Avec la PENURIE des semiconducteurs, celle du MAGNESIUM menace le secteur automobile

À RETENIR:

  • Le fait du jour – Avec la PENURIE des semiconducteurs, celle du MAGNESIUM menace le secteur automobile. Alors que celui-ci souffre déjà, depuis plusieurs mois, de la pénurie de différents composants et, en particulier des semiconducteurs, une nouvelle menace à surgi concernant le magnésium, indispensable en alliage avec l’aluminium. Et les voitures contiennent de plus en plus d’aluminium en vue de les alléger. La très grande majorité du magnésium provient de Chine et celle-ci fait face à un grave problème de production d’électricité. Or la production de magnésium en requiert énormément… Détails et explications ci-dessous.
  • Nouvelles économiques et financières: En Allemagne, le climat des affaires s’est encore détérioré en octobre selon l’enquête IFO. Les pénuries en matière d’approvisionnements ont fait chuter le moral des entreprises allemandes pour le 4e mois consécutif, l’indice IFO passant ainsi à 97.7 points contre 98.9 en septembre. Aux Etats-Unis, l’indice d’activité nationale de la FED de Chicago a lui basculé dans le rouge en septembre, passant de +0.05 points en août -0.13 points le mois passé.
  • A propos des marchés boursiers: la journée a été très hésitante en Europe et l’indice Stoxx 600 a finalement clôturé en très légère hausse (+0.07%). Aux Etats-Unis par contre, l’indice S&P 500 a enregistré un nouveau record historique en progressant de 0.47% par rapport à la veille. Depuis le début de l’année le principal indice boursier américain a gagné 21.6% en USD et 28% en euros. La bourse américaine a surtout bénéficié du bond de 12.7% de l’action Tesla après l’annonce, par Bloomberg, d’une méga-commande de 100.000 Tesla par le loueur Hertz. Le contrat d’une valeur de 4.2 milliards USD est la plus grosse commande jamais enregistrée. Tesla rejoint par ailleurs le club très fermé des sociétés valant plus de 1.000 milliards USD !
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui: Ce matin (6h30), les bourses asiatiques évoluent en sens divers. Si les marchés chinois sont hésitants (Hong Kong perd 0.39 % alors que Shanghai-Shenzhen gagnent 0.11%), la bourse de Tokyo s’inscrit dans la foulée de Wall Street (+1.89%). Les futures sur les marchés occidentaux indiquent actuellement une ouverture dans le vert, tant en Europe qu’aux USA, mais à confirmer dans les heures qui suivent.
  • Aujourd’hui, au niveau économique, on disposera de l’enquête trimestrielle de la Banque Centrale Européenne concernant la distribution de crédit en zone euro. Aux USA, on aura l’indice de confiance des consommateurs pour le mois d’octobre ainsi que les ventes de maisons neuves en septembre. Au niveau des résultats de sociétés, de nombreux résultats seront publiés aujourd’hui dont, en Europe, Xior, Orange, Faurecia, Bureau Veritas, M6, Novartis ou UBS. Aux Etats-Unis seront connus les chiffres de Texas Instruments, General Electric, Hasbro, Eli Lilly, UPS, 3M, Twitter, Alphabet (Google) ou Microsoft.

Le fait du jour – Avec la PENURIE des semiconducteurs, celle du MAGNESIUM menace le secteur automobile

On entend souvent parler du magnésium en matière de santé. En effet, il sert à la formation des os et des dents ainsi qu'à la fixation du calcium. Il est également essentiel dans le transport de l'influx nerveux et dans la contraction des muscles, entre autres rôles biologiques. Mais le magnésium a aussi de nombreuses autres applications. Ainsi dans l'industrie, le magnésium est souvent utilisé en combinaison avec l'aluminium pour des applications où la réduction du poids est primordiale. Le magnésium est en effet 33% plus léger que l'aluminium (et 75% plus léger que l’acier). Les applications sont ainsi nombreuses dans les secteurs aéronautique et automobile. (Définition | Magnésium - Mg2+ | Futura Sciences (futura-sciences.com)

Le magnésium est donc essentiel pour renforcer, alléger et protéger l'aluminium utilisé dans l'industrie automobile, mais aussi pour faciliter le travail de soudure. On trouve ainsi par exemple du magnésium pur ou des alliages dans les boîtes de vitesses, autour des airbags, dans la direction, dans les sièges ou encore dans le réservoir.

