La croissance effrénée du M-COMMERCE révolutionnant l’E-COMMERCE

À RETENIR:

  • Le thème du jour – La croissance effrénée du M-COMMERCE révolutionnant l’E-COMMERCE. Le commerce via internet connaît une croissance fulgurante depuis quelques années, au détriment des achats en magasin, et la pandémie n’a fait qu’accélérer le processus. Et au sein de l’e-commerce, le m-commerce (ou commerce mobile) a progressivement et rapidement supplanté les supports que sont les ordinateurs et autres pc portables. Nous avons brossé ci-dessous, succinctement, le tableau du phénomène du m-commerce, occupé à révolutionner l’e-commerce lui-même.
  • Nouvelles économiques et financières - En Allemagne, si le moral des investisseurs s’est dégradé ces dernières semaines (à cause de la recrudescence de la pandémie et les problèmes d’approvisionnement dans l’industrie), le recul a été finalement moins important que prévu. L’indice ZEW a ainsi atteint 29.9 points en décembre, contre 31.7 points en novembre, alors que les économistes s’attendaient à pire (soit 25.1 points selon Reuters). Toujours en Allemagne, la production industrielle a rebondi de 2.8% en octobre, tout en restant inférieure de 6.5% au niveau pré-pandémie. En zone euro, sans surprise, la croissance du PIB au 3e trimestre a été confirmée à 2.2% Par contre, Eurostat a revu en hausse la croissance en rythme annuel, soit 3.9% contre 3.7% en première estimation. Aux USA, le déficit commercial s’est fortement réduit en octobre (à 67.1 milliards USD), après un déficit record en septembre. Les exportations se sont envolées de 8.1% alors que les importations n’augmentaient que de 0.9%.
  • A propos des marchés boursiers – Douce euphorie hier en Europe et aux Etats-Unis! Ce sentiment très positif s’est inscrit dans la foulée de la forte hausse de plusieurs bourses asiatiques hier matin, Tokyo engrangeant par exemple 1.89% et Hong Kong 2.72%. D’une part le variant omicron inquiète, à priori, beaucoup moins que fin de la semaine passée, d’autre part les marchés ont salué l’intervention des autorités chinoises pour éviter une faillite du géant immobilier Evergrande. Enfin les autorités chinoises ont laissé entendre qu’elles prendraient les mesures adéquates pour stabiliser l’économie en 2022. C’est le secteur technologique qui a enregistré les gains les plus impressionnants ce mardi soit +5.45% en Europe et +3.51% aux USA, l’action Apple – plus importante société américaine cotée - se permettant même un nouveau record historique à 171.18 USD!
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui – Ce matin (7h15), les marchés asiatiques sont globalement à hausse, hormis Hong Kong quasiment inchangé. Tokyo progresse par contre actuellement de 1.4% et Shanghai-Shenzhen de 1.2% Les futures sur les marchés occidentaux sont aussi bien orientés même si la hausse des bourses européennes à l’ouverture des marchés serait à priori plus mitigée qu’aux Etats-Unis.
  • Aujourd’hui, au niveau économique, l’intervention de Christine Lagarde, présidente de la Banque Centrale Européenne (BCE), dans le cadre de la conférence annuelle en Allemagne du Conseil européen du risque systémique sera suivie avec attention. Au niveau des sociétés, la société allemande TUI donnera ses résultats trimestriels pour le 4e trimestre alors qu’aux USA, Gamestop fera de même pour ses résultats du 3e trimestre.

Le thème du jour – La croissance effrénée du M-COMMERCE révolutionnant l’E-COMMERCE

Le m-commerce (ou commerce mobile) regroupe tout simplement toutes les transactions faites sur des terminaux sans fil, donc smartphones, tablettes voire montres connectées. On distingue généralement 3 types de m-commerce:

  • Le "mobile shopping": c’est de l’e-commerce mais optimisé pour les appareils mobiles. Les achats mobiles sont désormais possibles grâce à des sites web optimisés pour les mobiles, des applications dédiées et même des plateformes de médias sociaux.
  • Le "mobile banking": pas trop différent de la banque en ligne, même si certains types de transactions sont limités, simplifiés ou restreints sur les appareils mobiles. La banque mobile implique généralement une application dédiée.
  • Le "mobile payments": cela comprend les portefeuilles mobiles, les paiements sans contact, les transferts d'argent et les points de vente mobiles.

