Matières premières: c’est la Chine qui dicte sa loi!

A RETENIR:

  • Le fait du jour - Matières premières: c’est la Chine qui dicte la loi! Le secteur volatile des matières premières connaît des jours difficiles pour plusieurs raisons que nous analysons ci-dessous. Et par ricochet, évidemment, les compagnies minières souffrent également en bourse.
  • Nouvelles économiques et financières: en Belgique, l’indice de confiance des consommateurs calculé par la BNB a baissé en août. Au Royaume-Uni, les ventes de détail ont reculé en juillet mais, fait intéressant, les ventes via internet continuent de progresser.
  • A propos des marchés boursiers: Les bourses occidentales repartent à la hausse. En Europe, c’est grâce en particulier aux actions technologiques. Côté actions individuelles, la journée a été marquée par la performance remarquée de 2 chaines de magasins anglais, Marks & Spencer et WM Morrisons. La première suite à de brillants résultats, la seconde au milieu d’une bataille entre fonds rivaux pour son rachat. A Wall Street également fin de semaine positive où là aussi le secteur technologique a joué les locomotives avec la société de semiconducteurs Nvidia particulièrement en forme.
  • Bourses asiatiques et tendances prévues aujourd’hui: Ce matin (7h45), dans la foulée de la fin de semaine positive en occident, les marchés boursiers asiatiques sont en hausse. Concernant les marchés boursiers occidentaux, les contrats à terme indiquent une hausse vigoureuse à l’ouverture, tant en Europe qu’aux USA.
  • Aujourd’hui, sur le plan économique nous disposerons des chiffres PMI ("Purchasing Managers Index") Markit IHS du secteur manufacturier pour le mois d’août pour plusieurs pays européens et ceux globaux pour la zone euro. On aura aussi l’indice de confiance des consommateurs européens en août. Aux Etats-Unis seront publiés les indices PMI pour le mois actuel ainsi que les reventes de logements pour le mois de juillet. Au niveau des résultats de sociétés rien de vraiment spécial à mentionner ce jour la période des résultats du 2e trimestre arrivant tout doucement à la fin.

Le fait du jour - Matières premières mondiales: c’est la Chine qui dicte sa loi!

Ces derniers temps, beaucoup se sont posés des questions, voire inquiétés, quant à l’évolution du cours des matières premières. Il est vrai qu’après l’énorme rebond du prix de celles-ci qui a suivi le krach de mars-avril 2020, la tendance récente est plutôt baissière comme on le voit sur le graphe ci-dessous via l’indice Bloomberg Commodity.

Celui-ci est calculé sur une base de rendement excédentaire et il est composé de futures (contrats à terme) sur 23 matières premières physiques. Celles-ci vont des métaux précieux (or et argent), à l’énergie (pétrole, gaz,…), aux métaux non ferreux (cuivre, zinc, nickel,…) et aux matières premières agricoles (maïs, blé, soja,…).

L’indice reflète le rendement des variations de prix des futures de matières premières sous-jacents.

Evolution de l'indice Bloomberg Commodity

Entre le 18 mars 2020 et le 29 juillet de cette année, cet indice a bondi de 64%; depuis il a reculé de plus de 5%. Pourquoi?

Il faut d’abord rappeler que, depuis une dizaine d’années, la Chine est devenue le 1er consommateur mondial de matières premières, un passage obligé pour développer son économie. Car si celle-ci est puissante, la Chine dispose relativement peu, ou pas assez quand elle en dispose, de matières premières importantes…

Part de la Chine dans la consommation mondiale des 3 matières de base

Comme on le voit en effet sur le graphe ci-contre, la part de la Chine dans 3 matières de base (l’acier, le cuivre et l’aluminium) a commencé à décoller à partir du début des années 2000.

Et en 2020, la Chine qui consomme à elle seule maintenant environ 50% du cuivre mondial a accru ses importations de 34%. Autre exemple, l’aluminium: malgré le fait que la Chine soit le premier producteur mondial, elle doit en importer car ses besoins représentent également la moitié de la consommation mondiale

La Chine est aussi devenue depuis plusieurs années le premier importateur mondial de produits agricoles. En 2020, ses achats de blé ont été multipliés par 3 et elle a importé 2 fois plus de maïs par rapport à l’année précédente.

