Quels régions et secteurs boursiers ont le mieux performé jusqu’à présent en 2021?

À RETENIR:

  • Le fait du jour - Quels régions et secteurs boursiers ont le mieux performé jusqu’à présent en 2021? Au niveau géographique si la Chine est une grande déception par rapport aux attentes, les bourses américaine et européenne ont bien performé jusqu’à présent. En Europe, la bourse d’Amsterdam, à connotation plus technologique, remporte la palme de la meilleure performance parmi les grands marchés. Au niveau sectoriel mondial, l’énergie caracole en tête en 2021, devant les financières… et l’immobilier. Mais le secteur de l’énergie n’a commencé en fait qu’un rattrapage par rapport à une performance quasi nulle ces 5 dernières années. Par contre les actions technologiques continuent à bien se comporter et confortent leur statut de meilleur secteur depuis 2016.
  • Nouvelles économiques et financières: En zone euro, la croissance du secteur privé a pâti des problèmes d’approvisionnement et a donc ralenti en septembre tout en restant solide. L’indice PMI composite d’IHS Markit a ainsi reculé à 56.2 points contre 59 points en août. Aux États-Unis, on a noté une légère croissance de l’activité du secteur des services en septembre, l’indice ISM s’inscrivant à 61.9 points contre 61.7 points en août. C’est mieux que ce qu’attendaient les économistes (60 points). Toujours aux USA, le déficit commercial s’est aggravé davantage qu’attendu en août, atteignant 73.3 milliards USD (+4.2%) alors que les économistes tablaient plutôt sur 71 milliards USD. C’est surtout dû à une hausse des importations (+1.4%) supérieur à celle des exportations (+0.5%).
  • À propos des marchés boursiers: Après la morosité des derniers jours, les bourses occidentales ont clairement rebondi hier, les indices progressant de plus d’1%. Des deux côtés de l’Atlantique, les actions technologiques et les financières ont joué les locomotives. Le podium était complété en Europe par l’énerge et, aux USA, par les services de communication. Une fois n’est pas coutume, le tranquille secteur immobilier a fait la Une de l’actualité boursière. En Europe Orpea fait l’objet d’une enquête préliminaire pour complicité de fraude fiscale et blanchiment aggravé. Aux USA, Ventas et Equinix ont souffert d’informations indiquant des difficultés.
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui: Ce matin (7h30), les marchés asiatiques sont toujours marqués par la fermeture des bourses chinoises (long congé de fête nationale), à l’exception de Hong-Kong. Cette dernière recule de 0.07% alors que Tokyo confirme sa petite forme d’hier en baissant encore de 1% aujourd’hui matin. Les contrats à termes (futures) sur les marchés boursiers occidentaux indiquent actuellement une baisse lors des premiers échanges, tant en Europe qu’aux États-Unis.
  • Aujourd’hui, au niveau économique, l’Allemagne publiera le chiffre des commandes à l’industrie pour le mois d’août. En France on aura la note de conjoncture de l’INSEE. Pour la zone euro, on disposera des ventes au détail pour le mois d’août. Enfin aux USA, ADP publiera les résultats de son enquête sur l’emploi privé en septembre. Au niveau des résultats de sociétés, 2 chiffres à pointer aux États-Unis, les résultats du 3e trimestre de Constellation Brands et Levi Strauss.

Le fait du jour - Quels régions et secteurs boursiers ont le mieux performé jusqu’à présent en 2021?

Nous profitons de la fin du mois de septembre pour faire le bilan boursier après les 3 premiers trimestres de cette année.

AU NIVEAU GEOGRAPHIQUE

De ce point de vue, il est d’abord indéniable que 2021 a été, et sera probablement sauf redressement spectaculaire d’ici fin décembre, dans le domaine des marchés émergents, une (très) mauvaise surprise pour les actions chinoises.

