La Chine cadenasse de plus en plus l’industrie florissante du jeu vidéo

À RETENIR:

  • Le thème du jour – La Chine cadenasse de plus en plus l’industrie florissante du jeu vidéo. Après avoir contraint les joueurs chinois à restreindre leur temps de jeu (en plusieurs "étapes"), Pékin vient encore de prendre une mesure plus coercitive en interdisant tout simplement le célébrissime jeu Fortnite sur son territoire. L’enjeu est plus politique que ludique et fait trembler le secteur du jeu vidéo – dont la valeur dépasse celui de la musique et du cinéma réunis – étant donné que la Chine est, de loin, le plus important marché mondial. Explications et détails ci-dessous.
  • Nouvelles économiques et financières – En Europe, auditionnée par la commission des Affaires économiques et financières du Parlement européen, Christine Lagarde, la présidente de la BCE a dit que l’inflation dans la zone euro devrait diminuer plus lentement que prévu en raison du niveau élevé des prix de l’énergie et des goulots d’étranglement dans les chaines d’approvisionnement. Elle a par ailleurs répété que l’inflation à moyen terme devrait rester en dessous de l’objectif de la banque centrale. Aux Etats-Unis, l’activité manufacturière dans la région de New-York, mesurée par l’indice d’activité "Empire State", a été meilleure que prévu en novembre.
  • A propos des marchés boursiers – En Europe, les marchés boursiers restent bien orientés, l’indice Stoxx 600 Europe a ainsi encore gagné 0.35% pour inscrire un nouveau record historique à 488.43 points, ce qui porte la hausse de l’indice cette année à 22.40%. A Wall Street hier, l’indice S&P 500 a fini inchangé par rapport à vendredi, restant ainsi à quelques longueurs de son record historique de lundi passé, alors que l’indice Nasdaq n’a quasiment pas bougé (-0.04%). Plus grand écart du jour, Oatly, leader mondial du lait d’avoine dans lequel la famille belge de Spoelberch est un important actionnaire via Verlinvest s’est effondrée hier de près de 21%. La société a revu ses prévisions de ventes à la baisse, citant des problèmes de chaîne d’approvisionnement et des obstacles liés à la pandémie qui pèsent sur la croissance.
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui – Ce matin (6h30), les marchés asiatiques sont divisés. Tokyo avance très légèrement (0.04%) alors que Hong Kong grimpe de 1.3% et Shanghai-Shenzhen de 0.6%. Les futures sur les marchés occidentaux indiquent actuellement que tant l’Europe que les USA seraient en légère progression lors des premiers échanges.
  • Au menu du jour, au niveau économique - Aujourd’hui, au niveau économique, on disposera du chiffre définitif d’inflation en France pour le mois d’octobre. Pour la zone euro, on aura une 1ère estimation du PIB pour le 3e trimestre. Aux USA, seront publiés les chiffres des ventes au détail ainsi que ceux de la production industrielle pour le mois d’octobre. A propos des sociétés, quelques résultats pour le 3e trimestre seront annoncés dont ceux de Leasinvest, Greenyard, Bouygues ou Vodafone en Europe. Aux Etats-Unis seront connus ceux de Walmart ou Home Depot par exemple.
  •  

Le thème du jour – La Chine cadenasse de plus en plus l’industrie florissante du jeu vidéo

Depuis près d’un an, les autorités chinoises ont lancé une offensive régulatoire de grande envergure, essentiellement contre le secteur numérique. La plupart des grandes sociétés chinoises ont ainsi été impactées d’Alibaba à Tencent en passant par Tal Education.

Et l’important secteur du jeu vidéo n’a pas été oublié, au contraire… Mais si on remonte un peu le temps, ce secteur était déjà dans le collimateur de Pékin depuis au moins 2 ans.

Ainsi, comme le notait le New York Times en novembre 2019, l'Administration chinoise de la presse et des publications (GAPPRFT), a interdit à ce moment aux utilisateurs de moins de 18 ans de jouer à des jeux vidéo entre 22 heures et 8 heures du matin. Ils n’étaient pas autorisés à jouer plus de 90 minutes en semaine et trois heures le week-end et les jours fériés. Soit un maximum de 13 h 30 par semaine.

