Possible faillite d’Evergrande, géant immobilier chinois: risque pour les marchés?

A RETENIR:

  • Le fait du jour – Possible faillite d’Evergrande, géant immobilier chinois: risque pour les marchés? Cette société a connu une croissance foudroyante jusqu’en 2018 avant de commencer à décliner. A force d’acquisitions et d’une diversification débridée, elle subit maintenant les effets d’une dette démesurée. Le cours des actions et obligations se sont effondrés, le risque de faillite augmentant sensiblement. Dans ce cadre certains craignent un risque systémique vu l’importance tentaculaire du groupe en Chine. Est-ce possible? Analyse ci-dessous.
  • Nouvelles économiques et financières: Le fameux Livre Beige a été publié hier soir. C’est un document préparatoire à la prochaine réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine des 21 et 22 septembre. Il révèle que "la croissance économique s'est légèrement ralentie pour atteindre un rythme modéré de début juillet à août." Les entreprises restent pour autant optimistes quant aux perspectives à court terme, bien qu'elles se montrent inquiètes quant aux interruptions dans les approvisionnements et aux pénuries de matières premières. Sur le front de l’emploi, la demande de main-d'œuvre a continué de se renforcer. Une poussée des salaires est également observée. L'inflation est stable mais à un rythme élevé, poussée par des pressions sur le prix des intrants, sur fond de pénurie généralisée de matières premières.
  • A propos des marchés boursiers: Hier, à la veille de l’attendue réunion de la Banque Centrale Européenne, les marchés boursiers ont poursuivi et amplifié la glissade entrevue mardi, les investisseurs continuant à prendre quelques bénéfices après les sommets atteints ces derniers jours. Plusieurs recommandations négatives d’analystes ont eu un fort impact négatif sur certaines actions individuelles comme Siemens Energy et Siemens Gamesa en Europe ou Universal Health aux USA. A noter que Morgan Stanley a réduit ses recommandations sur les actions américaines à "sous-pondérer". Côté positif, on a noté la hausse marquée de Perrigo après un rachat et un changement de stratégie quant aux médicaments génériques.
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui: Ce matin (7h30), les marchés boursiers asiatiques sont également en baisse. L'indice des prix à la consommation chinois a ralenti reflétant la faiblesse de la demande intérieure. Par contre l'indice des prix à la production en Chine s'est accélérée en août pour atteindre son plus haut niveau depuis 13 ans. Les contrats à termes (futures) sur les marchés boursiers occidentaux indiquent actuellement que les marchés boursiers poursuivraient leur tendance baissière aujourd’hui, tout du moins à l’ouverture, que ce soit en Europe ou aux USA.
  • Aujourd’hui, au niveau économique, on retiendra après-midi en Europe surtout la conférence de presse de la BCE, clôturant la réunion du Comité de politique monétaire. Auparavant, on aura pris connaissance de la balance commerciale allemande en juillet. Après-midi aux USA, on aura le chiffre des inscriptions au chômage pour la semaine finissant le 4 septembre. Au niveau des résultats de sociétés, on disposera notamment des résultats d’Exmar, de Home Invest Belgium ou encore de Vranken-Pommery.

Le fait du jour – Possible faillite d’Evergrande, géant immobilier chinois: risque pour les marchés?

Depuis son cours historique du 30 octobre 2017, de chutes en soubresauts, le cours d’Evergrande a perdu près de 89%  à ce jour… Qu’est-ce qui explique cette déroute?

Evergrande est un groupe essentiellement immobilier (le 2e plus important en Chine), qui s’est énormément développé ces dernières années, profitant de la frénésie du secteur immobilier.

Sur base du chiffre d’affaires Evergrande est une des plus grands sociétés mondiales, tous secteurs confondus: selon le classement Fortune 500, elle occupe la 122e place mondiale. Elle n’était que 496e en 2016…

Sur le tableau ci-dessous, on voit la très forte croissance du chiffre d’affaires d’Evergrande entre 2015 et 2018, cette croissance ayant ensuite ralenti les 2 dernières années.

