Pourquoi WALL STREET trône-t-elle au sommet des bourses mondiales?

À RETENIR:

  • Le fait du jour – Pourquoi WALL STREET trône-t-elle au sommet des bourses mondiales? La forte hausse du cours de Tesla hier l’a fait entrer dans le club mythique des sociétés cotées valant plus de 1.000 milliards USD. Mais cet événement ne fait que confirmer une mainmise de plus en plus importante des sociétés US sur les bourses mondiales. Comment expliquer cela à la lumière de l’évolution des marchés ces dernières années? Explications et détails ci-dessous.
  • Nouvelles économiques et financières - Aux USA, les prix des logements (maisons unifamiliales) ont augmenté moins qu’attendu en août (+1.2%), soit d’ailleurs la plus faible hausse mensuelle depuis plus d’un an. Les économistes avaient prévu un gain de 1.5% (comme en juillet). Par contre, surprise positive, la confiance des consommateurs américains en octobre s’est améliorée (+ 4 points à 113.8 points) alors que les économistes prévoyaient une baisse pour s’établir à 108 points.
  • A propos des marchés boursiers – Les bourses européennes et américaines ont terminé en hausse hier. Malgré une hausse mitigée, l’indice S&P 500 s’est tout de même permis d’afficher un nouveau record historique. Malgré les craintes inflationnistes et les risques liés aux goulots d’étranglement, les investisseurs restent globalement positifs charmés par les résultats trimestriels. Selon Refinitiv d’ailleurs, ceux qui ont été publiés jusqu’à présent pour le 3e trimestre sont majoritairement positifs, tant aux USA (84%) qu’en Europe (66%).
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui – Ce matin (7h30), les bourses asiatiques sont dans le rouge, Tokyo perd 0.3%, Hong Kong 1.6% et Shanghai-Shenzhen 1.4%. A noter qu’en Chine les autorités ont demandé au milliardaire Hui Ka Yan (président d’Evergrande) d'utiliser sa fortune personnelle pour atténuer la crise de la dette de son groupe immobilier en difficulté… Par ailleurs de nouvelles tensions sont apparues entre la Chine et les Etats-Unis. La Commission fédérale des communications des États-Unis (FCC), une agence gouvernementale indépendante supervisée par le Congrès, a voté mardi à 4 contre 0 pour annuler l'autorisation d'opérer aux États-Unis pour l'unité de China Telecom, l'un des trois principaux fournisseurs de communications en Chine. La FCC invoque des problèmes de sécurité nationale et des liens avec le gouvernement chinois. Les futures sur les marchés occidentaux indiquent actuellement partagés, l’Europe ouvrirait en baisse selon ces indications alors que Wall Street progresserait légèrement à l’ouverture. A confirmer!
  • Aujourd’hui, au niveau économique, on aura notamment, en Allemagne l’indice Gfk du moral des consommateurs pour novembre. Aux Etats-Unis on disposera du chiffre des commandes de biens durables et du déficit commercial de septembre ainsi que des stocks hebdomadaires de pétrole. Au niveau des résultats de sociétés, beaucoup de résultats à surveiller ce jour dont, en Europe, Deutsche Bank, BASF, Melexis, Cofinimmo, Banco Santander, Iberdrola, Sodexho, Accor, Telecom Italia, Mediobanca, Equinor, Heineken ou Electrolux. Aux USA, seront connus notamment les chiffres du 3e trimestre de McDonald’s, Kraft Heinz, Coca-Cola, General Motors, Ford et Boeing.
  •  

Le fait du jour – Pourquoi Wall Street trône-t-elle au sommet des bourses mondiales?

Wall Street est à un sommet historique et semble indétrônable parmi les principaux marchés boursiers internationaux. Et cette hégémonie s’est encore renforcée ces derniers mois.

Comment se situe Wall Street dans le contexte international?

