1057891624
1057891624

La concurrence acharnée du business florissant des SITES DE RENCONTRES

À RETENIR:

  • Le thème du jour - La concurrence acharnée du business florissant des SITES DE RENCONTRES. Alors que la société de Mark Zuckerberg a lancé Facebook Dating il y a près d’un an, le marché est encore dominé par deux géants américains: Match Group, qui contrôle une cinquantaine de sites de rencontres différents (dont le leader mondial Tinder) et Bumble. D’autres sites, parfois très spécialisés se partagent le reste d’un business en croissance grâce à internet et aux applications mobiles. Détails et explications ci-dessous.
  • Nouvelles économiques et financières - En France, le moral des ménages s’est stabilisé en novembre, soit à 99 points comme en octobre. Mais si la population craint moins le chômage, elle s’inquiète plus pour l’inflation selon l’INSEE. En Allemagne, les prix à l’importation ont bondi de 22% en octobre sur un an, soit la plus forte hausse depuis 1980, les prix de l’énergie étant la principale cause de la flambée. Enfin en zone euro, la croissance des crédits aux sociétés a accéléré en octobre (+2.5% contre +2.1% en septembre) selon la BCE alors que les crédits aux ménages ont augmenté de 4.1% le mois passé.
  • À propos des marchés boursiers - Vendredi rouge sur les bourses, l’apparition d’omicron, un nouveau variant du Covid-19, faisant craindre de nouvelles contraintes sanitaires, en Asie mais aussi en Europe ou l’épidémie avait déjà repris vigueur. L’indice Stoxx 600 Europe a chuté de 3.7% et le S&P 500 de 2.3%. Les prix du pétrole ont d’ailleurs plongé, le Brent perdant ainsi plus de 10% à 73.2 USD le baril à la clôture des marchés européens, l’inquiétude lié au nouveau variant et la situation sanitaire, particulièrement en Europe, menaçant les voyages et déplacements et donc la demande d’or noir. Sectoriellement les croisiéristes, les compagnies aériennes et les voyagistes ont été les plus touchés, les pertes dépassant souvent les 10%. Inversement, les vainqueurs du jour se retrouvaient du côté des pharmaceutiques, des sociétés de diagnostics ou des sociétés de livraisons à domicile.
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui - Ce matin (7h15) en Asie, les marchés boursiers ont commencé la semaine dans le rouge, le variant omicron n’étant pas rassurant. Tokyo recule actuellement de 1.7%, Hong Kong de 1% et Shanghai-Shenzhen de 0.4%. Les futures sur les marchés occidentaux indiquent par contre une tentative de rebond des bourses, l’Europe et les USA pourraient ouvrir en hausse lors des premiers échanges. Mais la nervosité et la volatilité sont bien présentes…
  • Aujourd’hui, au niveau économique, on aura une 1ère estimation de l’inflation allemande en novembre. Pour la zone euro, on disposera de l’évolution du climat des affaires et du sentiment économique en novembre. Aux USA seront connus les chiffres des promesses de ventes de logements en octobre. A noter aussi que c’est aujourd’hui le Cyber Monday aux Etats-Unis, traditionnellement une journée très importante pour les promotions importantes en e-commerce. A propos des sociétés, aucune nouvelle vraiment importante à mentionner au niveau des résultats.

Le fait du jour - La concurrence acharnée du business florissant des SITES DE RENCONTRES

Dans le passé on parlait des agences matrimoniales, cette terminologie vieillotte a été remplacée progressivement par celle des sites de rencontres ou "dating sites" en anglais. Et c’est un secteur en pleine croissance, comme nous le verrons plus loin, plusieurs grands groupes, cotés en bourse, dominant largement cette activité et se livrant une concurrence acharnée.

Et depuis fin octobre 2020, les spécialistes du secteur ont encore vu croître la concurrence avec l’arrivée de Facebook Dating, un service de rencontres gratuit, disponible aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et dans d’autres régions comme le sud-est asiatique. Facebook Dating est un service de rencontres conçu comme un moyen pour les utilisateurs de Facebook de trouver des relations significatives à travers des choses qu’ils ont en commun (c’est-à-dire des intérêts et des groupes similaires). Il est censé supprimer la fastidieuse création d'un profil de rencontre séparé, et même Instagram est intégré, vous pouvez donc partager des publications Instagram directement sur votre profil de rencontre et ajouter à la fois des amis Facebook et des abonnés Instagram à des listes secrètes. Rencontres Facebook: Comment configurer votre profil, lutilise (pocket-lint.com)

À noter que ce business fait partie en bourse du secteur des services de communication.

