TESLA leader des VOITURES ELECTRIQUES, mais la concurrence se renforce!

À RETENIR:

  • Le thème du jour – TESLA leader des VOITURES ELECTRIQUES, mais la concurrence se renforce! La mutation du secteur automobile vers les véhicules électriques est inéluctable et obligée dans le cadre des accords sur les gaz à effet de serre. Tesla a pris une (bonne) longueur d’avance sur la concurrence des constructeurs classiques, mais celle-ci a commencé à réagir. D’autant qu’à côté de Tesla, des "petits nouveaux", surtout américains et chinois ont fait leur apparition et veulent leur part du gâteau. Que vaut ce marché? Quelle est sa croissance attendue? Et la valeur des "pure players" électriques est-elle justifiée par rapport aux constructeurs classiques? Détails et explications ci-dessous.
  • Nouvelles économiques et financières - Dans la foulée des chiffres connus hier notamment en Belgique et en Allemagne, l’inflation de la zone euro a atteint un niveau record sur 25 ans en novembre, soit 4.9% sur un an. Ce niveau est aussi plus élevé que le consensus des économistes interrogés par Reuters et qui s’attendaient à 4.5% "seulement"… La flambée des prix de l’énergie, +27.4% sur un an, explique évidemment une bonne part du phénomène! Aux Etats-Unis, J. Powell le patron de la FED a par ailleurs renoncé au terme "transitoire" pour décrire l’inflation US, également élevée… Celle-ci, conjointement à l’inquiétude liée au variant delta, a d’ailleurs fait reculer la confiance des consommateurs américains en novembre, l’indice du Conference Board baissant de 1.9 points à 109.5 points par rapport à octobre.
  • A propos des marchés boursiers – Nouveau retour de manivelle sur les marchés financiers, plusieurs nouvelles ayant sapé le moral de plus d’un investisseur. Les nouvelles sur le front de l’inflation ne sont toujours pas bonnes. Par ailleurs, le variant omicron inquiète de nouveau, celui-ci se propageant rapidement un peu partout dans le monde et alors que, selon l’aveu du PDG de Moderna, les vaccins actuels ne seront probablement pas aussi efficaces que contre les variants actuels. L’indice Stoxx 600 Europe a donc reculé de 0.9%, le S&P 500 de 1.9% et le Nasdaq de 1.6%. Eclaircie notoire dans cette triste journée, le bond de 3.2% d’Apple dont les ventes du nouvel iPhone 13 sont très bonnes en Chine et alors que la période de Thanksgiving semble également avoir été robuste.
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui – Ce matin (7h15), les marchés asiatiques sont plutôt bien orientés, Tokyo progressant de 0.4%, Hong Kong de 1.1% alors que Shanghai-Shenzhen sont relativement inchangées. La Corée du Sud a annoncé une forte croissance des exportations, tandis que les indicateurs des directeurs d'achat ont mis en évidence la résistance du secteur manufacturier asiatique. Les futures sur les marchés occidentaux indiquent aussi actuellement un début de journée positif tant en Europe qu’aux USA.
  • Aujourd’hui, au niveau économique, seront notamment dévoilés les indices PMI Markit manufacturiers définitifs pour novembre pour chaque pays européen ainsi que pour la zone euro. Aux USA, on aura l’enquête ADP sur l’emploi privé pour en novembre ains que l’indice ISM manufacturier pour le même mois. Au niveau des résultats de sociétés, à priori rien des transcendant à signaler ce jour.

Le thème du jour – TESLA leader des VOITURES ELECTRIQUES, mais la concurrence se renforce!

La révolution électrique est en marche dans le secteur automobile depuis des années. Les efforts constants pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ont conduit à la mise en œuvre de lois strictes sur les émissions par de nombreux gouvernements ce qui va continuer à soutenir la mutation du secteur vers la motorisation électrique.

Sur notre continent, l'obligation édictée par l'Union Européenne dans son paquet législatif « Ajustement à l’objectif 55» (« Fit for 55 ») vise notamment à une réduction de 55% des émissions de CO2 en 2030 pour aboutir au « zéro carbone » en 2035. Plan de l'UE pour une transition écologique - Consilium (europa.eu)

De facto cela sonnera le glas des motorisations thermiques, y compris hybrides, pour les voitures particulières et les véhicules utilitaires légers.

