Quelles sociétés contrôlent les RESEAUX SOCIAUX, ce 5e pouvoir si influent?

À RETENIR:

  • Le thème du jour – Quelles sociétés contrôlent les RESEAUX SOCIAUX, ce 5e pouvoir si influent? Actuellement, plus de 4,5 milliards de personnes dans le monde utilisent une forme ou une autre de médias sociaux, soit environ 57% de la population mondiale. Ces médias sont de plus en plus influents tant dans la sphère privée que dans celle des entreprises, voire de la vie politique. Mais qui sont les géants du secteur? Qui les contrôle? Quelle est la valeur de ce marché gigantesque et comment va-t-elle évoluer? Comment se sont comportées les sociétés du secteur cotées en bourse? Explications et réponses ci-dessous.
  • Nouvelles économiques et financières - En zone euro, le vice-président de la Banque Centrale Européenne (BCE) Luis de Guindos a dit hier que l’objectif de retour à une inflation à 2% sera plus long que prévu, ce qui n’est pas vraiment surprenant, tout en réitérant l’affirmation que l’inflation décélèrera en 2022. Aux USA, les démissions pour profiter de la reprise et avoir une meilleure opportunité professionnelle ont à nouveau été importantes en octobre, soit 4.2 millions de personnes. En août et en septembre, les démissions ont aussi dépassé les 4 millions par mois.
  • A propos des marchés boursiers – Séance contrastée hier en bourse, l’Europe a légèrement corrigé par rapport à la veille alors que Wall Street finissait dans le sens opposé. La différence était peut-être à chercher du côté du Royaume-Uni où, face à une pandémie toujours tenace et au variant omicron, les autorités envisagent d’encore durcir les contraints sanitaires. Les marchés boursiers américains étaient par contre positivement influencés par des actions liées aux voyage et aux loisirs, et particulièrement les croisiéristes. A noter aussi le nouveau record historique de l’action Apple à 175.08 USD qui a ainsi vu son cours multiplié par 6.2 en 5 ans… Apple étant la société la plus importante de la bourse américaine, cela explique aussi la bonne tenue de Wall Street hier.
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui – Ce matin (7h00), les marchés asiatiques sont partagés. Si la bourse de Tokyo baisse de 0.3%, les bourses chinoises sont haussières, soit +1% pour Hong Kong et +1.9% pour Shanghai-Shenzhen. Les futures sur les marchés occidentaux évoluent en sens inverse de la séance d’hier: l’Europe qui était en baisse hier ouvrirait en hausse selon les indications actuelles alors que Wall Street qui montait hier ouvrirait en baisse aujourd’hui…
  • Aujourd’hui, au niveau économique, on suivra l’évolution de la balance commerciale allemande en octobre. Aux Etats-Unis seront publiées les inscriptions au chômage pour la semaine se terminant le 4 décembre. Au niveau des sociétés, on disposera notamment des résultats trimestriels de Rolls Royce et d’Oracle.

Le thème du jour – Quelles sociétés contrôlent les réseaux sociaux, ce 5e pouvoir si influent?

Les réseaux ou médias sociaux n’ont cessé de proliférer et se développer ces dernières années. Permettant aux utilisateurs de se connecter entre eux, les réseaux sociaux ont rapidement été les lieux virtuels d’expression des opinions. Rapidement aussi de nombreuses personnes partageant les mêmes opinions ou des passions identiques ont créé des groupes puissants relayant leurs points de vue, permettant aussi des actions collectives.

De plus en plus espaces de contestation et de revendications populaires, notamment utilisés par des minorités agissantes très actives, les médias sociaux ont servi de relais à des campagnes de manifestations dans la rue, comme par exemple le mouvement des gilets jaunes en France ou, plus récemment, les mouvements anti mesures sanitaires dans de nombreux pays dont la Belgique. Nombre de personnalités (sport, spectacle, politique,…) ont aussi compris l’importance et le pouvoir grandissant des réseaux et ont créé un compte auquel ont adhéré de nombreux "followers".

