Les résultats de sociétés expliquent beaucoup l’excellent cru boursier 2021

A RETENIR:

  • Le fait du jour: Les résultats de sociétés expliquent beaucoup l’excellent cru boursier 2021. Ces derniers mois les indices des bourses occidentales ont battu de nombreux records et sont actuellement à un sommet historique. Les résultats du 2ème trimestre 2021, après ceux du 1er, sont largement meilleurs qu’attendus, tant aux USA qu’en Europe. Si la croissance spectaculaire de ceux-ci devrait logiquement ralentir ensuite, les chiffres du 3ème et 4ème trimestre 2021 devraient être néanmoins aussi d’excellente facture, laissant entrevoir encore un certain potentiel boursier, quoiqu’évidemment limité par rapport aux 8 premiers mois de l’année.
  • Nouvelles économiques et financières: Aux États-Unis, le déficit commercial en juillet a diminué plus qu’anticipé, soit 70.1 milliards USD (-4.3%) alors que les économistes prévoyaient plutôt 74 milliards USD. En ce qui concerne les inscriptions au chômage, durant la semaine se terminant le 28 août, elles ont reculé de 14.000 unités (à 340.000 personnes contre une prévision à 345.000) ce qui est le plus faible niveau depuis le début de la pandémie en mars 2020. Cela confirme la reprise de l’économie américaine.
  • À propos des marchés boursiers: Hier les marchés boursiers américains ont enregistré de nouveaux records historiques alors que l’Europe échouait de peu à faire de même. Mais les écarts ont été limités. Cette sorte d’attentisme boursier trouve son origine dans les chiffres de l’emploi aux États-Unis, publiés demain après-midi, et que les observateurs considèrent comme un jalon important dans la future politique monétaire de la FED. Toutefois le secteur de l’énergie a sensiblement rebondi des 2 cotés de l’Atlantique porté par la forte remontée des prix du pétrole. Quelques actions individuelles, dans différents secteurs, ont connu des écarts très importants que nous expliquons ci-dessous.
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui: Ce matin (7h30), en Asie, Tokyo rebondit assez fortement en raison apparemment de signes indiquant que le Premier ministre Yoshihide Suga envisage de démissionner après la chute de sa cote de popularité. En Chine par contre, les bourses de Hong-Kong et Shanghai-Shenzhen sont en baisse, toujours influencées par le tour de vis régulatoire des autorités de Pékin. Par ailleurs le Président Chinois Xi Jinping a annoncé le lancement d’un nouveau marché boursier à Pékin, pour les PME, en vue d’inciter les entreprises chinoises à se faire coter en Chine plutôt qu’à l’étranger… Les contrats à termes (futures) sur les bourses occidentales sont actuellement partagés: l’Europe pourrait ouvrir en légère baisse alors que Wall Street continuerait sur sa lance positive d’hier.
  • Aujourd’hui, plusieurs statistiques économiques vont rythmer la journée sur les marchés. Pour plusieurs pays (France, Allemagne, Royaume-Uni,…) on disposera des indices PMI des services IHS Mar kit définitifs pour le mois d’août et, de manière consolidée, ceux de la zone euro. Pour cette même zone euro, on aura le chiffre des ventes au détail en juillet. Mais évidemment les regards seront surtout tournés vers les USA et les statistiques de créations d’emploi, du taux de chômage et des salaires pour le mois d’août. Enfin on connaîtra aussi le chiffre de l’indice ISM des services pour le mois d’août. Au niveau des résultats de sociétés pas de chiffres vraiment marquants à signaler ce jour.

Le fait du jour: Les résultats de sociétés expliquent beaucoup l’excellent cru boursier 2021

Jusqu’à présent 2021 est un très bon cru pour les marchés boursiers occidentaux, les États-Unis et l’Europe sont à des sommets historiques en ayant battu plusieurs fois des records cette année.

Evolution S&P 500, Nasdaq et Stoxx 600 Europe

Si la reprise économique d’une part, et le maintien des taux bax d’autre part forment un contexte favorable aux actions, les résultats trimestriels ces derniers mois ont donné un coup de fouet aux marchés boursiers. Ceux-ci ont été, en effet, exceptionnellement bons et ont souvent donné lieu à des révisions haussières de la part des sociétés pour les mois à venir.

