3 est le chiffre du jour! 3 records boursiers et salon mondial E3 des jeux vidéo

Retrouvez chaque matin une chronique sur l'actualité boursière et financière.

Hier

Nouvelles économiques et financières

Les chiffres économiques se suivent et se ressemblent. Ainsi en est-il des prévisions de croissance comme celle de l’Espagne – un pays parmi les principaux bénéficiaires du méga plan de relance européen - qui ont été révisées à la hausse passant de 6 à 6.2% pour cette année. Idem en France où la Banque de France a augmenté ses prévisions, estimant maintenant la croissance du PIB en 2021 à 5.8% contre 5.5% estimé en mars.

Révision haussière aussi hier en ce qui concerne la production industrielle de la zone euro qui a augmenté plus qu’attendu en avril, soit +0.8% en glissement mensuel (contre +0.4% prédit par les économistes), ce qui donne un bond de 39.3% par rapport à avril 2020. C’est surtout la production de biens de consommation durables qui explique cela, la progression ayant été de 117.3% par rapport à avril 2020 alors que les biens d'équipement ont augmenté de 65,4% en glissement annuel et les biens intermédiaires de 38,7%. L’Office Statistique de l’Union Européenne confirme ainsi à nouveau la forte embellie économique alors que les économies retrouvent progressivement un rythme plus normal.

Fait(s) du jour

Dans notre chronique du 21 mai dernier, nous avions longuement décrit et détaillé l’importance du gigantesque marché des jeux vidéo (Les "mains de diamant" de Musk rassurent les fans de cryptos alors que les bourses rebondissent – Les jeux vidéo, un marché gigantesque et en croissance - Private Banking CBC). Et ces jours-ci, tous les yeux sont  braqués sur ce secteur de plus en plus important économiquement parlant. En effet, depuis samedi et jusqu’aujourd’hui se tient le plus important salon du jeu vidéo au monde, le célèbre Electronic Entertainment Expo (E3 pour les initiés).

L’E3 a été lancé en 1995 et se tient habituellement au centre des congrès de Los Angeles. Mais l’édition 2021 est inédite car, d’une part, elle fait suite à l’annulation du salon en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19 et, d’autre part, le salon se déroulera cette année exclusivement en ligne. Parmi les participants au salon seront notamment présents Nintendo, Microsoft, Square Enix, Nvidia, Ubisoft, Take-Two Interactive, Sega, Netease, Amazon Games Studio, Activision Publishing, Epic Games, Oculus (Facebook), Warner Bros Games, etc.

Quatre jours durant, nombre d’éditeurs de jeux vidéo, de constructeurs de consoles, de plateformes de jeux et d’équipementiers vont donc dévoiler leurs plans pour les mois à venir lors de conférences très suivies en ligne, non seulement par les fans de jeux vidéo, mais aussi par les magazines spécialisés et les analystes suivant ce secteur qui représente un business très important et en forte croissance.

Rappelons en effet qu’en 2020, dans le domaine du divertissement, le jeu vidéo a représenté un chiffre d'affaires mondial de 177.8 milliards USD soit 5.5 fois celui du cinéma et de la musique réunis ! Et selon les prévisions de Newzoo, avec un taux de croissance annuel composé de 8% attendu ces prochaines années, l’industrie du jeu vidéo devrait dépasser les 200 milliards USD de chiffre d'affaires mondial d’ici 2023. Mais une autre étude récente, du bureau international de conseil Accenture, a calculé que si on ajoute à ces 200 milliards USD de revenus directs, les revenus indirects (matériel informatique, accessoires de jeux,...), on peut rajouter 100 milliards USD, soit un montant total de 300 milliards USD pour le secteur global du jeux vidéo. La Chine est le marché le plus important dans ce secteur avec une part de marché de 26%, devant les USA (24%) et le Japon (12%). Remarquons qu’en 2021, il y aura environ 2.9 milliards de joueurs dans le monde soit près de 40% de la population totale

Ce secteur est en forte croissance grâce à internet mais aussi parce que les jeux se jouent de plus en plus sur des appareils mobiles (smartphones, tablettes, consoles portables) fort appréciés par les jeunes générations, soit 50% des revenus à l’échelle mondiale (contre 30% pour les consoles fixes et 20% pour les PC). C’est donc sans surprise, et surfant sur cette vague du mobile, que l’organisateur du salon E3 (L’Entertainment Software Association ou ESA), a mis à disposition des joueurs une application sur téléphone portable et un portail internet pour suivre la totalité de l'événement (stands virtuels, vidéos et démonstrations, articles et événements spéciaux). C'est depuis ces plateformes que les joueurs auront eu accès en direct aux différents événements des éditeurs, chaque personne suivant l'événement aura son propre profil personnalisable.