Selon des chercheurs américains du Department of Energy (DOE) du Pacific Northwest National Laboratory (PNNL) le magnésium représente actuellement 1% du poids d’une voiture typique, soit environ 15 kilos. Substance Le magnésium, le nouvel allié des voitures vertes - Substance (etsmtl.ca)

Et selon Bank of America, l'industrie automobile représente 30% à 35% de la consommation mondiale de magnésium. Par ailleurs, comme ce métal a l'avantage d'être très léger, il est voué à être de plus en plus utilisé par l'industrie, notamment pour les voitures électriques, alourdies par la batterie. 

Mais le souci, rapporté récemment par de nombreux médias, c’est qu’une pénurie importante de magnésium est en train de voir le jour et donc menace en particulier le secteur automobile déjà fortement impacté par la pénurie de plusieurs composants et matières, dont en particulier les semiconducteurs.

Selon l’Union Européenne (voir tableau ci-dessous), parmi les matières premières critiques de notre approvisionnement, 93% du magnésium provient de Chine…

Visuel d'illustration: Pays représentant l'approvisionnement matières premières

Et selon le Financial Times (China’s magnesium shortage threatens global car industry | Financial Times (ft.com), au niveau mondial, environ 85% de la production mondiale de magnésium provient de Chine, et une grande partie d'une ville de la province du Shaanxi, Yulin.

D’après DERA (Deutsche RohstoffAgentur, l'agence allemande des matières premières), en 2020, près de 44% du magnésium mondial était produit dans cette seule ville chinoise! cdm-09-21 (deutsche-rohstoffagentur.de)

Or il y a quelques semaines, le gouvernement local a ordonné à environ 35 de ses 50 fonderies de magnésium de fermer jusqu'à la fin de l'année et a demandé aux autres de réduire leur production de 50% afin d'atteindre les objectifs de consommation d'énergie…

En fait c’est, à nouveau, la crise de l’électricité en Chine qui menace l’approvisionnement du magnésium pour fabriquer l’aluminium. Selon Bank of America Securities, la production d'une tonne de magnésium nécessite 35 à 40 mégawatts-heure d'électricité, contre 16 pour l'aluminium déjà très énergivore…

En raison des restrictions de production en Chine, les stocks de magnésium sont dangereusement bas en Europe , d’autant plus qu’au bout de 3 mois environ le métal commence à s'oxyder.

Et malheureusement il n’y a pas de substitut au magnésium.

La semaine dernière, la société canadienne de métaux Matalco a déclaré à ses clients que la disponibilité du magnésium s'était "tarie" et que si la pénurie persistait, elle devrait réduire sa production de billettes d'aluminium l'année prochaine, selon un rapport de S&P Global Platts. (Matalco warns of magnesium shortage, potential impact to 2022 aluminum billet output | S&P Global Platts (spglobal.com)

Comme on le voit sur le graphe ci-dessous, les prix du magnésium ont explosé les dernières semaines pour dépasser, fin septembre, les 10.000 USD la tonne, un record historique jamais égalé depuis plus de 20 ans… Depuis, il y a eu une certaine décrue, mais les inquiétudes persistent.

graphique: Evolution magnesium en chine

Ainsi, début octobre, WV Metalle, l'association allemande du commerce des métaux non ferreux, a demandé à son gouvernement d'entamer d'urgence des discussions diplomatiques avec la Chine. WirtschaftsVereinigung Metalle - Artikel: Internationaler Lieferengpass bei Magnesium aus China: europaweiter Produktionsstopp droht (wvmetalle.de). "On s'attend à ce que les réserves actuelles de magnésium en Allemagne et dans toute l'Europe soient épuisées dans quelques semaines, au plus tard fin novembre 2021", indique le communiqué. "En cas de goulot d'étranglement de l'approvisionnement de cette ampleur, il existe un risque de pertes de production massives."

D'autres groupes industriels ont également tiré la sonnette d'alarme. European Aluminium, qui compte parmi ses membres Norsk Hydro, Rio Tinto et Alcoa, a demandé à l'Union Européenne et aux gouvernements nationaux de travailler d'urgence à des actions immédiates avec leurs contreparties chinoises. Elle craint que Pékin n'oriente désormais la production restante vers sa vaste industrie nationale de l'aluminium.

Auparavant, des entreprises européennes, dont la norvégienne Norsk Hydro, produisaient du magnésium, mais ont arrêté parce qu'elles ne pouvaient pas rivaliser avec les coûts inférieurs des producteurs chinois. Par contre aux Etats-Unis, il y a plusieurs opérateurs dans le secteur comme le grand producteur national de métal, US Magnesium, qui offre un certain degré de protection, ou des plus petites entités comme Western Magnesium.

