Les bourses en attente de la FED, VW défie Tesla

Hier

Hier matin, l’ouverture positive des bourses européennes a été confortée en fin de matinée par les résultats de l’enquête mensuelle de l’institut ZEW auprès des investisseurs. L’indice du climat allemand des affaires a augmenté plus que prévu en mars grâce à la vaccination de masse qui permettra une reprise généralisée de la première économie européenne. En début d’après-midi, la publication des chiffres des ventes au détail aux États-Unis en février, moins bons que prévu n’a pas refroidi les acheteurs, d’autant que les chiffres de janvier ont été révisés à la hausse et que le plan de relance US, devant permettre l’envoi en mars de chèques aux familles, devrait permettre un rebond ce mois-ci.

Certains s’inquiétaient aussi de retards possibles en Europe dans la campagne de vaccination massive des populations - retardant la reprise économique et le rebond boursier - si l’Agence Européenne du Médicament (EMA) se prononçait négativement sur le vaccin d’AstraZeneca. Mais alors que 16 pays européens venaient de décider d’interrompre, par précaution, la vaccination avec le produit d’AstraZeneca, l’EMA a réaffirmé ce mardi sa confiance dans ce vaccin et ses pays membres peuvent donc continuer de vacciner avec ce produit en attendant un nouveau suivi d’ici jeudi.

En attendant, et alors que les taux longs n’ont guère bougé hier, tant aux États-Unis qu’en Europe, les marchés boursiers européens sont plutôt resté focalisés sur la réunion de la FED américaine, qui devrait préciser aujourd’hui ses nouvelles projections économiques ainsi que ses estimations concernant l’évolution des taux d’intérêt. Les investisseurs étant plutôt confiants quant à des taux sous contrôle, l’indice Stoxx Europe a progressé de 0.88%, les soins de santé (3e poids sectoriel de l’indice) grimpant de 1.38% grâce aux gains des actions pharmaceutiques emmenées par… AstraZeneca (+3.6%). Le cours de celle-ci a notamment profité des propos à priori rassurants de l’EMA, mais aussi de la recommandation positive de la banque d’investissement américaine Jefferies mettant en avant le "pipeline prolifique de médicaments" et la "croissance à 2 chiffres des bénéfices jusqu’en 2025". Les actions technologiques ont poursuivi leur rebond (+1.24%) grâce à l’accalmie sur les taux, ce qui a aussi profité au secteur immobilier (+1.68%).

Finalement, le seul secteur dans le rouge aura été l’énergie (-1.28%) pénalisé par les sociétés pétrolières, elles-mêmes impactées par la décrue des prix pétroliers, le Brent cotant maintenant 68.9 USD le baril.

La plupart des regards ont cependant convergé hier vers le secteur de la consommation cyclique et surtout sur sa composante "automobile" entrainée particulièrement par l’action (privilégiée) Volkswagen (+6.7%). Lundi Herbert Diess, CEO de VW, 2e producteur automobile mondial derrière Toyota, a fait plusieurs annonces d’importance lors d’un "Power Day". Il a notamment déclaré que VW, qui ambitionne d’améliorer ses marges de rentabilité, veut doubler ses livraisons de véhicules électriques en 2021. La "stratégie pour une mobilité durable et intelligente" de la Commission européenne prévoit d’ailleurs la mise en circulation d'au moins 30 millions de voitures à émission zéro d'ici à 2030.

VW a aussi annoncé son intention de créer, en partenariat, 6 "giga usines" de production de cellules de batteries en Europe - pour sécuriser ses approvisionnements - d'ici à la fin de la décennie et de renforcer les infrastructures de recharge en Europe, en Amérique du Nord et en Chine. En ce qui concerne les batteries électriques, l'entreprise de Wolfsburg se concentrera également sur le développement d'une "nouvelle cellule unifiée" qui devrait être mise en place en 2023 et utilisée dans 80 % des véhicules électriques du groupe d'ici à 2030. H. Diess s’est enfin déclaré optimiste quant à combler l’écart avec Tesla affirmant que le prochain objectif était d’ailleurs de le dépasser. Est-ce un signe (voir le graphe ci-dessous) depuis près d’1 mois l’action Volkswagen (en blanc) performe mieux que Tesla (en orange) qui avait pulvérisé tous les records ces dernières années…

Ces différentes annonces ont eu des conséquences indirectes négatives pour Umicore qui a chuté de 5.9% : VW privilégierait dorénavant les batteries LFP (Lithium-Fer-Phosphate) plutôt que la technologie NMC (Nickel-Manganèse-Cobalt) - sur laquelle Umicore est focalisée - car la technologie LFP est notamment moins couteuse, ne contenant pas des matières premières chères comme le Cobalt et le Nickel. 

Aux USA, l’indice général S&P qui avait aussi ouvert en hausse s’est ensuite retourné pour perdre 0.16% en cloture. Seuls les secteurs de la technologie (+0.8% et le Nasdaq terminant en léger boni), des services de communication (+0.9%) de la consommation de base (+0.1%) et des services aux collectivités (+0.1%) parvenant à tirer leur épingle du jeu. Du côté, des pertes on remarquait surtout la forte baisse du secteur de l’énergie (-2.8%); les producteurs comme Exxon (-2.1%), Chevron (-2.4%) ou Occidental Petroleum (-3.9%) ont fait plonger le secteur, mais les équipementiers pétroliers comme Schlumberger (-3.6%), Halliburton (-4.6%) ou Baker Hugues (-5%) ont accentué la chute.

Aujourd'hui

Ce matin (7h30) les marchés asiatiques attendent aussi la réunion importantes de la FED (conférence de presse dès 19h, heure belge) et ne bougent guère par rapport à hier. Ainsi la bourse de Tokyo est quasiment stable, Hong Kong perd 0.3 , alors que les bourses de Shanghai & Shenzhen progressent légèrement (+0.3%). Assez logiquement, l’attentisme est aussi de mise pour les marchés occidentaux: les futures (contrats à terme) prévoient actuellement une très légère baisse lors des premiers échanges en Europe alors que Wall Street pourrait ouvrir en très légère hausse. À confirmer dans les prochaines heures évidemment!

À noter que le dollar américain se renforce encore ces derniers jours et l’euro se traite actuellement contre 1.19 USD alors qu’on se trouvait à 1.22 en début d’année.

Si les conclusions de la FED éclipseront normalement toutes les autres nouvelles économiques du jour, les opérateurs seront néanmoins attentifs aujourd’hui au chiffre définitif de l’inflation en février dans la zone euro (consensus: +0,9% en glissement annuel) et aux nouvelles immatriculations de véhicules pour février en Europe. Aux États-Unis, on surveillera dans l’après-midi les stocks hebdomadaires de pétrole ainsi que les permis de construire et mises en chantier de logements en février.

Vous souhaitez plus d’informations sur nos services CBC Private Banking? N’hésitez pas à demander une première entrevue sans engagement.

Prendre rendez-vous

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.