Des bourses amorphes, l’or en forme et une fusion immobilière gigantesque

Retrouvez chaque matin une chronique sur l'actualité boursière et financière.

Hier

Nouvelles économiques et financières

Hier selon Destatis  l’office fédéral de la statistique, l’économie allemande s’est contractée plus que prévu au 1er trimestre 2021, soit un recul de 1.8% par rapport au 4éme trimestre 2020 et un repli de 3.1% sur un an. En fait, le PIB allemand est inférieur de 5% à celui du 4éme trimestre 2019, donc juste avant le début de la pandémie. Plusieurs raisons expliquent cela comme les restrictions renforcées pour contenir la contagion ou la pénurie de semiconducteurs qui a impacté l’important secteur automobile allemand.

Par contre, le fameux indice IFO,  qui donne un avant-goût de l'activité économique a dépassé les attentes des analystes et a atteint son plus haut niveau depuis mai 2019. A noter que si la plupart des secteurs sont optimistes (hôtellerie, tourisme, logistique, commerce,…), certains (comme l’automobile ou le bâtiment) craignent des hausses de prix à cause de goulots d’étranglement dans les chaines d’approvisionnement de certains composants et produits finis.

Aux Etats-Unis, le moral des consommateurs, mesuré par le Conference Board, s’est inversement affiché inférieur aux attentes et pour la première fois en baisse cette année.

Fait(s) du jour

Hier sur les marchés boursiers on a finalement autant parlé de briques que d’actions, ce qui est plutôt inhabituel. En effet, le géant de l’immobilier allemand Vonovia a annoncé le rachat amical de son concurrent Deutsche Wohnen pour 18 milliards d’euros. Vonovia payera 52 euros par action Deutsche Wohnen mais versera aussi un dividende de 1.03 euro aux détenteurs de cette action, soit 53.03 euros au total correspondant à une prime de près de 18% par rapport au cours de Deutsche Wohnen vendredi passé. A noter que ce n’est pas la 1ère tentative de rachat de Deutsche Wohnen par Vonovia: en octobre 2015, celle-ci faisait déjà une offre d'acquisition de près de 10 milliards d'euros sur Deutsche Wohnen, si cette dernière renonçait à racheter LEG Immobilien. Mais l’offre de Vonovia avait été rejetée à l’époque.

Avant cette opération, Vonovia était déjà le numéro un sur le marché résidentiel européen.  Son portefeuille couvre essentiellement l'ensemble de l'Allemagne (et un peu l’Autriche et la Suède), mais le groupe compte s’étendre davantage dans d'autres pays européens. Deutsche Wohnen est aussi active dans l’immobilier résidentiel, surtout berlinois, mais possède aussi quelques biens dans l’immobilier de santé. L’entité fusionnée gérera plus de 500.000 logements et confortera son rôle stratégique dans un pays ou près de 85% des Allemands sont locataires de leur logement.

Et les deux sociétés bénéficient de la décision récente de la Cour constitutionnelle allemande qui a annulé le 15 avril dernier, une loi sur le plafonnement des loyers à Berlin, qui visait à contenir la flambée des coûts du logement (estimée à près de 85% entre 2007 et 2019) mais avait tourné au bras de fer entre locataires et propriétaires. Car même si elle est l'une des capitales les plus étendues d'Europe, Berlin manque cruellement de logements à des prix accessibles, phénomène qui s’est aggravé avec la réunification allemande.

Outre des effets d’échelle positifs classiques (avec des économies de coûts programmées de 105 millions d'euros par an à partir de fin 2024), le but de la fusion est aussi d’amortir plus facilement les importants et futurs investissements dans l’isolation thermique, mais aussi de mieux adapter les logements aux personnes âgées.

La valeur cumulée des deux sociétés atteindra, sur base des cours de bourse actuels, environ 47.5 milliards euros (ou 58.1 milliards USD), très loin devant d’autres grandes sociétés immobilières européennes comme les allemands Aroundtown et LEG Immobilien, les français Klepierre et Gecina, la hollandaise Unibail-Rodamco-Westfield ou l’anglaise Segro. Mais surtout la nouvelle société Vonovia-Deutsche Wohnen occupera dorénavant la 5e place mondiale du secteur immobilier en terme de capitalisation boursière, derrière 4 consoeurs américaines, American Tower (114.7 milliards USD), Prologis (87.4 milliards USD), Crown Castle (80.9 milliards USD) et Equinix (65.7 milliards USD).

