Le bitcoin, monnaie légale au Salvador: pari audacieux ou catastrophe annoncée?

A RETENIR:

  • Le fait du jour - le bitcoin, monnaie légale au Salvador: pari audacieux ou catastrophe annoncée? Après que l’atypique président Salvadorien a fait voter une «loi bitcoin » en juin, la cryptomonnaie est depuis hier une monnaie officielle qui peut circuler dans le pays, à côté du dollar américain. Première initiative mondiale pour un pays souverain, les levées de bouclier, tant internationales que Salvadoriennes, sont néanmoins nombreuses. Nous expliquons pourquoi ci-dessous.
  • Nouvelles économiques et financières: En Allemagne, selon l’enquête mensuelle de l’institut ZEW, le moral des investisseurs et analystes s’est dégradé plus fortement que prévu en septembre. Par contre en juillet, après 3 mois consécutifs de repli la production industrielle allemande a rebondi plus que prévu, soit une hausse de 1% ;
  • A propos des marchés boursiers: Reculs généralisés mais limités pour la plupart des bourses hier, sauf pour le Nasdaq qui en a profité pour inscrire un nouveau record. En Europe l’important secteur du luxe a néanmoins continué à rebondir. Aux Etats-Unis, séance partagée l’indice S&P finissant en baisse notamment touché par le recul de valeurs industrielles comme Boeing, Deere ou 3M. Par contre le secteur des casinos (consommation cyclique) a à nouveau été favorisé par un relâchement des mesures sanitaires dans la région de Macao. Le Nasdaq a quant a lui profité de l’allant d’actions technologiques comme Apple qui a ainsi atteint un plus haut historique.
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui: Ce matin (7h30), les marchés boursiers asiatiques sont divisés. Si le Japon progresse un peu, les bourses chinoises sont en repli, mais modéré. Les contrats à termes (futures) sur les marchés boursiers occidentaux indiquent actuellement une journée partagée: les bourses européennes pourraient ouvrir légèrement dans le rouge alors que Wall Street commencerait dans le vert.
  • Aujourd’hui, au niveau économique, on retiendra surtout la publication, en début de soirée, du Livre Beige de la FED. Au niveau des résultats de sociétés, on disposera notamment des chiffres d’Interparfums, d’Akka Technologies et d’Oracle. Mais vu les circonstances, on surveillera aussi le communiqué semestriel de Bone Therapeutics…

Le fait du jour - Le bitcoin, monnaie légale au Salvador: pari audacieux ou catastrophe annoncée?

Nous avons plusieurs fois évoqué, ces derniers mois, la thématique des cryptoactifs et du bitcoin en particulier.

Et alors que le bitcoin retrouve des couleurs ces dernières semaines, une nouvelle a interpellé nombre d’investisseurs intéressés par cet actif d’investissement hautement volatil et spéculatif. C’est fait depuis hier: le Salvador, petit pays d’Amérique Centrale, a adopté officiellement le bitcoin comme monnaie légale, à côté du dollar américain la devise officielle depuis 20 ans. A ce titre le Salvador est tout aussi officiellement le 1er pays au monde à passer ce cap. 

Visuel d'illustration

Nous avions évoqué -dans notre chronique du 22 juin dernier (Rebond boursier mais pas du bitcoin qui rechute, la Chine augmentant la pression - Private Banking CBC) - cette adoption malgré les réticences du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale.

Cette dernière avait d’ailleurs très rapidement rejeté la demande salvadorienne d’aider le pays à lancer cette initiative.

Et la décision du Salvador n’a pas fini de faire couler beaucoup d’encre car c’est avant tout et d’abord le choix initial d’un seul homme…

En effet, comme l’a écrit le Courrier International, « L’idée d’une double monnaie est venue du jeune président du pays, Nayib Bukele, 40 ans. Un ex-chef d’entreprise aux méthodes de gouvernement hétérodoxes (NDLR: non conformistes), et dont le parti, Nuevas Ideas (“Nouvelles idées”), avait très largement remporté les législatives de février 2021, avec 56 sièges sur 84 » (L’adoption du bitcoin comme monnaie officielle divise le Salvador (courrierinternational.com)).

Si une loi dite «Bitcoin » - faisant donc de cette cryptomonnaie une devise officielle - a été adoptée le 9 juin, ce n’est concrètement que depuis hier que le bitcoin circule virtuellement au Salvador en parallèle avec l’USD. Si aucun Salvadorien ne sera obligé de l’utiliser, les commerçants par contre devront l’accepter comme moyen de paiement.

