La crise énergétique s’aggrave en Chine et en Inde, les prix du charbon s’envolent!

À RETENIR:

  • Le fait du jour – La crise énergétique s’aggrave en Chine et en Inde, les prix du charbon s’envolent! Le charbon, principale source de production des centrales électriques, connaît à son tour une flambée des prix alors que certains pays l’utilisent de plus en plus comme substitut au gaz, lui-même de plus en plus cher… La Chine et l’Inde, respectivement 1er et 3e importateur mondial, font donc face à une crise énergétique aggravée par cet état de fait et qui risque de durer encore quelques temps. Et si certaines sociétés productrices bénéficient de ce charbon vendu plus cher – leur cours de bourse en témoignant - de plus en plus de fonds excluent cette thématique pour des raisons environnementales ou éthiques…
  • Nouvelles économiques et financières - L’enquête mensuelle de l’institut allemand ZEW a montré que le sentiment des investisseurs s’est dégradé plus que prévu en octobre, soit à 22.3 points contre 26.5 points en septembre et un consensus à 24 points. Pour la zone euro, le Fonds Monétaire International (FMI) a relevé sa prévision de croissance pour cette année à 5% contre 4.6% précédemment. Pour 2022 le FMI s’attend à une croissance de 4.3%. Quant à l’inflation, comme pour d'autres économies avancées, le FMI s'attend à ce qu'elle revienne "probablement à des niveaux pré-pandémie d'ici à la mi-2022".
  • A propos des marchés boursiers – Journée sans relief hier pour les bourses occidentales, l’Europe et les USA corrigeant légèrement en clôture. Si les inquiétudes persistent en matière d’inflation et de croissance économique, les investisseurs attendent maintenant les 1ers résultats de sociétés pour le 3e trimestre. Seront-ils impactés, et si oui dans quelle mesure, par les problèmes récurrents d’approvisionnement ?
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui – Ce matin (7h30), les marchés asiatiques sont partagés alors que la bourse de Hong Kong est momentanément fermée pour cause de tempête tropicale… Tokyo perd actuellement 0.1% alors que Shanghai-Shenzhen gagnent 0.8%. Les contrats à termes (futures) sur les marchés boursiers occidentaux évoluent aussi en sens opposé, l’Europe pourrait ouvrir en hausse alors que ce serait l’inverse pour les USA.
  • Aujourd’hui, au niveau économique, on prendra connaissance de l’inflation allemande pour le mois de septembre et de la production industrielle en zone euro pour le mois d’août. Aux USA, on surveillera les prix à la consommation pour septembre. On disposera aussi, en soirée, du compte-rendu de la réunion de politique monétaire de septembre de la FED. Au niveau des résultats de sociétés, les investisseurs seront surtout attentifs aux chiffres du 3e trimestre des premières banques américaines, JP Morgan Chase et Blackrock. Delta Air Lines publiera aussi ses chiffres aujourd’hui.

Le fait du jour – La crise énergétique s’aggrave en Chine et en Inde, les prix du charbon s’envolent!

La crise énergétique n’en finit plus de faire parler d’elle. Les prix du pétrole sont à des niveaux inédits depuis 3 ans, les prix du gaz et de l’électricité flambent et maintenant c’est le charbon qui pose problème.

Graphique évolution des prix des énergies

Si celui-ci n’est quasiment plus utilisé dans les contrées occidentales comme moyen de chauffage chez les particuliers, le charbon est essentiel pour la production d’électricité…

Comme nous le signalions dans notre chronique du 1er octobre (Pourquoi cette flambée des prix de l’énergie et quels sont les secteurs les plus impactés? - Private Banking CBC), il conserve d’ailleurs la part la plus importante dans la production d’électricité comme on le voit sur le graphe ci-contre

 Etant donné la flambée des cours du gaz, le gouvernement chinois s’est vu contraint à augmenter son utilisation de charbon, même si ça allait à l’encontre de son souhait d’essayer de respecter les contraintes environnementales au niveau international. Face à la pénurie de cette énergie, le pouvoir central a même ordonné à nombre de groupes miniers du Shanxi et de Mongolie Intérieure d'extraire autant de charbon que possible, quitte à dépasser les quotas annuels.

Mais un grain de sable naturel est venu récemment gripper cette stratégie. Des inondations dans la région du Shanxi à l'ouest du Pékin ont entraîné l'évacuation de 120.000 personnes et la fermeture de 60 mines de charbon sur les 682 que compte la province. Or le Shanxi assure 30% de l'approvisionnement chinois en charbon. La réaction ne s'est pas fait attendre sur les marchés à terme. A Zhengshou, le prix de la tonne de charbon a gagné 11,6% pour terminer la séance de lundi à 1.408,2 yuans (218,74 USD), un nouveau record historique . A Qinhuangdao, où est livré un charbon de meilleure qualité, le prix s'est même envolé à plus de 1.900 yuans (294 USD). (Les cours du charbon en Chine s'envolent après des inondations dans des mines | Les Echos).

