Le LITHIUM, cet or blanc vital pour la production des batteries électriques

À RETENIR:

  • Le thème du jour – Le LITHIUM, cet or blanc vital pour la production des batteries électriques. Ces derniers mois le prix du lithium a explosé. Si auparavant il était surtout utilisé dans le secteur des verres et céramiques, ce sont maintenant les batteries électriques (pour vélos, trottinettes, hoverboards et surtout véhicules électriques) qui sont à la base de la forte demande et de la principale utilisation du  "métal blanc". Quels sont les enjeux? Quels sont les principaux acteurs (pays, sociétés) du secteur? Détails et explications ci-dessous.
  • Nouvelles économiques et financières - En Allemagne, le moral des investisseurs allemands, mesuré via l’indice ZEW, a surpris les spécialistes en remontant à 31.7 points pour novembre contre 22.3 points en octobre. Par contre les exportations allemandes ont poursuivi leur recul en septembre (-0.7% à 112.3 milliards d’euros) alors que les économistes tablaient sur un chiffre stable.. En France, la balance commerciale a vu son déficit augmenter moins que prévu, atteignant 6.8 milliards d’euros alors que le consensus attendait plutôt un chiffre de 7.1 milliards d’euros. Enfin aux USA, les prix à la production ont continué d’augmenter en octobre (+0.6%) ce qui porte la hausse sur un an à 8.6%.
  • A propos des marchés boursiers – Après plusieurs séances marquées par des records historiques, les bourses européennes et américaines (S&P 500 et Nasdaq) ont marqué le pas hier et fait l’objet de prises de bénéfices. Si les résultats trimestriels continuent de soutenir les achats, les ventes ont pris le dessus, les craintes inflationnistes revenant au premier plan. D’autant que la statistique américaine des prix à la production, encore en hausse hier, a renforcé ce sentiment. A noter, aux USA, la nouvelle forte chute de Tesla (-12%) encore impactée par le sondage inhabituel de son patron sur Twitter et demandant à ses "followers" s’il devait vendre 10% de ses titres…
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui – Ce matin (7h15), les marchés asiatiques sont en baisse, négativement influencés par des statistiques chinoises où les prix départ usine ont augmenté au rythme le plus rapide depuis 26 ans et où l'inflation des prix à la consommation a dépassé les estimations. Tokyo baisse actuellement de 0.6%, Hong Kong de 1% et Shanghai-Shenzhen de 1.1%. Les futures sur les marchés occidentaux sont aussi orientés à la baisse dans la foulée de la tendance d’hier et de celle des marchés asiatiques ce matin.
  • Aujourd’hui, au niveau économique on surveillera essentiellement le chiffre d’inflation définitif pour l’Allemagne en octobre. Aux USA, 2 statistiques à tenir à l’œil: les prix à la consommation pour octobre et les inscriptions au chômage pour la semaine finissant le 6 novembre. De nombreux résultats de sociétés seront à nouveau publiés ce jour dont, en Europe, Infineon, Adidas, Continental, Allianz, Ageas, Crédit Agricole, Alstom, EDF, Engie, ABN Amro, Ahold Delhaize et Marks & Spencer. Aux USA, Walt Disney tiendra la vedette. A suivre également les chiffres de Tencent en Chine.

Le thème du jour – Le LITHIUM, cet or blanc vital pour la production des batteries électriques

Définition et orgine du lithium?

Le métal le plus léger sur Terre, le lithium (« Li », numéro atomique 3), avec les deux autres éléments chimiques les plus légers (hydrogène et hélium), sont les seuls éléments créés à la naissance de l'univers, juste avant que les étoiles et les galaxies ne se forment. Le lithium n'est pas un métal particulièrement rare même s’il ne représente que 0,0007% de la croûte terrestre. "Les réserves de lithium mondiales ont été multipliées par 4 entre 2005 et 2017 en réponse au déploiement massif de la technologie des batteries Li-ion." (étude ADEME, IFP Energies Nouvelles). Autrement dit, plus on consomme de lithium, plus on en cherche et plus on trouve au point qu'"à long terme, le risque d'approvisionnement d'un point de vue géologique paraît donc limité".

Et d’ailleurs a été découvert en 2019 le plus grand gisement de lithium au monde. Cette "mine de lithium à ciel ouvert" à 11 km de la ville de Bacadehuachi et à 170 km de la frontière américano-mexicaine, dans l'état de Sonora (nord-est du Mexique). Avec 243,8 millions de tonnes de réserves prouvées et potentielles dont 4,5 Mt d'équivalent carbonate de lithium (LCE), il s'agit donc dorénavant du plus important gisement de lithium au monde. Découverte du plus grand gisement de lithium au monde (notre-planete.info). Mais le lithium est de plus en plus recherché et donc cher car il y a un déséquilibre à court/moyen terme entre l’offre et la demande comme nous le verrons par la suite…

Où se trouvent les principaux gisements de lithium et qui sont les pays producteurs les plus importants actuellement?

