Record pour le Nasdaq alors que la valeur des marques, surtout des GAFAM, a augmenté

Retrouvez chaque matin une chronique sur l'actualité boursière et financière.

Hier

Nouvelles économiques et financières

Guère plus de données économiques ont été publiées hier par rapport à lundi.

Néanmoins on a pris connaissance du fait qu’en juin, la confiance des consommateurs de la zone euro s'est améliorée pour atteindre des niveaux bien supérieurs à ceux d'avant la pandémie (à -3.3 points), alors que les taux d'infection par le coronavirus ont diminué et que les restrictions ont commencé à être levées dans l'ensemble de la zone.

Par ailleurs, les ventes de logements anciens aux États-Unis ont baissé pour le 4ème mois d’affilée (même si c’est moins fort qu’attendu) le manque de biens disponibles et des prix record expliquant logiquement cela…

Fait(s) du jour

Il y a quelques mois j’ai évoqué dans cette même chronique la question de la valorisation des marques. Et la société Kantar BrandZ vient de publier un tout nouveau classement. Les chiffres ont évolué et le classement des marques n’est pas tout à fait identique à celui publié auparavant, il y a des nuances. Ce n’est guère surprenant et c’est logique.

Il faut en effet rappeler que les marques sont des actifs incorporels (à l’inverse des actifs corporels tels que les usines, les bureaux, les machines ou les stocks) et on parle alors, en termes comptables ou financiers, de "goodwill". Ce goodwill "marque" peut être très important et explique souvent, quand il y a OPA (Offre Publique d’Achat) sur une entreprise cotée connue, pourquoi le prix d’achat peut dépasser sensiblement la valeur des actifs tangibles ou plus visibles.

Comme il est difficile de donner une valeur correcte et objective à quelque chose d’intangible, l’Organisation internationale de normalisation a publié 2 normes, l’ISO 10668 suivie par l’ISO 20671, afin de faciliter le travail des analystes et des comptables. 3 critères sont généralement pris en compte pour valoriser une marque, les critères financiers, juridiques et marketing. Quant aux méthodes de valorisation en tant que telles, il en existe plusieurs, qui sont soit utilisées seules, soit combinées entre elles.

Parmi ces méthodes, il y a par exemple l’évaluation par les coûts historiques (somme des investissements en marketing, communication et publicité sur une certaine période), ou la méthode dite des "redevances" ou "relief from royalties" (détermination et estimation des résultats de la société qui exploite une marque; établissement d’un indice synthétique avec des critères d’analyse précis; détermination du taux de redevances applicable à la marque; évaluation de la marque par actualisation des flux de redevances qui lui sont attribuables) ou encore la méthode push-pull (comparer le "pull" ou la force de la marque via la perception des consommateurs et le "push" c’est-à-dire les investissements marketing & communication nécessaires).

Plusieurs organismes internationaux - comme Interbrand, Brand Finance ou Kantar BrandZ - publient chaque année la valeur des plus grandes marques internationales. Dans le tableau ci-dessous j’ai repris le classement des 10 marques internationales les plus valorisées selon ces 3 organismes:

Plusieurs constats peuvent être tirés de ce tableau:

  • Les valorisations peuvent diverger assez fortement, d’un organisme à l’autre, selon la méthodologie employée.
  • Les chiffres particulièrement élevés donnés par Kantar BrandZ sont très récents (les autres dates de 2020) et s’expliquent notamment par la forte hausse de valorisation constatée par rapport à l’année passée…
  • …la crise sanitaire ayant particulièrement mis en avant, et donc davantage valorisé les marques technologiques et leurs produits : ainsi la marque Amazon a pris 64% de valeur supplémentaire en 1 an, celle d’Apple 74%, Google 42%, Microsoft 26%, Tencent 60% et Alibaba 20%.
  • Il est d’ailleurs intéressant de noter que 4 (Google, Amazon, Apple, Microsoft) des fameux GAFAM monopolisent à l’unanimité des 3 organismes les 4ères places en terme de valorisation, seule Facebook étant un peu en retrait.
  • Les États-Unis et l’Asie monopolisent les premières places pour Brand Finance et Kantar BrandZ avec d’ailleurs une montée en puissance des marques chinoises (la banque ICBC, Wechat (groupe Tencent), Tencent elle-même ou Alibaba); par contre Interbrand classe quelques marques plus "classiques" (et notamment une européenne, Mercedes-Benz, à la 8ème place, et qui se trouve à la 13ème place pour Brand Finance).
  • Si on élargit le classement récent de Kantar BrandZ, sur les 100 premières marques mondiales, 56 sont américaines avec un grand nombre de sociétés technologiques et avec la montée en puissance des marques chinoises (14 représentées dans le TOP 100) ce qui confirme le constat fait pour les 10 premières marques.
  • À noter qu’en dehors du TOP 10, c’est la marque Tesla qui a vu sa valorisation augmenter le plus rapidement, atteignant maintenant près de 43 milliards USD (+ 275% par rapport à 2020!)…
  • … suivies par 4 marques chinoises dont la valeur de la marque a plus que doublé: Pinduoduo, Meituan, Moutai et Tik Tok.
  • Pour Kantar BrandZ, les  marques européennes reculent donc au détriment des américaines et des asiatiques (surtout chinoises) mais 2 marques restent bien valorisées, la française LVMH (à la 21ème place) et l’allemande SAP (à la 26ème place).