La percée continue du m-commerce résulte, d’une part, du développement technologique des smartphones et des sites internet de sociétés et, d’autre part, de l’adoption de plus en plus grande du m-commerce par une population jeune et qui a grandi avec les développements technologiques. Par ailleurs la crise sanitaire et ses contraintes (confinements, magasins fermés ou moins accessibles) ont encore accéléré la croissance du m-commerce.

Concrètement, le m-commerce offre une expérience d’achat facile, rapide et pratique. Ainsi, 3 consommateurs sur 4 affirment qu'ils effectuent des achats sur leurs appareils mobiles parce que cela leur fait gagner du temps. 50 research-backed website personalization statistics (dynamicyield.com)

Selon l’excellent rapport annuel de la GSM Association (voir ci-contre), à la fin de 2020, 5,2 milliards de personnes étaient abonnées à des services mobiles, ce qui représente 67% de la population mondiale.

Et il devrait y avoir près d'un demi-milliard de nouveaux abonnés d'ici 2025 ce qui portera le nombre total à 5,7 milliards (70% de la population mondiale). GSMA_MobileEconomy2021_3.pdf

Au niveau mondial, que représente l’e-commerce et, dans celui-ci, quelle est la part du m-commerce?

Selon les statistiques de eMarketer, après un changement majeur en faveur du commerce de détail en ligne en 2020 (+25.7%), les ventes de commerce électronique de détail continueront de croître à deux chiffres jusqu'en 2023 et représenteront une part croissante du total des ventes au détail dans le monde. (Worldwide ecommerce continues double-digit growth following pandemic push to online - Insider Intelligence Trends, Forecasts & Statistics (emarketer.com)),

En 2025, eMarketer prévoit que les ventes mondiales de l’e-commerce s'élèveront à 7.385 milliards USD et représenteront 24.5% du total des ventes au détail, contre 3.351 milliards USD et une part de marché de seulement 13,8% en 2019 (voir tableau ci-dessous).

Selon cette étude, la croissance du commerce électronique restera forte tout au long de l'année 2021, car la pandémie a persisté dans de nombreuses régions du monde et davantage de consommateurs se sont habitués à faire des achats en ligne.

La Chine est de loin le plus grand marché du commerce électronique de détail, représentant une part de 52,1% du total des ventes mondiales. Les États-Unis sont le deuxième marché le plus important, mais leur part est beaucoup plus faible que celle de la Chine, avec 19,0%. Les autres marchés du commerce électronique dans le monde représentent chacun moins de 5% des ventes (Royaume-Uni 4.8%, Japon 3%, Corée du Sud 2.5%, Allemagne 2.1%, France 1.6%, Inde 1.4%, etc.)

Graphique: évolution de l'e-commerce et projection 2025

Alors qu’au départ l’e-commerce était essentiellement pratiqué via un ordinateur ou un pc portable, les opérations d’achat sur des sites commerciaux ou les opérations bancaires via smartphones ou tablettes ont de plus en plus pris le dessus. Et de nos jours le m-commerce a conquis une part importante des ventes mondiales de commerce électronique. En mai 2021, il a ainsi représenté 65% des ventes totales de commerce électronique de détail dans le monde.

Mais selon d’autres sources, les ventes de m-commerce ont connu une hausse massive dans le commerce électronique depuis sa part de marché de 52,4% en 2016. Ces statistiques sur le m-commerce par rapport au commerce électronique montrent que ce chiffre s'élèverait désormais à 72,9%, soit près des 3/4 de toutes les ventes de commerce électronique.

Et certaines régions l'adoptent plus rapidement que d'autres. En Asie-Pacifique, 79,7% des ventes totales de commerce électronique de la région sont réalisées via le mobile comme on le voit sur le tableau ci-dessous.

On pourrait se poser la question de savoir pourquoi le m-commerce est-il si répandu en Asie-Pacifique? L'une des raisons pourrait être la population relativement jeune, et férue de technologie, de la région: les personnes âgées de 15 à 24 ans représentent 19% de la population totale.

Ce facteur, ainsi que les niveaux élevés de richesse et la compétitivité numérique générale de l'Asie-Pacifique - en particulier en Chine - pourraient contribuer à expliquer pourquoi le commerce électronique mobile a décollé si rapidement dans la région.

Visuel d'illustration

Si on a vu que le développement du m-commerce dépend fort d’une région à l’autre dans le monde, les proportions sont aussi parfois très différentes, dans un pays, selon les sociétés concernées.