Il faut d’abord signaler que dans l'industrie, le lithium se produit, s'échange et s'emploie sous deux composés principaux, le carbonate de lithium (Li2CO3) et l'hydroxyde de lithium (LiOH) produits à partir de deux sources lithinifères:

  • Les saumures, tels que les salars d'Amérique du Sud situés dans le « Triangle du lithium » (voir ci-dessous);
  • Les minéraux lithinifères issus des pegmatites, greisens et coupoles de granites à métaux rares, tels que Greenbushes en Australie;
image représentant le triangle du lithium

Le Triangle du Lithium, où se trouve les plus grands gisements lithinifères en saumure au monde, s’étale entre le Chili, la Bolivie, et l’Argentine.

Il est estimé que 58% des réserves mondiales du lithium sont enfermées dans les nappes phréatiques de cette région.

Il s’agit de saumures chargées de lithium déposées il y a des millénaires dans des lacs ou ‘salars’ préhistoriques qui se sont évaporés depuis. Plusieurs sociétés productrices y sont déjà (nous y reviendrons).

Il existe aussi des gisements très importants dans d’autres pays, tels le Canada, le Mexique, l’Australie, et l’Afghanistan mais les coûts de production les plus faibles sont en Amérique du Sud.

Toutefois, si la plupart des réserves mondiales sont situées dans ce triangle sud-américain, la production actuelle est principalement réalisée en Australie comme on le voit sur le tableau ci-dessous, selon les données compilées par BRGM (le Bureau de Recherches Géologiques et Minières), devant le Chili, l’Argentine et la Chine.

image d'illustration

Toutefois les choses bougent et rapidement.

Par ailleurs, comme le soulignait Les Echos avant-hier, le groupe minier français Eramet vient de conclure un accord avec le groupe chinois Tsingshan pour la construction d’une usine de lithium en Argentine au premier trimestre 2022.

Ce projet avait été mis sous cocon en février 2020 après les troubles financiers et politiques en Argentine, suivis de la crise sanitaire.

La production de l'or blanc devrait commencer début 2024, avec, à terme, un volume de 24.000 tonnes par an.

L'investissement total pour la construction de ce module d'extraction sur les hauts plateaux andins dans la province de Salta en Argentine s'élève à 400 millions USD. Eramet s'est donc associé avec le géant chinois de l'acier inoxydable Tsingshan - qui met 375 millions de USD sur la table. Mais les Chinois ne détiendront que 49,9 % du projet, tandis qu'Eramet, propriétaire des titres miniers et opérateur du site, investira 25 millions USD pour détenir 50,1% du projet. Eramet se relance dans la course au lithium avec une mine géante en Argentine | Les Echos.

Les Chinois sont d’ailleurs omniprésents dans le développement de la filière lithium. On a ainsi vu ci-dessus qu’a été découvert, en 2019, le plus grand gisement mondial de lithium au Mexique. Ce gisement sera exploité par Bacanora Minerals (Canada) et Ganfeng Lithium (Chine) en deux étapes de développement: 17.500 tonnes par an de carbonate de lithium au départ puis, dans un second temps, 35.000 tonnes par an.

Signalons enfin qu’il existe également des réserves de lithium en Europe mais les quantités sont plus faibles et surtout ce métal est plus difficile à isoler que dans les saumures d'Amérique du Sud, et donc les coûts de production sont plus importants… Mais certains projets semblent intéressants comme celui d’Eramet en Alsace. Le groupe minier français a réalisé, avec succès, un premier test pour extraire du lithium des saumures d'une station géothermale dans le Bas-Rhin à Rittershoffen. Eramet avance à grands pas dans l'extraction de lithium en Alsace | Les Echos.

Ce projet des par ailleurs doublement intéressant. Outre qu’il permettra d’être moins dépendants de pays extérieurs à l’Europe, il utilise une méthode plus respectueuse de l’environnement pour isoler le lithium contenu dans les saumures. Traditionnellement, dans le Triangle du lithium en Amérique latine, l'or blanc est obtenu dans des lacs salés desséchés par évaporation. Pour ne pas aggraver le stress hydrique d'une région sous tension, le groupe français a développé une technique d'extraction directe qui permet de réinjecter l'eau dans l'écosystème. L'eau est ainsi pompée à 250 mètres sous le salar, filtrée par un solide actif qui agit comme une éponge à lithium, puis la saumure est renvoyée sous terre. C’est le même procédé qui sera utilisé pour le projet argentin.