Ces achats sont devenus, pour la Chine, une "arme géopolitique". Ainsi, la Chine a négocié une trêve dans sa guerre commerciale avec les États-Unis contre la promesse d’accroître ses achats de soja américain. Et elle utilise de la même façon ses achats de porc européen. (Pourquoi la Chine fait flamber le prix des matières premières (la-croix.com)

Une première baisse sérieuse du prix des matières premières a eu lieu à la mi-juin 2021 quand la Chine a commencé à prendre des mesures pour freiner la hausse des prix, qui risquait de freiner sa croissance. En effet, il y a environ 2 mois, une agence gouvernementale chinoise a annoncé un plan visant à libérer des réserves de métaux clés – pour enrayer la hausse  des prix - , dont le cuivre et l'aluminium. Les autorités du pays ont également mis en garde contre la spéculation sur les marchés financiers les semaines précédentes.

A la même époque, après la publication de différentes statistiques américaines et suite à des anticipations inflatoires, le dollar américain s’est renforcé. Or les prix des matières premières évoluent souvent à l'inverse du billet vert, car leur prix est principalement fixé en dollars américains à l'échelle mondiale… (Commodities from copper to corn tumble on China crackdown, rising dollar (cnbc.com)). Et depuis le 25 mai dernier, le dollar contre euro est passé de près de 1.23 à moins de 1.17…

Récemment, outre ce renforcement de la devise américaine, les prix des matières premières ont souffert de certains signes de ralentissement de l’économie chinoise – conjointement à la résurgence de la pandémie due au variant delta. De plus les comptes-rendus de la dernière réunion de la FED américaine laissent entendre que les interventions de la banque centrale US pourraient diminuer plus tôt que prévu. Cela a eu pour conséquence d’encore renforcer le dollar et de pousser les investisseurs à fuir les investissements plus risqués.

Le pétrole souffre par ailleurs de son côté d’une consommation qui n’a pas retrouvé son rythme d’avant la pandémie (voyages et déplacements réduits, augmentation progressive de l’offre par l’OPEP+, stocks US importants,…).

Notons enfin que la Chine est aussi de plus en plus sensible aux changements climatiques. Et donc, pour réduire ses émissions de carbone et tenir ses engagements internationaux, le gouvernement chinois a ordonné aux aciéries de plafonner leur production au niveau de 2020, soit 1 milliard de tonnes. En conséquence, les spécialistes anticipent une demande en fer (un des composants principaux de l’acier) inférieure à ce qui était prévu pour les derniers mois de 2021

Tous ces éléments ont donc entrainé les matières premières à la baisse, comme on voit illustré ci-dessous par l’évolution, depuis le début d’année, des prix en USD du cuivre, du nickel, du minerai de fer et du pétrole.

Evolution des prix de matières

Evidemment et logiquement, la chute du prix des matières premières a provoqué par ricochet la faiblesse du compartiment des compagnies minières (et d’Arcelor Mittal) que l’on retrouve dans le secteur des matériaux

Sur le graphe ci-dessous nous avons ainsi repris l’évolution, en 2021, des actions BHP (en blanc), Rio Tinto (orange), Anglo American (jaune), Glencore (rouge), Arcelor Mittal (vert) et Freeport-McMoRan (en bleu). Si les performances sont toujours positives cette année, les dernières semaines sont clairement plus compliquées.

Evolution d'actions en 2021

Nouvelles économiques et financières: un indice belge et un anglais en baisse

En Belgique, l’indicateur de la BNB de confiance des consommateurs a baissé en août, mais néanmoins reste largement supérieur au niveau pré-pandémie.

Au Royaume-Uni, les ventes de détail  en volume en juillet ont chuté de 2.5% - plus que le consensus - tout en restant supérieures de 5.8% au niveau de février 2020 (avant l’impact de la pandémie). Donnée intéressante, les ventes par internet continuent d’augmenter et représentent maintenant 27.9% du total (contre 27.1% en juin); ce pourcentage n’était que de 19.8 avant le déclenchement de la pandémie.

Evolution des marchés boursiers: les bourses occidentales repartent à la hausse

Principaux indices boursiers au 23/08/2021

Vendredi soir l’indice Stoxx 600 Europe a finalement fini la semaine en hausse de 0.33% et, fait à souligner, tous les secteurs ont fini dans le vert, ce qui n’est pas si fréquent ces derniers temps.