Ainsi, au quatrième trimestre 2019 aux USA, Amazon était en tête de la catégorie des applications de shopping avec plus de 150,6 millions d'utilisateurs mobiles accédant à son application. Cela représente un pourcentage énorme de 80,64% du total des utilisateurs mobiles! Walmart arrivait en deuxième position avec une audience mensuelle de 86,05 millions d'utilisateurs, soit 46,1% des utilisateurs mobiles. eBay revendiquait 33,28% des utilisateurs mobiles. 65 M-Commerce Statistics To Show How Big It Is in 2021 (techjury.net)

Le développement de l’utilisation du mobile est aussi évident concernant la partie du m-commerce appelée « mobile payments ». Le marché des paiements mobiles devrait croître à un taux de 24,5% au cours de la période 2021 - 2026. Les magasins et services à travers le monde adoptent et intègrent rapidement des applications de paiement mobile, telles que PayPal, Samsung Pay, Apple Pay, AliPay (Alibaba) et WeChat Pay (Tencent), pour accepter les paiements. Mobile Payments Market | 2021 - 26 | Industry Share, Size, Growth - Mordor Intelligence

D’ailleurs, Selon le Global Payment Report 2018 de Worldpay, l'utilisation des paiements mobiles devrait poursuivre son inexorable ascension et devenir le deuxième mode de paiement le plus courant après les cartes de débit d'ici 2022, comme on le voit sur le graphe ci-contre. Home | Global Payments Report 2021

En conclusion, selon toutes les sources consultées, la croissance du commerce via mobile ne devrait pas décélérer, au contraire, dans les prochaines années et devenir LA norme en matière d’achat via internet.

Nouvelles économiques et financières – De bonnes statistiques en Europe et aux USA

En Allemagne, si le moral des investisseurs s’est dégradé ces dernières semaines (à cause de la recrudescence de la pandémie et les problèmes d’approvisionnement dans l’industrie), le recul a été finalement moins important que prévu. L’indice ZEW a ainsi atteint 29.9 points en décembre, contre 31.7 points en novembre, alors que les économistes s’attendaient à pire (soit 25.1 points selon Reuters). Toujours en Allemagne, la production industrielle a rebondi de 2.8% en octobre, tout en restant inférieure de 6.5% au niveau pré-pandémie.

En zone euro, sans surprise, la croissance du PIB au 3e trimestre a été confirmée à 2.2% Par contre, Eurostat a revu en hausse la croissance en rythme annuel, soit 3.9% contre 3.7% en première estimation.

Aux USA, le déficit commercial s’est fortement réduit en octobre (à 67.1 milliards USD), après un déficit record en septembre. Les exportations se sont envolées de 8.1% alors que les importations n’augmentaient que de 0.9%.

Evolution des marchés boursiers – Douce euphorie en Europe et aux USA!

Tableau des principaux indices boursiers au 08/12/2021

Après avoir alterné les hausses et les baisses pendant 7 jours, l’indice Stoxx 600 a enfin aligné 2 séances en hausse en clôturant hier dans le vert après le gain de lundi. Et de quelle manière ! Ce mardi l’indice a en effet bondi de 2.45%, une des meilleures performances journalières en 2021. Ce gain s’est inscrit dans la foulée de la forte hausse de plusieurs bourses asiatiques hier matin, Tokyo engrangeant par exemple 1.89% et Hong Kong 2.72%. D’une part le variant omicron inquiète, à priori, beaucoup moins que fin de la semaine passée, d’autre part les marchés ont salué l’intervention des autorités chinoises pour éviter une faillite du géant immobilier Evergrande. Enfin les autorités chinoises ont laissé entendre qu’elles prendraient les mesures adéquates pour stabiliser l’économie en 2022.

Tous les secteurs ont participé à la fête. La plupart ont enregistré des hausses comprises entre 0.89% (services aux collectivités) et 1.98% (énergie). Mais 4 secteurs se sont particulièrement distingués avec des progrès encore plus marqués : les industrielles (+2.81%), les matériaux (+3.2%), la consommation cyclique ou discrétionnaire (+3.92%) et, surtout, les actions technologiques (+5.45%).

Dans ce dernier secteur, c’est une fois de plus le segment des semiconducteurs qui a joué les locomotives, les poids lourds enregistrant des gains substantiels: ASML (+8.3%), ASMI (+8.6%), Infineon (+6.2%) et STMicroelectronics (+5.8%).