Dans le domaine des voitures électriques, Tesla est le pionnier et leader depuis plusieurs années. Mais l’industrie automobile classique, assez lente au départ à réagir au changement de paradigme, a maintenant mis les bouchées doubles pour rattraper son retard. Par ailleurs, des nouveaux concurrents, surtout américains et chinois, ont fait leur apparition. Sans compter que certains géants technologiques, comme Apple, Sony, Xiaomi ou Foxconn étudient aussi des modèles de véhicules électriques qui pourraient être lancés sur le marché dans les prochaines années…

Comment évolue le marché des véhicules électriques?

graphique: répartition de véhicules par carburant

Selon l’ACEA (Association des Constructeurs Européens d’Automobiles), au 3e trimestre 2021, la part des véhicules électriques a atteint 9.8% du total des voitures en Europe (tableau ci-contre), contre 7.5% au 2e trimestre. Au 2e trimestre 2020, les véhicules électriques ne représentaient que 3.5%...

Les véhicules essence ou diesel ne représentent plus respectivement que 39.5 et 17.6% du total si on considère aussi la catégorie des véhicules hybrides.

En effet, comme on le voit sur ce graphe, outre les véhicules électriques purs (ou BEV pour Battery-powered Electric Vehicle), il y a aussi les véhicules électriques hybrides rechargeables (ou PHEV pour Plug-in Hybrid Electric Vehicle) et les véhicules hybrides électriques (ou HEV pour Hybrid Electric Vehicle).

La différence ? Un véhicule électrique pur, ou véhicule électrique alimenté par batterie (BEV), tire toute son énergie de ses batteries et de ses moteurs électriques. Un PHEV ou hybride rechargeable, utilise un moteur électrique et un moteur à gaz pour fonctionner. Enfin un HEV est un type de véhicule hybride et électrique qui combine un système de propulsion classique à moteur à combustion interne (ICE) avec un système de propulsion électrique (groupe motopropulseur du véhicule hybride)… BEV, EREV, PHEV, HEV – What Do They Mean? Here's Your Electric Vehicle Dictionary - Current EV Blog

Les PHEV comptaient pour 9.1% des ventes au 3e trimestre et les HEV pour 20.7%. Donc les véhicules électriques au sens large ont compté pour près de 40% des ventes en Europe au 3e trimestre ! Et comparée au 3e trimestre la progression des ventes de véhicules électriques est spectaculaire comme on le voit sur le tableau ci-dessous:

Visuel d'illustration

Aux Etats-Unis aussi, la "vague électrique" progresse rapidement. Ainsi, en 2020, les véhicules électriques représentaient environ 2% de toutes les ventes de voitures. Cet été, ce chiffre est passé à près de 5% des véhicules légers tels que les SUV et les berlines et à plus de 20% de toutes les ventes de véhicules de tourisme, selon des données récentes (Climatewire, 24 septembre). EV sales have doubled. Is a 'tidal wave' coming? - E&E News (eenews.net)

Toutefois en 2020 (tableau ci-dessous) les États-Unis ne représentaient qu'environ 16% du stock mondial total de 11.3 millions de véhicules électriques, selon les données de l'AIE. Global EV Outlook 2021 – Analysis - IEA La Chine possédait l’année passée près de 48% de tous les véhicules électriques du monde (5,4 millions), et les quelque 3,3 millions d'Europe représentaient environ 29%, le reste du monde comptant pour 7%.

Visuel d'illustration

Que représente la valeur du marché des véhicules électriques et quel est son potentiel?

Comme toujours, en matière d’estimations, le résultat dépend des hypothèses de calcul sous-jacentes et de la valeur de départ. J’ai donc résumé, dans le tableau ci-dessous les conclusions d’études de différents instituts de recherche.

Visuel d'illustration

On remarque, assez rapidement, qu’à partir d’un chiffre d’environ 250 à 260 milliards USD en 2020, la valeur du marché des véhicules électriques devrait exploser dans les prochaines années.

Toutes les hypothèses de calcul prennent un CAGR (taux de croissance annuel composé) supérieur à 20% avec une moyenne à 22.8%. En conséquence, en hypothèses basses et hautes, le marché devrait valoir entre environ 800 et 1.300 milliards dans un horizon 2026-2028!

Où se situent les principales marques automobiles dans cette "course électrique"?

