Explosion d’IPO en 2021 dans la foulée des records boursiers

A RETENIR:

  • Le fait du jour – Explosion d’IPO en 2021 dans la foulée des records boursiers. Les investisseurs entendent régulièrement parler de nouvelles introductions en bourse. Dans cette chronique nous avons analysé celles-ci selon différents critères (années fastes ou non, pays, secteurs privilégiés,…). S’il y a par ailleurs une forte corrélation entre évolution des marchés boursiers et nombre d’IPO, les besoins en capitaux de sociétés de croissance peuvent justifier une introduction en bourse, quelque soient les circonstances boursières comme on le voit en Asie par exemple…
  • Nouvelles économiques et financières: Bonne nouvelle pour la Belgique, son activité économique se redresse rapidement. En Allemagne, les exportations ont progressé en juillet par rapport à juin, une hausse pour le 15e mois d'affilée; les importations ont quant à elles connu une baisse sur un mois. La balance commerciale s'élève donc à près de 18 milliards d'euros… La réunion très attendue de la Banque Centrale Européenne a débouché sur un relèvement de ses prévisions tant en terme de croissance du PIB qu’en terme d’inflation. Mais la BCE considère toujours que la poussée de l’inflation est temporaire en zone euro. En conséquence, la BCE a décidé de légèrement ralentir ses mesures de soutiens exceptionnelles à l’économie. A noter enfin qu’aux Etats-Unis, les inscriptions au chômage ont reculé plus que prévu pour la semaine se terminant le 4 septembre.
  • A propos des marchés boursiers: Hier les marchés ont été baissiers, malgré le discours plutôt rassurant de la présidente de la BCE. En Europe les baisses les plus marquantes auront notamment été celles d’EasyJet et Prosus. Aux Etats-Unis aussi, les marchés boursiers étaient en recul hier soir, le secteur des soins de santé se distinguant tant à la hausse qu’à la baisse. Dans ce dernier cas, Biogen a lourdement chuté, entrainant dans son sillage Eli Lilly et Roche (cotée aussi aux USA), la vente de médicaments contre la maladie d’Alzheimer ne se déroulant pas comme espéré… Par contre, du côté des hausses, Moderna a de nouveau brillé suite à une double bonne nouvelle.
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui: Ce matin (7h30), les marchés boursiers asiatiques rebondissent clairement. Tokyo prend 1%, Hong Kong bondit de 1.7% et Shanghai-Shenzhen de 1.1%. Les investisseurs saluent notamment le vœu des USA et de la Chine d’essayer d’apaiser les tensions commerciales entre les deux pays. Les contrats à termes (futures) sur les marchés boursiers occidentaux indiquent actuellement une même tendance haussière, lors des premières transactions, en Europe et aux Etats-Unis.
  • Aujourd’hui, au niveau économique, on prendra connaissance du chiffre définitif de l’inflation en Allemagne pour le mois d’août, de l’indice INSEE de la production industrielle française en juillet, ainsi que du PIB et du chiffre du commerce extérieur du Royaume-Uni en juillet. Après-midi aux Etats-Unis, on aura essentiellement les prix à la production pour le mois d’août. Au niveau des résultats de sociétés, pas d’annonce significative ce jour.

Le fait du jour – Explosion d’IPO en 2021 dans la foulée des records boursiers

Régulièrement les investisseurs ont connaissance d’une ou l’autre nouvelle société introduite en bourse, ce qui peut être intéressant pour diversifier son portefeuille ou chercher un instrument (fonds ou trackers) incluant cette thématique. Mais finalement, au total, combien de nouvelles sociétés se font coter, tout compris, dans le monde? Pourquoi y a-t-il plus ou moins d’introductions en bourse selon les périodes? Quelles sont les secteurs privilégiés? Dans quels pays? Nous allons répondre à ces questions ci-dessous.