Graphique: évolution du prix du charbon

La réglementation, qui avait été renforcée il y a peu afin de prévenir les accidents mortels, a également été assouplie pour éviter toute fermeture temporaire et maximiser la production. L'objectif des autorités est d'éviter à tout prix les coupures d’électricité. Malgré tous ses efforts, la Chine se prépare à manquer de combustible pour faire tourner ses centrales électriques. La banque d’investissement chinoise Citic Securities évalue la pénurie à 30-40 millions de tonnes au 4e trimestre

Le problème c’est que près de 2/3 de l’électricité chinoise est produite à partie de centrales au charbon, pour moins de 30% à partir d’énergies renouvelable (centrales hydroélectriques et éoliennes), le nucléaire et le gaz représentant le solde (Electricity mix in China, Q1 2020 – Charts – Data & Statistics - IEA). Mais sur le vieux continent aussi, les centrales au charbon montent en régime. Ainsi dans les 4 premiers pays d'Europe (Allemagne, France, Royaume-Uni et Italie), la génération d'électricité au charbon a atteint 11 gigawatts le mois dernier, 43% de plus qu'en septembre de l'année dernière. (Electricité : les centrales à charbon tournent à plein régime | Les Echos).

En 2020, selon le site World’s Top Exports, les importations de charbon ont totalisé 94,9 milliards USD. 5 pays (Chine, Japon, Inde, Corée du Sud et Taïwan) représentent environ 66% de ce total. Plus globalement l’Asie a représenté près de 82% du charbon importé contre seulement 12.4% pour l’Europe.

En détail, les 15 pays qui ont importé le plus de charbon en 2020 étaient les suivants:

Tableau des importations de charbon

Si, comme on le voit sur ce tableau, l’Australie a été, en 2020, le premier exportateur de charbon en Chine (pour une valeur de 7.9 milliards USD sur un total de 16.385 milliards USD), le chiffre aurait dû être proche de 0 en 2021. En effet, confrontée à une crise énergétique sans précédent, la Chine a déchargé plusieurs cargaisons de charbon en provenance d'Australie, alors que de telles importations semblaient interdites depuis octobre 2020 sur fond de tensions commerciales entre les deux pays, comme le signalait le "Financial Times" mardi passé (China unloads Australian coal despite import ban amid power shortage | Financial Times (ft.com).

Les Chinois n’ont d’ailleurs guère eu le choix car l’Australie est de loin le premier exportateur mondial de charbon. En 2020, ce pays a exporté pour 32.7 milliards USD de charbon, devant l’Indonésie (14.5 milliards USD), la Russie (12.4 milliards USD) et les USA (6.1 milliards USD)… (Coal Exports by Country 2020 (worldstopexports.com)

Si cela ne suffisait pas pour calmer la crise énergétique qui se propage donc aussi au charbon, comme l’a souligné CNBC, la Chine n'est pas la seule grande économie asiatique à souffrir d'une pénurie de charbon, l’Inde est également au bord de cette crise énergétique! Coal shortage: India could soon be on the brink of a power crisis (cnbc.com)

Selon CNBC, le 6 octobre, 80% des 135 centrales au charbon indiennes disposaient de moins de 8 jours d'approvisionnement et plus de la moitié d'entre elles avaient des stocks de 2 jours ou moins, selon... L'Inde a connu un pic de la demande d'électricité entre avril et août. Cela s'est produit alors que l'économie reprenait son élan après une deuxième vague dévastatrice de Covid-19. Et le charbon représente environ 70% de la production d'électricité en Inde. India Energy Outlook 2021 – Analysis - IEA

À titre de comparaison, au cours des quatre dernières années, le stock moyen de charbon des centrales électriques indiennes était d'environ 18 jours d'approvisionnement, selon Hetal Gandhi, directeur de recherche de la société de notation CRISIL, une filiale de S&P Global. "Vous devriez voir les niveaux de stocks remonter à 8 ou 10 jours d'ici décembre", a déclaré Gandhi à CNBC. "Mais il est clair qu'ils ne s'approcheront pas des 18 jours, même en mars. Une surveillance étroite sera nécessaire au cours des six prochains mois."

Par ailleurs, les autres sources de production d'électricité - comme l'hydroélectricité, le gaz et le nucléaire - ont également diminué. Hetal Gandhi a déclaré qu'une saison de mousson inégalement répartie était l'un des facteurs. Le manque de précipitations dans certaines régions a eu un impact négatif sur la production d'énergie hydraulique.