Mais qu’en est-il concrètement dans les chiffres? On peut distinguer les statistiques selon qu’on examine les résultats des sociétés faisant partie du S&P 500 américain (qui comporte en réalité 505 actions) ou du Stoxx 600 européen (qui comporte en fait 601 actions…).

En ce qui concerne l’indice américain, selon Refinitiv sur les 489 sociétés de l'indice S&P 500 qui ont publié leurs bénéfices à ce jour pour le 2e trimestre (This Week in Earnings 21Q2 | Aug. 27 | Lipper Alpha Insight | Refintiv (refinitiv.com):

  • 87,7% ont déclaré des bénéfices supérieurs aux estimations des analystes. Ce chiffre est à comparer à une moyenne à long terme de 65,6% et à une moyenne pour les quatre trimestres précédents de 83,4%. Cette semaine 9 sociétés auront encore publié leurs chiffres.
  • Les résultats du 2ème trimestre ont quasiment doublé, soit + 95,4% en glissement annuel, ce qui s’explique évidemment notamment par la faiblesse de ceux-ci durant les premiers mois de la pandémie en 2020. Si l'on exclut le secteur de l'énergie, l'estimation des bénéfices en glissement annuel est de 79,9%.
  • En montants absolus, on s’attend pour le S&P 500 à des bénéfices pondérés par action de 444,1 milliards de USD au 2ème trimestre 2021, contre 227,3 milliards USD pour la même période en 2020.
  • Au niveau sectoriel, comme on le voit sur le tableau ci-dessous, 3 secteurs ont particulièrement impressionné avec environ 95% des sociétés de ces secteurs dépassant les attentes des analystes: les financières, les technologiques et les services de communication.
  • Inversement 2 secteurs ont vu plus de 20% des sociétés publier des résultats en deçà des attentes: les matériaux et les services aux collectivités (utilities).
Croissance des résultats du 2ème trimestre 2021 des societes du s&p 500
  • Assez logiquement, le tableau ci-dessous montre que ce sont les secteurs à connotation plus cyclique qui ont opéré le redressement le plus important des résultats à un an d’intervalle, leur croissance étant largement supérieure aux secteurs plus défensifs. C’est le secteur de l’énergie américain (pétrolier essentiellement) qui a montré le retournement le plus spectaculaire passant d’une perte de 10.9 milliards USD au 2ème trimestre 2020 à un bénéfice de 15.7 milliards USD durant la même période en 2021 (+244.4%). Les matériaux ont vu leurs bénéfices bondir de 139.2%, les financières (surtout les banques) de 156.7%, la consommation cyclique (surtout le segment des loisirs et des restaurants) de 364.8% et les industrielles de 678.6%.
Résultats des sociétés du S&P 500: comparaison 2eme trimestre 2020 et 2021

Mais quels sont les prévisions actuelles des analystes pour le 3ème trimestre?

Sans surprise, après les énormes taux de croissance des bénéfices aux 1er et 2ème trimestre 2021, la croissance va ralentir au 3ème trimestre mais en restant néanmoins importante. Le détail des prévisions se trouve dans le tableau ci-dessous.

Les informations les plus intéressantes qui en découlent sont les suivantes:

