Bpost à contre-courant de marchés boursiers positifs

Hier

Comme nous l’écrivions hier matin, les yeux des intervenants sur les marchés boursiers seraient surtout tournés mercredi vers les États-Unis qui devaient publier, en début d’après-midi, les chiffres de l’évolution des prix à la consommation. Finalement les chiffres ont été en ligne avec les prévisions et donc l’inflation n’a pas connu la forte accélération que certains craignaient. Globalement l’inflation globale à atteint un plus haut sur 1 an soit 1.7%, mais c’était prévu, alors que l’inflation de base (hors énergie et alimentation) était même plus basse qu’attendu soit 1.4%. En conséquences on a vu les taux US à 10 ans clairement se détendre (1.52% ce matin contre près de 1.57% avant la publication de l’inflation) ce qui a eu pour conséquence de pousser davantage à la hausse les bourses européennes qui, jusque là, affichaient une progression très timorée depuis le début de la journée.

In fine, l’indice Stoxx Europe 600 a gagné hier 0.4%, avec en exergue les secteurs des services de communication (+1.4% grâce notamment à Orange, Deutsche Telekom, Telecom Italia ou Telefonica gagnant de 3 à 5%), les soins de santé (+1.12%) ou l’énergie (+1.07%). Par contre on note le recul du secteur technologique (-0.9%) ainsi que celui du secteur financier, mais limité à 0.2%.

La journée a aussi été marquée, en Belgique, par l’effondrement de l’action Bpost (8.32 euros soit -17% en clôture en perdant même 24% en début de journée) dans un volume qu’on n’avait plus vu depuis longtemps, soit 4,8 millions de titres ou 12 fois le volume moyen journalier traité d’ordinaire en bourse! La raison de cette violente désaffection des investisseurs est due à des résultats considérés par les analystes comme inférieurs aux attentes pour 2020, soit un résultat EBITDA (excédent brut d’exploitation) de 1.194 milliard d'euros (+7.2% vs 2019) alors que le marché attendait 1.219 milliard d'euros. Opérationnellement la pandémie a dopé l’activité de distribution des colis (dans la foulée de l’augmentation du commerce internet) mais a par contre négativement impacté les activités, toujours importantes, de distribution de courrier et "retail". À cela sont venus s’ajouter quelques éléments exceptionnels comme des réductions de valeur (62 millions sur la division Press, Retail et Courrier international, 142 millions liés à la vente de Bpost Banque et 9 millions suite à la cyberattaque subie par la filiale américaine Radial) ou encore des "primes corona" accordées aux employés de la société. Pour 2021, Bpost s’attend à un résultat EBIT (bénéfice avant intérêts et impôts) compris entre 265 et 295 millions d'euros, à comparer avec 281 millions engrangés en 2020.

Sur 1 an (voir graphe ci-dessous), l’action Bpost sous-performe très clairement par rapport à ses pairs. Néanmoins, avant d’éventuelles révisions baissières, le consensus des analystes prévoit toujours un objectif moyen du cours à 11.25 euros.

Aux États-Unis, la séance a aussi globalement bénéficié des nouvelles rassurantes quant à l’inflation et aux taux d’intérêt, mais également du vote final du projet de loi concernant le plan de relance de 1900 milliards USD, devant donner un nouvel élan à l’économie américaine. L’indice S&P 500 a clôturé en hausse de 0.6% alors que le Nasdaq échouait d’un chouia à terminer également dans le vert (-0.04%).

Le principal secteur américain bénéficiaire de la journée a été l’énergie (+2.6%) profitant de la remontée des prix du pétrole (le Brent dépassant à nouveau les 68 USD le baril). Les stocks de pétrole brut aux États-Unis ont augmenté de manière plus forte que prévu la semaine dernière, mais les réserves d’essence et de distillats ont nettement diminué, selon le département américain de l’Énergie (EIA). La demande d’essence a notamment bondi de 8,7 millions de barils par jour, soit un pic en quatre mois et un niveau inférieur de seulement 8% à celui d’avant la pandémie. Plusieurs États, comme le Texas, ont également annoncé mercredi la levée de certaines restrictions sanitaires, ce qui devrait soutenir la demande. Malgré la baisse des taux, les financières ont aussi repris du poil de la bête (+1.9%). À noter enfin la bonne tenue de secteurs plus cycliques comme les matériaux (+1.6%) et les actions industrielles (+1.5%).

Par contre les actions technologiques ont à nouveau fait l’objet de prises de bénéfices (-0.4%) à cause principalement de la décrue des semi-conducteurs, mais aussi de quelques valeurs vedettes comme Apple, Microsoft, Facebook ou Alphabet, les investisseurs restant partagés sur les actions de croissance qui ont le plus souffert de la hausse des taux.

Aujourd'hui

Ce matin, les marchés boursiers asiatiques sont quasi tous en hausse. Séoul gagne près de 2%, Tokyo progresse de 0.6%, Hong-Kong engrange 1% alors que ses consoeurs de Shanghai-Shenzhen prennent même 1.6%. Entre son sommet historique du 18 février dernier et le 9 mars, l’indice chinois CSI300 avait perdu près de 16%, mais depuis 2 jours, il semble montrer à nouveau une tendance haussière. Au niveau des indicateurs pour les marchés occidentaux, les futures (contrats à terme) indiquent actuellement (7h40) une légère hausse à l’ouverture des bourses européennes (+0.2%) mais un peu plus marquée pour Wall Street (+0.5%).

Aujourd’hui, il y aura peu de statistiques intéressantes aux États-Unis. Par contre, les investisseurs se concentreront sur les perspectives de reprise en Europe. L’activité économique est moins alerte qu’aux États-Unis, la campagne de vaccination est plus lente et la stimulation budgétaire plus modeste qu’aux USA. On sera donc attentif à la déclaration de politique générale de la Banque Centrale Européenne qui tient ce jour sa réunion du conseil des gouverneurs.

Pour terminer, notons que l’OPEP (organisation des pays producteurs de pétrole) publiera son rapport annuel sur le marché du pétrole, incluant ses prévisions de demande et ses estimations de production.

Vous souhaitez plus d’informations sur nos services CBC Private Banking? N’hésitez pas à demander une première entrevue sans engagement.

Prendre rendez-vous

Avertissement

Cette publication a été rédigée par Michel Ernst, Stratégiste Actions de CBC Banque. Toutes les considérations reprises dans cette publication reflètent l'analyse personnelle de l’auteur à la date mentionnée. Cette analyse est basée sur des sources accessibles au public et prend en compte des éléments relevant des contextes économique, politique et financier du moment. Elle est donc susceptible d’être modifiée à tout moment, sans notification préalable. 

Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Ces informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et de la réglementation sur les marchés d'instruments financiers.

Bien que les informations fournies se fondent sur des sources pouvant être considérées comme fiables, et bien que toutes les précautions raisonnables aient été prises pour préparer ce document, CBC Banque ne garantit ni son exactitude ni son exhaustivité. 

Ni CBC Banque ni aucune entité du Groupe KBC ne pourra être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations, opinions ou estimations contenues dans le présent document.

L’auteur de ce document confirme ne pas détenir, pour compte propre, à la date de la publication, d’instruments financiers émis par les sociétés qui pourraient y être mentionnées.

Toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, sauf autorisation expresse, écrite et préalable de CBC Banque, CBC Banque SA, Avenue Albert Ier 60, 5000 Namur, Belgique. TVA BE 0403.211.380, RPM Liège division Namur, FSMA 017588 A.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.