Le prix du CAFE au plus haut depuis 10 ans… et ça pourrait perdurer, pourquoi?

À RETENIR:

  • Le thème du jour - Le prix du CAFE au plus haut depuis 10 ans… et ça pourrait perdurer, pourquoi? Le café est la matière première la plus traitée au monde, derrière le pétrole, et aussi la 2e boisson la plus consommée après l’eau. Son prix augmente depuis 2011 et a même flambé depuis quelques mois. Qui sont les principaux pays producteurs? Quels sont les facteurs expliquant la variation du prix du café? Cela va-t-il durer? Y a-t-il des sociétés cotées actives dans le domaine du café? Explications et réponses ci-dessous.
  • Nouvelles économiques et financières - En Allemagne, les exportations allemandes ont augmenté bien plus que prévu en octobre, en dépit des goulots d’étranglement des chaînes d’approvisionnement. Après avoir baissé les 2 mois précédents, les exportations ont augmenté de 4.1% (hors variations saisonnières) alors que les économistes n’attendaient qu’une hausse de 0.9%. Néanmoins, la bonne nouvelle est à relativiser car les importations ont aussi crû plus qu’attendu (+5% contre +0.4% attendu). Donc si l’excédent commercial allemand a été de 12.5 milliards d’euros, c’est moins que prévu (13.4 milliards d’euros). Aux USA, les inscriptions au chômage pour la semaine se terminant le 4 décembre ont encore diminué, à 184.000 contre 227.000 la semaine précédente. C’est moins aussi que ce qu’attendaient les économistes (215.000). C’est enfin un chiffre inédit depuis septembre 1969.
  • A propos des marchés boursiers - La journée d’hier a été marquée par les prises de bénéfices, en particulier aux Etats-Unis. Si omicron continue à poser question, les investisseurs étaient surtout attentistes avant la publication des chiffres de l’emploi aux Etats-Unis aujourd’hui, cette statistique pouvant influencer la politique monétaire US. En Europe, 2 sociétés polonaises ont trusté les 1ères places à la hausse et à la baisse, LPP (1ère chaîne de magasins de vêtements en Pologne) bondissant de 14.7% alors que sa consœur Inpost (plateforme d’e-commerce) chutait de 8.1%. Aux USA, c’est le secteur des véhicules électriques qui a souffert avec Lucid (-18.4%) et Tesla (-6.1%) alors que par contre CVS Health se distinguait à la hausse (+4.5%) après des résultats meilleurs qu’attendus.
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui - Ce matin (7h), les marchés asiatiques reculent, Tokyo perdant actuellement 0.9%, Hong Kong 0.8% et Shanghai-Shenzhen 0.6%. Les actions chinoises sont sous pression suite aux difficultés financières grandissantes des géants immobiliers Evergrande et Kaisa. Les futures sur les marchés occidentaux indiquent actuellement aussi une poursuite de la baisse vue hier, tant en Europe qu’aux Etats-Unis, lors des premiers échanges tout du moins.
  • Aujourd’hui, au niveau économique, on disposera du chiffre de l’inflation en Allemagne pour le mois de novembre. Aux Etats-Unis aussi on aura le chiffre des prix à la consommation pour ce même mois de novembre. Enfin, toujours aux States, sera connu l’indice de confiance du Michigan pour le mois de décembre. Au niveau des sociétés, à signaler l’entrée en bourse du constructeur allemand de poids-lourds Daimler Truck (pour 2 actions Daimler, l’actionnaire recevra une action Daimler Truck).

Le fait du jour - Le prix du CAFE au plus haut depuis 10 ans… et ça pourrait perdurer, pourquoi?

Le café est le produit agricole le plus traité au monde, devant le blé, le coton, le maïs et le sucre. Et il arrive en 2e position mondiale des transactions en matières premières, toutes confondues, derrière le pétrole, mais devant (outre les autres matières premières agricoles que nous venons de citer) l’or, l’argent ou le cuivre… Most traded commodities - Economics Help

C’est aussi la boisson la plus consommée au monde, après l’eau. Le marché du café - France | Businesscoot

Et le prix du café atteint actuellement un niveau inédit depuis 2011 comme on le voit sur le graphe ci-dessous avec le future (produit dérivé) sur le café "C" pour livraison en mars 2022.

