Rebond chinois, record en Europe – Quid du marché des bornes de recharge électriques?

Retrouvez chaque matin une chronique sur l'actualité boursière et financière.

Hier

Nouvelles économiques et financières

La très attendue réunion de la Réserve Fédérale américaine n’a pas donné lieu à des annonces surprises: la FED a entériné et salué la bonne tenue de l’économie américaine et n’a pas prévu de resserrement monétaire étant donné, d’une part, que certains secteurs, particulièrement touchés par la crise sanitaire, ne sont pas encore complètement rétablis et, d’autre part, que le variant Delta menace la reprise.

La Fed a donc maintenu ses taux directeurs dans une fourchette de 0 à 0,25%. Elle a également conservé le niveau actuel de 120 milliards USD par mois d'achats d'actifs.

Fait(s) du jour

Quand on évoque la croissance du marché des véhicules électriques, on entend et lit souvent qu’il y a encore actuellement 3 contraintes qui empêchent ce marché de se développer plus vite: le coût des véhicules (en moyenne plus chers que les versions thermiques), l’autonomie (plus réduite que pour les véhicules à essence ou diesel) et un réseau de recharge encore insuffisant.

Nous allons donc ici faire le point sur le développement et le potentiel du réseau de recharge des bornes électriques, les constructeurs de véhicules électriques investissant de plus en plus dans le développement de l'infrastructure des stations de recharge afin de soutenir leurs véhicules électriques à batterie à longue autonomie.

Selon une étude récente de l'ACEA (Association des Constructeurs Automobiles Européens), 3 pays concentrent à eux seuls 70% des bornes publiques (*) en Europe : les Pays-Bas, la France et l'Allemagne (*: le marché des bornes de recharge est divisé en 2: chez les particuliers ou via des infrastructures publiques).

Comme l’a signalé Les Echos, "boostés par des incitations fiscales datant déjà de plusieurs années, les Pays-Bas battent tous les records en la matière: ils totalisaient 67.000 points de recharge fin 2020, soit près de 30% du total en Europe (225.000 bornes de recharge), alors qu'ils n'en représentent que 0,8% de la surface." La France est loin des objectifs affichés (100.000 à la fin de 2021), mais au sein de l'Europe elle fait plutôt figure de bon élève avec ses 45.700 bornes recensées. Même constat pour l'Allemagne, qui compte 44.500 points de recharge.

Mais dans le cadre du "plan climat" récemment proposé par la Commission Européenne, celle-ci entend imposer aux Etats membres de se doter d'une infrastructure de recharge suffisante sur les grands axes routiers.

Estimant que 30 millions de voitures électriques circuleront sur les routes européennes en 2030, elle demandera au moins 2 stations de recharge publique rapide (de 150 kW de capacité pour au moins une d'entre elles) tous les 60 kilomètres dès 2025, et 2 fois plus en 2030. Ce qui qui devrait porter le réseau de bornes publiques à cette date à 1 million de points de recharge en 2025 et 3,5 millions environ en 2030, contre donc 225.000 fin 2020.

Et en Belgique? D’après le site Chargemap, il y actuellement 5.051 zones de recharges correspondant à 15.195 prises. A noter qu’en ce qui concerne la Wallonie, la RTBF signalait le 5 mai dernier que selon Philippe Henry (ministre régional de l’énergie et de la mobilité), l’objectif  est d’implanter 7.000 bornes de recharge pour véhicules électriques et hybrides sur le territoire wallon d’ici 2024-2025 (contre environ 1.000 bornes actuellement).

Hors Europe, la Chine a fait de son réseau de bornes de recharge une priorité nationale. Selon Bloomberg, la Chine a installé 284.000 bornes publiques de recharge en 2020, soit plus que l'ensemble du réseau américain. Il est vrai que sous la récente présidence de D. Trump, la filière électrique n’était pas vraiment mise à l’honneur ce qui sera beaucoup plus le cas avec J. Biden! La Chine compte ainsi plus de 850.000 bornes accessibles au public, environ 3 fois plus qu'en 2018 et l'équivalent des 2/3 de toutes les bornes publiques pour véhicules électriques installées dans le monde.

A cela s'ajoutent quelques 900.000 autres points de recharge privés, installés à domicile et sur le lieu de travail, rapporte China Electric Vehicle Charging Infrastructure Promotion Alliance (EVCIPA). Bien que le chiffre global soit largement inférieur à l'objectif initial de 4,8 millions de bornes, la Chine dispose d'un point de recharge pour 5 véhicules électriques, contre 20 aux Etats-Unis. A noter qu’en Europe (où la réglementation recommande un ratio inférieur à 10), les Pays-Bas ont un point de recharge pour 4 véhicules contre un peu plus de 10 pour l’Allemagne, la France et l’Espagne.

