La crise est finie, fort rebond des dividendes à partir du 2e trimestre 2021!

A RETENIR:

  • Le fait du jour : La crise est finie, fort rebond des dividendes à partir du 2e trimestre 2021! Nous avons passé en revue le rapport récent de Janus Henderson faisant état d’une reprise des dividendes plus forte que prévue, matérialisée au 2e trimestre 2021. Conclusions et tableaux récapitulatifs ci-dessous.
  • Nouvelles économiques et financières: En Allemagne, la croissance de l’économie a été plus forte que prévue au 2e trimestre. Et aux Etats-Unis les ventes de maisons neuves ont augmenté le mois passé mais de manière modérée (+1%).
  • A propos des marchés boursiers: Si l’Europe boursière a terminé quasiment inchangée, Wall Street a enregistré des nouveaux records historiques (S&P 500 et Nasdaq). Les valeurs défensives ont été plutôt délaissées au profit des secteurs cycliques. Parmi ceux-ci l’énergie s’est à nouveau distingué porté par la poursuite de la hausse des prix pétroliers, notamment impactés par l’incendie d’une plateforme au large du Mexique ayant entraîné la suspension de 125 puits de forage…
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui: Ce matin (7h30), les marchés asiatiques sont proches de l’équilibre après le rebond des derniers jours. Les contrats à termes (futures) sur les bourses occidentales indiquent actuellement aussi des baisses modérées à l’ouverture des marchés européens et américains.
  • Aujourd’hui, sur le plan économique l’Allemagne publiera son indice IFO du climat des affaires en août. Aux USA, on disposera après-midi des statistiques de commandes de biens durables pour le mois de juillet. Au niveau des résultats de sociétés, quelques chiffres à mentionner comme Agfa-Gevaert, IBA, Eiffage en Europe ou encore Salesforce aux Etats-Unis.

Le fait du jour: La crise est finie, fort rebond des dividendes à partir du 2e trimestre 2021!

Récemment nous avons traité des actions à rendement dividendaire important, les SIR belges et les "aristocrates", voire les "rois du dividende" ("SIR", "Rois" et "Aristocrates du dividende": l’élite des actions de rendement - Private Banking CBC).

Mais en sachant, par ailleurs, qu’en 2020 les effets collatéraux de la pandémie ont incité, par prudence,  de nombreuses sociétés  à reporter ou à réduire leurs dividendes.

Dans l’important secteur financier par exemple, tant aux Etats-Unis qu’en Europe, les autorités de contrôle ont même déconseillé aux banques de payer des dividendes ou de racheter leurs propres titres. Et le 15 décembre 2020, la Banque Centrale Européenne (BCE) a d’ailleurs prolongé la mesure vis-à-vis des banques, jusque septembre 2021, en précisant la recommandation: "Étant donné l’incertitude persistante quant aux retombées économiques de la pandémie de coronavirus (COVID-19), la BCE attend que les dividendes et les rachats d’actions restent inférieurs à 15% des bénéfices cumulés des exercices 2019 et 2020 et ne dépassent pas 20 points de base du ratio de fonds propres de base de catégorie 1 (Common Equity Tier 1, CET1), le montant le plus bas devant être retenu." (La BCE demande aux banques de ne pas distribuer de dividendes, ou de les limiter, jusqu’en septembre 2021 (europa.eu).

Mais les choses sont en train de radicalement changer en 2021, à la grande joie des investisseurs soucieux de recevoir un "coupon" de leurs actions, comme en atteste le rapport d’une vingtaine de pages qui vient d’être publié par Janus Henderson et que nous avons consulté (Global dividend index - Janus Henderson Investors). Janus Henderson analyse chaque année les dividendes payés par les 1.200 sociétés mondiales les plus importantes en termes de capitalisation boursière (au 31 décembre de l’année écoulée).

publication indice Janus Henderson Global Dividend

Comme expliqué en avant-propos dans la publication, "L’indice Janus Henderson Global Dividend (JHGDI) est une étude à long terme qui vise à dégager les tendances en matière de dividendes au niveau mondial. Il mesure l’évolution des dividendes versés par les multinationales à leurs investisseurs, en prenant 2009 comme année de référence (valeur de l’indice 100).