Le contrat sur le café "C" est le benchmark, la référence, pour le café arabica. Le contrat établit le prix pour la livraison physique de grains verts d'une catégorie admise par la bourse, originaires de 19 pays et entreposés dans une installation agréée par la bourse, à destination d'un des nombreux ports des USA et d'Europe

Graphique

Il y a 2 grands types de café…

Avant de poursuivre cette chronique, il faut d’abord savoir qu’il y a plusieurs types de cafés…

L’arabica et le robusta sont 2 espèces botaniques originaire d’Afrique qui sont les plus cultivées dans le monde. Cependant il existe une très grande diversité de caféiers dans le monde entier. Les caféiers appartiennent au genre "Coffea" de la famille des rubiacées (une famille de plantes dont font partie le caféier, mais aussi la chicorée ou la garance par exemple).

Le genre "Coffea" compte près de 80 espèces et plusieurs centaines de variétés différentes. Les espèces de caféiers les plus répandues et les plus cultivées dans le monde sont le "Coffea arabica" et le "Coffea canephora". Le fruit du premier caféier donne l’arabica et le deuxième le robusta. La différence entre le café arabica et le café robusta (ekita-cafe.com)

Notons enfin que les cafés arabica ont des caractéristiques distinctives qui sont affectées par un certain nombre de facteurs, notamment la méthode de traitement utilisée. Les arabicas doux, y compris les arabicas colombiens, sont produits par la méthode humide. Les arabicas non lavés sont produits par la méthode sèche. Les pays producteurs de café arabica sont regroupés dans l'un des 3 groupes de pays producteurs d'arabica, à savoir les arabicas doux de Colombie ("Colombian Milds"), les arabicas naturels du Brésil ("Brazilian Naturals") et les autres arabicas doux ("Other Milds"), selon le type de café arabica qu'ils produisent. Annex 8: Glossary of Terms Used by the International Coffee Organisation (fao.org)

Le café arabica représente la majeure partie (59%) de la production de café mondiale comme on le voit ci-dessous sur le tableau émanant de l’International Coffee Organization (ICO). ICO - World coffee production

En 2020, la production mondiale de café a donc atteint 169,634 millions de sacs (de 60 kg chacun), en hausse de 0.5% par rapport à 2019, dont 99,423 millions de sacs d’arabica et 70,211 millions de sacs de robusta.

On remarque par ailleurs que, d’une année à l’autre, la production a été relativement stable les dernières années, se situant entre environ 168 et 170 millions de sacs par an.

Tableau : coffe year commencing
Graphique : chinese companies are aiming for wall street

Pour terminer, signalons enfin que les 2 grands types de café se distinguent, de manière très synthétique, selon les 3 caractéristiques que l’on voit sur le schéma suivant: Meilleurs cafés d'Asie et d'Océanie (graine-de-cafe.com)

  • La durée de la floraison du caféier
  • Le pourcentage de caféine
  • La différence de goût

Quels sont les principaux pays producteurs de café?

Infographie : The Coffee Belt, A World Map of the Major Coffee Producers

Comme on le voit ci-contre, la majeure partie des pays producteurs de café se situent dans la "Coffee Belt" (ceinture de café). C’est une bande autour de l'équateur, entre le tropique du Cancer et le tropique du Capricorne. Des températures stables, des précipitations modérées et un sol riche constituent les conditions parfaites pour les caféiers.

The Coffee Belt, A World Map of the Major Coffee Producers | Seasia.co

Dans la Coffee Belt, l’arabica est surtout produit aux Amériques et en Afrique de l’Est, alors que le robusta provient surtout d’Afrique de l’Ouest et d’Asie. Mais certains pays d’Amérique du Sud, d’Afrique centrale et d’Asie produisent les 2 types de café.

Comme on le voit sur le schéma ci-dessous, basé sur les chiffres officiels de l’ICO, le Brésil domine la production mondiale de café. En 2020, ce pays a produit 63,4 millions de sacs, équivalent à une part de marché mondiale de 37.4%. De nombreuses régions du Brésil ont un climat parfaitement propice à la culture du café. Les plantations de café couvrent environ 27.000 kilomètres carrés au Brésil, la majorité étant située dans les États de Minas Gerais, São Paulo et Parana.