  • Le taux de croissance des bénéfices du S&P 500 pour le troisième trimestre est estimé à 29,8%. Si l'on exclut le secteur de l'énergie, le taux de croissance tombe à 23,2%. Les bénéfices pondérés par action devraient atteindre 414,2 milliards de USD au 3e trimestre, contre 319,1 milliards USD pour le 3e trimestre 2020.
  • Le secteur de l'énergie aurait le taux de croissance des bénéfices le plus élevé (1.417,2%) de tous les secteurs. Il devrait gagner 19,3 milliards USD au troisième trimestre, contre 1,5 milliard USD seulement un an plus tôt.
  • Le secteur des matériaux présente le deuxième taux de croissance des bénéfices le plus élevé (94,4%) de tous les secteurs. Il devrait gagner 15,7 milliards USD au 3e trimestre de l'année, contre 8,1 milliards USD au troisième trimestre de l'année précédente. À noter que les sous-industries des engrais et des produits chimiques agricoles (1.062,4%) et de l'acier (880,2%) affichent la plus forte croissance des bénéfices du secteur.  Si l'on retire ces sous-industries, le taux de croissance tombe à 64,3%.
  • Le secteur des services publics affiche le taux de croissance des bénéfices le plus faible (0,2%) de tous les secteurs. Il devrait gagner 14,5 milliards USD au 3e trimestre, quasiment le même montant qu’il y a un an. Deux des cinq sous-industries du secteur devraient voir leurs bénéfices diminuer par rapport à l'année dernière. Les sous-industries des services de gaz (-35,0%) et des services publics multiples (-4,9%) affichent la plus faible croissance des bénéfices du secteur.  Si l'on retire ces sous-industries, le taux de croissance passe à 2,3%.
Prévisions beneficiaires des analystes pour les sociétés du S&P500 pour le 3ème trimèstre 2020

Et qu’en est-il en Europe? Il y a moins de données qu’aux États-Unis, mais le constat général est identique quoique plus nuancé qu’outre-Atlantique (STOXX 600 Earnings Outlook | August 31 | Lipper Alpha Insight | Refintiv (refinitiv.com)

Selon Refinitiv, fin août 2021, un peu plus de la moitié des sociétés de l’indice Stoxx 600 Europe ont publié leurs résultats pour le 2e trimestre 2021 (voir le tableau ci-dessous):

  • Parmi elles, 63,9% ont déclaré des résultats supérieurs aux estimations des analystes. Au cours d'un trimestre type, 51% d'entre elles dépassent les estimations des analystes en matière de bénéfices par action. Les sociétés financières et celles du secteur des soins de santé ont affiché le plus haut score de résultats supérieurs aux attentes (respectivement 80% et 76%). La consommation non cyclique (ou de base) a été le secteur le plus décevant: seulement 38% des sociétés ont surpris positivement…
  • 320 sociétés de l'indice STOXX 600 ont publié leurs revenus (chiffre d’affaires) à ce jour pour le 2e trimestre 2021. Parmi elles, 70,9% ont déclaré des revenus supérieurs aux estimations des analystes. Au cours d'un trimestre normal, 56% ont dépassé les estimations des analystes. 
  • Les bénéfices du 2e trimestre 2021 devraient augmenter de 152,4% par rapport au 2e trimestre 2020. Si l'on exclut le secteur de l'énergie, les bénéfices devraient augmenter de 109,5%.
  • Le chiffre d'affaires du 2e trimestre devrait augmenter de 25,1% par rapport au 2e trimestre 2020. En excluant le secteur de l'énergie, les revenus devraient augmenter de 21,2%.
Croissance des résultats du 2ème trimestre 2021 des sociétés du stoxx 600 par rapport aux prévisions
  • Comme aux USA, ce sont les secteurs de l’énergie et des industrielles qui affichent le plus fort taux de croissance des bénéfices au 2ème trimestre 2021 à un an d’intervalle. De manière générale, constat aussi identique avec les États-Unis: ce sont les secteurs typiquement cycliques (matériaux de base, consommation cyclique, énergie, financières et industrielles) qui affichent les taux de croissance les plus importants.
Stoxx 600: croissance des benefices au 2ème trimestre 2021 par rapport à 2020

Et pour la suite? Comme on le voit ci-dessous, le redressement spectaculaire des résultats européens durant les 2 premiers trimestres 2021 vont être suivis de taux de croissance plus faibles, quoique toujours importants pour le reste de l’année: +43.2% pour le 3ème trimestre et +34.6% pour le 4e trimestre 2021. Par contre les premières prévisions pour 2022 sont actuellement très prudentes.

Sur l’ensemble de l’année 2021, la croissance bénéficiaire des sociétés de l’indice Stoxx 600 devrait atteindre 56% soit un total d’environ 600 milliards d’euros, dont près de 25% provenant du seul secteur financier.