Mais une bonne partie de la population du pays rejette (actuellement en tout cas) le bitcoin comme l’a indiqué, dans un sondage, le plus grand quotidien salvadorien, La Prensa Grafica, avec sa Une très évocatrice «Rechazo mayoritario al bitcoin » (Rejet majoritaire du bitcoin), « Le bitcoin ne sera pas accepté par 72,2% de la population »… Une enquête de l’Université d’Amérique Centrale José Simeon Canas va dans le même sens.

Visuel d'illustration

Il faut déjà savoir que 40% de la population du pays vit sous le seuil de pauvreté, que 45% seulement a accès à Internet et que plus de 70% travaille de manière informelle, sans compte en banque et sans sécurité sociale… (Le jour où le Salvador s’est converti au bitcoin (lemonde.fr)).

L’absence de compte en banque pour beaucoup de Salvadoriens est d’ailleurs un argument mis en avant par le président: pour utiliser le bitcoin, il ne faut « qu’un simple portefeuille digital ».

Autre argument donné en faveur du bitcoin est le fait que la  population du pays est fort active dans les transferts d’argent de l’étranger.

Rien que l'année dernière, les envois de fonds vers le Salvador ont représenté près de 6 milliards USD, soit 23% de son produit intérieur brut, l'un des ratios les plus élevés au monde.

Or ces transferts ne sont pas toujours simples et souvent coûteux, même si la commission d’envoi de fonds en USD serait déjà une des plus basses au monde (2.85% en moyenne)…

Par contre transférer des montants en bitcoins est simple, rapide, en principe moins onéreux et ça peut se faire 24 h sur 24, 7 jours sur 7… Pourtant certains doutent déjà de ce dernier avantage. Ainsi l’Université John Hopkins (Etats-Unis) a publié une étude indiquant que ces économies – lors des transferts de fonds d’expatriés vers le Salvador – ne seront peut-être pas effectives (Bukeles-Bitcoin-Blunder-Final.pdf (jhu.edu).

De plus, reviennent dans les critiques, le peu de « culture bitcoin » au sein de la population: manque d’informations fiables, méconnaissance du fonctionnement et de l’utilisation des cryptoactifs, ignorance des risques d’arnaques et de vols de cryptomonnaies,…

Mais tant pour les grandes organisations internationales (FMI, Banque Mondiale,…) que pour nombre d’économistes, le danger principal de l’adoption du bitcoin comme monnaie officielle, réside dans le danger couru par l’économie du pays lui-même.

Ainsi selon le FMI, « Habituellement, lorsqu'un pays adopte une devise étrangère, il 'importe' la crédibilité de la politique monétaire étrangère et espère aligner son économie - et ses taux d'intérêt - sur le cycle économique étranger. Ni l'un ni l'autre n'est possible avec une adoption généralisée des cryptoactifs. En conséquence, les prix intérieurs pourraient devenir très instables. » (Le Salvador face au crash-test du bitcoin | Les Echos). La problématique du blanchiment d’argent – souvent évoqué dans la circulation des cryptomonnaies – revient aussi au premier plan, d’autant plus si le bitcoin devait circuler de manière généralisée dans le pays. Et si le blanchiment gangrène le pays, cela risque de rendre le système financier et fiscal du pays délicat, mettant à mal les relations avec d’autres pays et organismes bancaires.

Comme l’a souligné le journal Le Monde, « Dans ce petit pays d’Amérique centrale de 6,5 millions d’habitants, commentateurs, analystes, économistes ont tenté pendant 2 semaines (après l’adoption de la « loi bitcoin »), faute d’explications officielles, de décrypter le texte: quel impact pour l’économie? Sur l’inflation? Le fonds de 150 millions USD (126 millions d’euros) annoncé pour compenser l’extrême volatilité du bitcoin sera-t-il suffisant? Qui garantira que sa valeur ne s’écrasera pas un jour, alors qu’elle a été divisée quasiment par deux en deux mois et demi, passant de 65 000 dollars à la mi-avril à 33 000 le 1er juillet? ».

Concrètement notamment, comment sera gérée la balance entre recettes et dépenses du Salvador si, par exemple, la population paie ses taxes en bitcoins alors que les dépenses du pays doivent être acquittées en USD? Comment gérer des variations de taux de change délicates pour le pays mais aussi pour la population?

