Nouveau record pour l’indice S&P 500 en attendant la FED

Hier

Depuis le début de l’année, les marchés boursiers sont clairement en hausse, même si c’est par à-coups. Le camp des optimistes - pariant sur une reprise rapide de l’économie mondiale, portée par les campagnes de vaccination -l’emporte en général sur le camp des pessimistes qui craignent une résurgence de l’inflation et une hausse rapide et forte des taux d’intérêt. Les dernières statistiques, tant européennes qu’américaines ou asiatiques, tendent à renforcer le point de vue optimiste. Ainsi encore hier l’indice Empire Manufacturing d’activité établi par la Fed de New York a atteint un sommet de près de trois ans à 17,4 en mars, contre 14,5 attendus. Plus intéressant peut-être, le sentiment des sociétés quant à leurs perspectives d’activité d’ici 6 mois s’est aussi amélioré.

Selon Reuters, à 2 jours du nouveau communiqué de la FED américaine, celle-ci devrait prévoir que l'économie américaine connaîtra en 2021 la croissance la plus rapide depuis des décennies, avec une baisse du chômage et une hausse de l'inflation. Mais d’un autre côté, selon la secrétaire américaine au Trésor J. Yellen, interrogée par la chaine de télévision ABC, "les risques inflationnistes liés au plan de relance restent limités et gérables". 

Ces considérations ont probablement contribué à une détente des taux longs, comme le Bund à 10 ans allemand qui cote -0.334% contre -0.306% vendredi soir. Logiquement, le secteur financier européen (qui représente le poids le plus important de l’indice Stoxx 600) a ainsi perdu 0.70%, alors que le secteur des matériaux (-0.94%) et celui de l’énergie (-1.65%, faisant les frais de la décrue des prix pétroliers) contribuaient également à essayer de pousser l’indice global dans le rouge. Inversement, les taux moins élevés favorisent les actions technologiques qui redressaient la tête (+0.66%) même si la palme du meilleur secteur revenait hier aux soins de santé (+1.03%), notamment grâce aux gains de poids lourds comme Sanofi, Roche ou Novo Nordisk progressant entre 1.6 et 2.1% chacune. En définitive, les gains et pertes sectoriels se sont équilibrés et l’indice Stoxx 600 Europe a terminé quasiment inchangé (-… 0.01%!).

À noter que dans le secteur des soins de santé, AstraZeneca a aussi progressé de 0.4% malgré la suspension provisoire de son vaccin anti Covid dans de nouveaux pays européens (dont la France, l’Italie et l’Allemagne) en attendant l’avis des autorités sanitaires concernant un risque de formation de caillots sanguins chez des personnes récemment vaccinées.

Aux États-Unis, par contre la tendance a été plus positive. Avec un gain hier soir de 0.65% en clôture l’indice S&P 500 a même affiché un nouveau record historique à 3968.94 points. Comme on le voit sur le graphe ci-dessous, cet indice (en blanc) a connu les 10 dernières années une progression de 267%, largement devant le Japon (en jaune, +178%), la Chine (en rouge) et l’Europe (en orange) suivant à distance respectable (respectivement +94% et +82%). Durant la dernière décennie, la performance des actions technologiques explique une bonne part du bond de l’indice américain. Et d’ailleurs hier ce secteur a encore progressé de 1.1%, notamment emmené par Apple (+2.5%) mais aussi par les actions de semi-conducteurs comme Nvidia (+2.6%), Broadcom (+4.3%) ou encore Skyworks (+3.8%).

Mais le secteur de la consommation cyclique (ou discrétionnaire) a également participé à la hausse de l’indice S&P 500 en gagnant lundi 1.2% notamment aidé, ce qui est symptomatique de l’espoir ravivé de retour à la normale, par les actions liées au secteur "hotels, restaurants et loisirs". On aura ainsi noté les hausses de McDonald (+3.8%), des croisiéristes Carnival (+4.7%) ou Norwegian Cruise Line (+2.7%), de Yum ! Brands (+3%) ou encore des sociétés exploitant des casinos comme Las Vegas Sands (+6 %) ou MGM Resorts (+5.1%).

Quoique étant d’un poids plus réduit dans le S&P 500, les secteurs des services aux collectivités et de l’immobilier ont également affiché des gains d’un peu plus d’1%. Comme en Europe, on déplorait par contre les baisses des secteurs financiers (-0.6%) et de l’énergie (-1.3%).

Si le secteur financier a donc souffert ce lundi de l’érosion des taux, le Wall Street Journal donnait hier une information intéressante. Selon le célèbre journal financier, dans les mois à venir, les banques américaines devraient libérer des dizaines de milliards USD de réserves qu'elles ont constituées pour couvrir les prêts douteux - des pertes qui ne se sont toujours pas matérialisées un an après une pandémie qui a paralysé des pans entiers de l'économie américaine. Ainsi en décembre dernier, les banques américaines disposaient de 236,6 milliards USD de réserves totales, selon la Federal Deposit Insurance Corp., soit près du double de leur niveau d'avant la crise due au coronavirus.

Aujourd'hui

Ce matin (7h40) les bourses asiatiques s’inscrivent résolument dans la tendance haussière de Wall Street hier soir. Ainsi Tokyo progresse de 0.5%, Hong Kong de 0.3% et Shanghai-Shenzhen de 0.5%. La pression des autorités chinoises sur plusieurs géants technologiques ne semble pas émouvoir outre-mesure les investisseurs. Pourtant, le gouvernement chinois continue à vouloir davantage contrôler Alibaba par exemple. Ainsi après la pression sur la filiale financière Ant Group, les autorités demanderaient maintenant à Alibaba de céder ses actifs dans le secteur des médias, du fait de l’influence grandissante du géant technologique sur l’opinion publique dans le pays. Dans le secteur des médias, Alibaba détient par exemple près de 50 % de Weibo (une plate-forme de réseaux sociaux) ou des journaux comme le South China Morning Post (un important journal anglophone de Hong Kong).

Les futures indiquent aussi une légère progression de l’Europe à l’ouverture (+0.18 %), par contre on irait vers quelques légères prises de bénéfices lors des premiers échanges à Wall Street (-0.02%).

Au niveau des statistiques du jour, on sera particulièrement attentif, à 11h, à l’indice ZEW du sentiment économique en Allemagne pour le mois de mars. Les statistiques seront nombreuses aujourd’hui aux USA mais à 13h30, on surveillera tout particulièrement les ventes au détail de février.

Vous souhaitez plus d’informations sur nos services CBC Private Banking? N’hésitez pas à demander une première entrevue sans engagement.

Prendre rendez-vous

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.