Une 1ère salve de résultats meilleurs qu’attendus réjouissent les marchés boursiers

Hier

Vendredi, pour ne pas déroger à la "tradition" des derniers jours, les marchés boursiers ont continué à surfer sur la vague d’optimisme dans laquelle baigne les investisseurs. Cet optimisme est surtout dû aux bons indicateurs économiques américains et chinois que l’on note depuis plusieurs mois (alors que l’Europe est plus frileuse en raison d’une pandémie moins maitrisée notamment dans des grands pays comme l’Allemagne ou la France). Les chiffres publiés aux USA et en Chine en fin de semaine passée confortent cet état de fait. La Chine a ainsi annoncé une hausse de 18,3% en rythme annuel de son produit intérieur brut (PIB) au cours du premier trimestre 2021, même si comparé à un 1er trimestre 2020 beaucoup moins vigoureux dû au déclenchement de la pandémie. Aux États-Unis, la plupart des derniers indicateurs continuent à être encourageants, que ce soit les ventes au détail, les mises en chantier de logements, l’activité manufacturière dans la région de New York ou les demandes d’allocation au chômage. Enfin en avril la confiance des consommateurs américains est revenue à son niveau d’il y a 1 an selon l’Université du Michigan, tout en restant encore inférieure au chiffre d’avant la crise.

Et pour ne rien gâcher, on constate une tendance nette au relâchement des taux longs US ces dernières semaines. Ainsi actuellement le rendement du taux à 10 ans américain n’est plus que 1.57% alors qu’il avait atteint 1.74% fin mars lorsque les marchés s’inquiétaient beaucoup des risques d’inflation et de hausse des taux à cause de la vigueur de l’économie US. À noter par contre qu’en Europe, le Bund allemand à 10 ans est quasi inchangé par rapport au 31 mars soit -0.26%.

Mais la semaine passée, les regards ont surtout convergé vers les 1ers résultats trimestriels de sociétés. Si, comme nous le soulignions dans nos chroniques précédentes, les attentes étaient élevées, on n’a pas été déçu et, au contraire, surpris positivement par la plupart de ceux-ci. Ainsi sur la soixantaine de résultats publiés par des sociétés américaines cotées la semaine passée, nous avons calculé que près de 70% étaient meilleurs qu’attendus contre 30% seulement en dessous des prévisions! Les grandes banques américaines ont été le fer de lance de ces résultats au-delà des attentes, comme Citigroup, JP Morgan, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Wells Fargo, Bank of America, Bank of New York, State Street ou encore US Bancorp. Le secteur bancaire a profité de taux d’intérêt plus favorables ces derniers mois, de reprises de provisions pour créances douteuses ou encore des activités de banque d’affaires et de trading (seule tache dans ce tableau, la perte exceptionnelle de 911 millions USD enregistrée par Morgan Stanley suite à la faillite retentissante du fonds Archegos). Hors les bancaires, d’autres sociétés américaines ont aussi dépassé les attentes comme PepsiCo, Alcoa, PPG ou encore le grand groupe d’assurance et de soins de santé UnitedHealth.

En Europe, la saison des résultats a démarré plus lentement, mais ici aussi une majorité de résultats ont surpris agréablement comme LVMH, leader du luxe mais également plus grande société européenne cotée, Publicis, HelloFresh, SAP, Tesco ou Daimler. Cette dernière a d’ailleurs bénéficié de la progression de 87% sur un an des immatriculations de voitures neuves en Europe. Seule grande déception relative parmi les résultats européens, l’Oréal: si les divisions Cosmétique et les marques dédiées aux salons de coiffure ont bien performé, les résultats enregistrés sur les marchés européens et le segment Grand Public ont été décevants.

Pour terminer, un constat intéressant à la lecture des communiqués de presse des sociétés: beaucoup de résultats dépassant les attentes l’ont notamment été grâce à la dynamique des marchés américains et chinois, d’une part, du fort essor du digital et des activités en ligne grâce à l’explosion de l’e-commerce, d’autre part.