Il faut d’abord signaler que les actions mondiales sont traitées sur différentes plateformes boursières. Ainsi aux Etats-Unis, il y a 2 grands marchés, le NYSE (New York Stock Exchange), la bourse classique multi-sectorielle, et le NASDAQ (National Association of Securities Dealers Automated Quotations) à connotation très technologique (environ la moitié des actions qui y sont cotées font partie de ce secteur).

Sur le tableau suivant, on note que ce sont, de loin, les 2 plateformes les plus importantes au monde, la valeur totale des sociétés qui y sont cotées (la capitalisation boursière) représentait, fin août 2021, 50.100 milliards USD, soit 26.640 milliards USD pour le NYSE et 23.460 milliards USD pour le NASDAQ.

Graphique: principales plateformes boursières

En novembre 2020, la capitalisation boursière mondiale a en fait dépassé les 100.000 milliards USD pour la première fois de son histoire. Fin 2020, cette capitalisation boursière mondiale a atteint 109.210 milliards USD, en progression de 19,7% par rapport à 2019. (Global Market Capitalisation Passed $100 Trillion - Markets Media)

Comme on le voit sur le graphe suivant et selon une étude de SIFMA Research, les marchés d'actions américains sont les plus grands du monde. Leur valeur de 50.100 milliards représente 41,2% des 122.000 milliards de USD du marché mondial des actions. Ce chiffre est 3,6 fois supérieur à celui du marché suivant, l'Union Européenne (11,4%). La part de marché des États-Unis s'est élevée en moyenne à 36,3% au cours des dix dernières années, atteignant un creux à 30,8% en 2011 et un pic à 41,2% actuellement. (SIFMA Research Quarterly - Equities 3Q21).

graphique d'illustration

On remarque que la part des actions chinoises représente actuellement environ 11% de la valeur des bourses mondiales.

Mais c’était davantage en début d’année…

En effet, en 2021, suite au ralentissement de l’économie chinoise mais aussi, et peut-être surtout, suite à la "rage régulatoire" qui a frappé de nombreux géants locaux surtout technologiques (Tencent, Alibaba, Netease, Xiaomi,…), les bourses chinoises ont perdu beaucoup de leur valeur cette année et donc leur part relative a diminué par rapport à celle des Etats-Unis.

Un autre élément important à mentionner, et qui favorise les bourses américaines de plus en plus est l’importance grandissante des actions de la nouvelle économie : qu’elles soient technologiques (Apple, Microsoft, Nvidia,…), qu’elles fassent partie du secteur des services de communication (Alphabet/Google, Facebook,…) ou du secteur de la consommation cyclique (Amazon, Tesla,…) par exemple. Et ces sociétés, du fait de leur forte croissance, voient leur cours de bourse de plus en plus progresser, tirant ainsi vers le haut l’ensemble de la bourse américaine.

Ainsi hier, suite à l’annonce de la méga-commande de 100.000 véhicules par Hertz, Tesla est devenue la 7e société à franchir le seuil mythique des 1.000 milliards USD de valeur boursière (Tesla inc.: Tesla devient le 7e groupe à franchir le seuil des 1000 milliards de capitalisation boursière - BFM Bourse (tradingsat.com).

Si on considère actuellement le classement des principales sociétés cotées au monde, on a la liste suivante:

graphique: classement des principales sociétés cotées

8 de ces 10 plus importantes sociétés mondiales sont donc américaines, dans l’ordre Apple, Microsoft, Alphabet/Google, Amazon, Tesla, Facebook, Berkshire Hathaway et Nvidia. 2 sociétés seulement viennent troubler cette mainmise américaine, la pétrolière Saudi Aramco et la société technologique chinoise Tencent.

Ajoutons qu’une étude de PricewaterhouseCoopers a montré que sur les 100 premières sociétés cotées au monde, 59 étaient américaines («Global Top 100 Companies»-Rankings | PwC Suisse).