Par ailleurs les règles limitaient également le montant que les jeunes peuvent dépenser pour des achats effectués par le biais de jeux « free to play », comme des armes, des vêtements et des animaux de compagnie virtuels. Ces achats étant désormais plafonnés entre 28 et 57 USD par mois, en fonction de l'âge. L'Administration nationale de la presse et des publications, dans un communiqué publié par Xinhua, l'agence de presse officielle, évoquait alors le fait que les jeux vidéo « affectent la santé physique et mentale des mineurs, ainsi que leur apprentissage et leur vie normaux"…  90 Minutes a Day, Until 10 P.M.: China Sets Rules for Young Gamers - The New York Times (nytimes.com).

Le contrôle des autorités allait d’ailleurs très loin et l’éditeur de jeux Epic Games a par exemple été obligé d’inclure un système de contrôle des adolescents chinois à son jeu Fortnite. Ainsi selon le site Motherboard, lorsqu’un mineur chinois dépassait la limite de temps de jeu fixée par le gouvernement, une fenêtre «pop-up » l’incitait d’une part à faire une pause mais lui signalait aussi qu’il sera pénalisé s’il continue à jouer : « Vous jouez depuis 3 heures. Vous gagnerez désormais de l’expérience 50% moins vite. Les défis sont bloqués. Pour votre santé, allez-vous repose immédiatement svp. Pensez également à vous réserver un temps pour étudier »… In China, 'Fortnite' Penalizes Minors for Playing Too Much (vice.com)

Plus récemment, fin août 2021, Pékin a encore restreint ces mesures :  il a ainsi été annoncé que les moins de 18 ans ne pourront désormais plus jouer en ligne qu'1 heure par jour, et uniquement les vendredi, samedi et dimanche - soit 3 heures maximum par semaine. Et encore, les mineurs ne pourront par ailleurs jouer «qu'entre 20h et 21h», précise le texte. Les autres jours de la semaine, les jeux vidéo en ligne seront en revanche inaccessibles aux moins de 18 ans. Pendant les vacances scolaires, ils pourront jouer une heure par jour

image d'illustration

Enfin, depuis ce 15 novembre à 11 h, la société américaine Epic Games a été contraint, par les autorités chinoises, de rendre inaccessible en Chine l’accès à Fortnite, son célèbre jeu vidéo en ligne. Ce jeu était disponible en Chine depuis la mi-2018 grâce au géant technologique Tencent, qui détient d’ailleurs 40% des actions d’Epic Games.

Lors de l’année 2020, Epic Games avait annoncé que, dans le monde, plus de 350 millions de comptes étaient enregistrés à son jeu !

Selon certains sites spécialisés, on peut estimer que chaque jour entre 6 et 12 millions de joueurs tentent de remporter un top 1 sur Fortnite. Combien de joueurs jouent à Fortnite en 2021 ? - Dexerto.fr

Au-delà du cas emblématique de l’interdiction de Fortnite, c’est tout le secteur du jeu vidéo qui est en fait visé par Pékin, cette activité ayant d’ailleurs été surnommée «l’opium de l’esprit » par l’addiction qu’elle pouvait provoquer chez les jeunes. Si l’intention de départ est louable – éviter que des adolescents passent trop de temps devant leurs consoles (au détriment de leur santé, de leur équilibre et de leurs études) - la démarche est clairement plus politique et dirigiste.

graphique: évolution de l'utilisation du lithium

Le media local South China Morning Post a pu avoir accès à un mémo envoyé aux éditeurs de jeux vidéo qui rappellent les règles et expliquent les nouvelles contraintes à respecter, sachant que tout jeu souhaitant être commercialisé en Chine doit être approuvé par l'administration, un processus long, complexe, et qui peut aboutir à un refus si le contenu du jeu ne respecte pas certaines règlesNew video game approvals dry up in China as internal memo shows that developers now have many red lines to avoid | South China Morning Post (scmp.com)

Ainsi, parmi les « lignes rouges » à ne pas franchir :