L’indice est libellé en dollars US et ventilé par région, industrie et secteur. Ceci permet aux lecteurs de facilement comparer les dividendes de pays tels que les États-Unis, représentant une part importante des dividendes à l’échelle internationale, ainsi que ceux de pays plus petits, tels que les Pays-Bas".

L’indice JHGDI a ainsi atteint 184,7, contre 171,2 à la fin du premier trimestre 2021, soit désormais à seulement 7,0% en dessous de son pic de mars 2020, moment où a éclaté la pandémie mondiale avec les conséquences que l’on connaît pour les marchés financiers et boursiers…

Parmi les conclusions intéressantes qui ont été tirées par les analystes de Janus Henderson nous avons relevé que:

  • Il y a eu une forte reprise des dividendes au 2e trimestre 2021 par rapport au T2 2020, la croissance sous-jacente est ressortie à 26,3%. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène selon le rapport:
    • L’incidence sur les bénéfices des sociétés au cours de la pandémie a été moins importante que prévue, les sociétés s’étant rapidement adaptées pour réduire l’impact de la crise sur leurs activités.
    • Les flux de trésorerie, qui sont nécessaires pour le paiement de dividendes, ont globalement moins diminué que les bénéfices.
    • Les sociétés ont également bénéficié de l’accessibilité des marchés du crédit et des divers programmes de soutien gouvernementaux. Les sociétés ont utilisé leur flexibilité financière pour renforcer leurs bilans par l’intermédiaire de nouveaux emprunts, de nouveaux capitaux propres ou de nouvelles émissions de capital hybride, c.à.d. de convertibles. Cela leur a donné une importante capacité financière en cette période de reprise mondiale.
  • Comme on le voit sur le graphe ci-dessous, entre avril et juin 2021, les dividendes ont atteint 471,7 milliards USD à l’échelle internationale, dynamisés par le retour à la normale des versements de dividendes, la hausse des dividendes extraordinaires et les effets de change positifs. On voit d’ailleurs clairement qu’au 2e trimestre 2021, on est quasiment revenus aux montants payés en 2018 & 2019, le 2e trimestre 2020 ayant été le moins généreux en dividendes sur les 10 dernières années;
evolution des dividendes mondiaux en dollars
  • 84% des sociétés ont augmenté ou maintenu leurs dividendes ;
  • Le deuxième trimestre est la période la plus importante pour les dividendes européens, et la région a vu le montant total de ses dividendes augmenter de 66,4%, soit une hausse de 20,1% en termes sous-jacents…
  •  …mais durant la même période 2020, les dividendes européens avaient chuté de 51.9% alors que par exemple les dividendes versés aux USA étaient quasiment inchangés (+0.1%) par rapport au 2e trimestre 2019! (tableau suivant)
Répartition des dividendes annuels par région

D’un point de vue sectoriel:

  • Les sociétés minières sont en tête du classement (bénéficiant de bénéfices « dopés » par la hausse du prix des matières premières) avec une croissance sous-jacente des dividendes de 69%, ce qui porte les versements à un niveau supérieur à celui enregistré au cours du second trimestre pré-pandémie;
  • Les dividendes industriels, financiers et du secteur de la consommation discrétionnaire ont également été solides. Notons au passage que le secteur financier est classiquement celui qui verse les montants en dividendes de loin les plus importants (109.7 milliards au 2e trimestre 2021), ce qui a même été le cas au 2e trimestre 2020 pourtant en forte baisse;
  • Les dividendes du secteur de l’énergie ont encore chuté cette année, les réductions annoncées en 2020 ayant encore un impact sur la comparaison d’une année sur l’autre;
  • Les secteurs défensifs (santé & pharmacie, communications et médias,…) ont bien résisté en 2020 et ils n’ont logiquement pas enregistré une forte croissance au cours du dernier trimestre.
Répartition des dividents par secteur