Cette année, les indices boursiers, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, ont régulièrement battu des records. Cela est dû au fort redressement économique constaté depuis le début de la pandémie, corroboré par des résultats de sociétés souvent meilleurs qu’attendus. De plus les politiques budgétaires et monétaires de soutien à l'activité ont inondé de liquidités les marchés financiers ce qui a poussé les investisseurs vers les actions. D’autant plus que l’effet "TINA" ("There Is No Alternative") résultant des taux d’intérêt historiquement bas ne laisse pas vraiment le choix…

Or lorsqu’une société envisage de se faire coter en bourse, via une IPO ("Initial Public Offering"), les banques-conseils préparent non seulement un prospectus d’introduction complet (qui doit recueillir l’approbation des autorités de contrôle), mais sont aussi chargées de valoriser la société candidate à une cotation. Et, dans ce cadre, les analystes en charge de cette valorisation s’appuient notamment sur les ratios de sociétés comparables, les pairs, déjà cotées en bourse. Assez logiquement, au plus ces ratios (P/E, EV/EVBITDA,…) sont à des niveaux historiquement élevés – et s’y maintiennent au moins un certain temps – au plus de sociétés privées sont enclines à demander à être introduites en bourse. La hausse des marchés d’actions depuis un an et demi, augmentant les ratios, a donc favorisé les IPO.

On remarque ainsi sur le graphe suivant, avec l’exemple des bourses américaines, qu’inversement, durant des périodes boursières difficiles (début des années 2000 après l’éclatement de la bulle internet ou en 2008-2009, crise financière), il y a une baisse claire du nombre d’IPO.

Nombre IPO aux USA 2000 à 2021

Mais nous verrons aussi que malgré des indices boursiers en fort recul ces derniers mois – pour les raisons régulatoires bien connues -, les bourses chinoises continuent malgré tout d’accueillir de nombreuses nouvelles sociétés… En effet, des sociétés en forte croissance, et donc ayant besoin de nouveaux capitaux pour financer celle-ci, peuvent souhaiter une IPO, même dans des conditions de marché moins favorables.

Rappelons en effet que, lors d’une introduction en bourse, une société peut soit mettre sur le marché des titres existants (lorsque des actionnaires souhaitent vendre tout ou, généralement, une partie de leurs actions), soit émettre des nouvelles actions (pour financer de nouveaux projets ou un business existant), soit choisir une solution hybride (titres existants + nouveaux titres).

Illustration rapport sur les IPO

La société de consultance Ernst & Young (EY) a publié en juillet un excellent rapport – très documenté - sur les IPO ayant été réalisées durant le 1er semestre 2021. Il peut être consulté via le lien internet suivant: ey-global-ipo-trends-2021-q2-v1.pdf.

Plusieurs conclusions intéressantes peuvent être tirées de ce rapport.

La 1ère étant la performance exceptionnelle des IPO au 2e trimestre 2021 alors que les SPAC ont fait une pause.

Rappelons que les SPAC ("Special Purpose Acquisition Company" ou Société d’acquisition à usage spécial) sont des structures cotées s’apparentant à des coquilles vides (on les surnomme aussi "sociétés chèque en blanc") dont l’unique objet est d’essayer d’acquérir une société privée. Nous avons traité de ce sujet spécifique dans notre rubrique du 12 mars dernier (La détente des taux a permis aux marchés de monter, grâce en particulier aux actions technologiques - Thème de la semaine: La fièvre des SPAC - Private Banking CBC).