La plus grande révélation du week-end de l’E3 aura sans aucun doute été le jeu Starfield, une épopée de science-fiction à venir de Bethesda, filiale de Microsoft. Rappelons que celle-ci  a fait sensation en rachetant la société mère de l'éditeur emblématique, ZeniMax Media, pour 7,5 milliards USD en 2020. L'un des principaux résultats que les analystes attendaient de ce rachat était l'exclusivité Xbox pour certains titres Bethesda. Et de fait Microsoft n'a pas tardé à sortir l'artillerie lourde et a annoncé dimanche, lors d'une conférence de presse conjointe avec Bethesda, que Starfield serait lancé le 11 novembre 2022, en exclusivité sur les consoles Xbox Série X et S et sur PC. Microsoft a longtemps été considéré comme étant à la traîne de Sony en matière d'exclusivités - des jeux qui ne fonctionnent que sur un seul système – celle-ci ayant des franchises comme The Last of Us et God of War qui ont été la clé du succès de la PlayStation 4 de Sony et de la récente PS 5. Le géant américain tente de refaire son retard à marche forcée en y mettant les moyens…

Enfin, tout comme Microsoft et autres concurrents, le grand éditeur coté français Ubisoft a fait plusieurs annonces, mais une surtout à retenu l’attention: un jeu basé sur le film de science-fiction ”Avatar” de James Cameron, sorti en salle en 2009 et trônant au sommet du box-office mondial du cinéma, ayant rapporté 2.8 milliards USD (hors DVD), devant Avengers Endgame et Titanic. Intitulé Avatar: Frontiers of Pandora, le jeu met en scène des créatures et des environnements colorés de l'univers d'Avatar. Selon les spécialistes cela pourrait être un des ”blockbusters” à venir.

Comme on le voit ci-dessus, si la performance moyenne du secteur en 2021 (+6.3%) est très honorable mais en deçà de celle de la plupart des indices, la croissance annualisée sur 5 ans dépasse par contre les 32%, ce qui explique la cherté relative du secteur (P/E et EV/EBITDA) elle-même expliquée par la croissance confortable des ventes et les marges bénéficiaires EBITDA généreuses.

Évolution des marchés boursiers

En Europe, même si la prudence reste de mise avant la très attendue réunion de la FED américaine mercredi, l’indice Stoxx 600 Europe s’est malgré tout octroyé un nouveau plus haut historique à 458.32 (+0.18%).

2 secteurs seulement ont (légèrement) reculé par rapport à vendredi, à savoir la consommation cyclique (-0.18%) et les matériaux (-0.22%). Parmi les actions cycliques, le segment automobile était en petite forme (-1.2%) avec notamment la baisse remarquée de Ferrari (-3.3%). Après la chute du cours en mai due au report par la société de ses objectifs à 2022, les investisseurs semblent  maintenant apprécier très moyennement les plans électriques de Ferrari. Les analystes de Goldman Sachs ont d’ailleurs rétrogradé l’action de "acheter" à "vendre" alors qu’ils étaient à l’achat sur le titre depuis plusieurs années…

Par contre, parmi les vainqueurs du jour, le secteur de l’énergie est largement sorti du lot avec un bond de 1.67%, les pétrolières continuant à bénéficier de la hausse des cours du pétrole, ceux-ci entraînés par la forte reprise économique mondiale (à plus de 73 USD le baril, le cours du Brent est au plus haut depuis 3 ans). Les services aux collectivités suivaient avec un gain de 1.07% précédant les actions technologiques (+0.72%) et l’immobilier (+0.71%).

Notons enfin qu’au sein du secteur santé (+0.16%), Philips a lourdement chuté (-4.2%) après avoir annoncé le rappel  d’appareils de ventilation (vendus sous la marque Dreamstation) utilisés pour traiter l'apnée du sommeil, et a augmenté son estimation des coûts (à 500 millions d’euros) pour remédier à un défaut qui peut potentiellement causer le cancer. La société a fabriqué des millions d'appareils de ventilation en utilisant une mousse insonorisante – à base de polyuréthane - susceptible de se dégrader en particules qui pourraient être ingérées ou inhalées et avoir des effets toxiques et cancérigènes.