Mais le monde des réseaux sociaux connaît aussi des dérives à tel point que certains les nomment maintenant les "fléaux sociaux"… On se souvient par exemple comment l’ex président américain Donald Trump a manipulé les informations, via Twitter notamment, lors de la dernière campagne présidentielle ou après sa défaite face à Joe Biden. Et plus récemment, depuis le début de la pandémie, les réseaux sociaux pullulent de fausses informations ("fake news") ou informations manipulées afin de servir la cause de mouvements complotistes, anti mesures sanitaires ou anti vaccins. Cette dérive a entraîné des contrôles plus stricts par les gestionnaires des réseaux quant au contenu de certains messages engendrant alors des critiques relatives à cette "censure".

On désigne ainsi de plus en plus les réseaux sociaux et l’opinion publique en général comme le "5e pouvoir" à côté des 4 précédents, le législatif, l’exécutif, le judiciaire et la presse. Cinquième pouvoir - 2 définitions - Encyclopédie.fr (encyclopedie.fr)

Quand sont nés les réseaux sociaux?

Tout a débuté en en 1997 avec SixDegrees (fermé en 2001) considéré par les experts comme étant l’un des piliers du système. Et pour cause: il s’agit du premier site internet à avoir toutes les caractéristiques d’un réseau social.

Ce n’est que quelques années plus tard que les réseaux sociaux dits "personnels", vont se développer avec l’apparition de Friendster (en 2002) ou de MySpace (en 2003)LinkedIn sera aussi créé en 2003 et s’illustrera comme le premier réseau social professionnel, tandis que Facebook verra le jour en 2004 dans les couloirs d’Harvard, aux États-Unis. De 2004 à 2009, Facebook va développer ses différentes fonctionnalités et on verra notamment naître les publicités et le fameux "Like". En 2006 sera lancé Twitter.

En 2010, c’est la naissance d’Instagram qui deviendra finalement le premier réseau social 100% mobile. Mais c’était sans compter sur l’avènement des Stories et des vidéos qui feront naître des plateformes plus récentes comme Snapchat (en 2011) ou TikTok faisant la part-belle aux contenus médias et éphémères. Infographie: l'évolution des réseaux sociaux de 1997 à 2019 (arturin.com)

Qui contrôle les principaux réseaux sociaux?

Actuellement, plus de 4,5 milliards de personnes dans le monde utilisent une forme ou une autre de médias sociaux, soit environ 57% de la population mondiale. Mais comme on le voit ci-dessous, le pourcentage d’utilisateurs par rapport à la population varie d’une région à l’autre. L’Europe, les Etats-Unis et l’Asie du sud-est comptent le plus d’adeptes des réseaux sociaux alors qu’en Afrique ou en Asie Centrale les proportions sont clairement plus faibles.

Carte: utilisateurs des réseaux sociaux par rapport à la population totale

L’importance croissante des réseaux sociaux a ainsi généré des regroupements et des rachats depuis une dizaine d’années.

Meta Platforms (anciennement Facebook Inc.) contrôle maintenant, outre Facebook et Messenger, Instagram (depuis 2012) et WhatsApp (depuis 2014). Alphabet, propriétaire du moteur de recherche Google, est le propriétaire du célèbre réseau de vidéos Youtube (acheté en 2006). Microsoft contrôle LinkedIn (acheté en 2016) mais est aussi propriétaire des services de vision conférence Skype (acheté en 2011) et Teams (lancé en 2016).

A côté des géants américains, la Chine a aussi vu l’émergence de grands réseaux sociaux comme le fameux TikTok, très apprécié des adolescents, et  contrôlé par Bytedance, WeChat contrôlé par Tencent, et Kuaishou.

Quels sont les réseaux sociaux les plus importants dans le monde?

Le graphe suivant illustre la présence et l’importance des principaux réseaux sociaux dans le monde, mesurés en fonction du nombre d’utilisateurs actifs mensuels ("Monthly Active Users" ou MAUs). 