D’ailleurs, comme on le voit sur le graphe ci-dessous, les indices boursiers des bourses de Hong-Kong (en blanc) et de Shanghai-Shenzhen (en orange) décrochent clairement cette année par rapport aux indices européens (en rouge) et américain (en jaune).

Et pourtant, fin 2020, la thématique des marchés émergents, et particulièrement la Chine, était plébiscités par quasiment tous les stratèges dans le monde.

Qu’est-ce qui a alors grippé la mécanique?

Il est clair que l’économie chinoise montre cette année des signes de ralentissement pour différentes raisons: forte hausse des matières premières, des restrictions sanitaires prolongées à cause du variant delta, des problèmes liés aux chaines d’approvisionnement, des coupures d’électricité,…

Graphique des indices boursiers de Hong-Kong, New-York et Europe pour les 3 premiers trimestres 2021

Mais ce qui a surtout provoqué la chute de nombreuses actions chinoises depuis environ un an, c’est d’abord et surtout ce qu’on pourrait nommer la "rage régulatoire" des autorités de Pékin. Officiellement le gouvernement chinois a voulu contrer des "pratiques anticoncurrentielles via internet", "mieux encadrer l’utilisation des données en possession des sociétés internet", "éviter des dérives financières" (sur ce point les difficultés d’Evergrande justifient cette reprise en main…), etc. In fine, la démarche chinoise se rapproche de celle des occidentaux qui veulent davantage contrôler le développement des GAFAM et autres géants du numérique ; mais cela se fait "à la chinoise" de manière beaucoup plus directive et brutale… Nombre de sociétés chinoises se sont vu ainsi imposer des amendes importantes et/ou obligées de revoir leurs procédures, voire se faire interdire certaines activités ou devoir les réorienter.

Concrètement la Chine a aussi mis au point la Loi PIPL (Personal Information Protection Law), dans la lignée du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) en vigueur en Europe.

La reprise en main a d’abord frappé des sociétés de la nouvelle économie, des sociétés technologiques, comme Alibaba ou Tencent par exemple. Mais cette régulation s’est ensuite étendue à quasiment tous les domaines: l’éducation privée, les jeux vidéo et le monde des adolescents en général, etc. Mais ont aussi été visés les cryptoactifs comme le bitcoin ou certains secteurs ou sociétés étrangères établis sur le sol chinois (le luxe, Tesla,…). Bref, cela a créé un grand climat d’incertitudes concernant les actions chinoises ou celles dépendant de ce marché, le résultat étant des ventes importantes notamment des fonds étrangers investis dans ces actions.

Par contre les bourses occidentales ont enregistré d’excellentes performances sur les 9 premiers de l’année, États-Unis en tête, avec un rendement total de près de 22.5% (en euros) contre 17% pour l’Europe. La reprise économique d’une part et les résultats des sociétés très majoritairement supérieurs aux attentes d’autre part expliquant cela. Mais on pourrait aussi citer l’effet "TINA" (There Is No Alternative: vu la faiblesse des taux, il y a peu d’alternatives à un investissement en actions) et la masse importante de liquidités dans le marché en quête de rendements.

En Europe (graphe ci-dessous), la bourse hollandaise s’est distinguée, l’AEX s’est clairement distinguée des autres avec un gain de plus de 24%. La bourse hollandaise ayant une connotation technologique plus importante que ses consoeurs européennes explique probablement cette surperformance, d’ailleurs très proche de la bourse américaine qui recèle elle-même une portion importante de sociétés technologiques. La bourse française (CAC40) a également connu 9 mois de belle facture (+19%) alors que les bourses belge et anglaise enregistraient des hausses proches de la moyenne européenne. Par contre les bourses allemande (DAX) et suisse (SMI) étaient plus en retrait avec des progressions de 11% environ.

Graphique des indices boursiers d'Europe pour les 3 premiers trimestres 2021

AU NIVEAU SECTORIEL

Pour comparer les performances des différents secteurs, au niveau mondial, nous avons repris les indices de MSCI, convertis en euros (voir tableau ci-dessous). Nous avons calculé le rendement net total de chaque secteur à chaque fin de trimestre. Enfin, nous avons chiffré le rendement net annualisé sur 5 ans.