Pourquoi et comment s’est développé le business des sites de rencontres?

Comme on le voit sur le schéma ci-dessous, pendant longtemps, rencontrer l’âme sœur s’est produit par l’entremise d’ami(e)s. Les 2e et 3e vecteurs de rencontre étaient la famille et le milieu scolaire, dans les années ’60, mais ont progressivement décliné ensuite, le lieu de travail et les bars ou restaurants étant privilégiés. Mais à partir des années ’90,  les rencontres en ligne ont décollé et même explosé les dernières années pour occuper maintenant la première place.

Infographie : comment les couples se rencontrent-ils?

Qu’est-ce qui explique ce décollage à partir du début des années ’90? Petit retour en arrière: le 12 mars 1989, Tim Berners-Lee, chercheur britannique au Cern (laboratoire européen pour la recherche nucléaire) décidait d'ouvrir  au plus grand nombre, l'échange d'informations jusque-là réservé aux scientifiques, militaires et autres universitaires. C'est ainsi qu'est né le WEB… Le Web a 30 ans: les quatre grandes phases de son évolution (futura-sciences.com). A peu près à la même époque, ont été lancés les premiers smartphones, le pionnier en la matière étant l’IBM Simon, développé en 1992 et commercialisé en 1994, suivis peu après par les tablettes.

L’émergence d’internet et des moyens de communication mobiles expliquent donc grandement le fort développement du "business de l’Amour" comme certains le décrivent…

Visuel d'illustration

Aux Etats-Unis, une étude réalisée par Pew Research Center fin 2019 montrait que 3 adultes américains sur 10 disaient avoir déjà utilisé un site ou une application de rencontres en ligne - dont 11% l'avait fait au cours de l'année écoulée. Pour certains Américains, ces plateformes ont été déterminantes pour forger des liens significatifs: 12% disent s'être mariés ou avoir été dans une relation engagée avec une personne rencontrée pour la première fois sur un site ou une application de rencontre. Au total, environ un quart des Américains (23%) disent avoir déjà eu un rendez-vous avec une personne rencontrée pour la première fois sur un site ou une appli de rencontres.

Et la crise sanitaire a encore renforcé le phénomène des sites de rencontre on-line, les contraintes d’isolement poussant de nombreuses personnes à consulter et s’inscrire sur des sites spécialisés.

Visuel d'illustration

Ainsi par exemple, selon une étude de l’IFOP réalisée en France en juillet dernier, 22% de Français ont trouvé un partenaire depuis la fin du premier confinement via une application de rencontre. C'est deux fois plus qu'avant le Covid-19 selon l’étude. Au total, les couples se sont formés pour 39% d'entre eux grâce à Internet (plateforme de rencontre ou non), soit 18% en plus entre janvier 2020 et mai 2021. Les rencontres au travail ou durant les études ont perdu 8 points durant cette période (9%). Quelque 9 points de moins pour celles faites dans une sphère privée (20%) et 5 points de perdus également pour les rencontres dans les lieux publics (10%). Présentation PowerPoint (ifop.com)

En 2020, l'ensemble de l'industrie a ainsi profité de la crise sanitaire puisque par exemple les revenus mobiles provenant des applications de dating ont grimpé de 15% par rapport à 2019 et ont dépassé les 3 milliards USD, selon App Annie.

Que représente le marché des sites de rencontres en termes de valeur?

Graphique: global online dating market (2020-2027)

Selon Verified Market Research, le marché mondial des rencontres en ligne était évalué à près de 7 milliards USD en 2019.

Il devrait atteindre 10,379 milliards USD en 2027.

Le taux de croissance annuel moyen composé  (CAGR) serait ainsi de 4,98% de 2020 à 2027. 

Mais la croissance du marché pourrait dépasser ces prévisions.