La corrélation significative entre évolution des indices boursiers et nombre d’introductions en bourse (déjà évoqué ci-dessus pour le marché américain) est illustrée clairement par EY via le tableau suivant au niveau mondial pour la période de janvier 2019 à juin 2021. En noir on a l’évolution de l’indice MSCI Monde et en jaune le nombre d’IPO dans le monde:

Evolution du nombre d'IPO

Et comme on le voit sur le tableau ci-dessous, toujours extrait du rapport EY:

  • Au cours du premier semestre de 2021, 1.070 introductions en bourse ont eu lieu dans le monde, pour un produit total de 222 milliards USD.
  • Au niveau mondial, le nombre d'opérations a augmenté de 150% en glissement annuel (de 428 à 1.070), tandis que le produit a augmenté de 215% (de 70,4 à 222 milliards USD). Les fortes performances enregistrées entre janvier, avril et juin ont permis au nombre d'opérations et au produit des IPO du premier semestre d'atteindre les niveaux les plus élevés jamais enregistrés depuis 20 ans.
  • Au premier semestre 2021, le nombre d'opérations a augmenté de 18% et le produit de 71% par rapport à l'ancien record du premier semestre 2007 (908 introductions en bourse pour un montant de 129,8 milliards USD)
  • Après 12 mois d'effervescence sur les marchés SPAC, culminant avec un premier trimestre 2021 sans précédent (305 introductions en bourse de SPAC ont été réalisées dans le monde, pour un montant de 98,6 milliards de USD) au deuxième trimestre 2021, avec seulement 74 introductions en bourse de SPAC dans le monde, pour un montant de 15,7 milliards USD, les introductions de SPAC ont fortement ralenti. Ce déclin significatif peut être attribué à l'examen plus attentif des régulateurs, aux investisseurs qui ont fait une pause pour digérer la surabondance de SPAC et à des performances décevantes du cours des actions SPAC.
  • A elle seule, la zone Asie-Pacifique a représenté 44% des introductions en bourse au 1er semestre 2021, contre 26% pour l’Amérique (surtout USA représentant 79% des IPO, mais aussi Brésil, Canada,…) et 30% pour la région Europe-Moyen Orient-Afrique (EMEIA); mais en valeur c’est l’Amérique qui a été la plus importante (42% du total ou 93.9 milliards USD).
Comparaison IPO

Autre constat intéressant (voir le tableau suivant), les sociétés de 3 secteurs ont représenté durant le 1er semestre 2021 la majorité – précisément 57% - des introductions en bourse, soit dans l’ordre les sociétés technologiques (284 introductions sur 1.070), celles des soins de santé (187 introductions) et les industrielles (140 sociétés).

Top 3 des secteurs

Pour terminer, une question qui m’est régulièrement posée: combien y a-t-il de sociétés cotées en bourse au monde?

En décembre 2020, selon les statistiques de la Fédération Mondiale des marchés boursiers (FH.FY 2020 Market Highlights v9.pdf), il y en avait près de 48.000 (voir tableau ci-dessous), en hausse de 1.1% par rapport à 2019.

En considérant les 1.070 nouvelles introductions du 1er semestre 2021 et celles qui auront encore lieu durant le 2e semestre de cette année, on peut considérer que l’on devrait approcher les 50.000 sociétés cotées sur les places mondiales fin 2021, soit environ 3 fois plus qu’en 1975…

On peut donc conclure de la forte croissance du nombre de sociétés cotées, ces dernières années et en 2021 en particulier, que le choix pour l’investisseur a aussi fortement augmenté que ce soient en actions individuelles, en fonds ou en trackers dans lesquels ces actions se retrouvent en nombre.

Nombre de sociétés cotées dans le monde en 2019 et 2020

Nouvelles économiques et financières: la BCE relève ses prévisions pour le PIB et l’inflation

Bonne nouvelle pour la Belgique, son activité économique se redresse rapidement selon un communiqué de la Banque Nationale (BNB). Le PIB a en effet augmenté de 1.7% au 2e trimestre, ce qui est mieux que prévu.

En Allemagne, les exportations ont progressé de 0,5% en juillet par rapport à juin, une hausse pour le 15e mois d'affilée, selon des données publiées hier par l'institut de statistique Destatis. La première économie européenne a exporté pour 115,0 milliards d'euros de biens, en données corrigées des variations saisonnières et de calendrier. Sur un an, les exportations sont en hausse de 12,4% en données brutes. Les importations ont quant à elles connu une baisse de 3,8% sur un mois, à 96,9 milliards d'euros, en données corrigées des variables saisonnières et de calendrier. La balance commerciale s'élève donc à près de 18 milliards d'euros, toujours en données corrigées. Ces statistiques interviennent alors que l'industrie exportatrice allemande, pilier du modèle économique, fait face à de nombreuses pénuries qui plombent son activité.