Evolution des marchés boursiers

Tout comme lundi, les bourses européennes ont très légèrement progressé hier, l’indice Stoxx 600 Europe grapillant 0.03% en clôture, et égalant presque le record historique du 10 mai dernier. Le volatil secteur de l’énergie a rechuté de 1.8%, Royal Dutch Shell (-2.8%) emmenant le train des perdants pétroliers. 3 autres secteurs affichaient aussi des pertes, mais plus limitées : matériaux (-0.5%), services de communication (-0.3%) et soins de santé (-0.1%).

Les gagnants du jour étaient par contre emmenés par les actions technologiques (+1.1%) et en particulier le segment des semiconducteurs (+1.9%). La consommation cyclique remportait la médaille d’argent (+0.7%) alors que le secteur immobilier s’appropriait le bronze (+0.4%). Dans ce dernier secteur, on a remarqué évidemment les performances contrastées de Vonovia (-6.1%) et Deutsche Wohnen (+15.7%), soit un schéma classique où l’acquéreur, payant une prime, est pénalisé par rapport à la société acquise. Et dans le cas présent d’autant plus que l’opération sera notamment financée par Vonovia, via une émission d'actions de 8 milliards d'euros au second semestre 2021, après la clôture de la transaction.

A Wall Street, l’indice S&P 500 a longuement fluctué sans direction précise avant finalement de clôturer en baisse de 0.2%, les craintes inflationnistes refaisant quelque peu surface malgré le discours rassurant des autorités monétaires. Le secteur de l’énergie a le plus lourdement chuté (-2%) emmené par le géant pétrolier Exxon (-2.3%). Celle-ci va organiser aujourd’hui son assemblée générale annuelle au cours de laquelle aura lieu notamment une élection très contestée de 4 nouveaux administrateurs. Et Engine N°1, un hedge fund activiste cherche à faire échouer l’élection des 4 candidats proposés par Exxon en proposant 4 autres administrateurs qui militent pour se tourner davantage vers les énergies alternatives, plus respectueuses de l’environnement.

Engine N°1 soutient qu’Exxon devrait suivre les compagnies pétrolières européennes comme BP et Total qui ont commencé à investir massivement dans les énergies renouvelables comme l'énergie éolienne et solaire. Certains grands fonds de pension, comme le New York State Common Retirement Fund et le California Public Employees' Retirement System appuient les démarches d’Engine N°1. Et depuis hier, les activistes ont reçu un renfort supplémentaire de  poids, celui de BlackRock, le plus grand gestionnaire d'actifs au monde, qui s'est imposé comme un leader dans les efforts visant à pousser les entreprises à faire davantage pour réduire les émissions de dioxyde de carbone et d'autres gaz à l'origine du réchauffement climatique.

Derrière l’énergie, les services aux collectivités perdaient le plus (-1.2%) devant les financières (-1%). Parmi les rares secteurs en hausse, la consommation cyclique et l’immobilier sortaient légèrement du lot (+0.3%).

Hors les marchés d’actions, signalons que les cryptomonnaies ont repris du poil le la bête, emmenées par le bitcoin qui cote ce matin près de 39.500 USD. Mais on a remarqué aussi que l’or est sur un cycle haussier moins volatil que les cryptomonnaies. Le métal jaune vient de redépasser les 1900 USD la tonne (1903.7 USD actuellement) revenant à son niveau du 7 janvier dernier. Et depuis un plus bas à 1685 USD la tonne le 30 mars, l’or a déjà rebondi de plus de 13%.

Aujourd'hui

Marchés boursiers asiatiques et futures sur les bourses occidentales

Ce matin (7h45) les marchés asiatiques évoluent en ordre dispersé. Tokyo gagne actuellement 0.3% alors que Hong Kong progresse de 0.9% mais Shanghai-Shenzhen sont quasiment inchangées. Ces dernières semblent reprendre leur souffle après que la séance d’hier a montré une hausse de 3.2%, soit la plus forte progression en une journée depuis début juillet 2020.

Les futures sur les marchés occidentaux sont actuellement bien orientés et laissent entrevoir, à l’ouverture, une hausse des marchés boursiers européens et américains de l’ordre de 0.3 à 0.4%.

Annonce(s) du jour à prendre en compte

Au rayon économique, avant l’ouverture des bourses européennes on aura eu connaissance, via l’Insee, du climat des affaires et de la confiance des consommateurs en France en mai. Après-midi seront publiés les stocks hebdomadaires de pétrole du département de l’énergie aux USA.

Côté résultats, on sera en particulier attentif en Europe à ceux de SnowWorld et Marks & Spencer alors qu’aux USA on surveillera de près ceux du spécialiste de l’intelligence artificielle et des cartes graphiques Nvidia.

Vous souhaitez plus d’informations sur nos services CBC Private Banking? N’hésitez pas à demander une première entrevue sans engagement.

Prendre rendez-vous

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.