Ainsi on a noté qu’entre juillet et septembre 2021, les dépenses des consommateurs dans les applications de dating, pour accéder à des services premiums plus efficaces, se sont élevées à 572 millions USD dans le monde, selon les calculs d'App Annie. Un bond de 30% sur un an. Tinder accentue son avantage dans le match des applications de rencontre | Les Echos.

Certains pensent par ailleurs que le business des apps de rencontres a de beaux jours devant lui. Selon une étude réalisée par le site de rencontres eharmony (qui appartient au groupe coté allemand ProsiebenSat 1) plus de la moitié des couples se rencontreront en ligne à partir de 2031. Et le chiffre devrait monter à 70% en 2040... Over 50% of couples will meet online by 2031 - eharmony

Quelles sociétés sont principalement actives dans le marché des sites de rencontres?

Nous avons signalé, en préambule, que Facebook a lancé un nouveau service dans le domaine, pour profiter de son énorme réseau. Mais malgré celui-ci et l’imposante force de frappe de la société de Mark Zuckerberg, Facebook aura fort à faire pour détrôner les leaders en place, et en particulier le mastodonte du secteur: Match Group, coté sur le Nasdaq américain et dont la valeur en bourse dépasse 37 milliards USD.

Derrière on trouve Bumble, son challenger, un autre groupe américain coté aussi sur le Nasdaq depuis février 2021, et qui pèse 6.5 milliards USD en bourse… et que Match avait essayé d’acheter en 2017, sans succès. Bumble a été fondée par une des co-fondatrices de Tinder, Whitney Wolfe Herd.

Outre leur taille différente, les deux grands rivaux Match et Bumble sont aussi différents dans leur forme et leur manière de fonctionner.

Match Group est assez tentaculaire et contrôle pas loin de 50 sites de rencontres dont le plus connu, de loin, est Tinder. Ce site de rencontre vient de franchir le mur symbolique des 10 millions d'abonnés pour la première fois depuis sa création. Soit 64% du parc total d'utilisateurs payants de Match Group. Tinder accentue son avantage dans le match des applications de rencontre | Les Echos. Tinder est même l’application la plus lucrative au monde, toutes catégories confondues (hors jeux vidéo), devant TikTok et YouTube… Six choses à savoir sur Bumble, le rival de Tinder qui va lever 2,2 milliards en Bourse | Les Echos

Parmi les autres noms connus de Match Group il y a aussi notamment Match.com, Meetic (société française rachetée en 2011), Hinge, OkCupid, Pairs, OurTime ou Plenty of Fish.

Bumble contrôle par contre seulement 2 sites de rencontres, l’application du même nom (Bumble donc) et Badoo.

Chez Match, la raison du succès phénoménal de Tinder, "c'est un mécanisme assez malin qui au bout de quelques "swipes" (un mouvement latéral du pouce pour passer au profil suivant) limite l'utilisateur, le frustre et génère chez lui la peur de rater la perle rare", pour le pousser à payer un abonnement et disposer de choix supplémentaires. Ce modèle économique s'est imposé depuis à la majorité des concurrents qui tentent dans le même temps de se démarquer de l'image superficielle et addictive de l'application. Le marché de la rencontre en ligne doit-il s'inquiéter de Facebook? - Entreprises - Trends-Tendances (levif.be).

Mais là n’est pas la seule différence. Sur Bumble, ce sont les femmes qui envoient le premier message lorsque qu’il y a un jumelage possible entre deux abonnés. Cette approche vise à donner plus de contrôle à celles-ci par rapport à leurs expériences de rencontre, et éviter parfois que ces dernières reçoivent certains messages inappropriés.

Chez Tinder, comme dans leur publicité, le ton est plus léger que chez Bumble. Tinder compte d’ailleurs beaucoup plus d’hommes que de femmes sur sa plateforme, alors que l’équilibre hommes-femmes serait davantage présent sur Bumble. Tinder serait ainsi devenu au fil du temps un réseau davantage propice à une aventure d’un soir alors que Bumble serait davantage lié à la recherche de relations plus sérieuses…

D’un autre côté, si Match compte autant de "marques" différentes c’est pour viser des publics très différenciés selon la race, la religion, les affinités sociales, etc. Chez Bumble, ce sont des plateformes plus généralistes.