Vu l’énorme progression des résultats des sociétés aux 1er et 2e trimestre 2021 et la décélération logique de cette croissance pour les trimestres à venir, on peut s’attendre tout aussi logiquement aussi à une moindre progression des indices boursiers durant les mois à venir.

Rappelons néanmoins ce que nous écrivions dans cette même chronique le 18 août dernier:

“ Selon la récente enquête mensuelle de Bank of America (BofA) auprès gestionnaires de fonds européens, 88% d’entre eux estiment que les actions européennes n’ont plus qu’un potentiel de hausse à 1 chiffre d’ici la fin d’année. Est-ce surprenant? Non… Dans cette même chronique, le 11 août dernier, nous citions une autre banque américaine, Goldman Sachs: "Les actions européennes sont en forte hausse cette année, dans la foulée des actions américaines et faisant mieux que d'autres régions. Mais si la performance a été forte, la valorisation de façon globale a reculé alors que les révisions de bénéfice par action ont été les plus fortes en 20 ans"Goldman Sachs a d’ailleurs relevé son objectif à 12 mois sur l'indice Eurostoxx 600 à 520 points contre 480 points auparavant, disant voir un potentiel de rattrapage sur les valeurs bancaires, de l'énergie et des ressources de base. Les 2 études vont donc dans le même sens…

Actuellement l’indice Stoxx 600 Europe est à 475 points. 

Nouvelles économiques et financières: bonnes statistiques américaines

Aux États-Unis, le déficit commercial en juillet a diminué plus qu’anticipé, soit 70.1 milliards USD (-4.3%) alors que les économistes prévoyaient plutôt 74 milliards USD. L’explication vient d’une demande intérieure plus faible qu’attendue à cause du variant delta. Les importations ont donc été presque stables (282,9 milliards USD) alors que les exportations progressaient de 1.3% à 212,8 milliards USD.

En ce qui concerne les inscriptions au chômage, durant la semaine se terminant le 28 août, elles ont reculé de 14.000 unités (à 340.000 personnes contre une prévision à 345.000) ce qui est le plus faible niveau depuis le début de la pandémie en mars 2020. Cela confirme la reprise de l’économie américaine.

Evolution des marchés boursiers: Encore des records à Wall Street

Principaux indices boursiers au 03/09/2021

Il s’en est fallu de peu mais l’indice Stoxx 600 Europe a échoué au pied du record historique enregistré le 13 août dernier (475.83 points). Mais en finissant à 474.60 points il a néanmoins enregistré un gain de 0.31% par rapport à mercredi.

Cette sorte d’attentisme boursier trouve son origine dans les chiffres de l’emploi aux États-Unis, publiés demain après-midi, et que les observateurs considèrent comme un jalon important dans la future politique monétaire de la FED.

L’immobilier (-0.71%) a précédé le petit groupe des secteurs en recul hier (consommation de base, services aux collectivités et services de communication) limitant leurs pertes entre 0.12 et 0.34%.

L’énergie (+1.78%), pétrolières en tête, a repris du poil de la bête alors que les prix du pétrole sont repartis à la hausse, le prix du baril de Brent frôlant à nouveau les 73 USD. Les autres secteurs en progression affichant des gains entre 0.11 et 0.66%.

Si le secteur des soins de santé a progressé de 0.60%, un de ses membres, la société biotech suédoise Swedish Orphan Biovitrum a fait beaucoup mieux en bondissant de 25.77%! Les groupes Advent et GIC ont convenu d'acheter la société de biotechnologie pour 69 milliards de couronnes suédoises (8 milliards USD environ). Les actions ont pourtant clôturé à 241.1 SEK soit au-dessus du prix de l'offre de 235 SEK/action, les analystes ayant émis des commentaires peu enthousiastes. Certains pensent donc qu’il pourrait y avoir contre-offre à un prix supérieur…

A noter aussi le saut de 11.5% de CD Projekt, éditeur polonais de jeux vidéo, après avoir publié un bénéfice semestriel en baisse mais bien supérieur aux attentes grâce à son jeu fétiche” Cyberpunk 2077” mais aussi à” The Witcher 3: Wild Hunt”.