Selon les calculs du broker Kepler Cheuvreux, toute tonne manquante empêche la fabrication de 85 voitures chez BMW et de 106 véhicules chez Volkswagen. La pénurie physique de magnésium entraîne donc potentiellement des pertes largement supérieures aux coûts liés à la flambée des prix. "Si l'industrie automobile a de la chance, la pénurie de magnésium va coïncider avec la pénurie de puces électroniques", analyse-t-on chez Kepler Cheuvreux. (La pénurie de magnésium, nouvelle menace pour les constructeurs automobiles | Les Echos

Qu’en est-il du secteur automobile en bourse?

Sur le graphe ci-dessous, on note en 2021 que l’indice MSCI Europe Automobiles (en orange), qui avait pris une avance confortable sur l’indice Automobiles Monde (en jaune) à partir de fin février, a depuis stagné et l’écart s’est considérablement réduit. Le doute s’est insinué depuis lors chez les investisseurs quant aux problèmes d’approvisionnement du secteur.

Si l’indice MSCI Automobiles Monde général (en blanc) a par contre nettement mieux performé c’est dû en bonne partie à la surperformance ces derniers mois de l’action américaine Tesla – qui est d’ailleurs à son plus haut historique – qui représente à elle seule… 48.4% de l’indice MSCI Automobiles Monde, loin devant Toyota (14.5%) et Daimler (5.8%)!

graphique d'illustration

Nouvelles économiques et financières: Des indices en berne

En Allemagne, le climat des affaires s’est encore détérioré en octobre selon l’enquête IFO. Les pénuries en matière d’approvisionnements ont fait chuter le moral des entreprises allemandes pour le 4e mois consécutif, l’indice IFO passant ainsi à 97.7 points contre 98.9 en septembre.

Aux Etats-Unis, l’indice d’activité nationale de la FED de Chicago a lui basculé dans le rouge en septembre, passant de +0.05 points en août -0.13 points le mois passé.

Evolution des marchés boursiers: Tesla en vedette aux USA!

Tableau des principaux indices boursiers au 26/10/2021

Pendant toute cette première journée de la semaine, l’indice Stoxx 600 Europe a fluctué entre hausse et baisse pour finalement clôturer avec un très léger boni (+0.07%). Il est vrai qu’en cette période de résultats trimestriels scrutés avec attention par les observateurs, la journée n’a pas été très riche en nouvelles de sociétés.

Le marché était d’autant plus attentiste que la déconvenue enregistrée vendredi par Snap et Intel suite à des résultats décevants a jeté un froid sur le secteur technologique et entraîné d’autres actions du secteur à la baisse. Les investisseurs ont donc préféré attendre les prochains bulletins d’autres géants technologiques – comme Microsoft ou Alphabet (Google) ce mardi – pour infirmer ou non les mauvaises nouvelles de la fin de semaine passée.

Seuls 4 secteurs ont progressé ce lundi, l’énergie en tête (+1.27%). Si le prix du baril de Brent reste la 1ère référence mondial, le pétrole aux États-Unis a dépassé 85 USD le baril pour la première fois depuis 2014. Et selon Goldman Sachs, la consommation est sur le point de retrouver ses niveaux d'avant la crise, alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés (OPEP+) se sont montrés réticents à assouplir les réductions draconiennes de l'offre imposées en 2020 pour sauver les prix.

Les 3 autres secteurs gagnants du jour étaient les matériaux (+0.90%), les financières (+0.49%) et les soins de santé (+0.22%). Dans le secteur financier, pointons le gain de près de 2% d’HSBC après de bons résultats trimestriels et l’annonce d’un programme de rachat d’actions de 2 milliards d’euros.

Les secteurs baissiers étaient emmenés par les industrielles (-0.74%), la consommation cyclique fermant la marche (-0.02%).

Individuellement et hors de l’indice Stoxx 600 Europe, mentionnons d’abord la chute de 14.1 de l’action de la compagnie aérienne suédoise SAS. Son patron a déclaré à un journal danois que la société luttait pour sa survie, durement touchée par les conséquences de la pandémie.