Les actions technologiques ont emmené ce peloton de gagnants en progressant de 1.12%, le segment des semiconducteurs étant le plus en verve (+1.41%). Les services aux collectivités (+0.82%), les services de communication (+0.70%) et l’immobilier (+0.50%) s’adjugeant les 2e, 3e et 4e place de la journée.

Derrière tous les autres secteurs gagnaient entre 0.17% (énergie) et 0.37% (financières et soins de santé).

Coté valeurs individuelles, les chaines de grands magasins, et anglais de surcroit, ont épaté les investisseurs vendredi. L’action Marks & Spencer a bondi de 14.1% sur la journée, portée par de brillants résultats trimestriels ayant, de plus, poussé la société à revoir à la hausse ses prévisions bénéficiaires. De son côté, WM Morrisons (+4.2%) est l’enjeu d’une bataille pour sa reprise. Vendredi son conseil d'administration a soutenu une offre revue, à la hausse, de la société de capital-investissement CD&R qui évalue la chaîne de supermarchés à 9,5 milliards USD. La société rivale Fortress a déclaré qu'elle étudiait les options pour éventuellement surenchérir…

A Wall Street, la semaine passée s’est également clôturée dans le vert, l’indice S&P 500 gagnant vendredi 0.81% alors que l’indice Nasdaq progressait de 1.19%. Tous les secteurs sans exception, comme en Europe, ont terminé en hausse.

C’est le secteur technologique (+1.30%) qui a été le plus performant et, tout comme jeudi, c’est Microsoft, 2e plus importante société américaine cotée en bourse, qui a donné le la en gagnant encore 2.6%. La société de semiconducteurs Nvidia a vu son cours de bourse atteindre un nouveau sommet historique à 208.16 USD (+5.1%) et a aussi affiché la plus forte hausse du S&P 500. Dans la journée pourtant, les autorités de la concurrence britannique ont indiqué que le rachat de la société britannique ARM par Nvidia pour 40 milliards USD lui inspirait des craintes. Mais Nvidia a dit rester confiante malgré tout que le deal se ferait. Nous avons analysé en détail cette société dans notre chronique du 30 juin dernier (NVIDIA bouscule le secteur des semiconducteurs et de l’Intelligence Artificielle).

Les services aux collectivités ont quant à eux bondi de 1.22% suivis par les services de communication (0.96%). Parmi les secteurs les moins en verve durant cette dernière séance de la semaine, on remarquait la consommation de base (+0.18%) et les industrielles (+0.24%).

Au rayon des quelques déceptions du jour, mentionnons Deere (-2.1%) qui produit des engins agricoles et de construction. Paradoxalement ses résultats étaient meilleurs qu’attendus et la société a même relevé ses objectifs annuels. Mais le grain de sable a été le fait que Deere a aussi signalé que les problèmes de sa chaîne d’approvisionnement pourraient se poursuivre l’année prochaine… Par contre Food Locker (équipements sportifs) a aussi publié des résultats meilleurs que prévus, profitant d’une forte demande de chaussures de sport et de vêtements pour femmes et enfants. Son beau bulletin a été récompensé par une hausse plus de 7% de son cours de bourse.

Les tendances boursières du jour: du vert, rien que du vert!

Ce matin (7h45), dans la foulée de la fin de semaine positive en occident, les marchés boursiers asiatiques sont clairement en hausse. La bourse de Tokyo progresse actuellement de 1.9% alors que les bourses chinoises de Hong-Kong et Shanghai-Shenzhen gagnent respectivement 1.7% et 1.2%.

Concernant les marchés boursiers occidentaux aujourd’hui, les contrats à terme indiquent une hausse vigoureuse à l’ouverture, tant en Europe qu’aux USA.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui, sur le plan économique, nous disposerons des chiffres PMI Markit IHS du secteur manufacturier pour le mois d’août pour plusieurs pays européens et ceux globaux pour la zone euro. On aura aussi l’indice de confiance des consommateurs européens en août. Aux Etats-Unis seront publiés les indices PMI pour le mois actuel ainsi que les reventes de logements pour le mois de juillet.

Au niveau des résultats de sociétés rien de vraiment spécial à mentionner ce jour la période des résultats du 2e trimestre arrivant tout doucement à la fin.

Prendre rendez-vous

Notre approche Private Banking​

Le Stratégiste Actions de CBC Private Banking

Le Chief Economist de CBC

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.