  • La présence dans un jeu de romances homosexuelles, de personnages travestis ou de personnages masculins efféminés. «Si les régulateurs ne peuvent pas deviner immédiatement le genre d'un personnage, ce dernier sera considéré comme problématique», indique le compte rendu.
  • Les jeux à connotation historique ne pourront pas « travestir les faits ». A ce titre par exemple, un jeu mettant en avant des seigneurs de guerre japonais, pourrait être assimilé à du militarisme. Il faut rappeler qu’au début de la seconde guerre mondiale, l’envahissement de la Chine par le Japon (avec des massacres à grande échelle comme à Nankin) reste un traumatisme historique…
  • Les jeux où les joueurs combattraient des « barbares » peuvent être perçus comme mettant en avant une «idéologie » colonialiste. Ici encore, l’histoire joue un rôle avec la semi-colonisation ou domination de la Chine par certaines puissances occidentales dans le passé.
  • La censure chinoise n’aime pas non plus les jeux ayant comme toile de fonds les mondes post-apocalytiques où le joueur doit tuer pour survivre. Or ce type de jeu se passant après une guerre nucléaire, une invasion de zombies… ou une épidémie mondiale sont fort appréciés par les joueurs…
  • Etc.

Comme le notait le Figaro fin septembre, « La semaine dernière, 213 studios chinois de jeux vidéo ont signé un pacte autorégulation où ils se sont engagés à bannir ces contenus désormais mal vus ». En Chine, la censure se resserre pour les créateurs de jeux vidéo (lefigaro.fr)

Cette censure chinoise du secteur des jeux vidéo pourrait, si pas tuer en tout cas freiner cette industrie devenue un poids lourd de l’économie. En effet en 2020, dans le domaine du divertissement, le jeu vidéo a représenté un chiffre d'affaires mondial de 177.8 milliards USD soit 5.5 fois celui du cinéma et de la musique réunis ! Et selon les prévisions de Newzoo, avec un taux de croissance annuel composé de 8.7% attendu ces prochaines années, l’industrie du jeu vidéo devrait dépasser les 200 milliards USD de chiffre d'affaires mondial d’ici 2024 comme on le voit sur le tableau ci-dessous.

graphique d'illustration

Mais une autre étude d’avril 2021, du bureau international de conseil Accenture, a calculé que si on ajoute à ces 200 milliards USD de revenus directs, les revenus indirects (matériel informatique, accessoires de jeux,...), on peut rajouter 100 milliards USD, soit un montant total de 300 milliards USD pour le secteur global du jeu vidéo. Global Gaming Industry Value Now Exceeds $300 Billion, New Accenture Report Finds | Accenture

Et selon le tableau ci-contre, la Chine représentera le marché le plus important au monde cette année, avec des revenus de près de 49.3 milliards USD. En 2025, la Chine conserverait son statut de tête de liste avec des revenus estimés à 71.2 milliards USD. A noter toutefois que ces chiffres ont été calculés en juin donc quelques mois avant les nouvelles mesures édictées par Pékin…

Sur près de 3 milliards de joueurs que compte la planète actuellement, 55% sont issus de la région Asie-Pacifique contre par exemple 14% en Europe et 7% en Amérique du Nord. Quant à la Chine, elle compte, de loin, le plus grand nombre d’adeptes des jeux vidéo soit près de 800 millions de personnes.

Si certains rétorqueront alors que seulement 15% des joueurs sont des mineurs, on a vu que les nouvelles contraintes liées au secteur auront probablement des effets sur l’ensemble des joueurs Chinois, quel que soit leur âge… Interdiction des jeux vidéo en ligne pour les mineurs : « La décision de l’Etat chinois pourrait marquer un tournant » (lemonde.fr)