Chiffre d'affaire d'Evergrande 2010-2020

2018 a d’ailleurs été une année charnière au niveau de la rentabilité: les bénéfices qui avaient explosé entre 2016 et 2018 ont ensuite sensiblement reculé… Selon les rapports annuels d’Evergrande que nous avons pu consulter (Evergrande Group - Investor Relations - Annual / Interim Reports), nous arrivons aux chiffres suivants:

Rentabilité d'Evergrande 2016-2020

Mais ce qui inquiète surtout les marchés c’est la dette colossale accumulée par Evergrande. Elle est passée de 1.520 milliards de yuans (ou renminbi) en 2017 à 1.970 milliards de yuans au mois d’août dernier. Cela correspond à environ 257,3 milliards d’euros…

Or si on reprend les chiffres de fin 2020, les fonds propres (equity) de la société n’atteignaient que 350 milliards de yuans soit environ 45.9 milliards d’euros, soit seulement 18% de l’endettement à cette date…

Et cet endettement pourrait impacter beaucoup de monde!

Mais d’où vient cet endettement abyssal? Le fondateur d’Evergrande, Hui Ka Yan (qui fut en 2017 la première fortune de Chine avec 42.5 milliards USD…) a construit son empire il y a plus de 2 décennies à coup de lourds emprunts et l’achat tous azimuts de terrains.

Et si l’activité immobilière représente la majeure partie de son business, Evergrande a aussi (sur)multiplié les dernières années les acquisitions et les diversifications. Dans l’automobile, l’eau et l’alimentation (via Evergrande Spring), les parcs de loisirs, le tourisme, l’internet, les assurances ou encore la santé. Evergrande est aussi propriétaire du club de football Guangzhou FC, actuel 2e de la Chinese Super League 2021, pour lequel il a largement délié les cordons de la bourse.

Exemple de la démesure des ambitions d’Evergrande, qui dépensait en plus sans compter, Les Echos a cité hier la division automobile. Hui Ka Yan  s'était récemment mis en tête de se lancer dans les voitures électriques, secteur en pleine ébullition en Chine et fortement valorisé. "Fondée en 2019 avec l'objectif de rivaliser avec l'américain Tesla, Evergrande Auto a été valorisée jusqu'à 120 milliards USD, dépassant amplement les Ford et autres General Motors alors que cette filiale n'a jamais commercialisé un seul véhicule et affichait encore 5 milliards de yuans de pertes au premier semestre!" (Evergrande, le géant chinois de l'immobilier en pleine tempête | Les Echos)

La machine s’est d’autant plus grippée, que fin 2020, augmentant la pression réglementaire sur son économie, la Chine a intensifié aussi cette pression sur les promoteurs immobiliers. Entre autres ont été édictées des nouvelles règles, fixant des limites d’endettement selon différents critères. Celles-ci ont alors empêché Evergrande de contracter de nouveaux emprunts…

Signe que la société inquiète le gouvernement chinois, le groupe Evergrande est qualifié par Pékin de "rhinocéros gris", c'est-à-dire une grosse entreprise à l'endettement alarmant et qui présente un risque financier systémique (Le géant chinois de l'immobilier Evergrande, plombé par ses dettes, dégringole en Bourse (lalibre.be). Il est vrai que la situation d’Evergrande pourrait causer d’immenses dégâts auprès non seulement des prêteurs (surtout des banques chinoises), des millions d’acheteurs (nombre de particuliers ont déjà payé un logement sans encore l’avoir reçu…), mais aussi des milliers de fournisseurs et sous-traitants. Il faut d’ailleurs rappeler qu’Evergrande emploie près de 200.000 personnes et génère environ 3.800.000 emplois en Chine. Fin 2020, le groupe comptait près de 800 projets immobiliers en développement dans plus de 230 villes chinoises.

Solidité d'Evergrande

Vu la situation financière catastrophique de la société, outre les actions, les obligations se sont aussi effondrées. Et cela ne devrait pas s’améliorer après la dégradation récente des notes des agences Moody’s et Fitch.

Cette dernière vient ainsi d’abaisser la note de solidité d’Evergrande de "CCC+" (soit "défaut de paiement possible") à "CC" (soit "défaut de paiement probable")… Bref une faillite ne serait pas loin, d’autant qu’on se demande comme la société pourra faire face à ses prochaines échéances de remboursement d’obligations (voir tableau ci-contre).

Bloomberg a ainsi annoncé hier que la société ne pourra pas honorer les intérêts sur 2 emprunts faits auprès de banques chinoises et normalement dus le 21 septembre prochain.