Le grand gagnant, sur 9 mois, est le secteur de l’énergie (essentiellement pétrolier) avec un rendement net total de 41.68%. Ce secteur était déjà en tête à la fin des 1er et 2e trimestre et a bénéficié de la flambée des prix du pétrole, eux-mêmes dopant les résultats des sociétés pétrolières. Ainsi le baril de Brent qui valait "seulement" 51.81 USD le 31 décembre dernier, atteignait 78.52 USD le 30 septembre 2021, soit une hausse de plus de 50%! Mais le bond spectaculaire du secteur énergie ne peut masquer le fait que sur les 5 dernières années, le rendement annuel a été quasi nul… La performance 2021 peut donc être davantage considéré comme un début de rattrapage de la contreperformance des dernières années.

Le secteur financier (+30.17%) en 9 mois s’est installé confortablement à la 2e place des meilleurs secteurs, porté par les très bons résultats des actions bancaires, grâce notamment à la reprise de provisions (moins de faillites de clients qu’attendu), à la bonne tenue de l’économie et des marchés et aux taux d’intérêt plus élevés.

Le discret secteur immobilier occupe la 3e place du podium en 2021 (+25.03%). Si le rendement annualisé sur 5 ans n’est "que" de 8% environ, il ne faut pas négliger le fait que c’est un secteur à connotation défensive ("béta" plus faible que la moyenne des secteurs).

Les sociétés technologiques qui avaient commencé l’année sur un mode mineur (après une très bonne année 2020) ont ensuite nettement mieux performé et affichent un gain de plus de 21% après 9 mois. Sur les 5 dernières années, c’est par ailleurs le secteur qui a affiché le meilleur rendement annuel moyen, soit près de 26.5% chaque année!

En bas de tableau, la consommation non cyclique (ou de base) et les services aux collectivités affichent des performances plus modestes, ce qui se confirme d’ailleurs en performance annualisée sur 5 ans.

Graphique: rendement net total (en %) en euros

Nouvelles économiques et financières: des statistiques en sens divers

En zone euro, la croissance du secteur privé a pâti des problèmes d’approvisionnement et a donc ralenti en septembre tout en restant solide. L’indice PMI composite d’IHS Markit a ainsi reculé à 56.2 points contre 59 points en août.

Aux États-Unis, on a noté une légère croissance de l’activité du secteur des services en septembre, l’indice ISM s’inscrivant à 61.9 points contre 61.7 points en août. C’est mieux que ce qu’attendaient les économistes (60 points).

Toujours aux USA, le déficit commercial s’est aggravé davantage qu’attendu en août, atteignant 73.3 milliards USD (+4.2%) alors que les économistes tablaient plutôt sur 71 milliards USD. C’est surtout dû à une hausse des importations (+1.4%) supérieur à celle des exportations (+0.5%).

Evolution des marchés boursiers: les bourses occidentales au rebond

Tableau des principaux indices boursiers au 06/10/2021

Après la morosité des derniers jours, les bourses européennes ont rebondi nettement hier, l’indice Stoxx 600 Europe gagnant 1.17.% en clôture.

3 secteurs sont sortis clairement du lot hier, les actions technologiques (+2.4%), les actions financières (+2.26%) et les actions de l’énergie (+1.76%). Ces dernières continuent de profiter de l’envolée des prix pétroliers, le Brent ayant touché hier les 83 USD le baril. Alors que le marché est très demandeur d’or noir, les pays de l’OPEP+ ont malgré tout décidé avant-hier de ne pas augmenter davantage leur production.

A part l’immobilier qui a très légèrement corrigé (-0.09%), tous les autres secteurs ont terminé en boni, de 0.27% (soins de santé) à 1.11% (industrielles).