Quelles sont les utilisations du lithium?

Comme on le voit sur le tableau ci-dessous, la situation a fortement évolué en 10 ans. Il y a une dizaine d’années le lithium était surtout utilisé dans le domaine des verres et céramiques (37%, car le lithium réduit la dilatation thermique et améliore les propriétés de résistance au choc thermique), dans les batteries (20%), pour les graisses lubrifiantes (11%), etc. 

Changement complet de décor ces dernières années: la demande pour batteries électriques a explosé, celles-ci représentaient ainsi 65% de l’utilisation du lithium en 2018, les verres et céramiques ne comptant plus que pour 13% et toutes les autres applications pour 22%. Et pour Statista, la part des batteries a encore augmenté en 2020 pour atteindre 71% du total…

graphique: évolution de l'utilisation du lithium

Les batteries électriques se sont multipliées dans les systèmes électroniques (smartphones, tablettes, pc portables,…) alors que les nouveaux véhicules électriques de tous types (trottinettes électriques, vélos électriques, hoverboards et voitures en particulier) se démocratisaient et étaient de plus en plus vendus.

Mais c’est le marché automobile qui est devenu le principal débouché pour le lithium car la demande en minerais pour les batteries pour voitures est colossale . En 2018, les voitures électriques, marginales à l'époque, engloutissaient pourtant déjà à elles seules près de 30% du lithium produit dans le monde et environ 20% du cobalt, selon une note de Morgan Stanley. D'ici à 2030, la mobilité électrique devrait consommer près de 70% du lithium et plus de 50% du cobalt. La demande de lithium devrait plus que doubler dans les cinq ans.

Et le phénomène tend à s’accélérer. La vente des véhicules électriques a augmenté de 150% pendant les six premiers mois de 2021 par rapport à l’année 2020. La Chine, premier pays des voitures électriques, entrevoit une pénurie des stocks de l’hydroxyde de lithium, la qualité requise pour les batteries automobiles. Il est estimé que le nombre de véhicules électriques vendus chaque année va se multiplier par 10 d’ici 2030 et par plus de 20 d’ici 2050, ce qui fera plus de 60 millions de véhicules électrique vendus chaque année par rapport à 3 millions de véhicules par an actuellement. Le lithium, l'or blanc de la mobilité électrique - Forbes France.

graphique d'illustration

Toutes les sources vont dans le même sens concernant l’évolution du parc automobile et la demande de lithium, en particulier en Europe.

Ainsi sur le graphe ci-contre on voit la corrélation étroite entre le taux de pénétration des véhicules électriques (EV, en pointillé) et la demande de lithium (LCE pour Lithium Carbonate Equivalent) en milliers de tonnes pour la période 2020-2030.

En résumé, la seule Union Européenne (UE) devrait avoir besoin de volumes de plus en plus importants de lithium chimique de qualité batterie dans les prochaines années : Canaccord Genuity prévoit que l'UE aura besoin de plus de 600.000 tonnes de Lithium Carbonate Equivalent sur la base d'un taux de pénétration des véhicules électriques de plus de 60% d'ici 2030. 16796ffa-2c6c-11ec-b1a3-762435244423.pdf (afr.com).

Pour info, pour 1kWh de capacité de stockage de batterie, il faut 113 grammes de Lithium, soit 600 grammes de carbonate de Lithium. Pour une voiture équipée d’une batterie de 24kWh (environ 160 Km d’autonomie), il faut donc 2,7 Kg de Lithium (14,4 Kg de carbonate de Lithium). Le Lithium pour les nuls - Lithium et batteries des voitures électriques (automobile-propre.com)

Quelles sont les principales sociétés actives dans les secteurs des batteries électriques et du lithium?

  • En ce qui concerne les producteurs de batteries pour véhicules électriques dont nous venons de parler, comme le montre le schéma ci-dessous, le marché est ultra-dominé par les asiatiques en tête desquels la société chinoise CATL (Contemporary Amperex Technology Limited, cotée à Shenzhen) qui détient près d’1/3 du marché. Cette société fournit des batteries au phosphate de fer lithié (LFP) à Tesla, Peugeot, Hyundai, Honda, BMW, Toyota, Volkswagen et Volvo.