Une autre façon de voir les choses est de considérer le nombre de bornes de recharge disponibles, non par rapport au parc de véhicules électriques en circulation, mais par rapport au réseau routier. Mais ici encore, les Pays-Bas sont champions en la matière comme le révèlent les données de l’EAFO, l'Observatoire européen des carburants alternatifs (voir graphe ci-contre).

Derrière les Pays-Bas, on trouve un autre pays pionnier en matière d’énergie électrique, la Norvège, avec près de 20 bornes pour 100 km de routes.

De manière générale, comme le montre le graphique de Statista, les pays d'Europe du Nord et de l'Ouest sont globalement les mieux équipés en la matière: on dénombre notamment 8,5 bornes pour 100 km de routes au Royaume-Uni, près de 7 en Allemagne, 5.8 en Autriche et… 5.5 en Belgique, soit plus qu’en France où 4.4 bornes au 100 km étaient recensées en 2020.

Selon une étude de la société américaine Meticulous Research, le marché des stations de recharge pour véhicules électriques devrait atteindre une valeur de 103,6 milliards USD d'ici 2028, avec un CAGR (ou TCAC pour Taux de Croissance Annuel Composé) de 26,4% au cours de la période de prévision 2021-2028. La région Asie-Pacifique a représenté la plus grande part du marché des stations de recharge pour véhicules électriques en valeur ainsi qu'en volume en 2020, suivie par l'Europe, l'Amérique du Nord, le Moyen-Orient et l'Afrique, et l'Amérique latine. Toutefois, selon l’étude susmentionnée, l'Europe devrait connaître la croissance la plus rapide en valeur au cours de la période de prévision. Les facteurs attribués à la forte croissance de cette région sont les initiatives gouvernementales visant à développer les infrastructures de recharge dans toute la région. Des pays comme la France, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Norvège et le Royaume-Uni sont les 5 pays les plus avancés en matière de véhicules électriques et de bornes de recharge en Europe.

Quant aux sociétés actives dans le secteur des bornes de recharge électriques (activité principale ou département dédié comme pour BP, Royal Dutch ou EDF), celles-ci se répartissent entre sociétés cotées ou privées (non cotées). Ci-dessous nous avons distingué, en gras, les sociétés cotées des autres.

D’après Meticulous Research, les principaux acteurs du marché des stations de recharge pour véhicules électriques sont Webasto (Allemagne), EVBox (Pays-Bas, filiale d’Engie), Electrify America (USA), BP (Royaume-Uni), Royal Dutch Shell (Pays-Bas), Evgo Services (USA), Connected Kerb Limited (Royaume-Uni), Wanbang Xingxing Charging Technology (Chine), Électricité de France (EDF - France), Tesla (USA), Hangzhou Aoneng Power Supply Equipment (Chine), EV Charging Installers of America (USA), Addénergie Technologies (Canada), EV Connect (USA), et ChargePoint Holdings (USA).

En Europe on n’oubliera pas non plus des sociétés comme Alfen (Pays-Bas), Allego (Pays-Bas), Fastned (Pays-Bas), ABB (Suisse) ou Compleo Charging Solutions (Allemagne). Enfin des sociétés comme les françaises Schneider Electric ou TotalEnergies développent aussi une activité dans le domaine des bornes de recharge électriques.

Évolution des marchés boursiers

Hier mercredi, les actions européennes ont clairement rebondi après 2 journées de baisse dans le sillage de la morosité des bourses chinoises. En clôture l’indice Stoxx 600 Europe a progressé de 0.60% (à 461.7 points) établissant par là même un nouveau record historique et portant sa progression en 2021 à 15.7%.

Le secteur technologique (+2.15%) a été le plus performant du jour, grâce en particulier aux actions du segment des semiconducteurs. Plus loin derrière, la consommation cyclique a gagné 1.19%, les valeurs du luxe (LVMH, Kering,…) étant en vedette tout comme Prosus (+6.6%), qui a rebondi dans la foulée de Tencent dont elle possède près de 30%.

Dans l’indice Stoxx 600 Europe, au niveau individuel, outre Prosus, la principale hausse du jour était à mettre à l’actif de la compagnie aérienne suisse (mais cotée à Londres) Wizz Air Holdings (+8%) dont les résultats ont surpris très positivement.

Seuls 2 secteurs ont fini très légèrement dans le rouge, la consommation de base (-0.17%) et les financières (-0.12%).

Individuellement, parmi les plus fortes baisses du jour, nous avons pointé le groupe suisse Adecco (-8%), leader mondial du travail, qui a annoncé le rachat de la société française Akka Technologies quasiment au double de son cours de bourse. Classiquement, dans le cadre d’un rachat avec une prime conséquente, l’acheteur est « puni » et voit son cours baisser… Autre déception de la journée, la société hollandaise Vopak (-6%), qui fournit des installations de stockage (pétrole, gaz, pétrochimie) et dont les résultats ont déçu.