En montants absolus, les sociétés internationales (parmi les 1.200 reprises dans l’étude) qui versent les montants dividendaires les plus importants sont les suivantes:

Entreprise versant des dividendes

Quelle sont les CONCLUSIONS du rapport Janus Henderson?

dividendes annuels

La reprise des dividendes est bien plus solide que prévue:

  • Janus Henderson prévoit désormais que les dividendes atteindront 1.390 milliards USD en 2021 ;
  • Ces nouvelles prévisions sont seulement inférieures de 3% au pic enregistré avant la pandémie (2019) ;
  • Le montant total des dividendes devrait désormais augmenter de 10,7% en 2021, ce qui correspond à une croissance sous-jacente de 8,5%.

Il faut enfin souligner que les sociétés débordent également de liquidités. Selon la dernière édition de l’indice Janus Henderson Corporate Debt Index, les sociétés détiennent un montant record de 5.200 milliards USD de liquidités au sein de leurs bilans! La majeure partie de ces liquidités excédentaires sera consacrée aux investissements, aux acquisitions et aux rachats d’actions, mais une partie sera également versée aux actionnaires sous la forme de dividendes.

Nouvelles économiques et financières: des statistiques haussières en Allemagne et aux USA

En Allemagne, la croissance de l’économie a été plus forte que prévue au 2e trimestre, grâce à la consommation privée et aux dépenses publiques. Le PIB allemand a augmenté de 1.6% durant cette période contre une 1ère estimation de 1.5%. Sur un an, le PIB a ainsi crû de 9.8% (contre 9.6% annoncé auparavant).

Aux Etats-Unis, alors qu’on a constaté ces derniers mois une flambée du prix des maisons suite à la pénurie de biens sur le marché, les ventes de maisons neuves ont augmenté le mois passé mais de manière modérée (+1%), soit 708.000 unités (montant corrigé des variations saisonnières) mais plus fortement que les prévisions des économistes (700.000).

Evolution des marchés boursiers: les bourses américaines toujours plus haut

Principaux indices boursiers au 25/08/2021

Hier alors que les premiers échanges sur les marchés boursiers européens avaient commencé dans le vert, la suite de la journée s’est déroulée sur un mode baissier, jusqu’à 15 h environ. Ensuite l’indice Stoxx 600 a entamé sa remontée mais a échoué d’un rien pour terminer en hausse. Il clôture donc en baisse très légère par rapport à lundi (-0.02%).

En fait, la plupart des investisseurs n’ont pas voulu prendre de risques avant le fameux symposium de Jackson Hole ce jeudi. Pour rappel celui-ci est organisé une fois par an par la FED de Kansas City et se concentre sur l’évolution et la tenue des économies mondiales. Vu le contexte résultant de la pandémie, l’édition 2021 sera d’autant plus scrutée par les observateurs quant aux commentaires qui y seront faits…

5 secteurs ont terminé dans le rouge emmenés par les soins de santé (-0.98%), devant l’immobilier (-0.56%) et la consommation de base (-0.47%), donc des secteurs considérés comme défensifs.

Par contre les secteurs les plus recherchés étaient plutôt cycliques, les matériaux (+0.77%) et l’énergie en tête (+0.72%), ce dernier toujours poussé par le redressement spectaculaire, depuis lundi, des prix du pétrole qui ont approché hier les 71 USD le baril en clôture des bourses européennes. Cette remontée est en partie la conséquence de l’incendie dimanche de la plateforme pétrolière KU-Alfa de l’entreprise d’Etat mexicaine Pemex, qui a entraîné la mort de plusieurs personnes et d’énormes dégâts matériels. Si l’incendie a été maitrisé, l’arrêt de la plateforme a provoqué la suspension de 125 puits de forage depuis dimanche…

On a surtout remarqué ce mardi le bon comportement des actions de compagnies aériennes (secteur industriel), emmenées par Easyjet (+4.2%), Lufthansa (+3%) et Ryanair (+2.3%) sur fond d’optimisme de reprise du trafic aérien suite au succès des campagnes de vaccination massive.

