L’action Tesla baisse et son patron évoque le papier toilette et un bébé requin…

Retrouvez chaque matin une chronique sur l'actualité boursière et financière.

Hier

Nouvelles économiques et financières

En Allemagne, les ventes au détail ont reculé de 5,5% en avril 2021 sur un mois, soit plus que ce que les économistes attendaient (-2%), après une hausse de 7,7% en mars.

Au niveau européen, après la hausse de 2% sur un an des prix à la consommation dans la zone euro en mai, Eurostat a annoncé hier matin que les prix à la production ont augmenté un peu plus que prévu, soit 7,6% en avril (7.5% attendu) par rapport au même mois de 2020, soit leur plus forte progression annuelle depuis 2008. Hors énergie, comme pour les prix à la consommation, la hausse est nettement moins spectaculaire, les prix à la production s’étant renchéris de 0,9% sur un mois et de 3,5% sur un an.

Fait(s) du jour

On connaît la manie compulsive d’Elon Musk, patron de Tesla, d’envoyer des tweets sur les sujets les plus divers, qu’ils soient sérieux ou non, et sans vraiment en estimer les conséquences, bonnes ou mauvaises. Ces derniers mois il a ainsi fait la pluie et le beau temps de cryptomonnaies comme le bitcoin ou le dogecoin, en les promouvant, en s’en moquant ou en les mettant au pilori quant à l’utilisation excessive d’énergie polluante pour les créer.

Hier matin, suite à un nouveau tweet, les actions de la société coréenne Samsung Publishing (qui n’a rien à voir avec le conglomérat géant Samsung Group) ont explosé de plus de 10 % avant de terminer sur un gain de 6.3%, dans un volume plus de 3 fois supérieur à la moyenne journalière. Le tweet de Musk disait seulement "Le bébé requin écrase tout! Plus de vues que les humains". Or Samsung Publishing a une participation dans  SmartStudy, une société qui a produit la vidéo de la chanson "Baby Shark", celle-ci ayant à l’heure actuelle été déjà visionnée plus de 8 milliards de fois sur YouTube, soit la vidéo la plus populaire jamais vue… Cette vidéo "dance" existe depuis juin 2016, mais il a donc suffi d’un tweet de Musk pour relancer l’intérêt sur Samsung Publishing!

Mais comme le patron de Tesla n’est pas en manque d’imagination, un autre de ses messages a été "Notre plus grand défi est la chaîne d'approvisionnement, en particulier les puces de microcontrôleurs. Je n'ai jamais rien vu de tel; La peur d'en manquer pousse toutes les entreprises à passer des commandes excessives - comme la pénurie de papier toilette, mais à une échelle épique." Il parlait donc ici d’un problème plusieurs fois évoqué dans cette chronique, la pénurie persistante de semiconducteurs qui frappe toutes les industries et en particulier celles des technologies et de l’automobile. Rappelons d’ailleurs que la société de conseil AlixPartners a estimé récemment que les constructeurs automobiles perdront environ 110 milliards USD de ventes cette année en raison de la pénurie de semi-conducteurs, soit près du double d'une projection antérieure.

Cette pénurie a une double conséquence. D’une part, Tesla a augmenté le prix de ses voitures en raison de la hausse du coût des matières premières et des pressions sur la chaîne d'approvisionnement. D’autre part, l'entreprise a également décidé de supprimer la fonction de soutien lombaire des sièges passagers de la berline Model 3 et du SUV Model Y, même si son PDG a déclaré, dans un nouveau tweet, que cette décision était liée à une utilisation limitée par les clients. Pourtant ce rationnement des précieux semiconducteurs touche nombre d'autres constructeurs automobiles qui ont supprimé des fonctions telles que les systèmes de navigation, le compteur numérique ou les miroirs de surveillance de l'angle mort.

Mais l’obsession d’Elon Musk pour communiquer via des tweets exaspère visiblement de plus en plus la SEC, l’organisme américain de contrôle des marchés boursiers. Hier le Wall Street Journal révélait ainsi qu'Elon Musk a par deux fois enfreint l'accord passé avec la SEC selon lequel il doit faire approuver ses tweets par les avocats de Tesla avant de les publier. La SEC a envoyé des documents au fabricant de voitures électriques en 2019 et 2020 considérant que deux tweets de Musk, concernant les volumes de production de panneaux solaires d'une part et le prix de l'action Tesla d'autre part, n'avaient pas été validés comme prévu. Toujours selon la SEC, Tesla n'avait pas "appliqué les procédures et contrôles malgré les violations répétées de M. Musk".

A ce propos il faut rappeler que les rapports tendus de Musk avec la SEC ont commencé à l’été 2018 quand il avait publié dans un tweet, qu’il envisageait de retirer Tesla de la bourse à 420 USD et que le financement (de 72 milliards USD) était assuré. N'étant pas parvenu à apporter les preuves de son affirmation, Elon Musk s'était vu infliger une amende de 20 millions USD par la SEC et avait dû abandonner le poste de président du conseil d'administration. Mais la SEC avait donc aussi obtenu que toute communication du patron de Tesla "contenant ou pouvant contenir des informations susceptibles d'affecter Tesla ou ses actionnaires" soit passée en revue par les juristes de l'entreprise avant d'être publiée. Ce qu’Elon Musk n’a visiblement pas encore compris…

Évolution des marchés boursiers

L’indice Stoxx 600 Europe semble imiter le célèbre perchiste russe Sergueï Bubka qui, il y a une dizaine d’années, battait record sur record, mais un tout petit peu à chaque nouveau meeting. Et donc hier, l’indice boursier européen a battu son record historique de la veille en grapillant 0.28% supplémentaire pour clôturer à 451.34 points.

