Le saut de génération, une planification successorale aux multiples possibilités?

Nous poursuivons notre cycle de conférences à distance "Investir dans une nouvelle normalité" avec une quatrième et dernière session.

François Descheemaeker, Directeur du Département Patrimonial, qui abordait le thème du saut de génération dans le cadre d’une succession.

L’espérance de vie a fortement augmenté ces dernières décennies, au point qu’il est devenu de plus en plus fréquent de "sauter une génération" c’est-à-dire de transmettre une partie de son patrimoine directement aux petits-enfants: une démarche qui peut prendre tout son sens dans le contexte actuel.

Outre le testament bien connu de la plupart d’entre-nous, la législation a évolué et de nouveaux mécanismes sont apparus, avec leurs avantages et inconvénients.

Vous n’avez pas pu assister à son intervention?

Durée de la conférence 20 min suivie d'une séance de questions réponses.

Retrouvez ci-dessous les réponses aux principales questions qui ont été posées lors de cette conférence:

1. Vous avez fait référence au fait que les petits-enfants ne doivent pas recevoir trop tôt de leurs grands-parents. Y a-t-il, en cas de décès, possibilité pour que des petits-enfants trop jeunes ne puissent pas utiliser le capital qu'ils ont perçu de leur grand-parent?

Dans le cadre d'un saut de génération qui s'organise au décès, il y a effectivement une inconnue, qui est précisément la date du décès. Ainsi, en cas de décès prématuré, les legs peuvent être perçus par des petits-enfants qui seraient soit encore mineurs, soit trop jeunes pour les gérer "en adulte". Des dispositifs peuvent être prévus dans les modalités du legs lui-même (blocage temporaire notamment), ou par le biais de contrats d'assurance à terme ou avec transfert au décès du droit au rachat (les régimes fiscaux diffèrent alors d'une région à l'autre). Une autre possibilité pourrait être de léguer la nue-propriété au petit-enfant et un usufruit temporaire à l'enfant, de telle manière que le petit-enfant ne recouvrera la pleine propriété, donc la pleine disposition, qu'à partir de la date prévue pour l'extinction de l'usufruit. Bien entendu, quelle que soit l'option choisie, elle devra être visée par un spécialiste avant mise en oeuvre pour éviter toute mauvaise surprise ou imprécision.

2. Il y a un saut de génération partiel prévu en Wallonie. Savez-vous quand il sera d'application et pouvez-vous préciser les conditions d'application?

Nous n'avons pas d'informations à ce propos. À l'heure de la conférence, ce régime n'était pas encore en application alors qu'il a été voté le 6 mai 2019 (parution au Moniteur le 11 septembre 2019) soit depuis plus d'un an. Il revient au Gouvernement wallon d'en décider, par Arrêté, sa mise en application ce qui, nous l'espérons, ne devrait plus tarder. Pour ce qui est des nombreuses conditions, vous trouverez par ce lien le texte légal.

3. Si Claire veut préserver sa sécurité économique tout en donnant pour des raisons fiscales. Ne peut-elle donner sous réserve d'usufruit ou avec charge de rente?

Il nous faut d'abord préciser que la donation de Claire peut ne pas être nécessairement ou uniquement motivée par des raisons fiscales. En effet, en réalisant cette donation, elle a le plaisir de gratifier ses petits-enfants de son vivant et d'être certaine que ce qu'elle avait prévu pour eux est, en toute certitude, leur propriété. Il est vrai que Claire peut prévoir certaines sécurités dans la donation, afin notamment qu'elle bénéficie encore des revenus de ce qu'elle donne, par exemple en se réservant l'usufruit ou en prévoyant une charge de rente. D'autres clauses de protection peuvent également être prévues. Notons enfin qu'une donation avec réserve d'usufruit doit être réalisée par acte notarié, et que certains pouvaient trouver avantage à la réaliser devant un notaire étranger afin d'éviter le paiement en Belgique de droits de donation. Cette option va sans doute devenir impossible sous peu. En effet, une proposition de loi est déposée à la Chambre prévoyant de rendre obligatoirement enregistrables en Belgique, les donations de biens meubles réalisées par acte notarié à l'étranger.

Vous souhaitez plus d’informations sur nos services CBC Private Banking? N’hésitez pas à demander une première entrevue sans engagement.

Prendre rendez-vous

Mention légale

Cet article d’actualité ne doit pas être considéré comme une recommandation ou un conseil en investissement.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.