Par contre l’action vedette de lundi, Sainsbury a fait l’objet de prises de bénéfices et a perdu 5% des 15% qu’elle avait gagnés lundi suite à des rumeurs d’un possible rachat par un fonds d’investissement.

Hier soir à Wall Street, les indices S&P 500 et Nasdaq ont tous les deux atteint un plus haut historique et progressé de respectivement 0.15 et 0.52%. Le Nasdaq a par ailleurs dépassé la barre des 15.000 points.

Si la pandémie continue à poser question, il semble que le nombre de nouveaux cas de Covid-19 commence à plafonner et alors que les campagnes de vaccination montrent leur efficacité. Cela laisse entendre qu’il pourrait ne pas y a voir une aggravation de la situation sanitaire, et donc que l’économie pourrait poursuivre son rétablissement. Par ailleurs, la tendance des résultats trimestriels est toujours la même, une grande majorité sont meilleurs qu’attendus et beaucoup de sociétés revoient à la hausse leurs prévisions futures.

Parmi les 5 thématiques baissières du jour, on retrouve essentiellement des secteurs défensifs: la consommation de base (-0.76%), l’immobilier (-0.72%), les services aux collectivités (-0.63%) et les soins de santé (-0.34%). Mais les technologiques ont aussi terminé dans le rouge (-0.13%), plusieurs actions importantes (comme Microsoft, Nvidia ou Accenture par exemple) faisant l’objet de légères prises de bénéfices après avoir atteint un plus haut historique lundi.

Du côté des vainqueurs du jours l’énergie (+1.61%) continue de profiter de la remontée des cours des prix du pétrole comme déjà évoqué ci-dessus. Derrière, la consommation cyclique, les financières, les services de communication, les industrielles et les matériaux ont gagné entre 0.40 et 0.76%.

Parmi les actions individuelles dans le rouge, on a surtout noté les baisses d’actions du secteur de la santé, et particulièrement des « actions vaccins » comme Moderna (-4.1%) et Pfizer (-3.1%) en mode prises de bénéfices, après leurs gains récents.

Par contre les principales hausses du jour font essentiellement partie du segment des casinos (Las Vegas Sands, Wynn Resorts, Caesar Entertainment,…) gagnant toutes entre 3.5 et 7.5%. Ces sociétés qui exploitent des casinos à Macao, ont grimpé mardi après que les autorités de la région administrative spéciale ont annoncé un assouplissement des politiques de test Covid-19 pour les voyageurs en provenance du continent.

Notons enfin aussi les hausses notables de Palo Alto Networks (cybersécurité , +18.5%), Best Buy (distribution, +8.3%), mais aussi de Medtronic (équipements médicaux, +3.2%) après avoir publié des résultats meilleurs qu’attendus.

Les tendances boursières du jour: l’Asie et l’Occident en mode "pause"

Ce matin (7h30), les marchés asiatiques sont proches de l’équilibre après le rebond des derniers jours. La bourse de Tokyo et celles de Shanghai-Shenzhen sont presque inchangées par rapport à hier matin alors que Hong Kong baisse légèrement.

Les contrats à termes (futures) sur les bourses occidentales indiquent actuellement aussi des baisses modérées à l’ouverture des marchés européens et américains.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, sur le plan économique, l’Allemagne publiera son indice IFO du climat des affaires en août. Aux USA, on disposera après-midi des statistiques de commandes de biens durables pour le mois de juillet.

Au niveau des résultats de sociétés, quelques chiffres à mentionner comme Agfa-Gevaert, IBA, Eiffage en Europe ou encore Salesforce aux Etats-Unis.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.