Si la hausse des prix du charbon ne fait évidemment pas le bonheur de ces pays très gourmands en la matière, certaines sociétés productrices en bénéficient par contre.

Parmi les principales sociétés cotées en bourse, on peut citer par exemple BHP Billiton (Australie), Rio Tinto (Royaume-Uni), Vale (Brésil), Anglo American (Royaume-Uni) ou Peabody Energy (Etats-Unis). Moins connues, mais également cotées, il y a aussi par exemple Bumi Resources (Indonésie), China Shenhua Energy (Chine) ou Adani Enterprises (Inde).

graphique d'illustration

Si, comme on le voit ci-dessus, les sociétés notamment impliquées dans la production de charbon ont mieux performé que l’indice MSCI World (en vert) – en tout cas clairement en 2021 – ces sociétés sont de plus en plus exclues des fonds d’investissement pour des questions environnementales ou d’éthique. Outre les fonds classiques, certains fonds souverains comme celui de Norvège ont également banni le charbon de leurs thématiques d’investissement… (Après le pétrole, la Norvège bannit le charbon de ses investissements | L'Echo (lecho.be)

Nouvelles économiques et financières – ZEW en baisse, croissance zone Euro revue en hausse par le FMI

L’enquête mensuelle de l’institut allemand ZEW a montré que le sentiment des investisseurs s’est dégradé plus que prévu en octobre, soit à 22.3 points contre 26.5 points en septembre et un consensus à 24 points. Cette tendance baissière a commencé en juin et aucun rebond ne semble attendu à court terme. Les investisseurs s’inquiètent de la persistance des problèmes pour les chaines d’approvisionnement et attendent une baisse des bénéfices des sociétés, en particulier celles qui sont exportatrices.

Pour la zone euro, le Fonds Monétaire International (FMI) a relevé sa prévision de croissance pour cette année à 5% contre 4.6% précédemment. Pour 2022 le FMI s’attend à une croissance de 4.3%. Par contre l’institution a revu à la baisse sa prévision pour les Etats-Unis (6% au lieu de 7%), pour la Chine (8% au lieu de 8.1%) et le Royaume-Uni (6.8% au lieu de 7%).

Quant à l’inflation, comme pour d'autres économies avancées, le FMI s'attend à ce qu'elle revienne "probablement à des niveaux pré-pandémie d'ici à la mi-2022". Pour l'heure, il anticipe 2,1% d'inflation cette année en moyenne dans la zone euro, et 1,8% l'an prochain.

Evolution des marchés boursiers – Légers reculs en Europe et aux USA

Tableau des principaux indices boursiers au 13/10/2021

L’indice européen Stoxx 600 Europe a à nouveau joué à l’équilibriste hier, mais, à l’inverse de lundi, c’était dans le sens inverse soit une très légère baisse de 0.07%. Les investisseurs se posent toujours des questions quant à force de la reprise économique dans un contexte inflationniste et avec des taux qui ont sensiblement remonté les dernières semaines. Ainsi le Bund allemand à 10 ans a terminé la journée de mardi à -0.086%, un niveau inédit depuis juin 2019. Mais la grande question concerne aussi les résultats de société au 3e trimestre : seront-ils ou non impactés par les problèmes récurrents d’approvisionnement?

Cinq secteurs ont néanmoins terminé dans le vert, l’immobilier en tête (+0.97%) devant les services aux collectivités (+0.92%). Les 3 autres (industrielles, consommation de base et financières) ont enregistré des gains très limités (entre 0.08 et 0.20%).

Parmi les secteurs en recul hier, peu d’écarts importants, l’énergie perdant le plus (0.60%) alors que les services de communication limitaient la casse à 0.12%.

Individuellement, l’action britannique THG s’est littéralement effondrée (-35%) après qu'un « capital market day » (une journée d’information pour les investisseurs et analystes professionnels) n'ait pas réussi à apaiser les inquiétudes des investisseurs concernant la division e-commerce Ingenuity du groupe de vente en ligne. La chute s'est produite après que la société a fourni plus de détails sur le fonctionnement de son activité et a déclaré que SoftBank n'exercerait pas l'option d'achat d'une participation de près de 20% dans Ingenuity. Or en mai, SoftBank avait conclu un accord avec THG pour le droit d'acheter une participation de 20% dans Ingenuity pour 1,6 milliard GBP, ce qui valorise la division à environ 4,5 milliards de GBP…