Pour terminer, on voit clairement sur le graphe ci-contre que la bourse américaine (représentée par l’indice général S&P 500 en blanc) a nettement distancé ses rivales européenne (en jaune) et chinoise (en rouge) ces 2 dernières années. Et il est tout aussi évident que la progression des valeurs technologiques y est pour beaucoup (l’indice Nasdaq en orange ayant surperformé) alors que par ailleurs la bourse chinoise (Hong Kong, en rouge) a décroché dans l’intervalle…

Nouvelles économiques et financières: 2 statistiques US en sens divers

Aux USA, les prix des logements (maisons unifamiliales) ont augmenté moins qu’attendu en août (+1.2%), soit d’ailleurs la plus faible hausse mensuelle depuis plus d’un an. Les économistes avaient prévu un gain de 1.5% (comme en juillet).

Par contre, surprise positive, la confiance des consommateurs américains en octobre s’est améliorée (+ 4 points à 113.8 points) alors que les économistes prévoyaient une baisse pour s’établir à 108 points.

Evolution des marchés boursiers : Wall Street hésitante mais pourtant avec un nouveau record

Tableau des principaux indices boursiers au 27/10/2021

Il s’en est fallu de très peu hier pour que l’indice européen Stoxx 600 inscrive un nouveau record historique… En clôturant à 475.74 points (+0.75% par rapport à lundi), il a échoué à… 0.09 points du record établi le 13 août dernier (475.83 points) ! Une majorité de résultats trimestriels d’excellente facture continuent à soutenir la hausse des cours.

L’énergie, seul secteur en baisse hier, a fait une pause (-0.23%) malgré des prix du pétrole toujours vigoureux, le Brent cotant près de 86.5 USD le baril à la clôture des marchés boursiers.

Parmi les secteurs les plus en verve, les industrielles (+1.16%) ont précédé les services aux collectivités (+1.04%), la consommation de base (0.99%) et la consommation cyclique (+0.92%). Les autres secteurs ont limité par contre leurs gains entre 0.02% (soins de santé) et 0.68 (financières).

THG (anciennement The Hut Group) a été la vedette malheureuse du jour en perdant 21.1%. Depuis le 7 septembre, cette société anglaise de vente en ligne (secteurs de la beauté et du bien-être), dans laquelle le holding belge Sofina possède 8.1%, s’est effondrée en bourse de 65% à cause de fortes inquiétudes au sujet de sa gouvernance…

Par contre la société finlandaise Wärtsilä (fabrication industrielle de générateurs électriques et de moteurs de bateaux) a emporté la palme de la meilleure performance du jour (+11.3%) après avoir publié des résultats trimestriels nettement au-dessus des attentes. La société allemande Kion (chariots élévateurs pour entrepôts) a aussi annoncé des chiffres trimestriels surpassant les prévisions et a eu la médaille d’argent de la journée (+6.2%).

Même effet enfin pour Reckitt Benckiser (+5.8%), société anglo-néerlandaise spécialisée dans les produits d’entretien  (Dettol, Air Wick,…) et parapharmaceutiques (Durex, Enfamil,…), qui a publié un excellent bulletin trimestriel et relevé ses prévisions.

Aux Etats-Unis la séance boursière a été hier sans grand relief, l’indice S&P 500 finissant en hausse de seulement 0.18% mais ce qui lui a permis néanmoins d’afficher un plus haut historique à 4.574,79 points. Le Nasdaq de son côté a terminé presqu’à l’équilibre (+0.06%). Les investisseurs privilégient actuellement l’optimisme, grâce aux résultats la plupart du temps positifs, mais gardent en tête les risques inflationnistes et la pénurie de nombreux composants et matières premières.

2 secteurs seulement ont fini la journée en baisse, les industrielles en tête (-0.56%). C’est d’ailleurs dans ce secteur qu’on a vu la plus lourde chute de ce mardi, Lockheed Martin perdant 11.8%. La première entreprise américaine et mondiale de défense et sécurité (avions, hélicoptères, missiles,…) a pâti de résultats trimestriels mitigés, notamment à cause d’une baisse des ventes de l’avion de combat F-35 (celui-là même qui a été commandé par la Belgique soit dit en passant…). Lockheed Martin a aussi abaissé ses prévisions de chiffre d’affaires pour cette année. Dans le même secteur, la société L3Harris a perdu 4.5%.