Le Brésil devance le Vietnam (29 millions de sacs e 17,1% de part de marché), la Colombie (14.3 millions de sacs; 8.4%), l’Indonésie (12 millions de sacs; 7.1%) et l’Ethiopie (7.3 millions de sacs; 4.3%).

A noter que concernant le robusta, 40% de la production vient du seul Vietnam.

Même si plus de 70 pays dans le monde produisent du café, les 5 pays que nous venons de citer comptent donc pour près de 75% de la production mondiale de café.

Tableau : list of chinese companies that trade on U.S. stock exchanges

Quels sont les éléments qui influencent le prix du café?

Comme on l’a vu ci-dessus, le prix du café est sur une tendance haussière depuis plusieurs années. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette situation:

  • Un certain déséquilibre entre l’offre et la demande. Si l’offre est relativement stable ces dernières années, la demande croît progressivement. L’Europe est de loin le plus gros consommateur de café au monde. Et si selon le journal suisse Le Temps "La consommation de café est très répandue sous nos latitudes, au niveau mondial, le potentiel de croissance est énorme", estime Jean-Philippe Bertschy, analyste à la banque Vontobel. En particulier en Asie, où on lui préfère encore le thé, mais qui voit se développer une offre portée par l’essor d’une classe moyenne. Idem en Amérique latine et dans les pays producteurs, "où le café s’impose comme un produit de base", ajoute John Plassard de Mirabaud. Le café, un marché inépuisable - Le Temps. Dans un rapport écrit il y a quelques mois, Goldman Sachs déclarait que si la production en Amérique centrale ne s'améliore pas dans les années à venir, le marché entrera dans un déficit structurel étant donné le rebond de la demande.
  • Le changement climatique et les conditions météorologiques impactent l’offre et la qualité du café. On sait par exemple que les périodes de sécheresse, notamment au Brésil et en Colombie, sont néfastes à la production de café. Mais de manière plus générale, au fur et à mesure que la température monte, le café arrive à maturité plus rapidement conduisant à une diminution de sa qualité intrinsèque. Si des événements climatiques tels que des températures trop élevées se produisent pendant les périodes sensibles de la vie de la récolte, par exemple pendant la floraison ou le développement des fruits, alors les rendements seront défavorablement touchés, surtout si ces hausses de températures s'accompagnent d'une réduction des précipitations. 13.2.4-Le changement climatique et l'industrie de café-Le secteur du café et le changement climatique (intracen.org). Or on sait que le changement climatique conduit à une hausse des températures…
  • Le confinement et les restrictions sanitaires au Vietnam (2e plus important producteur de café dans le monde, rappelons-le) liées à la pandémie de Covid-19, pourraient se traduire par un niveau élevé des prix des grains de café l'an prochain. Le prix du café pourrait rester très haut en 2022 - Capital.fr. Les restrictions ont ainsi ralenti la production et le commerce de café au Vietnam. Selon CNBC, entre juillet et août, les exportations de café depuis le Vietnam ont chuté de 8,7%, d’après les données des douanes relayées par la chaîne américaine. Covid lockdown in Vietnam could keep coffee prices high through 2022 (cnbc.com)
  • La pénurie des conteneurs qui touche nombre de domaines a aussi impacté celui du café. Ainsi les stocks de café aux États-Unis sont tombés à leur plus bas niveau en 6 ans au printemps dernier. Les cafés et les importateurs étaient confrontés à des approvisionnements limités et à des coûts plus élevés en raison du manque de place dans les conteneurs de transport des grains de café en provenance du Brésil. Container shortage brewing up dark times for coffee drinkers (nwaonline.com)
  • La spéculation. Comme dans le cas d’autres matières premières, agricoles ou non, on a vu que, depuis le début de la pandémie, la hausse des prix s’emballait quand des spéculateurs entraient dans la danse…

Sociétés cotées en bourse et actives, directement ou non, dans le domaine du café

Parmi celles-ci citons par exemple:

  • Nestlé: Une des plus grandes sociétés au monde dans la vente de café. Il est intéressant de noter que bien que le chiffre d'affaires de Nestlé n'ait augmenté que de 1,5% au cours du 1er semestre 2021, la société suisse a immédiatement relevé ses prévisions pour l'ensemble de l'année… grâce au café. Ainsi, notamment à cause du télétravail - qui va au moins perdurer en partie - le café a été le principal contributeur aux ventes, les télétravailleurs troquant la machine à café du bureau pour Nescafé ou Nespresso. Coffee gives Nestlé a boost | RetailDetail
  • Starbucks: la chaîne américaine dédiée au café compte près de 33.000 implantations dans le monde.
  • Tata Coffee:  société de café appartenant à Tata Consumer Products, une filiale du conglomérat Tata. L'entreprise possède de nombreuses plantations de café dans le sud de l'Inde.