Un autre groupe britannique, Wise a chuté de 8.3% que trois chambres de compensation ont déclaré qu'elles travaillaient avec les principales banques européennes et américaines pour rendre les paiements transfrontaliers aussi rapides que les options de paiement nationales. Or Wise tire l'essentiel de ses revenus de sa participation aux paiements transfrontaliers rapides et sa base d'utilisateurs pourrait s'éroder si les banques proposent des paiements transfrontaliers plus rapides…

La plateforme polonaise d’e-commerce Allegro a quant à elle baissé de 6.4% alors que l'offensive d'Amazon suscite des craintes quant à la perte de clients, et que la concurrence s’intensifie aussi avec l’expansion d’Alibaba. A noter aussi la baisse d’Easyjet (3.5%) qui a annoncé hier tabler sur une perte d’environ 1 milliard GBP pour l’exercice clos le 30/9, même s’il note une reprise du trafic aérien. Enfin le laboratoire allemand Curevac a perdu 7.7% après l’annonce du retrait du dossier d’homologation de son vaccin expérimental contre le Covid-19.

Côté positif, le groupe britannique Ocado a bondi de 5.4% après que le partenaire américain Kroger a annoncé qu'il allait offrir à davantage de clients la livraison Kroger grâce à l'ajout de nouveaux centres d'exécution alimentés par Ocado. Kroger a indiqué qu'il allait pénétrer pour la première fois sur le marché du nord-est des États-Unis, tout en se développant en Floride et en Californie.

Belle performance aussi de la société immobilière belge Xior (+3.4%) qui va lancer une OPA sur Quares, concurrent dans les kots belges et ainsi augmenter la valeur belge de son portefeuille de 25%.

A Wall Street on a aussi assisté hier soir à un léger recul des indices, le S&P 500 perdant 0.24% et le Nasdaq 0.14%. Les investisseurs restent prudents et attendent notamment la publication des premiers résultats des sociétés pour le 3e trimestre. La question sera notamment de voir quel impact ont les problèmes d’approvisionnement sur leurs chiffres…

Comme en Europe, 5 secteurs ont réussi à clôturer en hausse et, ici aussi, c’est l’immobilier qui a joué les locomotives en engrangeant 1.33%. La consommation cyclique (+0.68%) et les services aux collectivités suivaient (+0.66%) alors que les matériaux et la consommation de base affichaient seulement une très légère hausse.

Par contre, inversement à l’Europe, les perdants du jour ont été emmenés par les services de communication (-1.05%), les autres limitant leurs pertes entre 0.03% (énergie) et 0.51% (technologiques).

Pourtant ce dernier secteur a enregistré les pertes individuelles les plus prononcées dont notamment HP (-4.1%) car les données préliminaires d'IDC sur les livraisons de PC au 3e trimestre indiquent une réduction des parts de marché. Les données montrent également un ralentissement de la croissance globale dans un contexte de pénurie de composants et alors que le secteur est confronté à des comparaisons difficiles d'une année sur l'autre. D’autres entreprises technologiques ont enregistré des baisses marquées comme Citrix (-4%), Micron Technology ( -3.6%) ou encore Western Digital (-3.5%).

A l’opposé, l’action MGM Resorts (casinos, secteur de la consommation cyclique) s’est littéralement envolée de presque 10% après que le Crédit Suisse a relevé le titre de neutre à surperformant et que l'objectif de cours a plus que doublé pour atteindre 68 USD à la suite de quatre transactions annoncées récemment. L’action MGM est à son plus haut niveau depuis 2008.

A noter aussi le gain de 1.7% de Tesla dont le cours retrouve un niveau qu’on n’avait plus vu depuis le mois de février. Ses ventes de voitures électriques en Chine ont atteint un record de 56.006 unités soit une augmentation de 27% par rapport au mois d’août.

Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui – l’Asie et les futures partagés

Ce matin (7h30), les marchés asiatiques sont partagés alors que la bourse de Hong Kong est momentanément fermée pour cause de tempête tropicale…  Tokyo perd actuellement 0.1% alors que Shanghai-Shenzhen progressent de 0.8%.

Les contrats à termes (futures) sur les marchés boursiers occidentaux évoluent aussi en sens opposé, l’Europe pourrait ouvrir en hausse alors que ce serait l’inverse pour les USA.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, au niveau économique, on prendra connaissance de l’inflation allemande pour le mois de septembre et de la production industrielle en zone euro pour le mois d’août. Aux USA, on surveillera les prix à la consommation pour septembre. On disposera aussi, en soirée, du compte-rendu de la réunion de politique monétaire de septembre de la FED.

Au niveau des résultats de sociétés, les investisseurs seront surtout attentifs aux chiffres du 3e trimestre des premières banques américaines, JP Morgan Chase et Blackrock. Delta Air Lines publiera aussi ses chiffres aujourd’hui.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.