Les bourses à l’écoute du gigantesque plan de relance américain

Hier

Comme pressenti ces derniers temps, l’inflation en zone euro continue de grimper et a augmenté de 1.3% par rapport à il y a un an, notamment à cause de la hausse des prix de l’énergie. Mais hors énergie et alimentation, l’inflation sous-jacente a ralenti en mars (1% contre 1.2% en février). Si certains s’inquiètent des chiffres d’inflation, qui pourrait dépasser temporairement l’objectif de la Banque Centrale Européenne (BCE), Christine Lagarde, la présidente de la BCE, s’est voulue très ferme hier quant au fait que les investisseurs testaient la résistance de l’institution avec la montée des taux obligataires. "Les investisseurs peuvent nous tester autant qu’ils le veulent, nous avons des outils exceptionnels et nous les utiliserons au besoin". Le Bund allemand à 10 ans n’a ainsi guère bougé (-0.29%) alors que le taux US à 10 ans était aussi relativement stable à 1.725%.

Aux USA, le nombre d’emplois créés dans le secteur privé américain en mars, selon le décompte du cabinet ADP est légèrement inférieur aux attentes du marché mais nettement supérieur à celui du mois de février.

Mais hier les marchés attendaient surtout le discours en soirée du président américain sur le nouveau et gigantesque plan de relance de l’économie. Appelé "Build Back Better" ("Reconstruire mieux"), ce plan de 2.000 milliards USD prévoit de rénover les infrastructures des USA (datant souvent des années ’50 et donc très obsolètes), créer des millions d’emplois, concurrencer la Chine et lutter contre le changement climatique. Les investissements de la 1ère phase de ce plan seraient étalés sur 8 ans et essentiellement financés par une hausse de l’impôt des sociétés de 21 à 28% (Trump ayant diminué le taux de 35 à 21%).

La proposition prévoit notamment d’investir 620 milliards de USD dans les infrastructures de transport telles que la réparation des 10 plus grands ponts US ainsi que 10.000 autres ponts ou la modernisation de 32.200 km de routes et autoroutes. Seront aussi concernés, les transports publics (des milliers de bus et wagons seront remplacés et des centaines de gares rénovées), les ports, les aéroports et le développement des véhicules électriques (investissement de 174 milliards USD pour promouvoir la filière et créer, d’ici 2030, un réseau de 500.000 bornes de recharge électrique). Mais le plan veut aussi consacrer 400 milliards USD aux soins des Américains âgés et handicapés. Le plan prévoit par ailleurs d’injecter plus de 300 milliards USD dans l'amélioration des infrastructures d'eau potable (moderniser le réseau et changer notamment tous les tuyaux en plomb), l'extension de l'accès au haut débit digital et la modernisation des réseaux électriques. Il est aussi prévu d’investir plus de 300 milliards USD dans la construction et la rénovation de plus de 2 millions de bâtiments (logements, immeubles commerciaux, écoles, garderies, hôpitaux et immeubles fédéraux) devant notamment être plus efficaces sur le plan énergétique. 580 milliards USD seront aussi consacrés à l'industrie manufacturière américaine, la recherche et le développement et les efforts de formation professionnelle.

Ce plan "Build Back Better" doit encore être validé au Congrès à faible majorité démocrate et n’est donc pas encore certain dans son application et dans ses modalités mais si c’est le cas il devrait davantage "doper" l’économie US.

En attendant, les marchés boursiers européens ont terminé hier légèrement en baisse, le Stoxx 600 abandonnant 0.24%. Si les actions technologiques ont gagné 0.7% et celles des services aux collectivités 1%, tous les autres secteurs ont enregistré des pertes comme celui des actions financières (-1.1%) jouant au yo-yo avec les taux; dans ce secteur l’action du Crédit Suisse a encore perdu près de 5 %, toujours impacté par la déconfiture du hedge fund Archegos. Le secteur de l’énergie a aussi particulièrement corrigé (-1.4%), les 3 "majors" pétroliers européens (BP, Royal Dutch et Total) ont perdu ainsi entre 1.2 et 2.2%, les prix du pétrole (Brent) étant redescendus à 63 USD le baril, en attendant l'OPEP+ qui se réunit ce jeudi pour discuter des niveaux de production pour le mois de mai.

Aux Etats-Unis, si l’indice Nasdaq bondissait de 1.5% en clôture, l’indice global S&P 500 se contentait d’un gain de 0.4%. Mais ces 2 indices ont ainsi enregistré leur 4e trimestre consécutif en hausse. Par ailleurs, sur le 1er trimestre 2021 (en euros – voir graphe ci-dessous) l’indice S&P 500 a le plus progressé (+11.8%) parmi les grands marchés boursiers, Hong Kong suivant avec un gain de 9.4%. L’Europe (Stoxx 600) a progressé de 8.1% juste devant le Nasdaq (+7.8%). Le Japon et la Chine ferment la marche avec des hausses limitées de respectivement 4.4 et 2.8%.

Parmi les secteurs US, la technologie a enregistré la plus forte hausse hier (+1.5%) grâce en particulier aux sous-secteurs des semi-conducteurs (+2.1%) et des équipementiers pour semi-conducteurs (+4.9%), mais on remarquait aussi les gains de Apple (+1.9%), Microsoft (+1.7%), Adobe (+2.1%) ou encore Intuit (+2.5%). Derrière la technologie, les secteurs de la consommation cyclique (+0.8%) et des services aux collectivités (+0.7%) complétaient le podium des vainqueurs. Comme en Europe, les baissiers étaient emmenés par les secteurs financier et énergie, perdant chacun 0.9%.

Aujourd'hui

Ce matin (7h45) les bourses asiatiques, dans la foulée de Wall Street, sont en hausse comme Séoul et Tokyo gagnant chacune 0.7%, mais aussi les marchés chinois, Hong Kong progressant de 1.1 et Shanghai-Shenzhen de 0.6% Il est vrai qu’en Asie, l'industrie manufacturière s'est redressée en mars après la période volatile du Nouvel An lunaire, reflétant une reprise soutenue de la production de biens.

Les futures (contrats à terme) indiquent actuellement une très légère hausse, lors des premiers échanges, sur les marchés boursiers européens (+0.16%) et américain (+0.04%).

En raison du week-end de Pâques, la plupart des marché boursiers seront fermés ces vendredi 2 et lundi 5 avril, dont Euronext (Paris, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne), Francfort, Londres et Hong Kong. Shanghai sera fermée lundi. Les bourses américaines seront fermées demain mais ouvertes lundi. Les banques belges seront également fermées vendredi et lundi. Ma chronique financière et boursière reprendra donc mardi 6 avril.

Vous souhaitez plus d’informations sur nos services CBC Private Banking? N’hésitez pas à demander une première entrevue sans engagement.

Prendre rendez-vous

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.