En bourse ces 3 sociétés ont évolué différemment depuis 2 ans. Si Nestlé et Starbucks ont affiché une performance assez proche, Tata Coffee a vu son cours décoller les derniers mois, la forte hausse des prix du café valorisant évidemment beaucoup mieux ses récoltes…

Graphique

Il n'existe pas de secteur ou d'ETF unique pour l'industrie du café, et les actions liées au café se trouvent à la fois dans les secteurs de la consommation discrétionnaire et de la consommation de base.

Nouvelles économiques et financières - Statistiques en sens divers en Allemagne et aux USA

En Allemagne, les exportations allemandes ont augmenté bien plus que prévu en octobre, en dépit des goulots d’étranglement des chaînes d’approvisionnement. Après avoir baissé les 2 mois précédents, les exportations ont augmenté de 4.1% (hors variations saisonnières) alors que les économistes n’attendaient qu’une hausse de 0.9%. Néanmoins, la bonne nouvelle est à relativiser car les importations ont aussi crû plus qu’attendu (+5% contre +0.4% attendu). Donc si l’excédent commercial allemand a été de 12.5 milliards d’euros, c’est moins que prévu (13.4 milliards d’euros).

Aux USA, les inscriptions au chômage pour la semaine se terminant le 4 décembre ont encore diminué, à 184.000 contre 227.000 la semaine précédente. C’est moins aussi que ce qu’attendaient les économistes (215.000). C’est enfin un chiffre inédit depuis septembre 1969.

Évolution des marchés boursiers - L’Europe attentiste, Wall Street en baisse plus marquée

Tableau des principaux indices boursiers au 10/12/2021

Hier jeudi les marchés boursiers européens ont été assez attentistes, face à l’incertitude concernant le variant omicron et ses conséquences mais aussi la veille des chiffres de l’inflation en novembre aux Etats-Unis, ce baromètre étant important dans le cadre de la politique monétaire US. L’indice Stoxx 600 Europe a donc fait du quasi sur place en perdant 0.08% par rapport à mercredi soir.

3 secteurs ont fini la journée en léger boni, les soins de santé (+0.48%), les services aux collectivités (+0.33%) et la consommation de base (+0.28%). Les secteurs en repli se sont situés entre -0.09% (services de communication) et -1.26% (énergie). Ce dernier secteur a été impacté par la rechute des prix pétroliers, le Brent repassant ainsi sous la barre des 75 USD le baril.

Individuellement, l’action polonaise Inpost (cotée à Amsterdam) a enregistré la principale chute du jour (-8.1%), l'inflation élevée et la faiblesse de la monnaie polonaise créant une pression sur les volumes de commerce électronique livrés par le plus grand opérateur de messagerie du pays.

On a aussi déploré la nouvelle baisse de l’action belge Umicore (-5.5%), atteignant ainsi son plus bas niveau depuis un an. Jefferies a rétrogradé l'action de hold à underperform et a abaissé l’objectif de cours à 33 euros/action, le niveau le plus bas parmi les analystes suivant la valeur, suite à la réduction des prévisions de croissance des volumes de ventes de matériaux cathodiques de la société il y a 2 jours. C'est la quatrième fois au cours des trois dernières années que les prévisions de bénéfices de l’activité EST (Energy & Surface Tech) sont revues à la baisse, ce qui montre que les défis se sont intensifiés. L’action Umicore a perdu 14.1% en 2 jours…

Du côté des belles surprises du jour, on a par contre noté le bond de 14.7% de LPP. Le plus grand détaillant de vêtements de Pologne a publié ses bénéfices du troisième trimestre et ils ont largement dépassé les attentes. Les chiffres confirment un rebond des ventes dans les magasins traditionnels et des marges plus fortes, selon les analystes.