De plus, dans nos contrées, les investisseurs en cryptomonnaies – fonds et particuliers – n’investissent généralement qu’une partie de leurs avoirs dans ces actifs spéculatifs. Et si alors nombre d’investisseurs classiques en bitcoins dans les pays occidentaux peuvent supporter la volatilité voire un krach du bitcoin (comme celui-ci en a déjà connu plusieurs d’envergure) qu’en serait-il au Salvador pour une partie pauvre et importante de la population qui verrait sa maigre richesse en cryptomonnaie brusquement s’effondrer?

D’ailleurs selon l’UCA (Université CentrAméricaine), « 65,2% de la population n'est pas intéressée par le téléchargement du porte-monnaie électronique "Chivo" ("Super", en langage familier) nécessaire pour effectuer des transactions de la vie quotidienne en bitcoins, malgré les 30 dollars de bienvenue offerts par le gouvernement » (Le bitcoin monnaie légale au Salvador en dépit des critiques - rts.ch - Economie

Mais pour l’instant le président Bukele tient bon avec son projet. D’autant plus que secrètement, il semble que le président Salvadorien espère aussi attirer certaines fermes de minage (créatrices de bitcoins, devenues indésirables en Chine notamment) voire séduire des start-up technologiques et des capitaux sensibles au « Paradis du bitcoin »…

Et lundi, pour bien marquer son engagement officiel vis-à-vis de la « reine des cryptos », le Salvador a acheté officiellement ses 400 premiers bitcoins, ce qui a fait grimper temporairement le prix du bitcoin de 1,49%, à plus de 52.680 USD. Mais hier, le bitcoin a violemment rechuté, perdant un moment 17% avant de se reprendre un peu et clôturer la journée avec une baisse de « seulement » 10%...

Le bitcoin a donc, pour sa première journée officielle au Salvador, montré une fois de plus son extrême imprévisibilité et sa vulnérabilité en tant que « monnaie ». Le choix du président Salvadorien est-il donc un pari audacieux ou une catastrophe annoncée pour son pays?...

Graphique représentant l'évolution du Bitcoin en 2021

Nouvelles économiques et financières: en Allemagne, 2 statistiques en sens divers

En Allemagne, selon l’enquête mensuelle de l’institut ZEW, le moral des investisseurs et analystes s’est dégradé plus fortement que prévu en septembre, soit à 26.5 points (contre une anticipation de 30 selon un sondage Reuters) contre 40.4 points en août. « La pénurie mondiale de semi-conducteurs qui affecte l'automobile et le manque de matériaux dans la construction ont entrainé une révision à la baisse significative des prévisions de résultats pour ces deux secteurs', explique l'institut dans un communiqué.

Par contre en juillet, après 3 mois consécutifs de repli la production industrielle allemande a rebondi plus que prévu, soit une hausse de 1% (les économistes interrogés par Reuters prévoyaient +0.9%) contre une baisse de 1.3% en juin.

Evolution des marchés boursiers: reculs généralisés sauf pour le Nasdaq!

Tableu des principaux indices boursiers au 08/09/2021

Comme souvent à l’approche d’échéances économiques et/ou monétaires importantes, les investisseurs sont prudents voire un peu frileux. Et à 2 jours d’une nouvelle réunion de la Banque Centrale Européenne (BCE) ça a été à nouveau le cas… En matière de taux, on ne s’attend à aucune surprise, ils devraient rester inchangés, donc bas. Par contre, il y a une certaine incertitude, comme aux Etats-Unis d’ailleurs, concernant le moment que choisira la BCE pour ralentir ses achats d’actifs dans le cadre du Programme d’achats d’urgence en période de pandémie (ou PEPP pour « Pandemic Emergency Purchase Programme »).

L’indice Stoxx 600 Europe a donc fini la séance de mardi légèrement dans le rouge (-0.49%). Dans ce contexte un peu morose, seuls 2 secteurs ont surnagé, la consommation cyclique ou discrétionnaire (+0.39%) et l’énergie (+0.09%).

Concernant la consommation cyclique, on a surtout remarqué la bonne tenue des actions du luxe, certaines comme Richemont, Pandora ou Swatch progressant même de 2.5 à 3%. Le segment du luxe continue de se redresser après avoir corrigé, il y a quelques jours suite aux inquiétudes chinoises (le gouvernement souhaitant une répartition plus harmonieuse de la richesse dans sa population). Dans le même secteur de la consommation cyclique, belle progression aussi des grands magasins Marks & Spencer, boostés par une recommandation positive d’UBS.