Du côté des plus fortes baisses du jour au sein de l’indice Stoxx 600, IG Groupe Holding a chuté de plus de 11% dans la foulée de l’effondrement de CMC Markets (non repris dans l’indice) soit -28%, après l’annonce de très mauvais résultats. Les deux sociétés sont des courtiers en ligne spécialisés dans les CFD, des produits dérivés risqués à destination des particuliers. Certains observateurs y voient le signe d’un essoufflement du trading spéculatif cher à certains boursicoteurs amateurs et qui avait explosé ces derniers mois, particulièrement depuis le début de la pandémie.

A Wall Street rien de neuf? Oui et non! De nouveaux records ont été battu, la nouveauté dans la continuité! L’indice S&P 500 a atteint 4.536,95 points (+0.28%) et l’indice Nasdaq 15.331 points (+0.14%). Ces 2 nouveaux records historiques portent le gain 2021 des deux indices à 20.8% (24.2% en euros) pour le S&P 500 et 18.9% (22.3% en euros) pour le Nasdaq.

Portées par le rebond des prix  du pétrole, les actions américaines du secteur de l’énergie ont rebondi de 2.53%. Parmi les majors pétroliers, Exxon et Chevron ont chacune progressé de plus de 2% ; mais des écarts plus significatifs ont été noté par des sociétés de moindre envergure comme Occidental Petroleum (+6%), ConocoPhillips (+3.4%) ou Cabot Oil & Gas (+6.7%).

Derrière l’énergie, le secteur des soins de santé et les industrielles ont augmenté d’un peu plus d’un pourcent. Parmi ces dernières on aura remarqué le bond de Quanta Services (+12.1%), spécialisée dans les infrastructures, après l’annonce qu’elle allait acquérir pour 2.4 milliards USD, Blattner Holding Company, un fournisseur de solutions d’énergie renouvelable.

5 autres secteurs ont terminé dans le vert, les gains se situant entre 0.28% (financières) et 0.81% (services aux collectivités).

Seuls 2 secteurs ont baissé par rapport à mercredi, les services de communication (-0.70%) et les technologiques (-0.05%). Dans ce secteur technologique, Autodesk (édition de logiciels de création et de contenu numérique) s’est distinguée par une chute de 5.2% après l’organisation de sa journée des investisseurs, au cours de laquelle celle-ci a présenté ses objectifs financiers et déclaré qu'elle prévoyait une baisse du flux de trésorerie disponible au cours de l'exercice 2024, ce qui a déçu les analystes présents.

Les tendances boursières du jour: marchés asiatiques et futures partagés

Ce matin (7h30), en Asie, Tokyo rebondit assez fortement (+2%) en raison apparemment de signes indiquant que le Premier ministre Yoshihide Suga envisage de démissionner après la chute de sa cote de popularité. En Chine par contre, les bourses de Hong-Kong et Shanghai-Shenzhen sont en baisse de respectivement 0.7 et 0.4%, toujours influencées par le tour de vis régulatoire des autorités de Pékin.

Par ailleurs le Président Chinois Xi Jinping a annoncé le lancement d’un nouveau marché boursier à Pékin, pour les PME, en vue d’inciter les entreprises chinoises à se faire coter en Chine plutôt qu’à l’étranger…

Les contrats à termes (futures) sur les bourses occidentales sont actuellement partagés: l’Europe pourrait ouvrir en légère baisse alors que Wall Street continuerait sur sa lance positive d’hier. 

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, plusieurs statistiques économiques vont rythmer la journée sur les marchés. Pour plusieurs pays (France, Allemagne, Royaume-Uni,…) on disposera des indices PMI des services IHS Markit définitifs pour le mois d’août et, de manière consolidée, ceux de la zone euro. Pour cette même zone euro, on aura le chiffre des ventes au détail en juillet.

Mais évidemment les regards seront surtout tournés vers les USA et les statistiques de créations d’emploi, du taux de chômage et des salaires pour le mois d’août. Enfin on connaîtra aussi le chiffre de l’indice ISM des services pour le mois d’août.

Au niveau des résultats de sociétés pas de chiffres vraiment marquants à signaler ce jour.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.