Graphique: importance des principaux réseaux sociaux dans le monde

Si Facebook est de loin le réseau social le plus puissant au monde, avec 2,910 milliards d’utilisateurs actifs chaque mois, il est assez surprenant de découvrir que les Etats-Unis se sont que 2e si on classe ces utilisateurs par pays. En effet, la plus grande base d'utilisateurs de la plateforme Facebook est en Inde, avec une audience de près de 350 millions personnes. La deuxième base d'utilisateurs la plus importante est donc celle des États-Unis, avec 193,9 millions d'utilisateurs, tandis que l'Indonésie arrive en troisième position avec 142,5 millions de personnes. Le premier pays européen n’est que 12e dans ce classement, c’est le Royaume-Uni avec près de 39 millions d’utilisateurs. • Facebook users by country 2021 | Statista

Au sein de Meta, WhatsApp compte 2 milliards d’utilisateurs actifs dans le monde et, ici encore, c’est l’Inde qui domine avec 390 millions de personnes, mais cette fois ci devant le Brésil (108 millions) et les Etats-Unis en 3e position (75 millions). WhatsApp Revenue and Usage Statistics (2021) - Business of Apps

Si on regroupe les différents médias sociaux par société mère ("parent company"), Meta surdomine le monde des réseaux sociaux avec 7,5 milliards d’utilisateurs dans le monde (abonnés à Facebook, WhatsApp, Messenger et/ou Instagram).

Tableau: sociétés mères des réseaux sociaux

Après l’américain Meta, le géant technologique chinois Tencent possède le plus grand nombre d’utilisateurs dans le monde (2,4 milliards de personnes) grâce à ses 3 plateformes soit WeChat, Qzone et QQ. Via WeChat, le réseau le plus populaire des 3, les utilisateurs envoient en moyenne environ 45 milliards de messages par jour…

Le troisième sur la liste est Alphabet, grâce à sa seule plateforme, YouTube. Fondée en 2005, cette plateforme de streaming vidéo compte actuellement plus de 50 millions de créateurs de contenu, qui partagent environ 500 heures de contenu vidéo chaque minute.

Juste derrière Alphabet se trouve Bytedance, avec un total de 1,6 milliard d’utilisateurs sur ses deux plateformes - Douyin et son homologue international TikTok. Bien que les applications présentent de nombreuses similitudes, elles fonctionnent comme des entités totalement distinctes, avec des politiques d'enregistrement, de contenu et des réglementations différentes. Ranked: The World's Most Popular Social Networks, and Who Owns Them (visualcapitalist.com)

Enfin, très peu connu en occident, le réseau social chinois Kuaishou (cotée à la bourse de Hong Kong) occupe la 5e place mondiale avec 1 milliard d’utilisateurs soit autant que son rival TikTok. Mais comme le soulignait un reportage de la RTBF en février dernier (au moment de son introduction en bourse), pourtant, lors de son lancement en 2011, Kuaishou n'était qu'une modeste application dédiée à la création et au partage d'images Gif. Ce n'est qu'après s'être tournée vers la vidéo qu'elle a considérablement gagné en popularité. Désormais, en plus d'enregistrer et de partager des vidéos, Kuaishou propose des jeux en ligne et s'est même transformé en véritable plateforme d'e-commerce. Le site se targue ainsi aujourd'hui d'enregistrer quelque 500 millions de commandes chaque mois. À la découverte de Kuaishou, le grand rival de TikTok en Chine (rtbf.be)

On aura noté que les réseaux sociaux sont donc ultra dominés par les Américains et les Chinois. Et cette concurrence entraine parfois des interdictions, ou des tentatives d’aller dans ce sens, entre les 2 grandes nations. Ainsi, depuis 2009, Facebook est interdit en Chine pour non-respect des règles de censure. En 2020 inversement, l'administration Trump a tenté de promulguer une interdiction similaire contre TikTok, mais l'ordonnance a été bloquée par un juge fédéral et finalement révoquée par l'administration Biden un an plus tard.

Quelle est la valorisation du secteur des réseaux sociaux?

Selon GlobeNewswire, le marché mondial des plateformes de réseaux sociaux est évalué à 192,950 milliards USD pour l'année 2019 et devrait croître à un taux de croissance annuel composé (CAGR) de 25,38% pour atteindre une taille de marché de 939,679 milliards USD d'ici 2026. Global Social Networking Platforms Market (2021 to 2026) - (globenewswire.com)

Le marché des plateformes de réseaux sociaux a augmenté à un rythme exponentiel et n’est apparemment pas près de s’arrêter d’après les chiffres que nous venons de citer. Pourquoi?