Tout comme mardi, c’est le secteur de l’énergie (+1.7%) qui a entraîné l’ensemble de la cote à sa suite, toujours favorisé par la hausse des prix du pétrole, le Brent approchant ainsi la barre des 72 USD le baril. Le ministre saoudien du pétrole a d’ailleurs estimé que la demande "a montré des signes clairs d’amélioration" alors que l’Opep+ s’est entendue pour poursuivre en juin et juillet le relèvement progressif de sa production. Les 3 majors pétroliers européens (TotalEnergies, BP et Royal Dutch Shell) ont gagné plus de 2% alors que du côté des équipementiers on notait particulièrement le bond de TechnipFMC (+7.7%).

Derrière les autres gagnants du jours suivaient à bonne distance, mais dans un mouchoir de poche, l’immobilier progressant de 0.47%, devant la consommation de base (+0.46%) et la consommation discrétionnaire (+0.45%). On a aussi remarqué la bonne tenue, dans le secteur industriel, des compagnies aériennes, Air France KLM s’adjugeant 3.5% et Lufthansa 2.6%, les perspectives de voyage s’améliorant avec la maîtrise progressive de la pandémie. 3 secteurs seulement terminaient la journée en perte, et surtout les services aux collectivités (-0.84%) où la plupart des sociétés d’électricité étaient dans rouge, et particulièrement Orsted (-5.7%), le spécialiste danois de l’énergie éolienne, qui a déçu les analystes par des prévisions en-dessous des attentes.

Aux Etats-Unis, dans un bel ensemble, les deux principaux indices boursiers, le Nasdaq et le S&P 500, ont affiché exactement la même très légère hausse en clôture soit 0.14%, celle-ci se traduisant aussi pour le S&P 500 par un quasi équilibre entre secteurs gagnants (6) et secteurs perdants (5). Sans surprise, comme en Europe, les actions de l’énergie ont joué les locomotives et avec la même ampleur (+1.7%). Depuis le début de l’année, le secteur de l’énergie mondial affiche d’ailleurs la meilleure performance soit un gain de près de 35%, la poursuite de la hausse des prix pétroliers expliquant cela.

Derrière le secteur de l’énergie, les actions US les plus en verve appartenaient aux secteurs de l’immobilier (+1.4%) et des actions technologiques (+0.6%). Par contre, la principale baisse du jour était à mettre à l’actif des matériaux (-0.9%) devant la consommation cyclique (-0.4%). Dans ce dernier secteur, on a remarqué la nouvelle baisse de Tesla (-3%). Celle-ci a souffert hier de la chute de sa part de marché mondiale qui a diminué à 11% en avril, contre 29% en mars. Même si les mouvements mensuels des parts de marché sont volatils, étant donné la petite taille de l’univers des véhicules électriques, cette mauvaise nouvelle s’ajoute à d’autres: les menaces croissantes de la concurrence, la pénurie de semiconducteurs, de multiples accidents, des signes de ralentissement des ventes en Chine et un retard potentiel d'une méga usine en Allemagne. Et pas plus tard qu’hier on a appris que Tesla devait rappeler plus de 700 voitures Model 3 expédiées en Chine, présentant soit un problème de ceinture de sécurité, soit un problème lié aux pneus. Cette annonce fait suite aux rappels de dizaines de milliers de véhicules Tesla en Chine et aux États-Unis au cours des derniers mois…

Aujourd'hui

Marchés boursiers asiatiques et futures sur les bourses occidentales

Ce matin (7h15), les marchés asiatiques évoluent en ordre dispersé mais sans grands mouvements. Le Nikkei japonais monte ainsi de 0.4%, l’indice de Hong Kong baisse de 0.2% et les bourses de Shanghai-Shenzhen gagnent 0.3%.

Les futures (contrats à terme) indiquent actuellement que les marchés boursiers occidentaux seraient en léger progrès à l’ouverture, tant en Europe qu’aux Etats-Unis.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Aujourd’hui en Europe seront publiées une série d’indicateurs économiques dont les indices définitifs PMI Markit des services en mai pour l’Allemagne, la France ou le Royaume-Uni ainsi que pour la zone euro. Plus tôt dans la matinée sera aussi connu l’indice PMI en Chine. En Allemagne, il sera très intéressant de connaître les chiffres du marché automobile allemand en mai, un secteur très important outre-Rhin.

Dans l’après-midi, les USA seront à l’honneur avec plusieurs données: l’enquête ADP sur l’emploi privé en mai, les inscriptions au chômage pour la semaine ayant fini le 29 mai, l’indice ISM des services en mai et le rapport hebdomadaire sur les stocks de pétrole.

Côté résultat, on sera attentif aux résultats et commentaires de Broadcom, la grande société technologique américaine, active dans la production de semiconducteurs, dont la pénurie affecte de nombreux pans de l’économie.

Vous souhaitez plus d’informations sur nos services CBC Private Banking? N’hésitez pas à demander une première entrevue sans engagement.

Prendre rendez-vous

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.