation qu’ils ont développée avec leur expert belge et d’autre part aux entrepreneurs ambitieux ayant soif d’une croissance externe l’expertise d’une main locale qui connait bien son marché, à New York, Milan ou Singapour.

...grâce à Oaklins, un allier de poids et sans frontières

Depuis peu, CBC Banque bénéficie d’un appui de poids dans l’accompagnement de ses clients entrepreneurs. KBC Securities a en effet lié ses activités M&A avec Oaklins, leader mondial en M&A "mid-market" c’est-à-dire pour des opérations se situant entre 10 et 500 mls $.  

Nos équipes M&A s'appuient dorénavant sur l'expertise et le savoir-faire local de 700 spécialistes dans 16 secteurs répartis dans plus de 40 pays. Fort de 1.500 transactions couronnées de succès ces 5 dernières années, Oaklins est donc une référence mondiale en M&A.

A propos de CBC Banque

CBC, active en banque et en assurance, est la banque wallonne autonome du groupe KBC, groupe  financier de premier plan aux niveaux national et européen. 

Banque unique dans une région unique, CBC offre un service complet dans les secteurs de la banque et de l’assurance en Wallonie. Cet ancrage local fort choisi par le groupe permet à CBC d’être proche de ses clients et ainsi de répondre au mieux à leurs attentes.

Dans le cadre d’opérations de Corporate Finance/M&A, CBC délivre une valeur ajoutée aux actionnaires des sociétés wallonnes cotées ou non cotées.

Avec la collaboration des spécialistes de KBC Securities, CBC met à votre disposition les techniques d’ingénierie financière pour vous offrir un service complet portant sur l’ensemble du processus: de la préparation du dossier et l’analyse de faisabilité à la conclusion de l’opération. C’est une équipe de 30 personnes qui offre un service sur mesure. Plus d’informations via une agence CBC la plus proche ou Philippe Desomberg au 02/655.07.60.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.