L'augmentation de la demande n'est pas seulement le fait des "milléniaux", mais est également due à l'adoption significative par tous les groupes d'âge. En outre, l'application des plates-formes de réseaux sociaux a connu une augmentation substantielle en raison de la demande provenant des entreprises qui utilisent les plates-formes à des fins de marketing également. Un déclin constant de l'efficacité des campagnes publicitaires traditionnelles, associé à une utilisation croissante des médias sociaux, a incité les entreprises à adopter une approche plus axée sur les données pour leurs stratégies marketing. L'émergence de l'analyse des médias sociaux a transformé la façon dont les campagnes de marketing sont planifiées et menées de nos jours.

La prolifération des smartphones joue également un rôle essentiel dans la croissance du marché. 

Comment se sont comportés en bourse les sociétés de réseaux sociaux?

Pour répondre à cette question, nous avons repris l’indice "Solactive Social Networks Index" comprenant 15 sociétés actives dans ce secteur et dont la composition peut être trouvée à l’adresse suivante: Solactive | Indices

A noter que parmi ces 15 sociétés, à côté de Meta (Facebook), Pinterest, Snap, Tencent, Twitter ou Kuaishou, figurent aussi Bumble et Match Group, les deux leaders mondiaux des sites de rencontre dont nous parlions dans une chronique récente… La concurrence acharnée du business florissant des SITES DE RENCONTRES - Private Banking CBC

Le graphe ci-dessous montre que cet indice des réseaux sociaux a un peu mieux performé que l’indice américain S&P 500 et l’indice Stoxx 600 Europe entre fin 2016 et mars 2020. Mais à ce moment, il a littéralement décollé, par rapport à ces indices, les confinements et autres restrictions sanitaires entraînant un intérêt accru pour les utilisateurs de réseaux sociaux. Depuis le printemps dernier, la performance de l’indice Solactive Social Networks a décliné, sous l’effet de prises de bénéfices. Néanmoins en 5 ans, cet indice a une performance assez proche du S&P 500 et meilleure que celle du Stoxx 600 Europe.

Graphique d'illustration

Nouvelles économiques et financières – A propos d’inflation et de démissions

En zone euro, le vice-président de la Banque Centrale Européenne (BCE) Luis de Guindos a dit hier que l’objectif de retour à une inflation à 2% sera plus long que prévu, ce qui n’est pas vraiment surprenant, tout en réitérant l’affirmation que l’inflation décélèrera en 2022.

Aux USA, les démissions pour profiter de la reprise et avoir une meilleure opportunité professionnelle ont à nouveau été importantes en octobre, soit 4.2 millions de personnes. En août et en septembre, les démissions ont aussi dépassé les 4 millions par mois.

Evolution des marchés boursiers – Europe et USA en sens opposés

Tableau des principaux indices boursiers au 09/12/2021

Après 2 séances de hausse, particulièrement celle d’hier, les marchés boursiers européens sont repartis un peu à la baisse, l’indice Stoxx 600 Europe reperdant 0.59%. Les prises de bénéfices ont rythmé la journée, d’autant qu’il y avait ce mercredi de la spéculation sur un durcissement, dès aujourd’hui, des restrictions sanitaires en Grande-Bretagne pour limiter la propagation du variant omicron du coronavirus.

Seul le secteur des soins de santé à pu progresser (+0.63%), les autres secteurs abandonnant entre 0.15% (consommation de base) et 1.22% (technologie). La baisse plus prononcée de ce dernier secteur suivant la hausse de près de 5.5% enregistrée mardi.

Principale victime du jour, l’action HelloFresh (secteur de la consommation de base) qui chutait de 10.9%, leur pire baisse intra journalière depuis mars, après que les prévisions 2022 du fabricant de kits de repas à domicile aient été inférieures aux estimations, Jefferies déclarant même que la baisse "importante" de la marge "faisait froncer les sourcils"…

Sur le triste podium des perdants du jour, la société belge Umicore occupait la 2e place en s’effondrant de 9.1%. Comme pour HelloFresh, l’action Umicore est au plus bas depuis mars après que la société ait réduit ses prévisions de croissance des volumes de ventes de matériaux cathodiques en 2022 et 2023. Cet avertissement sur résultat a éclipsé la nouvelle de la création d'une coentreprise avec Volkswagen pour fournir des matériaux cathodiques à la production de cellules de batterie du constructeur automobile en Europe.

Les sociétés de semiconducteurs Soitec et Infineon se sont disputés la 3e place, finalement Soitec sortant "gagnant" de cette lutte en perdant 4.9% contre 4.6% pour Infineon.