Mais plusieurs observateurs pensent que la situation n’ira pas jusqu’à la liquidation de la société. C’est le fameux "Too big too fail". L’expérience internationale a montré dans le passé que "laisser tomber" une société très importante pour le tissu économique et/ou un secteur vital, avec le risque de contagion que cela engendre, provoque ensuite un séisme difficilement maîtrisable. On se souvient de l’épisode Lehman Brothers dans le système financier mondial en 2008…

D’aucuns évoquent alors un autre cas chinois, celui d’Anbang qui fut un moment le numéro 3 de l’assurance en Chine. Ce groupe s’était aussi développé de manière exponentielle (à force de nombreuses acquisitions, passant d’un petit assureur automobile à un des plus puissants groupes chinois) avant de connaître de très graves ennuis financiers. Vu la situation, Anbang a été reprise en main, en février 2018, par les autorités chinoises (via le régulateur chinois du secteur). Des rumeurs font donc état également d’une prise de contrôle d’Evergrande par l’Etat Chinois.

La crise vécue par Evergrande pourrait donc ne pas être aussi contagieuse que redoutée par certains car le gouvernement chinois craint comme la peste le risque systémique qui pourrait voir les difficultés du groupe immobilier se propager au reste de son économie. Cela risquerait alors de menacer la stabilité financière du pays et créer des troubles parmi la population…

Toutefois on a vu ces derniers mois qu’en Chine, les décisions du gouvernement peuvent être difficilement prévisibles – en tout cas selon notre vision occidentale – donc on ne peut objectivement préjuger de rien quant à l’avenir d’Evergrande et des risques qu’elle fait encourir à l’économie chinoise et à l’ensemble des marchés financiers…

Evolution cours de l'action Evergrande

Nouvelles économiques et financières: le Livre Beige US a livré ses conclusions

Le fameux Livre Beige a été publié hier soir. C’est un document préparatoire à la prochaine réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine des 21 et 22 septembre. Il révèle que, selon la FED, "la croissance économique s'est légèrement ralentie pour atteindre un rythme modéré de début juillet à août."

Les entreprises restent pour autant optimistes quant aux perspectives à court terme, bien qu'elles se montrent inquiètes quant aux interruptions dans les approvisionnements et aux pénuries de matières premières.

Sur le front de l’emploi, la demande de main-d'œuvre a continué de se renforcer, mais tous les districts ont noté des pénuries importantes de personnel qui restreignaient les embauches et, dans de nombreux cas, entravaient l'activité commerciale. Le variant Delta a pour effet de repousser le retour au travail de certains chômeurs. Une poussée des salaires est également observée.

L'inflation, elle, est stable mais à un rythme élevé, poussée par des pressions sur le prix des intrants, sur fond de pénurie généralisée de matières premières. Sont notamment citées des hausses de prix sur les métaux, le fret et les matériaux de construction. Les entreprises déclarent ainsi avoir du mal à s’approvisionner dans de bonnes conditions.

Evolution des marchés boursiers: Tout le monde recule!

Tableu des principaux indices boursiers au 09/09/2021

Hier, à la veille de l’attendue réunion de la Banque Centrale Européenne, les marchés boursiers ont poursuivi et amplifié la glissade entrevue mardi, les investisseurs continuant à prendre quelques bénéfices après les sommets atteints ces derniers jours. L’indice Stoxx 600 Europe a ainsi clôturé en baisse de 1.06%.

Un seul secteur a fini en hausse, les services aux collectivités (+0.11%), tous les autres décrochant entre 0.11% (les services de communication) et 2% (l’immobilier).

Dans le secteur industriel en baisse de 1.5%, on a remarqué les chutes de Siemens Gamesa (-8.6%) et Siemens Energy  (-8.1%), les deux reculs les plus importants de l’indice Stoxx 600 Europe soit dit en passant. Les 2 sociétés ont souffert de la baisse de recommandation de JP Morgan. Siemens Gamesa est passée de "surpondérer" à "neutre" chez JPMorgan, car ce courtier estime que le cycle de dégradation des bénéfices du fabricant de turbines éoliennes est plus long. Siemens Energy est rétrogradée à neutre et l’objectif réduit de 30 euros à 29 euros en raison des risques "substantiels" pour les bénéfices à court terme de Gamesa, dans laquelle Siemens Energy détient une participation de 67%.

A noter aussi, dans le secteur automobile, la baisse de 2.8% de Stellantis. Le chinois Dongfeng Motor, un des principaux actionnaires, a vendu 1.15% du capital de Stellantis pour 600 millions d’euros, soit au prix de 16.65 euros par action (décote de 2.6% par rapport au cours de la veille).