Alors que la bourse américaine avait évolué dans le rouge pendant toute la séance, une dernière demi-heure de feu a permis à l’indice S&P 500 de terminer dans le vert (+0.18%) et d’enregistrer au passage un nouveau record historique à 4255.15 points. Et après quelques semaines de tergiversations, l’indice Nasdaq s’est lui aussi décidé à toucher un nouveau plus haut historique, finissant à 14.174,14 points (+0.74%).

Si les hausses et pertes sectorielles s’équilibraient plus ou moins (6 secteurs en gain, 5 en perte), la progression des actions  technologiques (+1.04%) a fait la différence étant donné que c’est le secteur le plus important en terme de poids sur la bourse américaine. La principale de ces valeurs, Apple, a tiré ce secteur vers le haut en bondissant de 2.5%. Mais certains autres poids lourds technologiques ont également contribué à la hausse comme Microsoft (+0.8%), Adobe (+2.9%) ou Salesforce (+2.5%).

Derrière le secteur technologique, les services de communication prenaient 0.74% où on remarquait notamment les gains de Netflix (+2.3%), Facebook (+1.7%) et Alphabet (+0.8%). A noter aussi que bénéficiant de l’attrait du salon mondial des jeux vidéo E3, dont nous parlions ci-dessus, les 2 principaux éditeurs de jeux vidéo américains, Activision Blizzard et Electronic Arts ont aussi participé à la fête en gagnant respectivement 1.1 et 1.5%. Du côté de la consommation cyclique (+0.12%), signalons les hausses d’Amazon (+1.1%) et Tesla (+1.3%).

Les principaux secteurs en perte étaient les matériaux (-1.28%) - qui souffraient d’une nouvelle baisse des matières premières comme le cuivre, le zinc, l’aluminium et le charbon – et les financières (-1.03%), les taux à 10 ans US retombant à 1.48% loin du niveau atteint fin mars (1.74%).

Hors marchés d’actions, notons que le bitcoin est remonté au-dessus des 40.000 USD récupérant une partie de la forte perte des dernières semaines. A nouveau un tweet dimanche d’Elon Musk est à l’origine de ce fort rebond en écrivant: "Lorsqu'il sera confirmé que les mineurs (de bitcoin) utilisent une quantité raisonnable d'énergie propre (environ 50%) avec une tendance à l'amélioration, Tesla recommencera à autoriser les transactions en bitcoins". La question est de savoir quand ces "mining pools" atteindront ces 50% sachant que la majorité de ceux-ci sont situés en Chine et produisent des bitcoins à partir d’électricité elle-même issue d’usines à charbon très polluantes…

Aujourd'hui

Marchés boursiers asiatiques et futures sur les bourses occidentales

Ce vendredi matin (7h40), les marchés asiatiques sont divisés. Si le Japon progresse de 0.9%, les bourses chinoises reculent après leur congé d’hier, soit -0.8% pour Hong Kong et -1% pour Shanghai-Shenzhen.

Les futures (contrats à terme) sont optimistes pour l’ouverture des marchés boursiers occidentaux, prévoyant une hausse de 0.4% en Europe et 0.2% à Wall Street.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Ce mardi, de nombreuses statistiques économiques seront publiées.

En début de matinée, l’Allemagne publiera son chiffre d’inflation définitif pour mai, le Royaume-Uni dévoilera ses chiffres du chômage pour avril et la France, comme l’Allemagne, annoncera son taux d’inflation définitif pour mai.

Dans l’après-midi, les Etats-Unis publieront l’indice d’activité manufacturière « Empire State » et l’indice NAHB relatif à la confiance des constructeurs pour juin. Ensuite, pour le mois de mai, nous disposerons des ventes au détail, des prix à la production et la production industrielle.

Mais évidemment les yeux seront essentiellement tournés vers la 1ère journée de la réunion de la Réserve Fédérale américaine (FED) dont les commentaires quant à la politique monétaire sont très attendus.

Au rayons des résultats, après la clôture des marchés européens, on connaîtra les chiffres annuels de Colruyt (pour son exercice décalé 2020-2021) ainsi que ceux trimestriels d’Oracle aux USA.

Vous souhaitez plus d’informations sur nos services CBC Private Banking? N’hésitez pas à demander une première entrevue sans engagement.

Prendre rendez-vous

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.