De son côté le secteur de la consommation cyclique a bénéficié du bon comportement de 3 de ses composantes, l’automobile (avec notamment les gains de VW +8.6% et Porsche +8.5%), le luxe (LVMH +5.1%, Richemont +5.3%, Kering +5.7%, Hermès +3.9% et Christian Dior +4.6%) et les livraisons à domicile (Delivery Hero +7.8% et Zalando +6%).

Une minorité d’actions ont néanmoins fait grise mine ce mardi, la société française Atos en premier (-3%). Numéro un européen de la cybersécurité, du cloud et du calcul haute performance, Atos a annoncé a annoncé hier un accord pour acquérir Cloudreach, une société de services multi-cloud spécialisée dans le développement d'applications et la migration vers le cloud, capitalisant sur de solides partenariats avec les trois « hyperscalers » (Amazon, Google et Microsoft).

A Wall Street aussi la séance s’est terminée dans une douce euphorie, l’indice S&P 500 clôturant en hausse de 2.07% alors que Nasdaq faisait encore mieux en progressant de 3.03%! Et à l’instar de l’Europe, tous les secteurs ont profité de l’aubaine pour progresser. Si la consommation de base affichait la hausse la plus modeste (0.23%), 2 secteurs grimpaient de plus de 2% (énergie +2.26% et consommation cyclique +2.78%) alors que les actions technologiques se permettant même un bond de 3.51%.

Au sein de l’indice S&P 500, seules 68 actions ont terminé en baisse, Comcast enregistrant la chute la plus forte (-5.3%). Dave Watson, directeur de la division câble de Comcast, a déclaré mardi lors d'une conférence d'investisseurs chez UBS que l'entreprise basée prévoyait de recruter environ 1,3 million de nouveaux abonnés à l'Internet haut débit en 2021. Les analystes étaient déçus car ils s'attendaient à un chiffre plus élevé, soit 1,4 million d'abonnés supplémentaires cette année, soit la moyenne de 11 estimations compilées par Bloomberg. Charter Communications, qui fait partie du même secteur que Comcast perdait 3.3% dans la foulée.

Du côté des gagnants du jour, les actions technologiques se sont donc taillé la part du lion, Fortinet (qui fournit des solutions de sécurité réseau) emmenant le peloton avec un bond de 8.6%. Nvidia suivait avec une hausse de 8%, oubliant la déception des derniers jours (l’antitrust européen étant toujours rétif au rachat de Arm). D’autres sociétés technologiques enregistraient aussi gains substantiels comme ServiceNow (+7.6%), NXP Semiconductors (+6.5%), Applied Materials (+6.5%), Microchip (+5.9%) ou encore LAM Research (+5.8%).

De nombreux observateurs étaient aussi impressionnés par le nouveau record historique de l’action Apple à 171.18 USD (+3.5% par rapport à lundi). Morgan Stanley estime qu’Apple bénéficiera de nouvelles catégories de produits dans le domaine de la réalité virtuelle et des véhicules autonomes. L'analyste Katy Huberty, qui surpondère Apple, a donc relevé son objectif de cours de 164 à 200 USD, rejoignant ainsi Wedbush comme objectif le plus élevé parmi les objectifs suivis par Bloomberg.

Hors actions technologiques, Autozone (chaîne de pièces détachées pour le secteur de l’automobile) a bondi de 5.4% après avoir annoncé des résultats très largement au-dessus des attentes des analystes. Autozone a profité de la tendance des automobilistes à s’occuper eux-mêmes de leurs véhicules alors que le marché de la voiture neuve et d’occasion est embouteillé et cher.

Tendances boursières du jour – Asie plutôt haussière, futures aussi

Ce matin (7h15), les marchés asiatiques sont globalement à hausse, hormis Hong Kong en léger retrait quasiment inchangé. Tokyo progresse par contre actuellement de 1.4% et Shanghai-Shenzhen de 1.2%

Les futures sur les marchés occidentaux sont aussi bien orientés même si la hausse des bourses européennes à l’ouverture des marchés serait à priori plus mitigée qu’aux Etats-Unis.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, au niveau économique, l’intervention de Christine Lagarde, présidente de la Banque Centrale Européenne (BCE), dans le cadre de la conférence annuelle en Allemagne du Conseil européen du risque systémique sera suivie avec attention.

Au niveau des sociétés, la société allemande TUI donnera ses résultats trimestriels pour le 4e trimestre alors qu’aux USA, Gamestop fera de même pour ses résultats du 3e trimestre.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.