Au niveau des marchés boursiers, l’indice européen Stoxx 600 a donc pulvérisé vendredi soir un nouveau record historique en s’inscrivant à 442.49 points (+0.90% par rapport à jeudi). Seul le secteur Energie continuant à perdre des plumes (-0.33%), cette thématique abandonnant ainsi près de 9% en un peu plus d’un mois selon l’indice MSCI Europe Energy. Par contre, au niveau des gains, on a noté la belle progression des sociétés industrielles (+1.56%) où on a surtout remarqué les gains de sociétés importantes comme Siemens (+4.3%), Volvo (+3.4%) ou Atlas Copco (+2.5%). Les très bons résultats de Daimler, et les statistiques de ventes de voitures neuves en Europe, ont donc permis au secteur de la consommation cyclique de gagner 1.15% ; outre Daimler (+2.7%), VW a bondi de 2.9% et Renault de 2.3%, ce qui a permis aux équipementiers de s’inscrire également dans ce sillage positif comme Continental (+2.9%), Valeo (+3.8%) ou Faurecia (+3.5%). Les sociétés financières européennes ont quant à elles augmenté en moyenne de 1.1%, les opérateurs espérant des bonnes surprises au niveau des résultats des banques comme aux USA.

Aux États-Unis, nouveau record également pour l’indice S&P 500 (+0.36% à 4185.45 points) alors que l’indice Nasdaq (+0.10%) des actions technolgiques a échoué de peu à dépasser son record du 12 février dernier. Comme en Europe, le secteur de l’énergie était le parent pauvre de l’indice en baissant de 0.9%. La plupart des autres secteurs ont progressé de 0.6 à 0.8% (consommations cyclique et non cyclique, soins de santé, finance, services aux collectivités) mais la hausse la plus marquée a été celle du secteur des matériaux (+1.2%) grâce en particulier au segment des produits chimiques où PPG Industries (produits chimiques spécialisés pour la construction ou l’automobile notamment) bondissait de près de 9% à la suite de bénéfices dépassant les attentes.

Aujourd'hui

Sur les marchés boursiers asiatiques, ce début de semaine s’inscrit globalement dans la foulée positive des marchés occidentaux vendredi. À 7h30, si Tokyo progresse à peine, Hong Kong et Shanghai-Shenzhen gagnent respectivement 0.6 et 1.9%, les dernières données économiques chinoises soutenant ces marchés. Mais les opérateurs sont aussi rassurés par le fait que dans le dossier China Huarong AM, le régulateur financier chinois a déclaré que le grand gestionnaire de créances douteuses disposait de liquidités suffisantes. Depuis que cette société n’a pas respecté récemment la date limite de publication de ses résultats, les investisseurs s’inquiétaient des possibles retombées sur les marchés d’un défaut de cet organisme financier important. Au niveau des investissements spéculatifs, notons que s’il se reprend quelque peu ce matin, le Bitcoin a connu une chute de près de 10% ce week-end. Après d’autres pays dans le monde, la Turquie a interdit vendredi soir l’utilisation des cryptomonnaies pour des paiements, mettant en exergue les risques importants liés à ces nouvelles monnaies électroniques et notamment l’absence de contrôle et de régulation.

Les futures (contrats à terme) prédisent pour l’instant que les marchés boursiers européens commenceraient dans le vert (+0.18%) alors que par contre les marchés américains feraient l’objet de prises de bénéfices (-0.19%).

Très peu de statistiques économiques d’envergure seront publiées aujourd’hui, que ce soit en Europe ou aux USA. Du côté des résultats, aux États-Unis, on sera attentif à Coca-Cola, IBM et United Airlines notamment.

Vous souhaitez plus d’informations sur nos services CBC Private Banking? N’hésitez pas à demander une première entrevue sans engagement.

Prendre rendez-vous

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.