Évolution des marchés boursiers

Les marchés boursiers européens ont poursuivi le rebond constaté hier mais de manière prudente, les investisseurs attendant de voir si J. Powell, le patron de la FED, donnerait, après la clôture en Europe, des éclaircissements sur la politique monétaire américaine lors de son audition par une commission de la Chambre des Représentants.

L’indice Stoxx Europe 600 a donc légèrement progressé (+0.3%), 7 secteurs finissant en hausse et 4 en baisse. L’énergie a enregistré la plus forte hausse (+1.09%) malgré le fait que le Brent a fait l’objet de prises de bénéfices pendant la journée, repassant sous la barre des 75 USD le baril. Mais les investisseurs ont probablement été sensibles aux prévisions optimistes de Bank of America : selon leurs analystes, le pétrole pourrait atteindre les 100 USD le baril l'année prochaine grâce à la reprise des voyages. La consommation mondiale de pétrole continuera à dépasser l'offre en 2022, car la reprise économique après la pandémie stimule la consommation de carburant, tandis que les investissements dans de nouvelles productions sont limités par les préoccupations environnementales, a ajouté la banque américaine dans un communiqué.

Le secteur des matériaux suivait avec un gain de 1.06%, plusieurs matières premières industrielles voyant encore leur prix s’apprécier. Le secteur immobilier a occupé la 3ème place du podium en s’adjugeant 0.9% grâce notamment à une étude de JP Morgan favorable à l’immobilier britannique, ce qui a aussi entraîné des achats sur d’autres valeurs du même secteur comme Unibail-Rodamco-Westfield.

Du côté des perdants du jour, les déchets étaient limités, seuls les soins de santé (-0.4%) perdaient davantage.

À Wall Street, le discours de J. Powell en soirée a rassuré ceux qui doutaient encore de la détermination, mais aussi de la sérénité, de la Réserve Fédérale. Le président de la FED a en effet déclaré que "la banque centrale n'allait pas relever les taux d'intérêt de manière préventive simplement parce que nous craignons l'amorce possible d'une inflation. Nous attendrons des preuves d'une inflation véritable ou d'autres déséquilibres".

L’indice S&P 500 a donc fini en hausse de 0.5% mais on a surtout remarqué le gain de 0.8% de l’indice Nasdaq, à forte connotation technologique, lui permettant d’afficher un nouveau record historique à 14.253,27 points.

La consommation cyclique a gagné 1.04%, grâce notamment à la progression d’Amazon (+1.5%) mais aussi de Home Depot (+1.7%). Ensuite on trouvait le secteur technologique (+0.9%) porté notamment par les gains d’Apple (+1.3%), Google (+0.4%) ou Microsoft (+1.1%). Cette dernière a atteint le cours de 265.51 USD, un plus haut historique, lui permettant d’avoir une capitalisation boursière (nombre d’actions fois le cours) de près de 2.000 milliards USD. Les services de communication sont montés sur la 3ème marche du podium avec une hausse de 0.8%, bénéficiant surtout du bond de 2% de Facebook.

Pour résumer ce que nous venons d’écrire, ce sont donc surtout les GAFAM (Google Amazon Facebook Apple Microsoft) qui ont fait progresser la bourse américaine hier et qui ont permis au Nasdaq de se distinguer particulièrement. À noter aussi, dans le secteur high-tech, le nouveau record de l’action Nvidia (leader dans l’intelligence artificielle et les processeurs graphiques tri-dimensionnels) à 755.47 USD (+2.5%).

Seule déception sectorielle cette nuit, les services aux collectivités (-0.7%), les compagnies d’électricité US étant particulièrement à la traîne.

Aujourd'hui

Marchés boursiers asiatiques et futures sur les bourses occidentales

Ce matin (7h40) en Asie, la bourse japonaise reprend son souffle par rapport au fort rebond d’hier et est quasiment inchangée. Par contre les marchés boursiers chinois sont en hausse, Hong Kong gagnant 1.5% et Shanghai-Shenzhen 0.7%.

Concernant les bourses occidentales, les futures (contrats à terme) indiquent actuellement de légères prises de bénéfices à l’ouverture des marchés européens alors que la bourse américaine pourrait poursuivre sur sa lancée positive de cette nuit et encore progresser lors des premiers échanges cette après-midi.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Ce mercredi, les données économiques seront plus nombreuses que lundi et mardi.

On disposera ainsi en matinée des indices PMI pour juin pour beaucoup de pays européens (France, Allemagne, Royaume-Uni,…) ainsi que pour la zone euro en globalité.

Durant l’après-midi, on prendra connaissance des statistiques de ventes de maisons neuves en mai aux États-Unis ainsi que du rapport hebdomadaire américain sur les stocks de pétrole. 

Vous souhaitez plus d’informations sur nos services CBC Private Banking? N’hésitez pas à demander une première entrevue sans engagement.

Prendre rendez-vous

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.