Les services de communication ont de leur côté abandonné 0.48%. Ce secteur a été affecté par la baisse de Facebook (-3.9%), qui a pourtant affiché des chiffres trimestriels solides. Cependant les investisseurs s’inquiètent des risques inhérents à certains lanceurs d’alerte qui pourraient nuire à sa réputation. Par ailleurs les analystes évaluent le potentiel négatif des nouvelles règles d’Apple permettant aux utilisateurs d’iPhone de refuser d’être traqués à des fins publicitaires. Or ces publicités sont justement un des  moteurs de rentabilité des réseaux comme Facebook…

Parmi la majorité de secteurs haussiers ce mardi, l’énergie a terminé en tête (+0.68%) alors que les financières se retrouvaient en queue de peloton (+0.16%).

Au rayon individuel, Universal Health (infrastructures médicales) a perdu 5.6%, ses résultats, subissant la pénurie de certains matériaux, ayant déçu les analystes. Corning (fabrication de verre et céramique) a obtenu la « médaille de bronze des perdants du jour » en chutant de 5.3% après avoir également publié des chiffres en deçà des attentes.

UPS (livraison de colis) a par contre bondi hier de 7%, plus forte hausse du jour, ses résultats trimestriels ayant positivement surpris les analystes.

De son côté, Nvidia (semiconducteurs) a progressé de 6.7% après que Bank of America (BofA) a mentionné l’impact positif des dépenses d’investissement de Facebook en 2022 qui pourraient représenter de l'ordre de 29 à 34 milliards USD. Et en tant qu'éléments clés de l'infrastructure d'intelligence artificielle, les semi-conducteurs représenteront une part importante de l'augmentation des dépenses. Or Nvidia est "bien exposée" à Facebook et bénéficie de l'adoption accrue des accélérateurs d'intelligence artificielle dans les serveurs des centres de données…

Les tendances boursières du jour: Asie en baisse, futures partagés pour l’Europe et les USA

Ce matin (7h30), les bourses asiatiques sont dans le rouge, Tokyo perd 0.3%, Hong Kong 1.6% et Shanghai-Shenzhen 1.4%. A noter qu’en Chine les autorités ont demandé au milliardaire Hui Ka Yan (président d’Evergrande) d'utiliser sa fortune personnelle pour atténuer la crise de la dette de son groupe immobilier en difficulté…

Par ailleurs de nouvelles tensions sont apparues entre la Chine et les Etats-Unis. La Commission fédérale des communications des États-Unis (FCC), une agence gouvernementale indépendante supervisée par le Congrès, a voté mardi à 4 contre 0 pour annuler l'autorisation d'opérer aux États-Unis pour l'unité de China Telecom, l'un des trois principaux fournisseurs de communications en Chine. La FCC invoque des problèmes de sécurité nationale et des liens avec le gouvernement chinois.

Les futures sur les marchés occidentaux indiquent actuellement partagés, l’Europe ouvrirait en baisse selon ces indications alors que Wall Street progresserait légèrement à l’ouverture. A confirmer!

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, au niveau économique, on aura notamment, en Allemagne l’indice Gfk du moral des consommateurs pour novembre. Aux Etats-Unis on disposera du chiffre des commandes de biens durables et du déficit commercial de septembre ainsi que des stocks hebdomadaires de pétrole

Au niveau des résultats de sociétés, beaucoup de résultats à surveiller ce jour dont, en Europe, Deutsche Bank, BASF, Melexis, Cofinimmo, Banco Santander, Iberdrola, Sodexho, Accor, Telecom Italia, Mediobanca, Equinor, Heineken ou Electrolux. Aux USA, seront connus notamment les chiffres du 3e trimestre de McDonald’s, Kraft Heinz, Coca-Cola, General Motors, Ford et Boeing.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.