A noter que Match Group et Bumble ont commencé à s’intéresser à la technologie révolutionnaire du métavers dont nous parlions dans une chronique récente. L’énorme potentiel du METAVERS, le monde virtuel qui va révolutionner nos vies - Private Banking CBC

A côté de ces deux géants, coexistent des concurrents comme Momo (propriétaire de Tantan, le "Tinder chinois") ou ParshipMeet (propriétaire d’eharmony) et nombre de réseaux plus petits, souvent aussi plus spécialisés comme Happn, qui fonctionne sur la base de la proximité géographique entre deux personnes célibataires, ou bien Hater, un réseau où les utilisateurs sont mis en relation sur la base des choses qu’ils détestent… L’explosion du marché des applications de rencontres | Isarta Infos | Actualités Marketing, Communication et Numérique

Mais existent aussi des sites très spécialisés comme Vegetal (site de rencontres pour végétariens), Kippo (pour des passionnés de jeux vidéo), Night (une application qui permet de rechercher le partenaire idéal par une recherche astrologique), Loosid (une communauté en ligne pour ceux qui luttent contre toutes sortes de dépendances), Beat (une application de rencontres qui n'est disponible que le dimanche et qui ne dérange pas les utilisateurs pendant la semaine…), S’More (une application qui permet aux utilisateurs de prendre des photos floues, qui n'apparaissent qu'après avoir communiqué et appris à se connaître), Moiplustoi (un site de rencontre pour chrétiens), etc.

Au niveau boursier, le cours de Match Group (en blanc) qui s’était plutôt bien comporté ces derniers mois (ici comparé à l’indice S&P 500 et a l’indice sectoriel des services de communication) a reflué ces dernières semaines suite à des résultats trimestriels décevants. La société a déclaré qu'elle prévoyait un revenu de 810 à 820 millions USD pour le quatrième trimestre. Ce chiffre est inférieur à la prévision moyenne des analystes, qui était de 838 millions USD. La société évoque les effets persistants du Covid-19 en Asie, en particulier sur son deuxième plus grand marché, le Japon. 

Visuel d'illustration

Nouvelles économiques et financières - Des statistiques en sens divers

En France, le moral des ménages s’est stabilisé en novembre, soit à 99 points comme en octobre. Mais si la population craint moins le chômage, elle s’inquiète plus pour l’inflation selon l’INSEE. En Allemagne, les prix à l’importation ont bondi de 22% en octobre sur un an, soit la plus forte hausse depuis 1980, les prix de l’énergie étant la principale cause de la flambée. Enfin en zone euro, la croissance des crédits aux sociétés a accéléré en octobre (+2.5% contre +2.1% en septembre) selon la BCE alors que les crédits aux ménages ont augmenté de 4.1% le mois passé.

Évolution des marchés boursiers - Vendredi Rouge sur les marchés boursiers

Tableau des principaux indices boursiers au 29/11/2021

Journée difficile sur les marchés boursiers vendredi, l’apparition d’omicron, un nouveau variant du Covid-19, faisant craindre de nouvelles contraintes sanitaires, en Asie mais aussi en Europe ou l’épidémie avait déjà repris vigueur.

Les prix du pétrole ont d’ailleurs plongé, le Brent perdant ainsi plus de 10% à 73.2 USD le baril à la clôture des marchés européens, l’inquiétude lié au nouveau variant et la situation sanitaire en Europe menaçant les voyages et déplacements et donc la demande d’or noir.

Plusieurs marchés boursiers, dont le CAC40 français (-4.8%) ou l’IBEX espagnol (-5%), ont connu leur plus forte chute depuis l’époque du 1er confinement en mars 2020. L’indice Stoxx 600 Europe a plongé de 3.67%.

Dans ce contexte, aucun secteur n’a évidemment échappé au marasme. Les écarts variant entre -1.03% (soins de santé) et -6.33% (énergie). Ce dernier secteur a logiquement subi de plein fouet l’effondrement des cours pétroliers. A noter aussi les forts reculs des financières (-5.26%) et de la consommation cyclique (-4.96%).

Individuellement, et vu la nouvelle inquiétude sanitaire, les gagnants du jour étaient des actions appelées de livraisons à domicile comme Zalando (+5.5%) et HelloFresh (+5.1%) ou des actions d’entreprises spécialisées dans les tests de dépistage comme Eurofins Scientific (+7.9%).