Sur le tableau intéressant suivant, on visualise la position et la part de marché des 12 plus grands groups automobiles en fonction d’une part de leur part de marché mondiale en véhicules électriques en 2020 (colonne de gauche) et de la production estimée en 2025 (colonne droite).

Selon cette étude, Tesla contrôle actuellement 23% du marché (avec 499.000 voitures vendues) et resterait leader du secteur en 2025 mais avec une part de marché reculant à 21% (correspondant à 2,8 millions de voitures vendues).

Si les autres producteurs sont actuellement clairement derrière Tesla, la concurrence fait rage entre grands sociétés américaines, européennes et asiatiques. Volkswagen est actuellement 2e avec une part de marché de 11% (230.000 voitures), qui augmenterait à 12% (1,5 million voitures) d’ici 4 ans.

La 3e place est occupée par SGMW (une coentreprise entre le groupe General Motors (USA), SAIC (Shanghai Automotive Industry Corporation) Motor et Liuzhou Wuling Motors) qui commercialise des véhicules sous les marques Wuling et Baojun. SGMW a vendu 211.000 véhicules électriques en 2020 (10% part de marché) et devrait en vendre 1,1 million en 2025 (8% part de marché).

L’association Renault-Nissan-Mitsubishi est en 4e position actuellement en ayant vendu 191.000 voitures électriques en 2020 et en vendrait un peu plus de 600.000 en 2025, précédant Hyundai-Kia 5e et ses 145.000 véhicules vendus en 2020 avant espérer en vendre 750.000 en 2025. Ensuite en 6e place vient le groupe chinois BYD ("Build Your Dreams", tout un programme…) qui augmenterait sa production de 136.000 voitures en 2020 à 377.000 en 2025.

image d'illustration

A côté de tous ces groupes connus, de nouvelles sociétés ont été créées plus récemment comme les américaines Lucid Motors – dont les premières voitures électriques ont seulemment été livrées fin octobre - ou Rivian – qui ne prévoit de livrer que 1.000 véhicules d’ici fin de l’année - cotées sur le Nasdaq. Mais la Chine a vu aussi émerger de nouveaux constructeurs de véhicules électriques comme Nio, Xpeng, Li Auto ou Niu, toutes cotées en bourse.

Si Tesla domine encore le marché et que des nouveaux constructeurs ont fait leur apparition, les grands groupes automobiles classiques ont sorti la grosse artillerie pour rattraper leur retard vis-à-vis de Tesla et ne pas laisser les "petits nouveaux" prendre trop de place.

Ainsi par exemple, le 22 juillet 2021, Mercedes-Benz a annoncé vouloir en finir avec les motorisations d'ici à 2030, soit une montée en puissance radicale et bien plus rapide que prévue initialement par la trajectoire vers la neutralité carbone annoncée en 2019, et baptisée "Ambition 2039".

Ce nécessitera des investissements colossaux: plus de 40 milliards d'euros d'ici 2030! Ce qui se traduira aussi par "une profonde réaffectation des capitaux", souligne le PDG de Daimler et de Mercedes-Benz. Pour maintenir ses marges, le constructeur explique vouloir augmenter le revenu net par voiture, "un levier important" de sa stratégie d'électrification, en s'orientant encore un peu plus vers le haut de gamme… ainsi qu'en prenant un contrôle plus direct sur les ventes et l'augmentation des revenus tirés des services numériques.". Mercedes veut devancer de cinq ans l'obligation aux motorisations électriques | Les Echos

Les batteries et leur recharge étant l’élément stratégique des véhicules électriques, Mercedes prévoit la création de huit "Giga usines" pour la production de cellules. En collaboration notamment avec SilaNano pour augmenter leur densité. En aval, le groupe assure aussi travailler à l'établissement de nouvelles normes pour faciliter la recharge notamment la phase d'authentification et de paiement. Enfin, les clients auront un accès facilité au réseau Shell de plus de 30.000 points de charge en Europe, en Chine et en Amérique du Nord.

La prépondérance des marques classiques est ainsi démontrée par JATO (société fournissant des données précises sur le secteur automobile). On note par exemple (tableau ci-dessous) que si la Tesla Model 3 a été la plus vendue en Europe en septembre, les modèles suivants font tous partie d’une grande société (Renault, VW, Fiat, Opel,…). EV revolution hits new milestone as Tesla Model 3 becomes Europe’s best-selling car in September - JATO

image d'illustration

Quid de la valorisation des constructeurs classiques et des "pure players" électriques?

