La mobilité verte ne se limite pas à la voiture électrique

Il n'existe pas de solution globale pour rendre notre système de mobilité non fossile. Seul un savant mélange de différentes innovations permettra d'y parvenir.

En Europe, 24% des émissions de CO2 proviennent des transports. Seule la production d'électricité est une source encore plus importante de CO2. Cela explique immédiatement pourquoi la mobilité constitue l'un des fers de lance du Green Deal européen. Les objectifs pour 2030 sont ambitieux. La Commission européenne souhaite notamment parvenir à 30 millions de voitures électriques sur les routes européennes et quelque 80.000 camions qui n'émettent pas de CO2. L'Europe se tourne principalement vers l'hydrogène vert comme source d'énergie alternative pour ce transport de marchandises. En outre, elle aspire à une augmentation de 25% du transport fluvial et à un doublement de l'offre de trains à grande vitesse. "Il n'existe pas de solution miracle capable de nous catapulter d'un seul coup vers un système de mobilité neutre sur le plan climatique. Cela ne sera possible qu'avec une combinaison de technologies et d'applications diverses", déclare Alex Martens, analyste sectoriel chez KBC Asset Management.

Bien plus que les voitures électriques

Diverses entreprises jouent un rôle majeur dans la transition vers la mobilité verte et, par conséquent, elles représentent une opportunité intéressante pour les investisseurs. Les fabricants et fournisseurs de voitures électriques constituent un segment important. Alex Martens: "Le virage vers les voitures vertes est à présent véritablement engagé. Tous les constructeurs automobiles d'aujourd'hui sont également des fabricants de voitures électriques. De plus en plus de modèles abordables arrivent sur le marché et l'expansion de l'infrastructure de recharge s'accélère progressivement." Cependant, l'électrification de la flotte de véhicules représente un défi majeur pour les opérateurs de réseaux de distribution. Alex Martens: "Notre réseau électrique n'est pas conçu pour que tout le monde puisse charger sa voiture chez soi en même temps. C'est pourquoi il faut investir dans de nouvelles lignes à haute tension, des postes de transformation et des systèmes de stockage des batteries."

information-expr-quote--glyph
Notre réseau électrique n'est pas encore conçu pour que tout le monde puisse charger sa voiture chez soi en même temps.

Alex Martens, analyste sectoriel, KBC Asset Management

L'évolution vers des camions fonctionnant à l'hydrogène nécessite des investissements dans des structures d'hydrogène vertes: nous pensons aux "électrolyseurs" qui convertissent l'électricité (verte) en énergie verte, aux piles à combustible qui reconvertissent l'hydrogène en électricité, aux réservoirs de stockage de l'hydrogène et aux stations d'hydrogène où les camions peuvent faire le plein. Alex Martens voit encore d'autres opportunités d'investissement: "Le verdissement du transport par voie d'eau implique des entreprises qui fabriquent des systèmes de propulsion alternatifs pour les navires ou qui réduisent les émissions de ces derniers." Les fabricants de bus, de trains et de tramways et leurs fournisseurs bénéficieront également dans les années à venir des efforts déployés pour inciter davantage de personnes à utiliser les transports publics.

Des économies de coûts

La transition vers un système de mobilité durable ne concerne pas uniquement les entreprises directement liées au secteur des transports. "Le développement durable occupe une place de plus en plus importante dans la vie des entreprises. Ces dernières sont du reste de plus en plus tenues de documenter leur empreinte carbone. Et cette empreinte est toujours plus large: elle englobe non seulement les émissions liées aux activités d'exploitation propres, mais aussi les émissions résultant des trajets domicile-travail, des voyages d'affaires, du transport de marchandises et de l'entretien des bâtiments.", explique Kurt Mees, expert en mobilité chez KBC Group.

information-expr-quote--glyph
La mobilité durable peut souvent constituer une première étape importante pour réduire l'empreinte carbone d'une entreprise.

Kurt Mees, Business Program Manager Mobility, KBC Group

"La mobilité durable peut souvent constituer une première étape importante pour réduire l'empreinte carbone d'une entreprise sans avoir d'incidence directe sur son activité principale." Par exemple, de nombreuses entreprises peuvent déjà réaliser d'importantes économies de CO2 en veillant à ce que les employés ne se rendent pas toujours au travail en voiture. C'est précisément pour cette raison que KBC Autolease joue résolument la carte de la durabilité: un tiers des nouvelles voitures de leasing sont aujourd'hui électriques ou hybrides, et l'entreprise dispose d'une flotte de plus de 20.000 vélos de leasing en circulation. "Chaque kilomètre évité par vos employés représente un gain direct en termes d'émissions de CO2 de l'entreprise", conclut Kurt Mees.

Vous souhaitez plus d’informations sur nos services CBC Private Banking? N’hésitez pas à demander une première entrevue sans engagement.

Prendre rendez-vous

Mention légale

Cet article d’actualité ne doit pas être considéré comme une recommandation ou un conseil en investissement.

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.