Le holding italien Exor (contrôlé par la famille Agnelli) a enregistré la hausse la plus forte du jour (+5.8%). Selon le journal Il Sole 24 Ore, Exor a rouvert des discussions avec le groupe d'assurance mutualiste français Covéa sur une possible vente du réassureur PartnerRE, un projet abandonné l'an dernier. Covéa, poids lourd de l'assurance en France avec Maaf, MMA et GMF, a renoncé l'an dernier à l'acquisition de PartnerRE, détenu à 100% par Exor, pour 9 milliards USD (7,7 milliards d'euros) en cash, en raison "des importantes incertitudes pesant sur les perspectives économiques mondiales" dans le contexte de la crise sanitaire.

A Wall Street, la journée n’a pas été aussi hésitante qu’en Europe et, grâce à certains résultats très positifs de sociétés US, l’indice S&P 500 s’est même permis de s’adjuger un nouveau record historique à 4.566,48 points, en hausse de 0.47% par rapport à lundi et de 21.6% depuis le début de l’année (en USD soit 28.1% en euros). Le Nasdaq a aussi progressé (+0.90% par rapport à la veille) mais échoue à moins d’un pourcent de son record du 7 septembre dernier.

Seuls 2 secteurs ont fait grise mine hier, les services aux collectivités (-0.43%) et les financières (-0.15%).

La consommation cyclique ou discrétionnaire (+2.11%) a été le principal moteur du nouveau record américain par la grâce essentiellement du bond de près de 10% du segment automobile, et essentiellement de Tesla (+12.66%). L’action de celle-ci a atteint un nouveau plus haut historique à 1.024.86 USD lui permettant aussi d’appartenir au club fermé des sociétés valant plus de 1.000 milliards USD (1.029,2 milliards à la clôture hier soir pour être précis) !

La raison de cette nouvelle euphorie pour le producteur de voitures électriques le plus célèbre de la planète ? Selon Bloomberg, le loueur Hertz a passé une méga-commande de 100.000 Tesla pour une valeur de 4.2 milliards USD, soit la plus grosse commande jamais enregistrée sur le marché! Ces voitures, des Model 3, seront accessibles sur les principaux marchés de Hertz aux Etats-Unis et dans certaines villes européennes. Elles seront livrées au cours des 14 prochains mois.

Le secteur de l’énergie a fini à la 2e place et a progressé hier de 1.44% confirmant la bonne tenue vue en Europe durant la journée. Suite à la vigueur du pétrole américain (WTI), plusieurs actions pétrolières ont tenu le haut du pavé dont Coterra Energy (+6%), Occidental Petroleum (+3.8%) ou Exxon (+2%).

Les autres secteurs vainqueurs du jour ont gagné entre 0.02% (consommation de base) et 0.90% (matériaux). Dans ce dernier secteur, le producteur d’acier Nucor s’est distingué en enregistrant la 3e plus forte hausse du jour (+6.9%).

Mentionnons enfin la belle hausse de la société pharmaceutique Moderna (+7.1%). La société a déclaré que son vaccin contre le Covid-19 a montré une forte réponse immunitaire chez les jeunes enfants dans un essai clinique de stade avancé, ouvrant la voie à une soumission aux régulateurs pour l'autorisation chez les enfants âgés de 6 à moins de 12 ans.

Signalons aussi que Facebook (+1.3%) a enregistré en clôture un bénéfice trimestriel de 9.2 milliards USD (+17% sur un an), légèrement en dessous des attentes mais a par contre davantage déçu pour ses perspectives.

Les tendances boursières du jour : Tokyo et les futures dans la foulée de Wall Street

Ce matin (6h30), les bourses asiatiques évoluent en sens divers. Si les marchés chinois sont hésitants (Hong Kong perd 0.39% alors que Shanghai-Shenzhen gagnent 0.11%), la bourse de Tokyo s’inscrit dans la foulée de Wall Street (+1.89%).

Les futures sur les marchés occidentaux indiquent actuellement une ouverture dans le vert, tant en Europe qu’aux USA, mais à confirmer dans les heures qui suivent.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, au niveau économique, on disposera de l’enquête trimestrielle de la Banque Centrale Européenne concernant la distribution de crédit en zone euro. Aux USA, on aura l’indice de confiance des consommateurs pour le mois d’octobre ainsi que les ventes de maisons neuves en septembre.

Au niveau des résultats de sociétés, de nombreux résultats seront publiés aujourd’hui dont, en Europe, Xior, Orange, Faurecia, Bureau Veritas, M6, Novartis ou UBS. Aux Etats-Unis seront connus les chiffres de Texas Instruments, General Electric, Hasbro, Eli Lilly, UPS, 3M, Twitter, Alphabet (Google) ou Microsoft.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.