La réunion très attendue de la Banque Centrale Européenne a débouché sur un relèvement de ses prévisions tant en terme de croissance du PIB (+5% en 2021 contre +4.6% estimé précédemment) qu’en terme d’inflation. Celle-ci est maintenant estimée à 2.2% cette année contre une prédiction de 1.9% précédemment.  Mais la BCE considère toujours que la poussée de l’inflation est temporaire en zone euro.

En conséquence, la BCE a décidé de légèrement ralentir ses mesures de soutiens exceptionnelles à l’économie, résultant de la pandémie. Mais selon Christine Lagarde, Présidente de la BCE, "cette décision ne correspond pas à un tapering mais à un recalibrage pour les 3 prochains mois".

A noter enfin qu’aux Etats-Unis, les inscriptions au chômage ont reculé plus que prévu pour la semaine se terminant le 4 septembre, à 310.000 contre 345.000 la semaine avant et 335.000 selon une enquête Bloomberg.

Evolution des marchés boursiers: L’Europe et les USA à la peine malgré la BCE

Tableu des principaux indices boursiers au 10/09/2021

Hier, le discours de Christine Lagarde (BCE) est bien passé en bourse. Tout en relevant les prévisions pour le PIB et l’inflation, elle a fait mention d’un "recalibrage léger" des achats d’actifs, sans toucher aux taux d’intérêt. Et les marchés boursiers qui avaient plutôt commencé la journée dans la morosité ont finalement terminé quasiment inchangé, soit une baisse de seulement 0.06% pour l’indice Stoxx 600 Europe.

4 secteurs ont néanmoins terminé en hausse légère (industrielles, technologiques et consommation cyclique) seul l’immobilier progressant plus franchement (+0.79%).

Du côté des perdants, ce sont les secteurs des soins de santé (-1.27%) et de l’énergie (-1.05%) qui ont été les plus à la peine hier.

Au rayon individuel, nous avons remarqué la chute de la compagnie aérienne EasyJet (-10.2%) suite à une double annonce: le rejet d’une offre de rachat inamicale d’une part (le prix étant insuffisant pour le conseil d’administration), la levée de nouvelles actions pour 1.2 milliard GBP et le lancement d’un emprunt de 400 millions USD d’autre part.

Également parmi les grands perdants du jour, l’action du holding hollandais Prosus (-5.2%) dans la foulée de la nouvelle chute de Tencent, sa principale participation. Selon le journal South China Morning Post, les autorités chinoises ont temporairement suspendu l’approbation de tous les nouveaux jeux en ligne (une des principales activités de Tencent), afin de réduire l’addiction au jeu chez les jeunes Chinois… Alors que les bourses internationales sont fortement en hausse cette année, le cours de l’action Tencent a perdu près de 9% jusqu’à présent.

Côté positif, la société de serrurerie suédoise Assa Abloy s’est particulièrement distinguée (+4.7%) après l’annonce, mercredi soir après la clôture, du rachat de l’unité de quincaillerie et de rénovation de Spectrum Brands pour 4.3 milliards USD. Cette annonce a été très bien accueillie par les analystes en charge du suivi d’Assa Abloy car la société acquise est axée sur le secteur résidentiel, un marché porteur aux Etats-Unis.