Signalons enfin que la journée de mercredi a confirmé, au niveau des résultats trimestriels, la tendance déjà observée les derniers jours soit une très large majorité de surprises positives. Parmi elles pointons BASF, Deutsche Bank, Melexis, Elia, Banco Santander, Capgemini, Barclays Bank, Vivendi, Carrefour et Cofinimmo. Parmi les rares déceptions signalons notamment Rio Tinto et Unibail-Rodamco-Westfield.

A Wall Street, la séance boursière d’hier a par contre été plus terne pour l’indice global S&P 500 clôturant presqu’à l’équilibre mais néanmoins en territoire très légèrement négatif (-0.02%) alors que l’indice Nasdaq a fini en hausse de 0.70%.

Le secteur de l’énergie a affiché la meilleure performance du jour (+1%), les actions pétrolières profitant de la hausse du prix du pétrole (le baril de Brent approchant ainsi les 75 USD le baril) après l’annonce de réserves de brut américain inférieures aux attentes. Les services de communication (+0.75%), les soins de santé (+0.38%) et les matériaux (+0.26%) ont été les seuls autres secteurs en hausse hier.

Individuellement, c’est l’action AMD (Advanced Micro Devices), active dans le secteur des semiconducteurs qui a le plus progressé hier à Wall Street (+7.6%) grâce à des résultats trimestriels qui ont surpris très positivement les analystes.

Parmi les secteurs en baisse, les replis ont été limités sauf pour la consommation non cyclique ou de base (-0.87%) et les services aux collectivités (-0.69%).

A noter qu’Apple, plus importante société cotée aux USA, a baissé hier de 1.2% malgré des résultats meilleurs qu’attendus affichés la veille. Les investisseurs ont réalisé quelques prises de bénéfices étant donné qu’Apple est plus prudente dans ses prévisions pour les trimestres à venir. Néanmoins sur les 46 analystes internationaux qui suivent l’action, Bloomberg n’a répertorié que 3 vendeurs, 8 qui sont en "hold" et 35 qui sont toujours acheteurs.

Comme les derniers jours, on a eu connaissance hier d’un florilège de résultats trimestriels supérieurs aux attentes dont Facebook (même si la société se montre plus prudente pour les mois qui viennent), Pfizer, Boeing, McDonald’s, Bristol Myers Squibb, Thermo Fisher ou Qualcomm. Parmi les rares déceptions notons notamment Paypal.

Aujourd'hui

Marchés boursiers asiatiques et futures sur les bourses occidentales

Ce matin (7h35) en Asie, on assiste à un fort rebond des bourses chinoises, Hong Kong gagnant 3.1%, Shanghai-Shenzhen 1.7%. La bourse japonaise monte quant à elle de 0.7%.

Il semblerait, selon plusieurs sources, que les autorités chinoises ont voulu calmer le jeu et rassurer les marchés après leurs derniers tours de vis régulatoire. Ainsi l'indice technologique Hang Seng de Hong Kong a bondi à la suite d'un rapport selon lequel la Chine continuera à autoriser les entreprises locales à s'introduire en bourse aux États-Unis.

Par ailleurs les autorités ont pris des mesures pour rassurer les investisseurs, y compris des articles dans les médias d'État suggérant que la déroute financière et boursière est allée trop loin. La banque centrale a enfin augmenté les injections de liquidités dans le système financier pour apaiser les craintes.

Les futures sur les marchés boursiers occidentaux indiquent actuellement des prises de bénéfices en Europe : après le record d’hier, l’ouverture pourrait ainsi s’inscrire en repli de 0.18%. Wall Street serait également en recul (0.10%) lors des premiers échanges.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Sur le plan économique, on disposera en Europe aujourd’hui des chiffres de l’inflation et du chômages allemands ainsi que l’indice du climat des affaires et du sentiment économique dans la zone euro; et aux USA on connaîtra l’évolution du PIB, les promesses de ventes de logements ainsi que des inscriptions hebdomadaires au chômage.

Au niveau des résultats de sociétés, ce sera une nouvelles salve importante de publications.

En Europe, on aura ainsi notamment ceux d’AB Inbev, Solvay, UCB, Befimmo, Telenet Volkswagen, Puma, HeidelbergCement, STMicroelecronics, Airbus, Accor, Danone, Orange, Sanofi, ArcelorMittal, Air Liquide, TotalEnergies, Veolia, L’Oreal, Saint-Gobain, AstraZeneca, Royal Dutch Shell et Nestlé.

Aux Etats-Unis seront connus notamment les chiffres d’Amazon, Caterpillar, Mastercard, Merck, Gilead et Pinterest.

Vous souhaitez plus d’informations sur nos services CBC Private Banking? N’hésitez pas à demander une première entrevue sans engagement.

Prendre rendez-vous

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.