Parmi la majorité de secteurs en baisse, les pertes ont varié entre 0.17% pour les services de communication et 0.97% pour les soins de santé. A noter que dans le secteur des communications, l’action hollandaise KPN a néanmoins affiché une hausse de 4.1% (la plus importante de l’indice Stoxx 600 soit dit en passant!). Ce gain est lié à l’annonce que Deutsche Telekom a accepté de vendre son unité néerlandaise T-Mobile à Warburg Pincus et Apax Partners pour 5,1 milliards d'euros. Les actions KPN ont profité indirectement de cette nouvelle grâce au soulagement suscité par le fait que l'entreprise n'a pas été rachetée par la société indienne Reliance. En effet KPN a récemment fait l'objet de pressions en raison des spéculations selon lesquelles Reliance pouvait envisager une offre sur T-Mobile Netherlands, ce qui avait suscité des inquiétudes quant à la concurrence sur le marché néerlandais…

A noter aussi le bond de 4.1% d’Aperam après que la société a relevé ses prévisions bénéficiaires pour les prochaines années.

Hors des grands indices, signalons aussi le rebond de 20% de l’action de la biotech belge Bone Therapeutics – qui s’était effondrée de près de 48% entre le 27 août et le 6 septembre - suite à un nouvel intérêt de sa consœur française Hybrigenics.

A Wall Street, qui réouvrait après le congé de lundi, la clôture a été variable hier. Si l’indice S&P 500 a, comme en Europe, un peu corrigé (-0.34%), l’indice Nasdaq a par contre légèrement progressé (+0.07%) et inscrit un nouveau record historique dans la foulée à 15.374,33 points!

3 secteurs seulement ont terminé positivement hier: les services de communication (+0.45%), la consommation cyclique (+0.36%) et les technologiques (+0.03%), mais ce sont 3 poids lourds de la cote représentant près de 51% du S&P 500… Individuellement, les actions du segment des casinos, faisant partie de la consommation cyclique, ont trusté hier les principales hausses de l’indice S&P 500. Wynn Resorts, La Vegas Sands ou Penn National Gaming bondissant ainsi de 4 à 5.6% grâce à une mise à jour positive sur les voyages à Hong Kong et à un rebond du revenu brut des jeux de Macao pour la semaine du 1er au 5 septembre. Dans le secteur technologique, notons le nouveau plus haut historique d’Apple, 1ère société cotée mondiale, à 156,69 USD (+1.6%). La société a annoncé un « événement spécial » le 14 septembre, certains spéculant sur la présentation du nouvel iPhone 14.

Du côté des secteurs en perte hier, 4 parmi ceux-ci ont corrigé de plus d’un pourcent: les industrielles (-1.8%), les services aux collectivités (-1.4%), l’immobilier et la consommation de base (perdant chacun 1.1%).

Au sein du secteur industriel, les principales déconvenues du jour ont été celles de 3M et Deere (-4.5% chacune) mais le marché s’est surtout focalisé sur la baisse de 1.8% de Boeing. La société a été impactée par 2 mauvaises nouvelles. D’abord le Wall Street Journal a indiqué que la livraison des nouveaux exemplaires du 787 Dreamliner, suspendue depuis le mois de mai, ne pourrait pas reprendre avant au moins fin octobre. Ensuite, Ryanair a indiqué lundi avoir mis fin aux discussions avec Boeing pour l’achat de 737 Max 10, en raison d’un désaccord sur les prix. Cette commande importante aurait représenté des dizaines de milliards USD…

Les tendances boursières du jour: le Japon monte, la Chine baisse, les futures sont partagés

Ce matin (7h30), les marchés boursiers asiatiques sont divisés. Si le Japon progresse un peu (+0.6%), les bourses chinoises sont en repli, mais modéré: - 0.2% pour Hong Kong et -0.6% pour Shanghai-Shenzhen.

Les contrats à termes (futures) sur les marchés boursiers occidentaux indiquent actuellement une journée partagée: les bourses européennes pourraient ouvrir légèrement dans le rouge alors que Wall Street commencerait dans le vert.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, au niveau économique, on retiendra surtout la publication, en début de soirée, du Livre Beige de la FED. Rappelons que celui-ci est un rapport écrit de la Réserve fédérale qui « résume ses commentaires des conditions économiques actuelles des Réserves fédérales de District ». Cet exposé est publié huit fois par an.

Au niveau des résultats de sociétés, on disposera notamment des chiffres d’Interparfums, d’Akka Technologies et d’Oracle. Mais vu les circonstances, on surveillera aussi le communiqué semestriel de Bone Therapeutics…

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.