A Wall Street, les marchés ont aussi légèrement décroché, le S&P 500 reculant de 0.46% et le Nasdaq de 0.25%. Depuis son record historique de jeudi d’il y a une semaine jour pour jour, l’indice S&P a baissé un peu chaque jour, c’était donc hier son 4e replis consécutif. Il est vrai que hier par exemple la baisse plus marquée qu’attendue des inscriptions au chômage aux USA, signe de la force de l’économie américaine, pourrait conforter la FED d’accélérer le mouvement de réduction des achats d’actifs…

Tout à fait à contrario de l’Europe, le secteur immobilier a le plus corrigé hier soir (-2.12%). Ce secteur a souffert de la chute marquée de Digital Realty, 4e plus importante société immobilière cotée aux Etats-Unis et spécialisée dans la gestion de centres données. La société a annoncé une importante augmentation de capital pour laquelle les titres seront émis à 160.5 USD, avec une forte décote donc par rapport au cours de clôture de mercredi…

Les soins de santé ont accusé la 2e plus forte perte de la journée (-1.17%). C’est Biogen (6.7%) qui négativement influencé le secteur. La société a confirmé hier les craintes de Wall Street que le lancement de son médicament contre la maladie d'Alzheimer (l’Aduhelm) ne se déroule pas aussi bien qu'espéré. "Le lancement est plus lent que ce que nous avions initialement prévu", a déclaré le président-directeur général Michel Vounatsos aux investisseurs jeudi lors de la Morgan Stanley Global Health Care Conference. Seuls une cinquantaine de sites ont perfusé le médicament depuis juin, ce qui est bien inférieur à l'objectif de 900 centres que s'était fixé la société, selon un analyste de RBC. L’action est au plus bas depuis juin, et son record historique atteint le 10 de ce mois. Par contagion, Eli Lilly & a aussi chuté hier, tandis que les actions de la pharmaceutique suisse Roche, cotées en bourse aux États-Unis dérapaient de 2,8%. Eli Lilly développe le Donanemab pour la maladie d'Alzheimer, tandis que Roche travaille sur son propre médicament, le Gantenerumab dans le même domaine…

Du côté des plus fortes hausses du jour, c’est une autre société du secteur des soins de santé qui a été à l’honneur. Moderna (+7.8%) a bénéficié d’une double bonne nouvelle. Elle prévoit d'annoncer le développement d'un candidat vaccin qui protégera conjointement contre le Covid-19 et la grippe, et qui sera connu sous le nom de mRNA-1073. La société va aussi annoncer un vaccin pédiatrique appelé mRNA-1365, qui combine son vaccin expérimental contre le virus respiratoire syncytial avec son vaccin expérimental contre le métapneumovirus humain.

Dans le secteur de la consommation cyclique, notons aussi le bond de 10.5% de la société Lululemon Athletica (producteurs notamment des célèbres leggins ou "yoga pants") suite à la publication d’un résultat nettement supérieur aux attentes et au relèvement de ses prévisions bénéficiaires. Toujours dans ce secteur, Peloton (appareils d’exercice physiques) a grimpé de plus de 10% après avoir annoncé le lancement de sa propre ligne de vêtements de sport, Peloton Apparel.

Les tendances boursières du jour: Rebond asiastique et futures en hausse

Ce matin (7h30), les marchés boursiers asiatiques rebondissent clairement. Tokyo prend 1%, Hong Kong bondit de 1.7% et Shanghai-Shenzhen de 1.1%. Les investisseurs saluent notamment le vœu des USA et de la Chine d’essayer d’apaiser les tensions commerciales entre les deux pays.

Les contrats à termes (futures) sur les marchés boursiers occidentaux indiquent actuellement une même tendance haussière, lors des premières transactions, en Europe et aux Etats-Unis.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, au niveau économique, on prendra connaissance du chiffre définitif de l’inflation en Allemagne pour le mois d’août, de l’indice INSEE de la production industrielle française en juillet, ainsi que du PIB et du chiffre du commerce extérieur du Royaume-Uni en juillet. Après-midi aux Etats-Unis, on aura essentiellement les prix à la production pour le mois d’août.

Au niveau des résultats de sociétés, pas d’annonce significative à priori ce jour.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.