Au niveau individuel, du côté des principales chutes du jour, Orpea (-4.5%) s’est étonnamment distinguée suite à la révélation par le magazine Challenges (Le parquet financier enquête sur le groupe Orpea - Challenges) qu’une perquisition a eu lieu au siège du groupe de maisons de retraite en mars dernier, dans le cadre d’une enquête préliminaire pour complicité de fraude fiscale et blanchiment aggravé

Quant aux principales hausses de ce mardi, elles se trouvaient essentiellement dans le compartiment bancaire, l’espagnole BBVA jouant les locomotives (+6.5%) devant de nombreuses consoeurs gagnant entre 4.3 et 5.7% (BNP, Soc Gen, Unicredit, Santander, Crédit Agricole, BPM ou encore Erste Group).

En Belgique notons la nouvelle forte hausse d’Exmar (+8.3%) toujours poussée dans le dos par la flambée des prix du gaz.

A Wall Street, comme en Europe, on a noté hier soir un clair rebond. L’indice S&P 500 a gagné 1.05% et le Nasdaq 1.25%. Le trio sectoriel gagnant du jour est emmené par les financières (+1.78%), devant les services de communication (+1.59%) et les technologiques (+1.46%).

Dans ces deux derniers secteurs, les géants US du numérique ont donc tiré la bourse vers le haut. Parmi les principales progressions on notait ainsi Apple (1.4%), Microsoft (+2%), Paypal (+2%), Facebook (+2.1%) ou encore Nvidia (+3.6%).

Tous les autres secteurs étaient dans le vert, gagnant entre 0.48% (consommation de base) et 1.10% (industrie), sauf 2, l’immobilier (-0.86%) et les services aux collectivités (-0.19%).

Dans le secteur immobilier américain, 2 sociétés font partie hier du top 3 des moins bonnes performances du jour: la société Ventas (-3.7%) spécialisée dans les maisons de repos et de soins de santé, a souffert d’un changement de stratégie dans sa gestion ; Equinix (-3.3), spécialisée, spécialisée dans les centres de données, a chuté après avoir été rétrogradée à "neutre" par Crédit Suisse en raison des difficultés de la chaine d’approvisionnement.

Par contre, du côté des plus fortes hausses du jour, Abiomed (équipements médicaux) a bondi de 5.5% suite à des données montrant que les médecins pensent que la dernière pompe cardiaque extensible de la société devrait améliorer les résultats de celle-ci, selon un analyste de Jefferies.

Une autre note positive d’un analyste de Cohen a propulsé l’action Netflix 5.2% plus haut que la veille ; selon l’analyste, Netflix est toujours perçue comme la meilleure plateforme vidéo et les contenus originaux de celle-ci devrait augmenter les abonnements.

Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui: l’Asie et les futures en recul

Ce matin (7h30), les marchés asiatiques sont toujours marqués par la fermeture des bourses chinoises (long congé de fête nationale), à l’exception de Hong-Kong. Cette dernière recule de 0.07%% alors que Tokyo confirme sa petite forme d’hier en baissant encore de 1% aujourd’hui matin. En Chine, après Evergrande, Fantasia, un autre promoteur immobilier n’a pu honorer une dette de 177 millions d’euros dus à ses créanciers…

Les contrats à termes (futures) sur les marchés boursiers occidentaux indiquent actuellement une baisse lors des premiers échanges, tant en Europe qu’aux États-Unis.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, au niveau économique, l’Allemagne publiera le chiffre des commandes à l’industrie pour le mois d’août. En France on aura la note de conjoncture de l’INSEE. Pour la zone euro, on disposera des ventes au détail pour le mois d’août. Enfin aux USA, ADP publiera les résultats de son enquête sur l’emploi privé en septembre.

Au niveau des résultats de sociétés, 2 chiffres à pointer aux États-Unis, les résultats du 3e trimestre de Constellation Brands et Levi Strauss.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.