  • La Chine étant donc un marché très important dans le domaine des jeux vidéo, et suite aux restrictions imposées par le régulateur chinois, il sera intéressant de surveiller, dans les prochains mois, l’évolution des résultats des principales sociétés actives dans le secteur.
  • Comme on le voit sur le tableau que nous avons établi ci-dessous, plusieurs catégories de sociétés se côtoient. Parmi les principaux éditeurs de jeux vidéo, on trouvera surtout des sociétés américaines comme Activision Blizzard, Electronic Arts, Take-Two Interactive, Zynga ou Roblox récemment introduite en bourse. Au niveau européen, on compte notamment la française Ubisoft ou la polonaise CD Projekt. Les éditeurs japonais sont notamment représentés par Bandai Namco ou Konami.
  • Quant aux consoles et plateformes de jeux vidéo en ligne, les noms les plus connus sont évidemment Microsoft (Xbox), Nintendo (Switch) et Sony (Playstation). Mais le chinois Tencent est aussi très important par le nombre énorme de joueurs chinois qui sont actifs sur sa plateforme.
  • Une troisième catégorie concerne les sociétés qui fournissent de l’équipement comme les cartes graphiques de Nvidia ou les accessoires comme Logitech, Bigben Interactive ou Guillemot.

Nouvelles économiques et financières – L’indice américain « Empire State » meilleur que prévu

En Europe, auditionnée par la commission des Affaires économiques et financières du Parlement européen, Christine Lagarde, la présidente de la BCE a dit que l’inflation dans la zone euro devrait diminuer plus lentement que prévu en raison du niveau élevé des prix de l’énergie et des goulots d’étranglement dans les chaines d’approvisionnement. Elle a par ailleurs répété que l’inflation à moyen terme devrait rester en dessous de l’objectif de la banque centrale.

Aux Etats-Unis, l’activité manufacturière dans la région de New-York, mesurée par l’indice d’activité « Empire State », a été meilleure que prévu en novembre. L’indice a augmenté ainsi à 30.9 points contre 19.8 points en octobre et alors que les économistes ne s’attendaient qu’à un chiffre de compris entre 21 et 22 points.

Evolution des marchés boursiers – Nouveau record boursier en Europe

principaux indices boursiers au 10/11/2021

En Europe, les marchés boursiers restent bien orientés, l’indice Stoxx 600 Europe a ainsi encore gagné 0.35% pour inscrire un nouveau record historique à 488.43 points, ce qui porte la hausse de l’indice cette année à 22.40%. Si l’inflation reste un sujet d’attention majeur, outre des résultats trimestriels de sociétés qui confirment être globalement meilleurs que prévus, des statistiques publiées hier ont renforcé le sentiment positif des investisseurs. Parmi ces chiffres pointons la progression plus forte que prévu des ventes au détails et de la production industrielle en Chine, mais aussi un indice « Empire State » américain au-delà des attentes.

2 secteurs seulement n’ont pas participé à la fête, les matériaux (-0.65%) et les services de communication (-0.51%). A noter que les soins de santé ont fait du surplace. Dans ce secteur, Philips (équipements médicaux) a enregistré la plus forte baisse du jour en Europe (-10.6%) après que la FDA américaine a demandé des tests supplémentaires sur une mousse de silicone qu'elle prévoit d'utiliser pour réparer les ventilateurs qui ont été rappelés plus tôt cette année. Les conclusions font courir à la société un risque accru de subir des dommages financiers, selon Citi.

Par contre, parmi les secteurs en hausse, les gains ont varié entre 0.05% (industrielles) et 0.85% (énergie).

Individuellement, l’action Avast a bondi de 7.1% après que l'offre de NortonLifeLock pour la société de cybersécurité cotée à Londres a été approuvée par les autorités américaines. Toujours au Royaume-Uni, l’action de la chaîne de cinémas Cineworld a gagné 6.6% après la publication de ses résultats montrant notamment que le dernier James Bond avait porté le chiffre d’affaires de la société au-dessus du niveau d’avant le début de la pandémie.

Au niveau belgo-hollandais les actions d’Ahold Delhaize ont pris 3.5% suite à l’annonce de 2 bonnes nouvelles. D’abord le fait que le groupe de distribution envisage une cotation boursière de sa division d’e-commerce (Bol.com). Ensuite l’annonce d’un programme de rachats d’actions de milliard d’euros qui débutera en 2022.