Du côté des actions en hausse, l’éditeur français de jeux vidéo Ubisoft s’est fait remarquer par son bond de 3%, après l’annonce du lancement d'une plateforme permettant aux joueurs d'échanger et de jouer des jetons non fongibles (NFT) dans certains de ses jeux. La plateforme sera une expérience très surveillée qui pourrait aider à stimuler l'engagement des joueurs et apporter une nouvelle source de revenus à l'avenir. Ubisoft proposera des NFT jouables dans son jeu Ghost Recon: Breakpoint!, a indiqué la société dans un tweet mardi soir. Nous avons abordé ce développement des NFT dans notre rubrique de mardi (Les NFT, des investissements 3.0 ou une énorme bulle spéculative? - Private Banking CBC).

A Wall Street, contrairement à l’Europe, les marchés boursiers ont fini la journée légèrement à la hausse, l’indice S&P 500 gagnant 0.31% et le Nasdaq prenant 0.64%. Les investisseurs ont paru rassurés par les déclarations de Pfizer et BioNTech disant que leur vaccin était toujours efficace contre le variant omicron alors que Pfizer travailler aussi à un vaccin spécifique contre ce variant pouvant être disponible d’ici fin mars 2022.

3 secteurs ont un peu reculé, les financières (-0.46%), la consommation de base (-0.38%) et les services aux collectivités (-0.11%).

Les secteurs haussiers étaient emmenés par les services de communication (+0.75%) alors que le secteur de l’énergie fermait la marche en étant très proche du niveau de la veille (+0.01%).

Individuellement, NXP Semiconductors fait partie des principales victimes du jour en perdant 4.5% après que le fabricant de puces électroniques ait obtenu un nouveau conseil de vente de la part d'UBS, qui s'attend à ce que la croissance de la division automobile de NXP sous-performe le marché des semi-conducteurs automobiles.

De son côté le producteur de boissons alcoolisées Brown-Forman a chuté de 4.1% après avoir annoncé un bénéfice par action et des ventes nettes pour le deuxième trimestre inférieurs aux estimations moyennes des analystes.

Enfin Kraft Heinz a baissé de 3.9% suite à la rétrogradation de la position d'achat à la position neutre chez Guggenheim en raison de son manque de pouvoir de fixation des prix face à une "inflation continue et sévère des coûts". Guggenheim faisait partie de la minorité de sociétés encore positives pour Kraft. Maintenant, sur les 21 analystes suivant l’action, seuls 4 sont encore à l’achat, 15 sont neutres et 2 recommandent de vendre.

Les actions les plus en forme ce mercredi étaient essentiellement liées aux secteurs du voyage et des loisirs. Ainsi les 3 valeurs qui ont progressé le plus faisaient partie du segment des croisiéristes: Norwegian Cruise Lines (+8.2%), Carnival (+5.5%) et Royal Caribbean (+5.2%). Suivaient Las Vegas Sands (casinos) et United Airlines (compagnie aérienne).

A noter enfin le nouveau record historique de l’action Apple à 175.08 USD, en hausse de 2.3% par rapport à mardi. Apple est plus que jamais la principale société cotée aux USA avec une capitalisation boursière qui atteint maintenant 2.872 milliards USD. Sur les 5 dernières années, Apple a vu son cours multiplié par 6.2, passant de 28.3 USD au cours actuel…

Tendances boursières du jour – Asie et futures partagés

Ce matin (7h00), les marchés asiatiques sont partagés. Si la bourse de Tokyo baisse de 0.3%, les bourses chinoises sont haussières, soit +1% pour Hong Kong et +1.9% pour Shanghai-Shenzhen.

Les futures sur les marchés occidentaux évoluent en sens inverse de la séance d’hier: l’Europe qui était en baisse hier ouvrirait en hausse selon les indications actuelles alors que Wall Street qui montait hier ouvrirait en baisse aujourd’hui…

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, au niveau économique, on suivra l’évolution de la balance commerciale allemande en octobre. Aux Etats-Unis seront publiées les inscriptions au chômage pour la semaine se terminant le 4 décembre.

Au niveau des sociétés, on disposera notamment des résultats trimestriels de Rolls Royce et d’Oracle.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.