Deuxième meilleure performance du jour, la banque italienne Unicredit (+10.8%). La société a l'intention de reverser au moins 16 milliards d'euros aux actionnaires d'ici 2024, mettant en place l'un des plans de distribution les plus ambitieux d'Europe dans le cadre de la première révision de la stratégie du directeur général Andrea Orcel. Unicredit cherche à distribuer 100% du bénéfice sous-jacent sous forme de dividendes en espèces et de rachats d'actions sur les bénéfices de 2021, selon un communiqué publié jeudi, doublant ainsi les prévisions précédentes. Le ratio de distribution pour cette année est également supérieur à celui de son principal rival italien, Intesa Sanpaolo, et dépasse celui des autres grandes banques européennes.

A Wall Street, les marches boursiers étaient en baisse clairement plus marquée, l’indice S&P 500 perdant 0.72% et le Nasdaq chutant de 1.71%. Les prises de bénéfices ont pris le pas alors que les 3 dernières journées en hausse avaient permis de comptabiliser un gain total de 3.6%.

Les soins de santé (+0.24%) et la consommation de base (+0.06%) sont les seuls secteurs ayant terminé en hausse. Les baisses des 9 secteurs restant se sont affichées entre 0.20% (services aux collectivités) et 1.70 (consommation cyclique).

Les actions Lucid (cotées sur le Nasdaq), une jeune société de construction de voitures électriques, se sont effondrées de 18.4% hier après que la société a annoncé une offre de 1,75 milliard USD d’obligations convertibles de premier rang. Ces obligations seront non garanties et porteront des intérêts payables semestriellement à terme échu et viendront à échéance le 15 décembre 2026, à moins qu'elles ne soient rachetées, remboursées ou converties avant cette date.

Tesla, leader incontesté de ce secteur des véhicules électriques, a vu son action à nouveau chuter de 6.1%. Elon Musk a continué à vendre des actions de sa société, pour la 5e semaine consécutive, se rapprochant ainsi de sa promesse de se débarrasser de 10% de sa participation. Musk a vendu 934.091 actions supplémentaires pour un montant de 963 millions USD afin de payer les taxes sur l'exercice de 2,2 millions d'options, selon les documents réglementaires déposés jeudi. Cela porte le total à environ 11 millions d'actions vendues depuis qu'il a demandé à ses followers sur Twitter le mois dernier s'il devait se débarrasser de 10% de sa participation dans Tesla. Pour arriver à ce pourcentage, il devrait encore vendre 6 millions de titres…

Derrière ces 2 sociétés, ce sont surtout des actions pétrolières qui baissaient (comme Devon Energy ou Monolithic Power) ou des actions actives dans les semiconducteurs (AMD, Xilinx, Nvidia,…).

Du côté des actions ayant progressé hier, nous n’avons noté que le gain significatif de CVS Health (+4.5%). La société qui fournit des soins de santé intégrés, a révisé à la hausse ses prévisions pour l'ensemble de l'année ainsi que son dividende. Elle a également annoncé son intention de racheter pour 10 milliards USD d'actions l'année prochaine.

Les tendances boursières du jour - En arrière toute!

Ce matin (7h), les marchés asiatiques reculent, Tokyo perdant actuellement 0.9%, Hong Kong 0.8% et Shanghai-Shenzhen 0.6%. Les actions chinoises sont sous pression suite aux difficultés financières grandissantes des géants immobiliers Evergrande et Kaisa

Les futures sur les marchés occidentaux indiquent actuellement aussi une poursuite de la baisse vue hier, tant en Europe qu’aux Etats-Unis, lors des premiers échanges tout du moins.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, au niveau économique, on disposera du chiffre de l’inflation en Allemagne pour le mois de novembre. Aux Etats-Unis aussi on aura le chiffre des prix à la consommation pour ce même mois de novembre. Enfin, toujours aux States, sera connu l’indice de confiance du Michigan pour le mois de décembre.

Au niveau des sociétés, à signaler l’entrée en bourse du constructeur allemand de poids-lourds Daimler Truck (pour 2 actions Daimler, l’actionnaire recevra une action Daimler Truck).

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.