On a vu que le marché automobile est en pleine mutation et que les véhicules électriques vont rapidement supplanter les voitures à essence et diesel. Il y a donc un marché important et en forte croissance que se disputent les "anciens" constructeurs et les "nouveaux".

Il est interpellant alors de constater qu’en bourse les constructeurs plus récents, ne produisant que des voitures électriques, ont maintenant parfois des valorisations qui égalent voire dépassent largement celles de constructeurs classiques, alors pourtant que la production des nouveaux n’est encore que très réduite et leur situation financière fragile…

C’est évident sur le tableau suivant ou l’on remarque d’abord que la valeur boursière de Tesla (1.145 milliards USD) équivaut presque 5 fois celle de son dauphin, Toyota avec 244 milliards USD ou plus de 9 fois celle de Volkswagen (124 milliards USD) à l’assise commerciale et financière pourtant établies de longue date !

Que dire alors de Rivian, à peine lancée et n’ayant encore rien livré, qui vaut déjà autant que Mercedes-Benz soit 101,5 milliards USD, ou Lucid, à peu près dans le même cas, qui pèse autant en bourse que General Motors, soit près de 86 milliards USD… Ou enfin le producteur chinois Nio qui vaut presqu’autant que Ferrari, soit 62 milliards USD…

A noter que le rapport cours-bénéfice (PER) attendu pour les grands constructeurs classiques européens, américains et japonais varie, pour l’année à venir entre 4.4 (Stellantis) et 12.6 (Renault) avec une moyenne à 8.4. Le PER de Tesla pour l’année à venir? 187… Et inutile de préciser que la plupart des nouveaux arrivants n’ont la plupart du temps encore aucun ratio de valorisation, les bénéfices étant encore une hypothèse future à vérifier!

Source : Largest automakers by market capitalization (companiesmarketcap.com)

Bref, les espoirs mis dans la production de voitures électriques sont donc énormes, en particulier pour les nouveaux constructeurs, mais ces espoirs devront être concrétisés dans les prochaines années sous peine de voir les valorisations s’adapter en conséquence. D’un autre côté, les constructeurs classiques devront s’adapter, et rapidement, au nouveau monde automobile sous peine de voir leur avenir gravement hypothéqué…

Nouvelles économiques et financières – Une inflation toujours élevée et moins"transitoire"…

Dans la foulée des chiffres connus hier notamment en Belgique et en Allemagne, l’inflation de la zone euro a atteint un niveau record sur 25 ans en novembre, soit 4.9% sur un an. Ce niveau est aussi plus élevé que le consensus des économistes interrogés par Reuters et qui s’attendaient à 4.5% "seulement"… La flambée des prix de l’énergie, +27.4% sur un an, explique évidemment une bonne part du phénomène!

Aux Etats-Unis, J. Powell le patron de la FED a par ailleurs renoncé au terme "transitoire" pour décrire l’inflation US, également élevée… Celle-ci, conjointement à l’inquiétude liée au variant delta, a d’ailleurs fait reculer la confiance des consommateurs américains en novembre, l’indice du Conference Board baissant de 1.9 points à 109.5 points par rapport à octobre.

Evolution des marchés boursiers – Rechute en Europe et à Wall Street

Tableau des principaux indices boursiers au 30/11/2021

Nouveau retour de manivelle sur les marchés financiers, plusieurs nouvelles ayant sapé le moral de plus d’un investisseur. Ainsi l’inflation européenne a encore augmenté, plus que prévu, et atteint un niveau inédit depuis 25 ans alors qu’aux USA, le patron de la FED a avoué que l’inflation justement n’était plus "transitoire". Enfin, le variant omicron inquiète de nouveau, celui-ci se propageant rapidement un peu partout dans le monde et alors que, selon l’aveu du PDG de Moderna, les vaccins actuels ne seront probablement pas aussi efficaces que contre les variants actuels. Toutes ces nouvelles n’étant à priori pas idéales pour la croissance économique…

Sans surprise vu le contexte général, l’ensemble des secteurs étaient donc à la baisse hier, les retraits s’étalant entre 0.29% (financières) et 1.73% (consommation de base).