A Wall Street hier, l’indice S&P 500 a fini inchangé par rapport à vendredi, restant ainsi à quelques longueurs de son record historique de lundi passé, alors que l’indice Nasdaq n’a quasiment pas bougé (-0.04%).

4 secteurs ont terminé en baisse, emmenés par les soins de santé (-0.64%), devant les matériaux (-0.46%) alors que les 2 autres n’ont guère évolué (technologies -0.11% et consommation cyclique -0.03%).

Les 7 secteurs en progression ont varié entre 0.02% (financières) et 0.83% (énergie). Dans ce dernier secteur, les actions pétrolières ont repris du poil de la bête dans la foulée du rebond des prix pétroliers, le Brent réapprochant les 83 USD le baril. Ces derniers jours, les prix avaient baissé sur base d’informations que les américains pourraient puiser dans leurs réserves stratégiques pour soulager la demande.

Oatly, leader mondial du lait d’avoine dans lequel la famille belge de Spoelberch est un important actionnaire via Verlinvest s’est effondrée hier de près de 21%. La société a revu ses prévisions de ventes à la baisse, citant des problèmes de chaîne d’approvisionnement et des obstacles liés à la pandémie qui pèsent sur la croissance.

L’éditeur de jeux vidéo Take-Two Interactive a aussi enregistré une des plus fortes baisses du jour (-5.5%). Jeudi dernier, Rockstar Games, filiale de Take-Two, a sorti "Grand Theft Auto : The Trilogy -- Definitive Edition" sur toutes les principales plateformes, et depuis lors, plusieurs points de vente ont signalé des bugs, des joueurs indignés demandant des remboursements, et que ceux qui ont acheté la version PC du jeu n'ont pas été en mesure de jouer à ce jeu. Dans une note, l'analyste de Jefferies Andrew Uerkwitz, qui a une recommandation d'achat et un objectif de prix de 231 USD sur Take-Two, a déclaré que le lancement "va probablement amener les investisseurs à abaisser leurs estimations pour le trimestre de décembre et continuer à s'interroger sur la capacité de la société à étendre le portefeuille tout en maintenant la qualité."

A noter aussi le recul des producteurs d’acier américains comme US Steel ou Cleveland-Cliffs, perdant chacun environ 2.5%, touchés par l’annonce que le gouvernement américain serait prêt à évoquer avec le Japon une réduction des droits de douane sur l’acier et l’aluminium, des sanctions imposées précédemment par Trump.

Dollar Tree (chaînes de supermarchés « low cost”) a vu son action bondir de 14.3% après que le Wall Street Journal a annoncé, vendredi, que le fonds activiste Mantle Ridge avait pris une participation de plus de 5% dans Dollar Tree et allait par la suite demander un changement de stratégie.

Boeing a enregistré la 2e plus forte hausse du jour (+5.5%) favorisée par plusieurs nouvelles positives comme la reprise prochaine des livraisons de son modèle 787 Dreamliner, la satisfaction des autorités chinoises quant aux modifications apportées au 737 Max actuellement interdit de vol en Chine après 2 accidentes meurtries les années précédentes et enfin une commande de 777 Cargo par Emirates.

Les tendances boursières du jour – Asie partagée mais futures légèrement haussiers

Ce matin (6h15), les marchés asiatiques sont divisés. Tokyo avance très légèrement (0.04%) alors que Hong Kong grimpe de 1.3% et Shanghai-Shenzhen de 0.6%.

Les futures sur les marchés occidentaux indiquent actuellement que tant l’Europe que les USA seraient en légère progression lors des premiers échanges.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, au niveau économique, on disposera du chiffre définitif d’inflation en France pour le mois d’octobre. Pour la zone euro, on aura une 1ère estimation du PIB pour le 3e trimestre. Aux USA, seront publiés les chiffres des ventes au détail ainsi que ceux de la production industrielle pour le mois d’octobre.

A propos des sociétés, quelques résultats pour le 3e trimestre seront annoncés dont ceux de Leasinvest, Greenyard, Bouygues ou Vodafone en Europe. Aux Etats-Unis seront connus ceux de Walmart ou Home Depot par exemple.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.