Suit en 2e position la société coréenne LG Energy Solution (21.5% du marché) devant Panasonic en 3e place (14.7%, Japon). Ces 3 sociétés contrôlent donc actuellement près de 69% du marché mondial des batteries électriques.

Et si on rajoute les 7 suivantes… également asiatiques, on arrive à un total de 94%!

A noter que Tesla ne compte que pour environ 3% du total des batteries vendues. D’autres sociétés américaines, plus petites, essaient progressivement de se faire une place dans le secteur dont Ionic Materials, QuantumScape (seule cotée en bourse), Sila Nanotechnologies, Sion Power ou Sionic Energy.

  • En ce qui concerne les producteurs de lithium, pendant longtemps, la majeure partie du lithium était produite par un oligopole de producteurs souvent appelés les "Trois Grands" ("Big Three"): Albemarle, SQM (Sociedad Quimica y Minera de Chile) et FMC. Rockwood Holdings figurait également sur cette liste avant d'être rachetée par Albemarle il y a plusieurs années, ce qui a rendu Albemarle beaucoup plus grande.

Cependant, la liste des principales sociétés d'extraction de lithium dans le monde a changé ces dernières années. Les sociétés mentionnées ci-dessus produisent toujours la majorité du lithium mondial, mais la Chine représente également une grande partie de la production. Top Lithium-mining Companies | An Overview for Investors | INN (investingnews.com).

D’ailleurs, ces dernières années, la part de marché des trois grands producteurs initiaux de lithium est passée d'environ 85% à 53%, tandis que la Chine détient désormais environ 40% de la part de marché mondiale. Et la part de celle-ci devrait encore augmenter dans les prochaines années…

Dans le classement actuel on retrouve ainsi :

  1. Jiangxi Ganfeng Lithium (Chine)
  2. Albemarle (USA)
  3. Tianqi Lithium (Chine)
  4. SQM (Chili)
  5. Pilbara Minerals (Australie)
  6. Livent (ex-FMC, USA)
  7. Orocobre (Australie)

Derrière ces principales sociétés on trouve aussi des plus petits joueurs comme Jiangxi Special Electric Motor, Mineral Resources, Sichuan Yahua Industrial Group ou Youngy.

Quelle a été l’évolution des prix du lithium?

Le prix du lithium a été fort volatil ces dernières années mais son prix a explosé en 2021, pour atteindre un plus haut historique, comme on peut le voir sur le graphe suivant:

Assez logiquement, comme on le voit ci-dessous, le tracker Global X Lithium & Battery ETF a vu son cours multiplié par près de 5 en près d’un an et demi! Ce tracker suit le Solactive Global Lithium Index comprenant 40 sociétés cotées actives dans le secteur. Sa composition peut être trouvée à l’adresse suivante: Solactive | Indices.

Nouvelles économiques et financières – Rebond surprise du moral des investisseurs allemands

En Allemagne, le moral des investisseurs allemands, mesuré via l’indice ZEW, a surpris les spécialistes en remontant à 31.7 points pour novembre contre 22.3 points en octobre ; les économistes prévoyaient une baisse à seulement 20 points… Par contre les exportations allemandes ont poursuivi leur recul en septembre (-0.7% à 112.3 milliards d’euros) alors que les économistes tablaient sur un chiffre stable. Les importations n’ont de leur côté quasiment pas bougé (+0.1%) contre une hausse prévue de 0.6% par les économistes. En France, la balance commerciale a vu son déficit augmenter moins que prévu, atteignant 6.8 milliards d’euros alors que le consensus attendait plutôt un chiffre de 7.1 milliards d’euros. Enfin aux USA, les prix à la production ont continué d’augmenter en octobre (+0.6%) ce qui porte la hausse sur un an à 8.6%, mais c’est un peu moins que ce qu’attendaient les économistes (8.7%).

Evolution des marchés boursiers – Quelques prises de bénéfices

principaux indices boursiers au 10/11/2021

Ce mardi, après les records historiques d’hier, les marchés boursiers ont marqué une (petite) pause, les prises de bénéfices l’emportant sur les bonnes nouvelles comme les résultats de sociétés ou l’indice ZEW allemand meilleur que prévu. L’indice Stoxx 600 Europe s’est ainsi inscrit en recul de 0.19%.

La majorité des secteurs se sont donc logiquement repliés, emmenés par les financières (-0.80%) devant les technologiques (-0.72%) et les services aux collectivités (-0.62%). La consommation cyclique (-0.01%) et les soins de santé (-0.04%) ont fermé la marche.

Seuls 3 secteurs ont terminé dans le vert, l’immobilier (+0.64%), les services de communication (+0.62%) et la consommation de base ou non cyclique (+0.57%).