Individuellement, parmi les principales victimes du jour, nous avons relevé la chute d’Inditex (-6.1%), le groupe textile espagnol surtout connu pour sa marque Zara, après le départ du président Pablo Isla et du directeur général Carlos Crespo, dans le cadre d'un remaniement de la direction du détaillant espagnol. Ce changement de direction inattendu constituant une mauvaise nouvelle pour certains analystes…

Le groupe brassicole hollandais Heineken a aussi fait les frais (-5.9%) des inquiétudes concernant la croissance économique suite à la recrudescence de la pandémie, et des contraintes supplémentaires, et à l’émergence du variant omicron.

Il y a quand même eu quelques bonnes surprises dans cette journée « rouge ». Ainsi en a-t-il été du groupe belge de médias Roularta (+7.6%)… même si aucune nouvelle officielle ou rumeur justifie à priori cette hausse soudaine, en plus réalisée dans des volumes près de 7 fois supérieurs à la moyenne journalière…

Même hausse de 7.6% pour le groupe informatique anglais Wise après la publication des résultats du premier semestre qui, selon Morgan Stanley devrait apaiser les inquiétudes concernant le cours de bourse.

Enfin, notons aussi le bond de 4% de l’équipementier français Valeo après que son PDG a déclaré mardi lors d'une interview à la radio BFM que le groupe confirmait les prévisions financières annoncées le mois dernier, le mois de novembre ayant été meilleur que prévu. L'approvisionnement en semi-conducteurs semble s'améliorer, a-t-il dit. La marge annuelle sera plus proche de 13,4% que de 13%, soit dans le haut de la fourchette qui avait été donnée, a-t-il dit.

A Wall Street, corollairement à l’Europe, les marchés boursiers ont rechuté, le S&P 500 perdant 1.90% alors que le Nasdaq reculait de 1.55%. Aucun secteur n’a échappé au marasme ambiant. Et si les technologiques ont relativement limté les dégâts (-0.96%), tous les autres secteurs ont abandonné entre 1.42% (consommation cyclique) et 3% (services de communication). Les mêmes raisons que celles évoquées pour l’Europe justifient cela.

Parmi les perdants du jour, le groupe de confection a enregistré la plus lourde chute (-7.1%). Le ministère de la Justice  américain a annoncé un règlement avec la société pour mettre fin aux allégations selon lesquelles l'entreprise avait violé la loi en faisant preuve de discrimination à l'égard de certains citoyens non américains.

Constat interpellant et peu courant, seules 7 actions de l’indice S&P 500 ont terrminé en hausse hier, Apple affichant le gain le marquant (+3.2%). Des données récentes suggèrent qu'Apple enregistre une demande extrêmement forte en Chine pour la gamme d'iPhone 13. Les chiffres de l'Académie chinoise des technologies de l'information et des communications montrent que les ventes de smartphones dans le pays ont augmenté de 57% en octobre. Par ailleurs les ventes d'unités Apple ont augmenté de 820% par rapport à septembre pour atteindre le chiffre record de 10,8 millions d'unités, et de 85% en glissement annuel. Un analyste américain a noté que d'après les vérifications des détaillants et de la chaîne d'approvisionnement, la demande nationale d'iPhone pendant le week-end de Thanksgiving semble avoir été "robuste".

Pfizer a terminé sur la 2e place du podium du jour (+2.5%), la société pharmaceutique ayant demandé mardi aux autorités réglementaires américaines d'autoriser les jeunes de 16 et 17 ans à recevoir des doses de rappel de son vaccin contre le Covid-19.

Tendances boursières du jour – Léger redressement en vue

Ce matin (7h15), les marchés asiatiques sont plutôt bien orientés, Tokyo progressant de 0.4%, Hong Kong de 1.1% alors que Shanghai-Shenzhen sont relativement inchangées. La Corée du Sud a annoncé une forte croissance des exportations, tandis que les indicateurs des directeurs d'achat ont mis en évidence la résistance du secteur manufacturier asiatique.

Les futures sur les marchés occidentaux indiquent aussi actuellement un début de journée positif tant en Europe qu’aux USA.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, au niveau économique, seront notamment dévoilés les indices PMI Markit manufacturiers définitifs pour novembre pour chaque pays européen ainsi que pour la zone euro. Aux USA, on aura l’enquête ADP sur l’emploi privé pour en novembre ains que l’indice ISM manufacturier pour le même mois.

Au niveau des résultats de sociétés, à priori rien des transcendant à signaler ce jour.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.