Inversement, plusieurs secteurs sensibles à de fortes restrictions sanitaires étaient en net recul comme les croisiéristes, Carnival chutant ainsi le plus en Europe (-16%) mais aussi les compagnies aériennes (Wizz Air -15.2%, IAG -14.9%, Lufthansa -12.8%, Ryanair -12.1%), les motoristes (Rolls Royce -11.6%, Safran -10.3%), mais aussi Airbus (-11.5%), le voyagiste TUI (-10.5%) ou encore Unibail-Rodamco (-11.9%) la société immobilière spécialisée dans les centres commerciaux.

Notons enfin le bond exceptionnel de l’action belge Resilux (+34%), spécialisée dans les récipients en polyéthylène téraphtalate (PET). Quva, la société de Pascal Vanhalst, a proposé d'acheter à la famille De Cuyper une participation majoritaire de 57,5% dans Resilux et lancera une offre publique d'achat obligatoire pour les actions restantes à 235 euros par action en espèces, selon une déclaration de Resilux jeudi soir. L'offre représente une prime de 38,6% par rapport au cours de clôture de Resilux le 25 novembre. L'offre valorise Resilux à environ 475,8 millions d'euros. Quva prévoit de lancer une offre publique d'achat inconditionnelle au premier trimestre 2022, sous réserve des approbations réglementaires.

A Wall Street, la séance a aussi été marquée par les vendeurs. Le S&P 500 a reculé de 2.27% et le Nasdaq de 2.23%. Sans surprise évidemment et à l’instar de l’Europe, tous les secteurs sans exception ont corrigé. Les retraits se sont étalés entre 0.45% (soins de santé) et 4.04% (énergie).

Quant aux actions elles-mêmes, on a retrouvé la même tendance qu’en Europe, les croisiéristes étant les plus touchés par la chute des marchés et les craintes de restrictions aux voyages. Ainsi outre Carnival (-11%), Royal Caribbean s’effondrait de 13.2% et Norwegian Cruise de 11.4%.

Même constat pour les compagnies aériennes avec United Airlines (-9.6%), American Airline (-8.8%) ou Delta Air Lines (8.3%). Par effet de contagion, Expedia le spécialiste des voyages en ligne a aussi fortement corrigé (-9.5%).

Par contre le grand vainqueur du jour a été le groupe pharmaceutique Moderna (+20.6%). La société a profité des déclaration de son directeur médical, Paul Burton, qui a déclaré qu'il soupçonnait la nouvelle variante du coronavirus omicron d'échapper aux vaccins actuels et, si c'est le cas, un vaccin reformulé pourrait être disponible au début de l'année prochaine. "Nous devrions connaître la capacité du vaccin actuel à fournir une protection dans les deux prochaines semaines", a déclaré M. Burton dimanche dans l'émission "Andrew Marr Show" de la BBC. Dans la foulée, l’autre grand spécialiste américain des vaccins, Pfizer, a gagné 6.1%, tout comme Quest Diagnostics (+3.6%).

Les tendances boursières du jour - l’Asie baisse aussi mais les futures montent

Ce matin (7h15) en Asie, les marchés boursiers ont commencé la semaine dans le rouge, le variant omicron n’étant pas rassurant. Tokyo recule actuellement de 1.7%, Hong Kong de 1% et Shanghai-Shenzhen de 0.4%.

Les futures sur les marchés occidentaux indiquent par contre une tentative de rebond des bourses, l’Europe et les USA pourraient ouvrir en hausse lors des premiers échanges. Mais la nervosité et la volatilité sont bien présentes…

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, au niveau économique, on aura une 1ère estimation de l’inflation allemande en novembre. Pour la zone euro, on disposera de l’évolution du climat des affaires et du sentiment économique en novembre. Aux USA seront connus les chiffres des promesses de ventes de logements en octobre. A noter aussi que c’est aujourd’hui le Cyber Monday aux Etats-Unis, traditionnellement une journée très importante pour les promotions importantes en e-commerce.

A propos des sociétés, aucune nouvelle vraiment importante à mentionner au niveau des résultats.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.