Individuellement, la plateforme d’e-commerce polonaise Allegro a le plus lourdement chuté (-11.2%), ses résultats trimestriels ayant déçu et ayant démontré la pression sur ses marges dû à une concurrence plus forte.

Du côté des vainqueurs du jour, Associated British Foods a bondi de 8% soit la plus forte hausse depuis un an, après que le propriétaire de Primark a annoncé un dividende spécial de 13,8 pence par action lors de la publication de ses résultats annuels. Le versement inattendu montre le bilan solide de la société et suggère la confiance dans les perspectives futures, selon les analystes.

Le cimentier autrichien Wienerberger a enregistré la 2e meilleure performance de ce mardi (+4.5%) suite à ses résultats meilleurs qu’attendus. L’action du constructeur automobile français Renault a pris la 3e place du podium (+3.8%) suite à l’annonce que son partenaire japonais Nissan a contribué à hauteur de 157 millions d'euros à ses bénéfices au troisième trimestre.

A noter aussi le gain de 3.6% du motoriste anglais Rolls-Royce qui a annoncé qu’il allait fabriquer des petits réacteurs nucléaires.

A Wall Street aussi les prises de bénéfices ont dominé hier soir, l’indice S&P 500 clôturant en baisse de 0.35% et le Nasdaq de 0.60%. Les craintes inflationnistes ont quelque peu repris le dessus d’autant que les prix à la production US ont continué à augmenter selon une statistique publiée dans la journée.

Quasiment autant de secteurs ont fini dans le rouge (5) que dans le vert (6).

Parmi les perdants du jour, c’est la consommation cyclique qui a le plus perdu (-1.35%) surtout impactée par la nouvelle chute de l’action Tesla (-12%). Pour le 2e jour consécutif, celle-ci est victime du sondage lancé par Elon Musk sur Twitter, son patron, pour demander à ses « followers » s’il devait vendre 10% de ses actions ! Cette manière de fonctionner, en soi unique et étrange dans les annales boursières, a été suivi d’une réponse positive par les sondés, d’où la réaction logique, mais violente, sur l’action Tesla…

Le secteur technologique (-0.43%) a lui souffert particulièrement de la forte baisse de l’action Paypal (-10.5%). Les analystes estiment que les prévisions annuelles de la société de paiements ont été décevantes et que les actions devraient rester sous pression à court terme. Les nouveaux contrats signés avec des entreprises comme Amazon sont positifs, mais l'incertitude liée à la période des fêtes de fin d'année et l'impact des perturbations de la chaîne d'approvisionnement feront de l'ombre à ces prévisions. Dans le même secteur technologique, Visa (-3.2%) a été touchée par effet de contagion.

Parmi les secteurs en hausse hier, les gains ont été limités se situant entre 0.25% (industrielles) et 0.44% (services aux collectivités).

La société DR Horton (constructions de maisons individuelles, secteur de la consommation cyclique) a affiché la hausse la plus conséquente du jour (+5.2%) après avoir annoncé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

General Electric (+2.7%), dont le cours ne s’est jamais vraiment repris de la crise financière de 2008, a profité de l’annonce de sa scission en 3 sociétés cotées distinctes présentes dans les secteurs de l’aviation, de la santé et de l’énergie.

Les tendances boursières du jour – Baisses en Asie et pour les futures

Ce matin (7h15), les marchés asiatiques sont en baisse, négativement influencés par des statistiques chinoises où les prix départ usine ont augmenté au rythme le plus rapide depuis 26 ans et où l'inflation des prix à la consommation a dépassé les estimations. Tokyo baisse actuellement de 0.6%, Hong Kong de 1% et Shanghai-Shenzhen de 1.1%.

Les futures sur les marchés occidentaux sont aussi orientés à la baisse dans la foulée de la tendance d’hier et de celle des marchés asiatiques ce matin.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, au niveau économique, on surveillera essentiellement le chiffre d’inflation définitif pour l’Allemagne en octobre. Aux USA, 2 statistiques à tenir à l’œil: les prix à la consommation pour octobre et les inscriptions au chômage pour la semaine finissant le 6 novembre.

De nombreux résultats de sociétés seront à nouveau publiés ce jour dont, en Europe, Infineon, Adidas, Continental, Allianz, Ageas, Crédit Agricole, Alstom, EDF, Engie, ABN Amro, Ahold Delhaize et Marks & Spencer. Aux USA, Walt Disney tiendra la vedette. A suivre également les chiffres de Tencent en Chine.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.