Sanofi a abandonné 2.5% après l’annonce du rachat de la société biotech américaine Kadmon pour 1.9 milliard USD.  Au prix offert par Sanofi, soit 9.5 USD par action Kadmon, la prime représente 79% par rapport au cours de mardi soir. Cela s’appelle un "prix irrésistible"…!

Interparfums a par ailleurs cédé 4.6% après des résultats décevants.

Par contre l’action la plus en verve hier a été celle du détaillant anglais d’articles au rabais, B&M European Value Retail qui a bondi de 7% suite à des prévisions bénéficiaires meilleures qu’attendues.

A Wall Street, les marches boursiers ont, comme en Europe, reculé mais dans une moindre mesure. L’indice S&P 500 n’a perdu que 0.13% par rapport à la veille alors que le Nasdaq abandonnait 0.57%.

Dans le contexte baissier, 5 secteurs ont néanmoins réussi à terminer en hausse: les services aux collectivités (+1.79%), la consommation de base (+0.78%), l’immobilier (+0.55%), l’industrie (+0.18%) et la consommation cyclique (+0.16%).

Inversement l’énergie (-1.30%) menait les perdants du jour devant les matériaux (-1.02%), les autres secteurs ne baissant qu’entre 0.08% (soins de santé) et 0.41% (les technologiques).

Côté actions individuelles en baisse, on a surtout remarqué le recul de Universal Health (-4.3%) après que Goldman Sachs ait rétrogradé l'opérateur hospitalier de neutre à vendeur, citant les pressions accrues du marché du travail psychiatrique. L'objectif de cours a été ramené de 155 à 150 dollars, le manque de personnel étant susceptible d'entraîner une baisse des admissions dans les établissements de santé comportementale de l'hôpital. Les salaires du personnel psychiatrique hospitalier ont fortement augmenté (de 9% par an contre une tendance habituelle de 3%) indique l'analyste Jamie Perse en citant les données du BLS. La santé comportementale représentait 45% des ventes de la société en 2020, selon les données de Bloomberg.

Dans le même secteur des soins de santé, Perrigo s’est par contre distinguée en affichant la plus forte hausse du jour (+9%). La société a annoncé qu’elle va racheter HRA Pharma (une société privée française) pour 2,1 milliards de USD en espèces afin d'ajouter des produits d'automédication qui aident les consommateurs à traiter des blessures comme les ampoules et les cicatrices, tout en se retirant de l'industrie des médicaments génériques qui est devenue moins rentable. La transaction devrait ajouter environ 400 millions d'euros (473 millions USD) de ventes nettes et 1 USD de bénéfice ajusté par action aux résultats de Perrigo en 2023, a déclaré la société.

A noter que, globalement, Morgan Stanley a réduit ses recommandations sur les actions américaines à "sous-pondérer" et celles sur les actions mondiales à "neutre", citant des risques surdimensionnés pour la croissance jusqu’en octobre…

Les tendances boursières du jour: tendance aussi baissière en Asie et pour les futures

Ce matin (7h30), les marchés boursiers asiatiques sont également en baisse, Tokyo perdant 0.8%, Hong Kong 1.8% et Shanghai-Shenzhen 0.7%.

L'indice des prix à la consommation chinois a ralenti (+0.8% contre +1% le mois précédent), reflétant la faiblesse de la demande intérieure. Par contre l'indice des prix à la production en Chine s'est accélérée en août pour atteindre son plus haut niveau depuis 13 ans, les prix des produits de base restant élevés malgré la lutte de Pékin pour limiter les hausses. Les prix à la production ont augmenté de 9,5% par rapport à l'année précédente, a déclaré cette nuit le Bureau national des statistiques, plus rapidement que la hausse de 9% enregistrée en juillet.

Les contrats à termes (futures) sur les marchés boursiers occidentaux indiquent actuellement que les marchés boursiers poursuivraient leur tendance baissière aujourd’hui, tout du moins à l’ouverture, que ce soit en Europe ou aux USA.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, au niveau économique, on retiendra après-midi en Europe surtout la conférence de presse de la BCE, clôturant la réunion du Comité de politique monétaire. Auparavant, on aura pris connaissance de la balance commerciale allemande en juillet. Après-midi aux USA, on aura le chiffre des inscriptions au chômage pour la semaine finissant le 4 septembre.

Au niveau des résultats de sociétés, on disposera notamment des résultats d’Exmar, de Home Invest Belgium ou encore de Vranken-Pommery.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.